La vision et ses anomalies: cours théorique et pratique sur la physiologie et les affections fonctionnelles de l'appareil de la vue (Google eBook)

Copertina anteriore
J.B. Bailliere, 1881 - 936 pagine
0 Recensioni
  

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 232 - Je me promenais au milieu de la journée, en marchant du nord au midi, sur la terrasse méridionale de l'Observatoire. Toute la partie des dalles au midi de mon corps était donc éclairée en plein par la lumière directe du Soleil; mais les rayons de l'astre étaient réfléchis par les carreaux de vitre des fenêtres de l'établissement placées derrière moi ; il y avait donc là une image secondaire, une sorte de soleil artificiel situé au nord, dont les rayons venant à ma rencontre, devaient...
Pagina 232 - Chez les animaux supérieurs, les milieux de l'œil qui sont d'une transparence si parfaite pour la lumière, possèdent au contraire la propriété d'absorber d'une manière complète les rayons de chaleur obscure, opérant ainsi une séparation des plus nettes entre ces deux espèces de radiations.
Pagina 246 - Kblliker, l'épaisseur de la rétine, au fond de l'œil, est de 0""",22, on peut admettre que le cône d'ombre totale des vaisseaux n'atteint pas la surface postérieure de la rétine. Mais si nous amenons une ouverture étroite au devant de la pupille, l'ombre des vaisseaux devient nécessairement plus étroite, plus nettement dessinée, et l'ombre totale devient plus longue, de sorte que les parties de la rétine qui sont généralement dans la pénombre viennent se trouver, soit dans l'ombre complète,...
Pagina 523 - Un jour, j'examinai une fleur de géranium sonate à la lumière d'une bougie. Cette fleur, qui, au jour, me paraissait bleue et qui, en réalité, est violette, me parut d'une couleur rouge, tout à fait opposée au bleu. Ce changement n'était point apparent pour les autres personnes. « Cette observation m'ayant appris que ma vue était, pour les couleurs, différente de celle des autres, j'examinai le spectre solaire et me convainquis bientôt qu'au lieu de sept couleurs du spectre je n'en voyais...
Pagina 232 - ... réfléchis par les carreaux. Or, le corps restait -il immobile, on ne voyait aucune trace de l'ombre; faisait-on un geste avec les bras, un mouvement brusque du corps donnait-il lieu à un déplacement sensible de l'ombre, aussitôt on apercevait l'image des bras ou du corps. On peut faire...
Pagina 523 - Dans le courant de l'année 1790V écrit-il, je m'occupais de botanique, et cette étude dirigea particulièrement mon esprit vers les couleurs. Si une couleur était blanche, jaune ou verte, je l'appelais sans hésiter par son propre nom, tandis que je ne faisais presque pas de différence entre le bien pourpre, le violet et le cramoisi.
Pagina 693 - C'est comme si, enfonçant un clou à coups de marteau, et ayant d'abord frappé verticalement, on était ensuite conduit à porter le bras obliquement en haut, pour de là seulement atteindre le point de départ ordinaire : ce qui pourrait alors manquer à la position serait corrigé par l'idée du coup à frapper, et, après un exercice suffisant, le long de ce chemin double, on arriverait sans doute d'emblée à la position correcte. Il...
Pagina 464 - On ne peut pas accepter dans l'armée les sujets atteints d'une diminution considérable du champ visuel ; 3" Dans le service des chemins de fer et dans la marine où l'usage des signaux colorés est général, on n'acceptera pas les sujets atteints de pseudo-chromatopsie. II. Strabisme. — Le...
Pagina 608 - Nous avons à examiner maintenant plus en détail quels sont les point? des deux champs visuels qui possèdent la même position apparente par rapport au point de fixation, et qui, par conséquent, coïncident dans le champ visuel commun. Nous leur donnerons le nom de points coïncidents ou correspondants; on les a encore nommés points identiques, en faveur d'une théorie particulière. Comme à chaque point de chaque champ visuel répond un certain point rétinien, on peutégalement parler de points...
Pagina 688 - Or si l'homme, plus que la généralité des autres animaux, plus que les poules et les cochons d'Inde par exemple, doit s'approprier beaucoup par l'expérience individuelle, l'expérience des générations antérieures s'accuse pourtant aussi chez lui de la manière la moins équivoque. Avec M. Engelmann, j'ai vu la fixation binoculaire, avec changement de convergence , chez un enfant mâle une heure à peine après la naissance (cas exceptionnel sans doute , mais pourtant bien constaté), et dans...

Informazioni bibliografiche