Les premieres compilations françaises d'histoire ancienne

Copertina anteriore
1885 - 81 pagine
0 Recensioni
Google non verifica le recensioni, ma controlla e rimuove i contenuti falsi quando vengono identificati

Dall'interno del libro

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 1 - Suétone (XIII) dit que César obtint la dignité de pontife* maximus, il dit sans broncher que César « fu evesques ». Ses guerriers, vêtus du haubert et du heaume, ont tout à fait l'allure de chevaliers du moyen âge ; ses récits de bataille, pour être traduits de Lucain ou de César, semblent empruntés à un roman de chevalerie. Son œuvre n'a rien de commun avec l'érudition : c'est de l'histoire ancienne mise à la portée des gens du moyen âge. Elle n'en est pour nous que plus intéressante,...
Pagina 13 - Nil agis hac ira: tabesne cadavera solvat •i» An rogus, haud refert; placido natura receptat Cuncta sinu, finemque sui sibi corpora debent. Hos, Caesar, populos si nunc non usserit ignis, Uret cum terris, uret cum gurgite ponti. Communis mundo superest rogus ossibus astra •»
Pagina 1 - Omnis homines qui sese student praestare ceteris animalibus summa ope niti decet ne vitam silentio transeant veluti pecora, quae natura prona atque ventri oboedientia finxit. Sed nostra omnis vis in animo et corpore sita est; animi imperio, corporis servitio magis utimur; alterum nobis cum dis, alterum cum beluis commune est.
Pagina 2 - La vie de l'orne est bries, mes vertuz, resons et engins fet longue la mémoire de l'orne après la mort, car la gloire de biauté et de richesce est frelle et tost trespassée. Granz estrivemens fu entre les enciens pour savoir conment chevalerie pooit estre essauciée, ou par force de cors ou par vertu ou par sens de cuer, car avant que l'en face la chose doit l'en conseil prendre ; après le conseil doit suivre le fet. Ne vaut donques riens conseil sanz oeuvre, ne oeuvre sanz conseil. Pour ce...
Pagina 7 - De cel theatre que je vos di duroit encore une partie en estant au jor que li rois Phelipes conmença Paris de murs a ceindre par devers Petit pont (fol.
Pagina 3 - Quant je lis de Julius Cesar que Luce Silla apeloit le vallet mauceint, si me menbre de Monseigneur le roi Phelippe de France que l'en pooit bien apeler le vallet maupingné, quant il estoit juenes, car il estoit tous jours hericiez ; ne il n'ot pas meins de sens en lui qu'an Julius Cesar, fors seulement de letres ; ne n'ot pas mains a faire que Julius Cesar ot. Et encontre ce que Julius fu letrez, iert li rois sanz malice. Nous verrons bientôt que le roi Philippe, sur lequel nous avons ici un témoignage...
Pagina 9 - Inde moras solvit belli tumidumque per amnem »> Signa tulit propere. Sicut squalentibus arvis Aestiferae Libyes viso leo comminus hoste Subsedit dubius, totam dum colligit iram; Mox, ubi se saevae stimulavit verbere caudae Erexitque...
Pagina 1 - Sed nostra omnis vis in animo et corpore sita est; animi imperio, corporis servitio magis utimur; alterum nobis cum dis, alterum cum beluis commune est. Quo mihi rectius videtur ingeni quam virium opibus gloriam quaerere et, quoniam vita ipsa qua fruimur brevis est, memoriam nostri quam maxume longam efficere.
Pagina 36 - Cy fine la bataille et destruction de ceulx de la cité deThebes, nouvellement imprimé a Paris pour Pierre Sergent libraire demeurant en la Rue neufue Nostre Dame a l'enseigne Sainct Nicolas. Cette édition a été réimprimée dans la collection Silvestre. M. Constans dit s'être assuré par une comparaison attentive
Pagina 13 - Li uns. voient d'armes, se leissassent desconfire sanz grant estour et sanz grant perte de ça et de la (fol. 146 d). Mais il a puisé à une source qu'il ne nomme pas, et qui pourtant a été la plus abondante : son imagination échauffée par la lecture des chansons de geste. Toute la bataille de Pharsale est racontée en style épique. Il nous...

Informazioni bibliografiche