Immagini della pagina
PDF

a plus de douceur et de grâce; l'autre est un peu plus poétique. On peut ajouter à ces deux idylles celle de VHiver qui est encore fort bonne. Quant à celles du Ruisseau, des Fleurs, du Tombeau et de la Solitude, elles ne peuvent pas entrer en comparaison avec les trois précédentes. L'églogue intitulée ■Iris, de 1680 , mérite aussi d'être distinguée ; il en est de même des, vers allégoriques à ses enfans : Dans ces prés Jleuris, etc. VÉpître à M. Caze pour le jour de sa fête 1690 , est encore fort agréable y tout le reste , à part la stance morale sur le jeu et celle sur l'amour propre, ainsi qu'un ou deux rondeaux, est très foible et ne se lit plus guère,surtout la longue correspondance de ses chats etdeseschiens, ses Ballades, ses Êpîtres, ses Chansons, ses Odes,etc.

Phil.-néricault DESTOUCHES (n. 1680—m. 1754) est auteur d'un certain nombre de pièces dont la très grande majorité est entièrement oubliée; mais il en est quelques-uues que l'on voit au théâtre toujours avec un nouveau plaisir, telles que le Philosophe marié et le Glorieux , les deux meilleures pièces de Destouches et qui marchent après celles de nos grands maîtres. La Fausse Agnès nous fait encore rire , malgré les invraisemblances. L''Irrésolu a du bon , surtout le dernier vers qui est très caractéristique; le Dissipateur est foible; le Tambour nocturne ne fait plus grand bruit, et le Triple Mariage est assez insignifiant ; quant aux quinze autres pièces de Destouches, il est fort inutile de les nommer.

Charles DUCLOS (n. 1705—m. 1772). On regarde ses Considérations sur les Mœurs comme le meilleur de ses ouvrages , celui qui lui fait le plus d'honneur et qui a été le plus souvent réimprimé. Le monde y est vu d'un coup d'oeil rapide et perçant. Il est rare de trouver réunis dans un cadre aussi ingénieux un plus grand nombre d'idées justes et fines, de leçons utiles et de mots saillans. Louis XV disoit : ce C'est l'ouvrage d'un honnête homme. » Une chose singulière , c'est que dans ce livre qui traite des mœurs , le mot femme n'est pas même prononcé.

CH.-RiviÈREDUFRESNY(n. 1648—m. 1724). Ses meilleures pièces sont i.° L'Esprit de contradiction , dans laquelle le rôle de la femme contrariante est très comique; 2.° le Double veuvage, où. "on distingue le rôle de la veuve, et 3." le Mariage fait et rompu, dans laquelle de bons rôles sont ceux du président . de la présidente , et du Gascon Glacignac qui est le meilleur de tous les Gascons que l'on ait mis au théâtre. Ces trois pièces sont fort jolies ; la composition en est agréable et piquante', le dialogue vif et saillant. On î-emarque dans la Coquette de village le rôle de la Coquette, et dans la Réconciliation normande celui de Falaise. Quant à ses autrès pièces, elles n'ont eu aucun succès et ne se sont

jamais relevées de leur chute primitive.

ESCHYLE (n. 5a6 av. J.-C—m. 456), est considéré comme le véritable père de la tragédie, celui qui le premier lui donna une forme régulière. Des sept pièces échappées aux ravages du temps surà-peuprès quatre-vingt-dix qu'il avoit composées,les Coëphores (porteurs de libations) et les Sept Chefs devant Thèbes sont les meilleures. Les Coëphores surtout renferment des beautés vraiment tragiques , vraiment théâtrales et qui sont assez rares dans les autres pièces d'Eschyle; ces pièces sont Prométhéef les Perses-; Agamemnon; les Suppliantes, et les Euménides.

EURIPIDE ( n. 480 av. J.-C—m. 406 ) , avoit composé cent vingt-trois pièces dramatiques. Le temps en a épargné seulement dix-huit, à la tête desquelles on placeIphigénie en Aulîde comme le chefd'œuvre del'auteur,etcomme l'une des tragédies anciennes où l'art a été porté à sa plus grande perfection. Unité d'action et d'intérêt, exposition admirable, caractères soutenus, vérité dans le dialogue , pathétique dans les situations , éloquence vraiment dramatique, enfin gradation d'intérêt qui va croissant de scène en scène j usqu'au dénouement : voilà ce qui justifie l'admiration qu'on a eue dans tous les temps pour cefte tragédie. Racine l'a heureusement imitée, embellie et perfectionnée. Les autres pièces d'Euripide sont : Hécube; Oreste; les Phénisses; Méfiée ; Hippolyte couronné; Alceste, Andromatjue ; les Suppliantes; Iphigénie en Tauride ; les Troyennes ; les Bacchantes; les Hèraclides; lène; Ion; Hercule furieux, et Electre. Il ne reste que le commencement de sa Danaë.

Fr.salignac De FENELON (n.i65i—m. 1715). Nous ne considérons ici cet illustre écrivain que comme orateur sacré, ses autres titres littéraires étant suffisamment connus et appréciés 5 nous dirons donc que comme prédicateur, Fénélon a deux morceaux que M.Maury metaupremier rang ; mais laissons parler M. Manry lui-même : « Le nom chéri de Fénélon, dit-il, s'est associé à la prééminence de nos trois immortels prédicateurs ( Bossuet, Bourdaloue, Massillon), et marche leur égal, sans avoir besoin d'autres titres que deux discours qui lui en assurent le droit aux yeux de la postérité,... L'un de ces titres oratoires est le sublime et pathétique discours que Fénélon prononça dans l'église collégiale de Lille, en 1708, quand il fît la consécration du prince de Bavière, archevêque électeur de Cologne. C'est une pièce d'éloquence du premier ordre... Le second sermon est celui qui fut prêché une seule fois aux Missions étrangères, le jour de l'Epiphanie, en i685, par l'abbé de Fénélon alors âgé de trente-quatre ans....:» M. Maury prétend qu'on y trouve ce tantôt l'imagination d'Homère, tantôt la véhémence de Démosthène, tantôt le génie et le pa~ thétique de saint Jean Chrysostôme, tantôt la vertfe et la majesté de Corneille, tantôt même dans quelques traits de la péroraison, l'énergie et la profondeur de Tacite , souvent les élans de Bossuet, mais toujours une pureté unique de goût et une perfection inimitable de style qu'on ne pouvoit assez admirer. » Ce sermon étoit pour ainsi dire inconnu 5 M. Maury le lut dans une société de littérateurs distingués , et le présenta comme étant de Bossuet. Tout le monde s'écria que l'aigle brillant de Meaux étoit seul capable de s'élever à une telle hauteur. Quelle fut la surprise de ces messieurs quand on leur annonça que ce discours étoit de Fénélon; il ne leur en parut que plus beau. M. Maury dit ailleurs que pour donner à ces deux chefs-d'œuvre qui appartiennent éminemment à la première classe du genre, la consistance tutélaire d'un volume, il faudrait y joindre les Dialogues de l'auteur et sa Lettre sur l'éloquence. Son opinion sur ces deux derniers ouvrages, doit encore trouver place ici. ce Nous n'avons point, dit-il, de meilleur livre didactique pour les prédicateurs, que les dialogues de Fénélon sur l'éloquence de la chaire; toutes les règles de,l'art y sont fondées sur le bon sens, sur le bon goût, sur

la nature » Puis plu? loin il dit : « La lettre de

Fénélon à MM. de l'Académie française, sur l'éloquence, est un chef-d'œuvre. En la lisant," on admire l'auteur, disons mieux, on l'aime. On est attendri par l'exquise sensibilité de cet écrivain; et

« IndietroContinua »