Immagini della pagina
PDF

l'intérieur, les fit acquérir par le gouvernement, amour. Par L. C. L. G. Paris, Leprieur, qui les donua à l'Institut; el, sur le rapport d'une

an vi (1798), 2 vol. in-12 avec figures, commission de l'Académie royale des sciences, quelques-uns de ces papiers ont elé destinés à l'im 3 fr. pression ; les autres, en plus grand nombre, sont - * Zabeth, ou la Victime de l'ambition ; classés et déposés à la bibliothèque de ce corps

par l'auteur de «Sophie de Beagregard ». sasant.

Paris, le méine, an vi (1798), 2 vol. in-12 LAGRANGE, pseudon. Voy. Boindin,

avec figures, 3 fr. LAGRANGE DE CHECIEUX (Gilbert LAGRAVE-SORBIÉ. Priucipes (des) Arnaud-Francois-Simon de), secrétaire du monde , où l'on traite du mouvement du roi et censeur royal; né à la Charité primitif, de l'air principe, du feu, de la sur Loire, en 1710, mort le 18 décembre luinière, du soleil, de l'attraction, de l'eau, 1774.

de l'air atmosphérique. Bordeaux, Morean, * Conduite (la ) des Fraucais justifiée, 1823, in-8. ou Observations sur un écrit intitulé:

LA GRAVIÈRE (J.-CI.-Laur. de), Conduite des Français à l'égard de la nou. velle Écosse; par M.D. L.G. D. Ch. Utrecht exempt (officier) de la maréchaussée à

Lagny-sur-Marne; né en cette ville, le 4 e. Paris, Le Breton, 1956, in-12.

avril 1737, mort en.... LAGRANGE DE RICHEBOURG (Mme). - Discours de la femme d'Allilius Regulas Voy. LEGIVRE.

à son époux el réponse. 1783, in-8. LAGRAVE (le chev, de). * Essai histor. - Idylles de Gessner, trad, en vers franet militaire sur la province du Roussillon, çais. (1765). Voy. GESSNER. par M. le chev. D. L. G. Londres, 1987,

I G. Londres. 108 -"Lettre du comte d'Essex. Paris, 1965, in-8.

iD-8.

"Lettres en vers d'ane étrangère à un LAGRAVE (Mme de), romancière.

Francais. Paris, 1764, in-8. -- Château (le) d'Alvarino, ou les Effets

- Vers à la Reine, Paris, 1765, in-8. de la vengeance. Paris, Leprirur, an vir (1999), 2 vol. in-12 avec figures, 3 fr.;

LAGRAVIÈRE (l'abbé Ludovic G.de).

Il a publié une édition de l'Histoire abrégée de on Lille , Castiaux, et Paris, Delarue,

' l'Église , etc., de Llomond, augin. d'une Notice sur 1830, 3 vol. in-1 8 avec fig., i fr. 20 c.

. 20 c. la vie de l'auteur, et continuée jusqu'au concordat La reimpression porte pour noin d'auteur ; P. de 1817 (1819). Voy. LUOMOND; une autre de la Lagrave.

Journée du chrétien, mise dans un meilleur ordre

que les précédentes , et divisée en quatre parties -Chaumière (la) incendiée. Paris, André, 29

(1820). Voyez ce titre à la table des Ouvrages an x (1802), 2 vol. in-12, 3 fr.

anonymes. -llector de Romagny, ou l'Erreur d'une LAGRÉE (Marc-Octavien DOUDART DE), bonne mère. Paris, André, an xi (1803),

procureur-gen. à la Chambre des Comptes; 2 vol. in-12, 2 fr. 5o c.

né à Grenoble , en 17::, mort vers 1800. Reproduit l'année suivante sous le titre de

~ * Chronologie historique des ducs de Paulina. -- Juliette Belfour, ou les Talents récom

lente com Croy, contenant des preuves sur l'origine pensés ; nouvelle anglaise , traduite par

royale, la filiation de toutes les branches, Mme de LAGRAVE, et dédiée aux jeunes

et les grandes illustrations de cette maidemoiselles. Paris, Barba , 1803, in-12,

son; le tout dressé sur des titres originaux, 2 fr.

sur les registres des ebartes du Rois ..., - Méprise (la) du Coche , ou A quelque

Le tout terminé par quelques diplômes des chose malheur est bon. Paris, Caillot, 1805,

empereurs, rois de Hongrie, qui recon2 vol. 10-12, 3 fr. — Ille édit. , Paris, le

naissent, altestent et proclament l'origine même, 1819, 2 vol. in-18.

de la maison de Croy comme issue en ligne La troisième édition porte pour titre la Méprise

directe el masculine des anciens rois de par diligence , ou etc.

Hongrie. Grenoble, de l'imp. de J.-M. Cr_* Minuit, ou les Aventures de Paul de che, 1790 : 14

Avenue de Paride chet, 1790 , iu-4 de 307 pag., plas deux Mirebon. Par l'auteur de «Sophie de Beau

tables qui forment ensemble 59 pag., et regard » et de « Zabeth ». Paris, Leprieur,

un très-grand tableau chronologique.

Ce livre, d'une extréine rareté, parce qu'il n'a an vi (1798), in-12 fig., 1 fr. 5o c.

point été mis dans le commerce, doit être range - M. Ménard, ou l'Homme comme il y parmi les livres pseudo-généalogiques. Des peren a peu, Paris, André, an » (1802), 3 sounes versées dans l'histoire du Dauphiné, nous vol. in-12 avec gravures, 5 fr.

ont assuré que toute la partie qui concerne les

Croy Chanel était généralement considerce à Gre- Sophie de Beauregard, ou le Véritable noble, comme controuvée. Quoi qu'il en soit, le

tableau généalogique qui termine le volume n'est Luchon, Paris et Toulouse, 1998, in-8, pas la partie la inoins curieuse de cet ouvrage fr. intéressant : il coinprend la descendance des deux On a encore da inême plusieurs Mémoires dans le branches, ainée et cadette, de la maison de Croy

recueil de la Société royale de médecine de Paris. (les Croy Solre et les Croy d'Havré n'étant consi. derés par les Croy Chanel que comine la branche ca. LAGRIVE (J. de), prêtre et géograple dette), cominencaut par ATTILA, roi des Huns.

de la ville de Paris, membre de la Société surnoinmé le Fleau de Dieu , et finissant par Claude François, cointe de Croy Chanel, le même, à ce royale de Londres; né à Sedan , en 1689. que nous croyons, qui, en 1814, a fait effacer une fasce de gueule des armes de Croy d'Havré et de

- Manuel de trigonométrie pratique, Pa. Croy Solre, mais aussi le inème à qui MM. de Croy out fait defendre, dit-on, par un arrêt de la Cour

ris, Guérin et Delacour, 1954, in-8 de a 30 royale de Paris de joindre le nom de Croy à celui pag. avec figures. de Chanel.

On trouve une bonne analyse de cet ouvrage dans - Mémoire sar la concession de la plaide, les Méinoires de Trévoux, décembre 1754. anciennement forêt de Bièvre. Grenoble, - Le même. Nouv. édit., revne par les de l'impr. roy , 1780, in-4 de xxvii et professeurs du Cadastre, MM. REYNAUD, 580 pages.

HAROS, PLAuzor et Bozon, et augm. des LA GRELAIE (Ren. de). Voyez RE

Tables des logarithmes à l'usage des ingé

nieurs du cadastre. Paris, Courcier, 1805, NAUD.

in-8, 7 fr. LAGRÉNÉE (C.-L.), avocat au parle

On doit au même cinq plans géographiques esment.

timés : Ja « Biographie universelle » en donne la + Art (1) de gouverner les abeilles, et de liste. fabriquer le miel et la cire; ouvrage conte- LA GROTE (le marquis de), chevalier nant des Instructions propres aux gens de de Saint-Louis. la campagne, pour tirer des abeilles tout - Sur l'OEavre postbume de Mme la ba. le profit possible. Paris, Lamy, 1784 , pet. ronne de Staël. Paris, imp. de Mme Ve Jenin-12 de 250 pag. avec 4 figures.

nehomme, 1818, in-8 de 4 pages. Celle édition a été reproduite en 1801, sous le LA GRUE (Ph.). Grammaire (nouv.) titre de l'art de conserver et gouverner, etc.

flamande. Amsterdam, 1900,10-12.-Noov, LAGRENÉE (C.-J.-B.). Amours (les) édition, revne par Guill. SEWEL. Amster, de M. Jacquinet , comédie-parade , en an dam, D.-J. Changuion, 1985, in-8. acte, en prose, mêlée de vaadev. Paris, Amsterdum, 1806, in-12, 3 fr. 50 c. Laurens aíné, an vi (1998), ou an va LAGRUÈRE ( P.-Ignace ), prêtre de la (1799), in-8.

congrégation de la mission, supérieur du LA GRESIE (Cyprien-Bertrand ), doc- séminaire de Riafoles à Lisbopne, de l'Ateur en médecine de la faculté de Mont- cadémie liturgique de Conimbre ; né en pellier, d'abord chirurgien en chef des ar Proveoce. mées de la République de la Belgique, du Nous connaissons de lui, en français, une Disser. Nord , des Pyrénées-Orientales, et de Sam- tation historique sur l'importance qu'il y a de transe

mettre à la postérité les actions vertueuses de son temps. bre-et-Meuse , ensuite attaché à l'hospice Celle Dissertation se trouve dans le premier volaine militaire établi près les eaux de Bagnères du recueil de l'Académie de Conimbre (1760, in-4). de Luchon, correspondant des sociétés de LAGUEPIÈB E. Beeneily

LAGUEPIÈRE. Recueil d'Equisses d'armédecine de Paris et de Montpellier.

chitecture, représentant divers monuments - Essai sur le traitement des dartres, avec de composition. Stuttgard, 1759, grand un recueil d'Observations qui démontrent l'efficacité de l'extrait des douces-amères

LAGUÉRIE (J. Tesson DE), littératear; pour la guérison de cette maladie, Paris,

né à Coutances, en 1744, mort à Paris, Didot le jeune, 1784 , in-12. - Mémoires et Observations de médecine en 1776.

- Amours (les) de Lucile et de Doligny, pratique. Paris, Migneret, 1805, in-8. - Observations sur l'amputation de la

is ou Lettres de deux amants. Amsterdam,

et Paris, Lejay, 1970, 2 vol. in-12. cuisse, nécessitée par le spina ventosa du tibia et du peroné chez un sujet écrouel

- Fille (la) de 30 ans, com. (en un leux qai a été snivie du plus heureux suc

acte et en prose). Paris, Clousier et Ruault, cès. Paris, Croullebois, an va (1799), 177 in-8 fig., 75 c,

LA GUERINIÈRE ( Franc. ROBICHON - Observations sur la natare, l'usage, les DE), l'un des hommes les plas babiles que la cffets des eaux thermales de Bagnères de France ait produits dans l'art de dresser et

Towz IV.

[ocr errors]

de soigner les chevaux, écuyer de Louis XV; géographique de l'Alsace sous les Romains : la parmort à Versailles, le 2 juillet 1751, dans

tie ancienne est superficielle, mais la moderne est

intéressante, et la facilité qu'a eue l'auleur de pui. un âge avancé.

ser dans les archives de la province, lui a permis - École (l') de cavalerie, contenant la de publier à la suite un grand nombre de pièces

curieuses. L'édition sous la mémne date, en buit connaissance , l'instruction et la conser

vol. pel. in-8, mais sans les preuves, est peu revation du cheval. Paris, 1733, .gr. in-fol. chercbée. » avec figures, 27 à 36 fr.

- Oraison sunèbre de Louis XV, proLa réimpression qui en a paru , dans ce format, zoncée à la cathédrale de Strasbourg. Paris, 1951, est inoins estimée , parce que'les épreu.

Pont-à-Mousson, 1715, in-4. ves de gravures sont beaucoup plus faibles. L'édit. de Paris, Guérin, 1936, 2 vol. in-8, 10 à 12 fr., - * Préservatif (pour un jeune homme de est assez belle, et l'on eu fait plus de cas que des

qualité) contre l'irréligion et le liberti. suivantes : Paris, 1754, 1956, ou 1969. Les plus

Ar récentes sont celles de Metz, 1802 , 2 vol. in-8 ; Paris, Delarue , et Lille, Custiaux, 1825-28 , 2 vol. - Recueil de vers latins et francais sur in-)2.

l'arrivée du duc de Lorraine (Léopold II ) « On assure, dit la Biographie universelle, que La Guerinière ne possédait que très-jin parfaitement dans ses états. Pont-à-Mousson, 1699, l'bippiatrique ; et que, pour compléter son travail. in-4. il s'adressa'à un médecin de Paris, qui se contenta Ou a encore du inême, dans le 12° vol. des Ard'extraire de Solleysel les articles relatifs aux ma.

chives littéraires , pag. 363, des Fragments de . ladies du cheval et à leur traitement; mais, ajoute

moires sur la vie de mudame de Mainteror. la même Biographie, celle anecdote est dénuée de

Biogr. univ. vraiseinblance, et La Guérinière n'aurait pas eu besoin du secours de personne, pour tirer de LAHAISSE, ancien curé de Briantes et Solleysel les renseignements qui lui étaient neces.

professeur de philosophie. saires. - Éléments de cavalerie. Paris, 1740,

- Homme (l') moral, Bourges , impr. de 1941., 1754 , ou 1768, 3 part. en 2 vol.

Manceron, 1825, 2 vol. in-12. pet. in-12, 4 à 5 fr.

LAHALLE (P.), professeur de mathéSouvent réimpr.: une édition de La Haye, 1742, matiques. in-8, a pour titre : le Manuel du cavalier.

-Essai sur la musique, ses fonctions dans Ces deux ouvrages sont toujours recherchés avec empressement par les amateurs., quoiqu'il y en ait les meurs, et sa véritable expression; de plus récents.

suivi d'une Bibliographie musicale. Paris, LA GUESNERIE (de ), avocat. Voyez Rousselon , 1895, i0-18, 2 fr. 5o c. BASNAGE.

- Levée (la) des plans. Traité élémenLAGUESNERIE (Mlle de ), née à An- taire., etc. Paris, le même, 1826, 10-12 gers dans le xvın siècle.

avec plancbes, 7 fr. 75 c. * Mémoires de milady B... Paris,

mer R Parie M. Lahalle a eu part à la Chronique indiscrète da Cuissart, 1,60.- Sec. édit, 1960,4 part.

11x siècle (1825). Voy. REGNAULT-Wanin. in-16.

. LAHARPE (Jean-Franç. de), littéraLe fonds de ce roman offre de l'intérêt, il est teur plas célèbre comme critique qne purement écrit.

comme poète, membre de l'Acad. franc., -* Ressources (les) de la vertu. Par l'au- professeur de littérature au Lycée de Pateur des «Mémoires de milady B*** », ris, et à l'École normale; né à Paris , Amsterdam et Paris., Mérigor le jeune, d'une famille originaire du canton de Vaud 1782, 2 vol. in-12.

(Suisse), le 20 nov. 1739, mort dans la LA GUETTE (de). Voy. CITRY DE LA- même -ville, le 11 février 18o3. GUETTE et DELAGUETTE. LAGUILLE (le P. Lonis, selon les ré

I. CRITIQUE, dacteurs de la Biographie univ., ou Jean, -*Alétopbile (l'), ou l'Ami de la vérité. selon d'autres biographes), provincial des 1758, in-12 de 30 pages. jésuites; né à Aulon, en 1658; mort à Satire virulente contre Fréron, qoi parait être Pont-à-Mousson , le 13 avril 1742.

de La Harpe. ( Voy. 'le Dictionnaire des Ouvrages Exposition des sentiments catholiques anonymes de Barbier, at édit. , n° 388 ). La pla.

titude et la grossièreté de cette brochure révolte. sur la soumission due à la constitution

rent les personnes sensées et bonnétes. Cette pièce Unigenitus, etc. 1735, in-4.

n'a été réimprimée dans aucune édition des OE- Histoire de la province d'Alsace depuis vres de l'auteur. Jules-César jusqu'au mariage de Louis XV. --Commentaire sur le théâtre de Voltaire, Strasbourg, 1727,3 part. in-fol. avec cartes imprimé d'après le manuscrit autograpbe et plans.

de ce célèbre critique, et approprié aux « Cette histoire est précédée d'une bonne Notice différentes éditions de ce théâtre; recueilli

et pnbl. par *** (M. DECROIX ). Paris, « d'avoir dorit ni surtout publié ces lettres, elles Maradan, 1814, in-8, 6 fr.

« « n'en sont pas moins à conserver dans la collection

« de ses OEavres, à cause de l'instruction histori. Le fonds de ce travail était, à ce qu'il semble, « que et lilléraire qu'elles contiennent, au milieu fort ancien ... « Les notes qui forment ce volume « de tant de satires injustes et de censures indis. « furent trouvées à Ferney, écrites en inarge d'un «crètes. La lecture en est attrayante; et, pour ne « exemplaire du Théâtre de Voltaire qui avait pris « rien dire de l'aliicent qu'elle offre à la malignité, u soin de les parapher. L'editeur qui les a publiées « elle attache par la varieté des anecdotes, par l'in. « en 1814 y a joint, pour les compleier, quelques « térêt des détails et presque toujours par l'elegante « extraits du Lycée relatifs aux operas de Voltaire, « facilité du style. Il est vrai que dans les compli. « à ses comédies, el à ceux de ses poëines tragi a ments que l'auteur se fait à lui mêine, le talent est «ques qui n'ont elé iunprimes qu'après sa mort. « éclipse par l'orgueil; mais l'habile écrivain se re« Il y a donc dans ce volume deux parties faciles à « trouve bientôt dès qu'une autre matière se pré« distinguer par les signes qui les accompagnent, «sente , et lors même que la critique est trop sé. (et mieus encore , comme le dit l'Avertissement, « vère. Cette correspondance appartient à l'Histoire « par la diversité des principes et des opinions. En eflet littéraire, autant que celle de Grimm , à laquelle « les remarques extraites du Lycée ont été rédigées « on la peut faire servir de supplément ou de coutre« ou retouchées depuis 1795 ; elles sont d'un nou « poids. ». « veau converti, et la critique y est amère, si hau. La meilleure et la plus complère édition de la « faine, si indecente, que l'éditeur a cru devoir y Correspondance de La Harpe, est celle qui forine u opposer ses propres reflexions qui nous parais. les tom. X-XIU des OEuvres édition des « sent fort judicieuses. Il fait observer que tout au Elle contient trois .cent.deux lettres au grand duc « contraire l'esprit pbilosopbique domine dans les de Russie (y compris quelques-unes à Schowalof). « notes écrites avant 1798. La plupart véanmoins Les précédentes ne contenaient pas les lettres écrites * tient à la littérature ou à la simple grainmaire : après 1984 : et il y avait de grandes inexactitudes « elles concernent la diction, le style plus que les dans le Supplement imprimé en 1807, où ce recueil « sujets, les plans et les caractères. Bien que ri. se continuait de 1985 à 1791. Par exemple, au, « goureuses, un peu minutieuses, et quelquefois lieu de l'Epitre de M. Andrieux au pape, insérée >> hasardées, elles ne sont point à negliger; le vo par La Harpe dans une lettre de 1791, on avait « lume qui les renferme est, à nos yeux, un très jugé à propos de transcrire le conte du Moulin de « ntile supplément au chapitre III' du livre jer de

Sans-Souci, que M. Andrieux n'a composé qu'en a la troisième partie du Lycée. ( Disc. prél. de M. 1797; anachronisme qui démasquait l'infidélité, Daunou , pag. 116-17).

ainsi que M. Beuchet l'á parfaitement exposé dans Le Commentaire sur le Théatre de Voltaire ni celui son Journal de la librairie (1820, pag. 1:5). sur Racine, l'un des plus estimables ouvrages de Aussitôt après l'apparition d'un livre qui ré.

a Harpe, n'ont point élé reiinpr. dans les OEuvres veillait tant d'aniinosités, un anonyme (M. COL. de l'auteur, édition de 1820. Le dernier a été im

NET) publia une Correspondance turque, pour

verinnblia nne Corresnondance primé pour la première fois en 1807, avec les OEO. servir de Supplement à la Correspondance russe vres de ce grand iragique (7 vol. in-8), et depais. de J.-F. La Harpe; contenant l'Histoire lamenen 1822 ( 8 vol. in-12). Voy. RACINE.

table des chutes et rechates tragiques de ce grand - Correspondance littéraire, adressé à Son

homme : ouvrage curieux, enrichi d'anecdotes et

d'épigrainmes piquantes. Paris, Colnet, an ix (1801), Alt. Imp. Mgr le grand duc, aujourd'hui

in-8 de iv el 87 pag., i fr. ( Pan. Ler) empereur de Russie, et à M. le On y donne les anecdotes fàcheuses arrivées à La comte André Schowalow, chambellan de

Harpe, les épigrammes sanglantes dont il a été l'objet ; on y passe en revue ses diverses produc

tions, auxquelles on refuse à peu près toute espèce 12 de mérite: en un mot, ou parait ne vouloir lui

laisser d'autres titres que le a Cours de littérature » richs, an ix (1801), 4 vol. in-8, 15 fr.

qui a mis le sceau à sa réputation. Cette Correspon- Sec édit. , continuée (depuis 1785) jus dance eut presque sur-le-champ une seconde édition qu'en 1791. Paris, Migneret, 1804-07, 6 beaucoup plus ample que la première. vol. in-8, 24 fr.

- Lecons de littérature (sur l'art ora« C'est, dit M. de Saint-Surin, art. La Harpe; toire), prononcées à l'École normale. Pa« de la Biograpbie univ., un journal dans lequel ris, Baudouin frères, 1826, in-32, 75 c. « La Harpe juge presque tous les écrivains avec la

Ces excelleutes leçons se retrouvent en grande « dernière rigueur. Ses décisions sont dictées trop « trop souvent par l'amour-propre et par des préven.

partie dans le Lycée de l'auteur. « tions baineuses. Un egoisme aveugle y perce; il Lycée (le), og Cours de littérature « transcrit tous les petits vers échappés à sa muse;. « il n'oublie aucun des compliments qui lui sont

ancienne et moderne. (Précédé d'une No. a adressés, et prononce avec une hauteur dédai- tice bistorique sur la Vie et les OEuvres de « gneuse sur le mérite de ses concurrents et celui de La Harpe, par H. AGASSE). Paris, Agasse, « ses confrères. I s'exposa à des représailles de la

an vii (1999) et ann, suiv., 14 tom, en in « part de cenx qui existaient, en livrant au public « une correspondance qui ne lui était pas destinée. vol. -- Philusophie du xvIII° siècle. On« S'il eut l'improdence d'en mettre au jour, en 1801, vrage posthume. Paris, le méme, 1805, 2 « les quatre premiers volumes, il n'eut pas la ma « ladresse d'y joindre les deux suivanis , qui le vol.; en tout, 19 vol. in-8. a compromettent d'une manière plas triste encore. Édition originale. Il en a été tiré 25 exempl. sur « Il faut en accuser l'éditeur qui les publia en 1807. papier velin. « Dans ces deux volumes, moins substantiels que les La Harpe a reproduit, en les relouchant, les a précédents, le langage de l'auteur n'est pas tou étendant ou resserrant, divers morceaux imprimés « jours conforme aux opinions qu'il professait alors à différentes époques, soit de l'édition de ses OEUu dans le Mercure de France. » « Si l'on ne peut vres, publiée par lui, soit séparément. Ainsi l'on

louer La Harpe, dit de son côté M. Daunou, retrouve dans la première partie : 1° le morceau

[ocr errors]

intitulé De notre langue comparée aux langues grecque Proprietes, que La Harpe a mis en tête de sa trae latine, et de la littérature ancienne et moderne, tiré duction des Psaumes; et quelques articles du « Mer. des OEuvres, 1978; 2° l'Essai sur les trois tragiques cure de France » recueillis par M. Salgues, et faigroc , tiré du même recueil ; 3° ses Reflexions sur sant partie du volume publie en 1810, sous le titre Lucain, impr. dans les Melanges, en 1965; 4° De de «Mélanges inédits de La Harpe. (Vorez plus la Podste lyrique chez les anciens et les modernes, mor bas). ceau tiré des OEuvres; 5° Sur Demosthene; 6o Sur - Il a été tiré de celte édition, due aux presses les historiens latins; 7° Sur les Romans, trois morceaux de Crapelet, des exempl. sur pap. vélin. tirés de ses OEuvres. En tête de la seconde partie -- Le même (précédé d'une Notice sur la on retronve 8° le discours sur l'état des lettres en Eu. tope, publié en 1999; et plus loin, q, les Idées sur vie et les ouvrages de l'auteur par M. VILMoliere, impr. dans les OEuvres. En tête de la 3e LENAVE ). Édition compacte, Paris, Verpartie, La Harpe a place 10° le discours intitulé

dière, 1817, 5 vol. in-8, 40 fr. De la Guerre déclarée par nos derniers tyrans à la rai. sont, etc.. publ. en 1794. et uo son Éloge de Vol. Celte edition, imprimée en caractères menus. est tatro, impr. en 1980; plus loin on retrouve 12° le conforine au texte de celle publiée en 1816 chez morceau Sar la musique théatrale, tiré de ses OE M . Lefèvre. vres. La « Philosophie da xvı siècle » reproduit - Le même. Paris, Déterville et Lefevre, 13° la Réfutation du livre de l'Esprit, imprimée en

1818 , 16 vol. in-8, 80 fr. 1995. Ces treize morceaux ont été réimprimés dans les OEuvres de l'anteur, edition de 1820, dans les

Cette édition sortie des presses de Didot l'ainé quelles ils font par conséquent double emploi. Les était la plus belle et la plus correcte que l'on ait éditeurs du Cours de littérature postérieurs à La eu jusqu'alors de cet ouvrages Harpe, ont inséré à la fin de la preniière partie le I Discours sur l'esprit des livres saints et le style des Pro phetes, morceau imprimé primitivement en 1798,

PEIGNOT ). Dijon, Vict. Lagier, 1820, 16 à la tête du Psautier, et dans la troisième partie une vol. -- Philosophie du xvue siècle. Onsérie de morceaux de litterature critique, n'ayant

are critique, n'ayant vrage posthume. Nouv. édit. Dijon, le de liaison ni entr'eux, ni avec l'ouvrage, et qui sont tirés des journaux auxquels a travaille La

méme, 1822, 2 vol.; en tout 18 vol. in-12, Harpe, mais plus particulièrement du Mercure , et 49 fr. 5o c. dont une partie formait déjà les 5 et 6e volumes Édition conforme à celle de Paris, Lefèvre, 1816. des OEnvres, édition de 1788, sous le titre de Lit En tête du premier volume, après un court Avertérature et Critique.

tissement des éditeurs, sont des Recherches historiques,

littéraires et bibliographiques sur la mie et les ouvrages - Le même. Édition renfermée dans la

de M. de La Harpe, par M. L. G. Peignot qui a pupartie littéraire, et précédée de la Vie de blié cette édition. Ces Recherches remplissent 160 l'auteur par L.-S. Auger.Paris, Mme Agasse pages : il ep a été tiré un petit nombre à part. (* Thiériot et Belin), 1813,8 vol. in-12, -- Le même. (Édition publ. avec une No30 fr.

tice sur l'auteur, par M, SAINT-SURIN) - Le même. Toulouse, Sens et Broulhiet, Paris, l'erdière ; Lheureux ; Ladrange, 1813, 12 vol. in-8, 60 fr.

1821-23 , 16 vol. in-8, 80 fr.; pap. saA la fin du xito vol. est une Table analytique et tiné, 88 fr.; et pap. vélin, 160 fr. , et sur la Notice historique sur l'auteur.

grand papier vélin, satinés et cartonnés, - Le même. Nouv. édit., augm. de la Vie 320 fr. de l'auteur ( par M. MELY-JANIN), et ornée Édition imprimée par F. Didot. de son portrait. Paris, Ain. Costes, 1813

- Le même. Édition stéréot. Paris, Garet ann, suiv.,' 16 vol, in-12, 40 fr. Édition très-médiocre. Les tom. XIV et XV con

nery, 1822-24, 18 vol. in-18, 20 fr., et tiennent la Philosophie du dix-huitieme siècle et le 20 vol. in-12, 30 fr.. tom. XVI la Table des matières.

- Le même. Paris, Depelafol; Mame et DeLe même. Paris, Ledoux et Tenré, 1814, launar-Vallée, 1825, 14 vol. - Philosoou 1817, et Paris, Ét. Ledoux , 1820, et phic du xvsiz siècle. Paris, les mêmes, 1822 , 16 vol. in-18,40 fr., et sur pap. fin 1825, 2 vol.; en tout 16 vol. in-8, 96 fr. des Vosges, 50 fr.

Le 16e volume est terminé par une Table ge

nerale. L'édition de 1820, imprimée par F. Didot, est conforme à celle in-8 donnée en 1818, par MM. Dé. - Le même. Paris, Mame et Delaunaylerville et Lefèrre.

Vallée, 1825, 16 vol. in-32, 30 fr. Les éditions de 1814 et 1817 sont sur mauvais pa. pier ; mais il a élé tiré de la première sur papier

Celle édition ayant changé de mains, on y a vélin.

fait de nouveaux titres portant pour nom de libraire, En réimprimant celle édition en 1822, M. Ledoux

Froment, el la date de 1828. y ajouta deux volumes de Supplement au Cours de - Le même, complété et conduit josqu'à littérature, Choix des jugements des écrivains français

nos jours an moyen d'un choix des meil. sur les littérateurs anciens et modernes, 2 vol. in-18, 6 fr., et pap. fin, 7 fr. 5o c.

Jeurs morceaux de critique de MM. CAs- Le même. Nouv. édit., augm. Paris,

Danie NIER, DUSSAULT, FONTANES, GINGUENÉ, Lefevre , 1816, 15 vol. in-8, 75 fr.

GEOFFROY, Feuetz, HOFFMANN, AUGER, etc., Celle nouvelle édition contient les 2 et 3 parties

es et précédé de la Vie de La Harpe, par M. du Discours sur l'esprit des livres saints et le style des L.-S. AUGER. Paris, chez l'Editeur, rue du

[graphic]
« IndietroContinua »