Immagini della pagina
PDF
ePub

LA VENTE AURA LIEU

Le lundi 3 février 1862 et les 18 jours suivants,

à 7 heures du soir,

Rue des Bons-Enfants, 28, Maison Silvestre

SALLE N° 1,

Par le ministère de M° PEYNAUD, commissaire-priseur , rue de Tournon, 12.

PARIS. - IMPRIMERIE DE AD, R. LAINÉ ET J. HAVARD, RUE JACOB, 56.

DES

LIVRES RARES ET PRÉCIEUX

IMPRIMÉS ET MANUSCRITS ,
DESSINS ET VIGNETTES,

COMPOSANT LA BIBLIOTHÈQUE

DE FEU M. LE COMTE H. DE LA BÉDOYÈRE

ANCIEN OFFICIER SUPÉRIEUR DES GARDES DU CORPS

DES ROIS LOUIS XVIII ET CHARLES X,
CHEVALIER DE SAINT-LOUIS, DE LA LÉGION D'HONNEUR

ET DE SAINT-FERDINAND D'ESPAGNE,

[merged small][graphic][merged small][merged small]
[blocks in formation]

M. Noël-François-Henri HUCHET, comte de LA BÉDOYÈRE, chevalier de Saint-Louis, de la Légion d'honneur et de Saint-Ferdinand d'Espagne , membre de la Société des Bibliophiles français, mort à Paris le 18 juin 1861, était né dans la même ville en novembre 1782. Il était d'une très-ancienne famille de Bretagne. Entré dans les Gardes du corps en 1814, il fit la campagne d'Espagne en 1823, et quitta le service en 1830, avec le grade de colonel de cavalerie.

M. le comte de La Bédoyère avait fait de très-bonnes études. Une parfaite connaissance des langues classiques et de la plupart des langues modernes ouvrait de vastes horizons à son esprit. Son goût le portait vers les études historiques et littéraires. Les chefs-d'oeuvre de tous les temps et de tous les pays lui furent bientôt familiers. Non content d'en faire ses délices, et voulant faire partager à d'autres quelques-unes de ses jouissances, il entreprit la traduction de deux ouvrages qu'il affectionnait particulièrement. Celle de Werther parut en 1804. Ce n'était pas une reproduction servile de l'original; c'était plutôt un Werther arrangé pour les lecteurs français. Cinq ans plus tard, en 1809, il en donna une traduction fidèle et complète. En 1845, il refit pour la seconde fois sa traduction, et publia son édition définitive.

Entre la seconde édition de Werther et la troisième, il fit paraître, en 1833, une traduction du Tom Jones de Fielding, qu'on s'accorde à regarder comme la meilleure. Il

« IndietroContinua »