Immagini della pagina
PDF

Paris, G. C. Hubert, 1821, 2 vol. in-12, lement au Journal des Débats du 13 de4 fr.

- cembre 1829. Paris, au Palais - Royal, - Clara, ou le Malheur et la conscience, 1829 , in-8 de 64 pag., 2 fr. mélodrame en 3 actes. Nouv. édit. Paris, Avec un anonyme. Fages , 1813, in-8, 40 C.

Cet écrit a eu une seconde édition la même an

née, in-8 de 60 pages. La prem. édit. est de 1808.

-Enseignement (de l') universel de M. Ja- Erreur et Sympathie, ou la double Illu

cotot en présence de l'enseignement ani- sion, mélodrame en 3 actes. Paris, Barba,

versitaire. Paris, Froment, 1829, in-8 de an x (1802), in-8, 40 c.

52 pages, 2 fr. Reimpr. en 1812, sous le titre d'Erreur et Syin. pathie, on la Comtesse de Saint-Géran.

Réimpr. la même année. - Eustache de Saint-Pierre, ou le Siege

zi. — Funérailles (les) de la liberté, messe

! de Calais, mélodrame historique en 3 act.

nienne. Paris, Corréard, 1820, in-8 de 16p. Paris , Pollet, 1822, in-8, i fr.

- Lettres de M. Grégoire , anc. évêque de - Faux (le) Martin-Guerre, ou la famille Blois, adressées , l'une à tous les journad'Artigues, mélodrame en 3 actes, à spec- lis

listes, l'autre à M. de Richelieu ; précédées tacle, tiré des Causes célèbres. Paris,

et suivies de Considérations sur l'ouvrage Barba, 1808, in-8, 40 c.

de M. Guizot, intitulé : Du gouvernement - Faux (le) Mentor, ou Encore un Tar.

Tar de la France, depuis la restauration, etc. tuffe, com, en un acte. Paris, Dondey-Du

Paris, les march. de nouv. (Corréard), pré, 1820, in-8, 75 c.

1820, in-8 de 64 pages.

Trois éditions de cet écrit ont paru en même - Frédéric de Minski, ou le Tribunal de

temps : la première tirée à 20 exempl., la seconde famille, mélodr. en 3 actes. Paris, Barba, à too, et la troisième à 380. 1810, in-8, 40 c.

-Pétition d'un homme de lettres à la - Gustave, ou le Napolitain, melodrame Chambre des pairs, à l'occasion du projet en 3 actes. Paris, Pollet, 1825, in-8, 40 c. de loi sur la police de la presse (en vers ).

Avec Benjamin ( Antie) et Anicet ( Bourgeois). Paris, de l'imp. de Dondey-Dupré, 1827. -- Ramire, ou le Fils naturel, mélodrame in-8 de 16 pages, 75 c. eu 3 actes. Paris, Barba , 1805, in-8, 40 с. Indépendamment des écrits que nous venons de - Rodolphe, ou la Tour de Falkenstein, citer, M. B. La Roche, a traduit de l'anglais ceux

dont suit la liste : le Cri des Africains contre les mélodrame en 3 actes. Paris, Burba, Europeens leurs oppresseurs (1821), voyez l'hom. 1812 , in-8, 40 c.

CLARKSON ; 2° De l'état actuel de la traite des mèo gres... avec un Avant-Propos du traducteur (1821).

voy. ce titre aux Anonymes; 3° la Fenêtre du gre. drame en 3 actes. Paris, Fages, 1817; nier de mon oncle (1821), soy. Lewis; 4° Leitra in-8, 75 c.

à l'empereur Alexandre sur la traite des poirs Public sous le nom de M. de l'Étoile.

(1822), voy. W. WILDERFORCE ; 5° les OEuvres

poetiques de Geo. Capning, trad. en vers français, - Serfs (les) de la Scandinavie, mélo précédées d'une Nolice sur sa vie (1827). voyez drame en 3 actes. Paris, Barba, 1806, CANNING; 6 Forester , trad. de l'angl. de miss

Edgeworth, precedé d'un Avant-Propos sur l'ap. in-8, 40 c.

plication de la méthode Jacotot à l'étude de l'an- Siège (le) de Paris, mélodrame en 3

glais (1829), Foy. EDGEWORTH; 7° le Vicaire de actes. Paris, le même, 1809, in-8, 40 c. Wakefield, avec une instruction normale el un spe.

cimen de prononciation (1831), voy. GOLDSMITB. - Sigismond, on les Rivaux illustres, mé

Voy. aussi DELAROCHE, CHARNIER, CHAUBRY, For. lodrame en 3 actes et à spectacle, Paris, TAINE et Le FSRK DE LA Roche. Quoy, 1820, in-8, 75 c.

LA ROCHE-AYMON ( Ant.-Ch.-Ét.Avec *" (Varez).

Paul, d'abord comte, ensuite inarquis de), Oatre les pièces que nous venons de citer, M. Rubert Laroche a encore participé pour moitié lieutenant-general, ancien adjudant du on pour tiers à six autres qui sont imprimées. prince Henri de Prasse, pair de France; ( Voy. Jes articles Antié, CUVELIER, DUBOIS, Vict. né à Paris, le 28 février 1972. DUCANGE et Rousseau.

- Cavalerie ( de la), ou des Changements LA ROCHE (Benjamin), homme de

nécessaires dans la composition, l'orgalettres.

nisation et l'instruction des troupes à - Cri (le) des patriotes français sur la

cheval. Paris, Anselin , 1828-29, 2 vol. en loi des élections, ou Un mot d'avis à la

trois parties in-8, 15 fr. Chambre des pairs sur la proposition de

On peut se procurer séparéinent chacune des M. le marq. de Barthélemy, Paris, L'Huil

troit parties qui traitent , savoir : Tom. Jer. Des lier, 1819, in-8 de 68 pages, i fr. 25 c. recrues, les remontes et de l'organisation. Toin. - Défense de la méthode Jacotot : ré- 1.

II, preinière partie. Introduction, ou nouveaux

Développements de quelques chapitres du toun. I'r. ponse aux articles de journaux, principa- Analyse et Réfutation des objections qui y ont été failes. Tom. II, seconde partie. École du cavalier, ces deux editions contiennent près de sept cents du peloton et de l'escadron. – Évolusion du régi maximes auxquelles n'ont pas été jointes les Maxi. ment et de la ligne. - Mode d'instruction militaire. mes chrétiennes, de l'édition de 1705. Mais parmi - Esprit militaire. Prix de chaque partie : 5 fr. près de deux cents maximes qae Ganeau ajoutait à - Introduction à l'étude de l'Art de la celles de l'édition de 1693 , il s'en trouve un grand

[graphic]

nombre où l'on ne reconnait nullement le style de guerre. Weimar, 1802-04 , 4 vol. in-8 l'auteur, et où l'on ne retrouve plus son dessein. avec atlas in-fol. de 6r planches, 62 fr. Ce n'est plus l'homme du monde, l'bomwe cor. Véritable et complete Epircleptilie de Port de la rompu, que ce peintre habile offre à nos yeux; ce

sont des réflexions sur les mystères et la morale guerre , chez les anciens et chez les modernes, sous le titre simple et modeste d'Introduction.

du Christianisme. Le rédacteur de cette nouvelle

édition convient qu'il a travaillé sur un inanuscrit - Manuel du service de la cavalerie lé- trouve dans la bibliothèque de M. de Fourcy. Ce gère en campagne. Paris, Anselin, 1822, inanuscrit álait sans doute d'une autre main que in-12,1 fr.; ou 1831, in-32, I fr.

celle de l'auteur, et les additions doivent être atiri

buées à cette main étrangère. Elles appartiennent – Opinion (son), sur le projet de loi re

vraiseinblablement à celui qui avait trouvé un asile latif au recrutement de l'armée. Paris, de dans la maison de M. de Fourcy, Amelot de la l'imp. de P. Didot ainé, 1818, in-8 de 64 p.

Houssaye. -Quelques Observations sur les rapports - Les inémes (de la même édition), augde MM. Roy et Laffitte, relatifs à la loi des mentées de Maximes chrétiennes (par finances de 1817. Paris, de l'imp. de Fain,

Mme de LA SABLIÈRE : le tout publ. par 1817, in-8 de 32 pages.

R. Pichet). Paris, Ganeau, 1725, ou Paris, – Troupes (des) légères, ou Réflexions Vo Gareau, 1743, et Amsterdam, 1765, sur l'organisation, l'instruction pratique in-12. et la tactique de l'infanterie et de la cava - Pensées , Maximes et Réflexions molerie légère. Paris, Magimel, Anselin et rales, avec des Remarques critiques, moPochard, 1817, in-8, 7 fr. 5o c.

rales et historiques sur chacune des réLA ROCHE-FLAVIN (Bernard de ).

flexiods, par l'abbé J.- B.-L. de LAROCHE. -Arrêts (les) notables de la cour du par

Paris, Ganean, 1737, 1741; Paris, Ga-, lement de Toulouse, recueillis par Bern.

nean et Bauche , 1754 ; et Paris , Prault, De La Roche-FLAVIN. Nouv. édit., avec 1765, in

1765, in-12. les Observations de Fr. DE GRAVEROL, avo

Se conformant à l'édition de 1693, l'abbé de La

Roche rétablit le texte tel qu'il devait étre. cat au parlement de Toulouse. Toulouse ,

C'est cel éditeur que l'abbé Brotier avait en vuo 1720, ou 1745, in-4.

dans le passage suivant : « Les uns , sous le vain La première édition fut publ. à Bordeaux sous le prétexte d'un rapprochement commode, ont fait de titre de Treize livres des parlements de France, 1617,

cet excellent ouvrage un dictionnaire triste et enin-fol. Une quatriène fut publiée en 1682, angin.

nuyeux de morale , qu'ils ont surchargé des pen. des Décisions de pe CON EOLAS , in-fol. Les deux

sées de madame de La Sablière, avec de longs et éditions que nous citons ne renferment pas ces

inutiles commentaires (voy. la Prefacedes Maxines, Decisions.

édition de Brotier ). On peut ajouter que les re

marques de l'abbé de La Roche, en général assez LA ROCHEFOUCAULD (Francois VI, sages et judicieuses, sont quelquefois fausses, duc de), prince de Marsillac, moraliste et comme lorsqu'il prétend qu'il ne peut exister de historien; né le 15 décembre 1613 , mort

jalousie'sans amour, et souvent très-plates. le 17 mars 1680.

-- Les mêmes , avec celles de Mme de La

SABLÈRE, de M. L. D., et de M***. Nouv. I. MAXIMES.

édition. Amsterdam, 1748; ou Lausanne, - Maximes et Réflexions morales. Nouv. 1760, in-12. édit. Amsterdam, 1705, in-12.

- Pensées (les), Maximes et Réflexions Cette edition contient à peu près le même nombre morales de Francois VI, duc de La Rochede maximes que celle de 1643. On y a joint cent

foucauld , avec des Remarques et des inaximes chrétiennes de madaine de La Sablière) rangées par ordre alphabétique.

notes critiques, morales, politiques et – Réflexions, Sentences et Maximes mo

historiques, par AMELOT DE LA Housrales , inises en nouvel ordre (par R. Ps

SAYÉ et l'abbé de La Roche, et des MaxiCHET), avec des notes politiques et histo

mes chrétiennes, par Mme de La SABLIÈRE. riques de M. AMELOT DE LA HoussayE.

Paris, Ve Savoye, 1977, in-12. Paris, Ét. Ganeau, 1914; ou Paris, Bau. - Maximes et Réflexions morales. Nouv. che , 1751, in-12.

édit., avec des commentaires par M. Man. Le commentateur y compare les expressions de zo3. Clèves, J.-B. Baerstecher, 1722, in-8 l'auteur avec celles des Anciens sur les mêmes su de 454 pages. jets. C'est , dit Brotier, un dictionnaire de morale, aussi triste qu'ennuyeux.

Édition imprimée sur de fort mauvais papier.

Dans cette édition les Maximes sont rangées al. - Les mêmes. Paris, Gancau, 1714 et

phabétiquement, et à la suite de chacuna d'elles 1915, ou 1725, in-12.

l'éditeur a placé son commentaire.

[graphic]

Maximes et Réflexions morales pré par son goût pour les beaux livres : plusieurs ont

éte publiés à ses frais. Il y a un exemplaire du cédées d’nne Notice sur son caractère et volume que vons citons, iinpr. sur peau de vélin, ses écrits , par SUARD). Paris, de l'impr. et un autre sur papier de soie. roy., 1978, gr. in-8 orué d'un portrait

Il y a une réimpression de 1820 , dans le format

in. 52. par Choffard.

9° Paris , P. Didot ainé, 1815, in-8, 4 fr. 50 c.; Belle edition, mais qui a été tirée à assez grand pap. vélin, 7 fr. 5o c.; et gr. pap. vélin. 15 fr. nombre pour n'être pas rare : 6 à 9 fr.; vendu, Édition formant le 22° volume de la Collection beaux exemplaires rel. en m. tab., avec le por des meilleurs ouvrages de la langue française , detrait de La Rochefoucauldi, par Choffard, 24, 3o diée aux ainateurs de l'art typographique, etc. * et 43 fr. Il en a été tiré sur papier de Hollande. 10° Paris, Ménard et Desenne, 1815, on 1825,

On a tiré aussi deux exemplaires sur un papier in-Is avec un portrait, 2 fr.; pap. velin, 4 fr.: particulier, plus mince, et d'une pâte plus fine sur format in-12, 2 fr. 5o c. i et pap. vel., 3 . que le papier ordinaire. Vendu, avec le dessin Édition faisant partie de la « Bibliothèque franoriginal du portrait, l'eau-forte el deux épreuves caise »). differentes de la même planche, 160 fr. d'O....

- Les mêmes. Londres, 1784, in-18. Depuis la mort de Larochefoucauld, les editions du livre des Maximus ont été très-multipliées ; mais Il a été lire de cette édition des exemplaires il n'en est aucune dont le texte n'ait souffert de sur velin. nombreuses altérations. M. Suard est le premier - Réflexions on Sentences et Maximes qui se soit perinis cette espèce d'infidélité. Brotier

murales, avec des Observations de M. comptait plus de cinquante maximes déplacées, al. térées et défigurées dans son édition. La licence a

l'abbé Gabr. Brotier. Paris, Mérigot, 1,89, été plus loin. On y supprimat des maximes du pet, in-8 pap, fin, 5 fr. duc de La Rochefoucauld, et on introduisit dans le corps de l'ouvrage vingt-quatre autres qu'il avait

Édition très-estimée, mais qui a été effacée par rejetées pour les plus justes raisons. Par une nou.

celie publiée, en 1822, par M.A. Martin. velle supercberie, on annonça au public que c'était, éditions de La Rocbe et de Brotier, quoique le

Il y a plusieurs differences essentielles entre les d'après les manuscrits de l'auteur que l'on faisait ces

nombre des Maximes étant absolument le meine. cbangenents , et qu'on l'enrichissait de nouvelles Maximes ( voy. la Préface des Maxines, édition de

on puisse croire au premier coup-d'cil que i'une Brotier ); mais ce qui prouve jusqu'à l'évidence

est copiée sur l'autre. Mais La Roche avait suiti i

l'édition de 1693, et Brotier a préféré celle de que ce manuscrit est suppose, c'est que toutes les corrections sont grammaticales, et qu'on y fait

1678, comme faite par l'autenr lui-inème. On parler à Larochefoucauld une langue dont les règles

troure en tête une Notice des ouvrages de Gabriel n'ont été posées que par les grainmairiens du xvure

Brotier, par A.-C. Brotier, son neveu. siecle. Celle édition a pourtant servi de type à un

Le savant Brotier s'est élevé avec force contre les grand nombre de reimpressions, personne n'ayant

falsifications du texte de La Rochefoncauld par pris la peine de la comparer avec celles publiées

Suard; mais soit qu'il n'ait pu se procurer les par l'auteur.

éditions originales, soit qu'il n'ait pas eu le temps

de mettre la dernière main à son travail, l'édition Les principales reimpressions de l'édition de Suard , et avec sa notice , sont celles de :

qui porte son nom n'est point exemple de ce genre 1° Paris, de l'impr. de Monsienr ( Didot jeune),

de fautes. M. Aimé. Martin en a compté cinquante 1979, in-1 8 orné d'un portrait gravé par Gauché.

cinq qui n'ont pu être faites que par l'editeur. Jolie édition : 3 à 4 fr.; pap. de Hollande , 6 à

( Voy. l'Avis de l'éditeur en léte de l'édition de

M. Aimé. Martin). fr. Des exempl., impr. sur vélin , ont éle vendus

us Le P. Brotier a prétendu dans son édition des 50,98 et 145 fr.

« Maxiines » que les « Reflexions diverses de M. de . 20 Paris , Didot jeune, 1782 , pet. in.I.

LR R***, insérées dans le tomjer du Recueil de 3° Paris, de l'impr. de P. Didot,196, gr. in-4 Pièces de l'abbé Granet, Paris, 1731 , in-12, etaient pap. vélin, 12 à 2 i fr. Belle édition, imprimée à 250 exempl., et qui

du duc de La Rochefoucauld, et tous les éditeurs fait partie de la « Collection des auteurs classiques

des meines « Maximes » l'ont répété après lui :

mais il est certain que les Peflexions diverses sont francais imprimnée pour l'éducation du Dauphin». de La Riviere, sieur de Coucy.

4° Paris, de l'impr.du même, 1996, in-18, 3 fr.; Le texte de l'édition du P. Brolier a ele pap, velin, 5 fr., el gr. pap., 8 fr 5° Paris, Plassan, an vul(1800), in:18, 1 fr. 25 c.

par qnelques éditeurs , par Delisie de Sales entre

autres : M. Fortia-d'Urban declare avoir profité du 6° Edition stereotype. Paris, P. Didot l'aine, 1802, 1811, in:18, 60 c.; pap. fin, 80 c.; pap.

travail de Brotier, sans pourtant le suivre aveu.

glement. vélin, 2 fr. JOC.; et grand pap. vél., 3 fr. 5o c. Cette édition a été reinprimnée en 18297 pour

- Maxines. Nouvelle édition (précédée la « Nouvelle Bibliothèque des Classiques fran- d'un Avis des éditeurs et d'un Essai sar cais »)imprimée sur les clichés de MM. Didot. 20 Paris, Renard, 1805, il-18, 75 c.

l'auteur, par Delisle DE SALES ). Paris, ge Edition ornée du portrait de l'auteur, gravé

1794 , in-18; 00 1796, 2 vol. in-12. d'après Petitot, par P. Choffard, et d'un modèle - Les mêmes, Paris, Bastien, an IV de son écriture, par Miller. Paris, Blaise, 1813, in 12, 3 fr., et pap. vélin , 6 fr.; ou in.8, pap.

(1795), in-8. ordin., 6 fr., et pap. vélin satiné, 24 fr.

Il y a des exemplaires sur papier vélia. Édition dont il n'a été tiré que 400 exemplaires, -Les roèmes. Paris, Deveall, an iv (1795), savoir : in 12 pap. ordinaire, 200 ; sur pap. vél., 50; in-8 pap. ordinaire, 100; et sur pap. vel. ,50.

in-18, ifr. Plusieurs variantes, tirées des managerits de - OEuvres morales, ou Maximes et Rél'auteur, ont été ajoutées en notes au bas des pages flexions de Francois, duc de La Rocheoù se trouvent les Pensées lelles qu'elles ont été

on et can publiées dans toutes les éditions de cet ouvrage.

Le libraire Blaise s'est acquis de la réputation ponr la preinière fois, et terminées par une Table alphabétique des matières, plus italiques, et les Pensées sont numérotées en chiffres

arabes. ample et plus commode que celles des édi.

Quoique magnifiques l'ane et l'autre , l'édition tions précédentes. (Par M.de Fortia-D'UR in-4 est de quelque chose supérieure par la typo. BAN), Avignon, Ve Seguin, et Paris, Ch. Pon- graphie à l'in.fol. ,

L'edition gr. in-4 a été tirée à 255 exemplaires, gens; Bossange, Musson et Besson, an x dont 150 's

dont 150 sur papier velin; l'edition in fol. a été (1802), 2 vol. pet. in-12, de 268 et 296 p. tirée à 125 exemplaires, et l'in-8 à 120 eremUne première édition avait déjà paru en 1796

plaires sur papier velin royal , et 100 sur papier ( Paris, Desenne, in 12 de 278 pages), laquelle a

vélin ducal : il y a de plus unexempl. sur velin. elé contrefaile à Bâle par Decker. Le premier vo.

Brun.

Il parait, dit M. Brunet, que Bodoni a suivi, Jure, de l'édition de 1802 , contient la Vie de La Rochefoucauld , formant 39 pages, et pour laquelle

pour ses éditions, celle de Londres 1799: il aurait l'éditeur a mis à contribution les inémoires du

mieux fait sans doute de s'eu tenir aux belles édi. temps et la notice que Suard mii en tête de son éli.

tions imprimées en France. tion (1978, in-8); le portrait du duc de La Roche - Les mêmes (avec le portr. del'auteur, écrit foucauld, peint par lui-même, et un autre par le par lui-même, et une courte Notice sor cardinal de Retz; une Notice sur les différentes editions des Maximes, au nombre de 19 ; ses .

sa vie, par J.-B.-M. GENCE). Édition flexions morales , commençant à la page 65, et finis. stéréotype d'Herban, d'après son procédé sant à la page 153. Elles sont au nombre de 50.1, perfectionné. Paris, Treuttel et Würtz, en y comprenant l'article plus long que les autres

1820, in-18, i fr.; et sur pap. vélin, sur la fausseté du mépris de la mort. L'edition orizi. nale n'en contient que 316 ; l'article dont nous ve. 2 fr. ; ou in-12, 1 fr. 50 c., et pap.vél., 3 fr. nons de parler est séparé du reste par une vignette, – Réflexions ou Sentences et Maximes et ne fait pas nombre avec les Maximes. Viennent

morales. Nouv. édit., publ. par L. Aimé ensuite les premieres Pensées, ou celles que l'auteur avait supprimées dans sa dernière édition , qw se Martin. Paris, imp. de Crapelet.-Lefèvre,

MAR trouvaient dans l'une ou l'autre des quare pre. 1822, in-8, avec portr. par Bertonpier,

18 mières, et que Gabr. Brotier a rassemblées dans

6 fr. – Autre édition augmentée de poula sienne; suivies de Riflerions diverses, tirées du premier volume du Recueil de pièces d'histoire et velles notes et remarques et de quelques de littérature , publ. eu 1931 par l'abbe Fr. Graniet, morceaux inédits). Paris, Lefèvre (* A. lesquelles Reflexions sont plutôt, ainsi que nous

André), 1827, in-8 avec portrait, 5 fr., l'avons deja dit, en citant l'édition de Brotier, de La Rivière que du duc de La Rochefoucauld, enfin, et sur très-grand papier vélin , 15 fr.

et sur une Table des matières excellente, et qui peut La meilleure édition de cet excellent livre. Elle a servir de modèle en ce genre termine ce volame. été faite sur la dernière revue par le duc de La Le second volume contient des Principes et Ques. Rocbefoucauld , et imprimée en 1678, dit l'editeur; tions de morale naturelle, par M. de FORTIA D'UA- mais plus certainement d'après celle de 1693, la BAN, et que cet auteur a destiné à servir de sup seule qui contienne 504 maximes. Tout ce qu'a plément el de correctif aux OEuvres morales de la fourni le travail de M. Aimé Martin sur les preRochefoucauld. Une partie des Maximes de La Ro- mières éditions se retrouve dans celle-ci ; mais l'échefoucauld est fondue dans ce petit ouvrage, qui diteur a cru nécessaire de faire une distinction entre

diteur a cru necessaire de faire une parait ici pour la seconde fois. Il fut publié seul les Maximes que l'auteur avait supprimées et celles en 1781, et accoinpagna, comme en 1802, les dont il n'avait que cbangé la rédaction. Les preMaximes en 1796. Le reste du volume, depuis la mières sont rejetées dans un supplément; les sepoge 135, est reinpli par des observations et éclair. condes, devant être considérées comme des vacissements. C'est là, dit Chardon de la Rocbette riantes, ont trouvé place au bas du texte. Cette (Magas. encycl., vue année, tom. VI. p. 484), édition est ainsi composee: ° Portrait du duc de que l'éditeur pèse dans sa balance chacune des La Rochefoucauld, fait par lui-même, imprimé en Maximes, l'approuve, la refute ou la développe. 1658; 2° Autre, par le cardinal de Retz ( ainsi quo Il cherehe à imiter la précision et le tour vif de La dans l'édition de M. Fortia-d'Urban ); 3° Reflexions Rochefoucauld, et très souvent il y réussit : Ces morales, au nombre de 504 ( comme dans l'édit. de Observations annoncent un esprit délicat et Gin, ac. 1693 ); 4° Supplement : Pensées supprimees par coutumé à raisonner ses lectures et surtout à étu. l'auteur, avec la date des éditions ; 5° les Reflexions dier les homines,

diverses (attribuées par Brotier au duc de La RoCelte édition a été reproduite l'année suivante,

chefoucauld, et qui sont) tirées du Recueil de comme une troisième édition.

pièces d'histoire et de littérature, publ. par l'abbé

Granet, 6o Table générale des matières , fort éten- Les mêmes. Londres, L'Homme, 1799, due : celle de l'édition de M. Fortia-d'Urban a été grand in-8 pap. vélin.

mise à profit par M Aimé-Martin. Édition qui a servi de type à celle qui suit.

L'édition de 1827, qui forine le 71 volume de la

des Classiques français » publice -Les memes. Parme, V. Bodoni , 1812, par M. Lefèvre, contient, entre autres augmeniagr. in-4 et gr, in-fol.

tions, un second supplement, formé de neuf pen

sées tirées des Lettres manuscrites (à Madame de Magnifiques éditions, destinées à l'éducation Sablé) qui se trouvent à la Bibliothèque du roi. des enfants de Joach. Murat, alors roi de Naples. Ce dernier supplement a été pris par l'edileur,

Dans l'édition gr. in-4 , l'épitre dedicatoire est dans l'édition des OEuvres de notre moraliste, en caractères romains; les Pensées sont numérolées publié par un de ses descendants, le marquis de en chiffres arabes. Dans l'édition in-fol. , l'Épitre La Rochefoucauld-Liancourt. dedicatoire est en caractères italiques, et les Pen- Au noment où M. Ainé-Martin publiait pour la sées nuinérotées en chiffres romains. La justifica première fois (en 1822 ) cette édition faite avec tion de ces deux editions n'est la même ni pour tant de conscience, il publiait aussi , pour satisla longueur , ni pour la largeur. Dans l'édition faire aux exigeances de la congregation, vraisem grand in-8. l'Epitre dédicatoire est en caractères blablement. un coin mentaire du meine livre, 10

[graphic]

quel a para sous ce titre : Examen critique des · Ces Pensées sont tirées , dit l'éditeur, soit des flexions ou Sentences et Maximes morales de La Ro- manuscrits de M. de La Rochefoucauld, inconnus chefoucauld. Paris, Lefèvre, 1822, in-8 de 156 pag. jusqu'à ce jour, soit de sa Correspondance parti. Les pages 141 à 156 sont remplies par des Obser- culière ; mais il est évident que c'est une imposture. vations inédites de madame de La Fayette ( ou attri. Il n'y a pas dans ce livre un mot qui ne soit indigne buées à cette dame) sur le même livre. C'est un choix d'un homme de bon sens. de notes trouvées sur un exemplaire des Maximes de

- Réflexions, on Sentences et Maximes La Rochefoucauld, appartenant à M. de Cayrol, ancien député. Ce coinmentaire a été joint seule.

morales. Paris, L. Debure , 1824 , in-32 , inent aux exemplaires des Maximes, destinés aux 3 fr. jésuitières et aux congreganistes.

Édition faisaul partie d'une petite collection inDans ce commentaire aussi fanatique qu'inju- titulée: « Classiques français » rieux, M. Aimé-Martin s'est imposé la tâche, dif

- Maximes de LA ROCHEFOUCAULD, avec ficile et pénible, de prouver que l'illustre auteur d'un des ouvrages qui font le plus d'honneur leurs paronymes, par le bar. MASSIAS. à la littérature francaise, était athée. Rien n'est

182 plus convenable pour faire connaitre l'esprit dans Marimes de LA ROCHEFOUCAULD. avec lequel est rédigé ce commentaire que de citer ici quelqnes phrases de son auteur : « Voulant écrire toutes les variantes, et une Notice sar sa « de l'homme, et se tracer une route nouvelle, dit vie, snivies d'un choix de Pensées de VAU« M. A. Martin, page re de son Introduction,

VENARGUes. Paris, Lemoine , 1827, 2 vol. « l'illustre auteur des Marimes nie, dès l'abord, « l'existence de la vertu, Ainsi débarrassé du seul in-32 , 1 fr. 5o c. « titre que nous ayons devant Dieu , il nous livre -- Reflexiones o Sentencias y Maximas « au neant, et marche rapidement à l'athéisme.

morales, traducidas del frances al castelu Cette accusation, qui peut surprendre , ne restera « pas sans preuve. Les doctrines de La Rochefou, lano. Por don Narc. ALVARO Y ZEREZA, « cauld sont beaucoup plus mauvaises que leur Paris, Masson y hijo, 1824, in-is. « réputation. Elles s'appuient sur l'égoisme, vice

- Maximes et Réflexions morales , trad, « honteux qui isole l'homme, mais que l'auteur « conlond à dessein avec Vamour de soi, sentiment en grec-moderne par Wladimir BRUNET; « conservateur, qui unit les sociétés..... Pour rev. et corr. par Geo. TasOCHAROPOULOS, « écrire de la morale, dit plus loin le commentauteur, il a manqué à La Rochefoucauld de bien

de Patras, avec une traduction anglaise en « connaitre ce qui etait vice et verhu. Il s'est égaré

regard. Paris, F. Didot, 1828 , in-8, 6 fr. « faute de définition, et ses erreurs ont été d'au. 50 c. « tant plus graves que son esprit avait plus d'éten

La traduction anglaise est en regard du texte a dae. » M. A. Martin termine son Examen critique

Examen critique français : la traduction grecque est sur les recto et par ces réflexions : « Une religion qui n'enseigne

verso, au dessus du texte, coinme au-dessus de la « que l'amour aurait pu me fournir contre mon traduction anglaise. « adversaire des armes invincibles. Mais devais-je La prem. édition de ces Réflexions parut en 1665, « en faire usage pour renverser un prétendu traité in-12, sous ce titre : Réflexions ou Sentences et Mari. « de morale ou le nom de Dieu ne se trouve pas une mes morales (par le duc de La Rocbefoucauld), u seule fois ! Qu'on ne s'élonne done plus des erreurs avec un discours sur les u Reflexions » (par Segrais), « de La Rochefoucauld. C'est une vérité que le

Paris, Barbin, qu'on a supprimé dans les dernières « monde entier révèle, que nous ne pouvons, sans édit. Cette première édition renferme 317 maximes, « nous égarer, oublier un moment la plus haute de en comptant la dernière sur la mort, qui ne porte « nos pensées : celle de Dieu. J'ai donc préféré com pas de nuinéro. L'édition de 1666 (la seconde } « battre l'auteur des Maxines à arines égales, etc. »

fut réduite à 302 maximes. Celle de 167 en renAu nombre des pièces curieuses que doit renfer- ferme 34 : c'est dans cette édition que se trouve, mer une édition des Maximes de La Rochefoucauld

Maximes de La Rochefoucauld pour la première fois, l'epigraphe : Nos vertus ne que publiera prochainement le marquis Gaëtan de sont le plus souvent que des rices déguisés. En 1678 La Rochefoucauld se trouvent des lettres inédites de parut la sixième, où le nombre des maximes seplusieurs prélats et de personnages aussi élevés par lève à 502. C'est la dernière revue par l'auteur. La leur piété que par leur rang, dans lesquelles les septièine , publiée en 1693, est auginentet de Maximes sont jugées tout différenment que par deux maxiines. On prétend que Corbinelly a eu part M. Aimé Martin.

à ces excellentes Reflexions; qu'il les avait redi. - Les mêmes ( de la même édition). Pa gées, et qu'il avait donné, du moins à la plupart, ris, Lefèvre; Sautelet; Lugan, 1827, in-64.

le tour inimitable qu'elles onl. Ce qu'il y a de cer

tain, c'est qu'il se glorifiait d'avoir eu une part Édition en caractères microscopiques.

considérable à ce travail, et qu'il avait beaucoup --Maximes. Nouvelle édition, avec toutes

de goût pour celte sorte d'étude; car son grand

altrait était de tout réduire en maximes; et la plu. les variantes , et une-Notice sur la vie de

part de ses inanuscrits sont des recueiles de mari. l'auteur. Par P.R. AUGUIS. Paris, Froment, mes. Il avait composé, il y a quelques annees 1823, in-18 portr.

« l'Histoire de la maison de Gondy », dont il se

disait allié. Ce sont deux gros in-4 passableineut La Notice de M. Auguis est copiée dans Saard

bien imprines, et dont madame de Lesdiguières, et Palissot.

qui vient de mourir, fit la dépense. Il donna à cette - Pensées et Maximes de LA ROCHEFOU maison la plus iliustre origine, et ne lui épargna

pas les illustrations. » CAULD et VAUVENARGUES, Paris, Salmon,

Cette note est extraite de celle que Datillot a 1823, in-32 avec portr., 2 fr. 50 c. écrite vers 1920 en tête d'un volume inanuscrit in. - Pensées et Maximes inédites, recueil. titulé : « Lettres de M. de Corbinelly à diverses lies et publiées par E. L. Paris, Renard ;

personnes, in-4 de 163 pages. Je me contenterai

d'ajouter, dit A. A. Barbier, de qui nous einprunPrudhomme , 1824, in-32.

tous cette nole ; que l'on a imprimé de Corbigelly.

« IndietroContinua »