Immagini della pagina
PDF
ePub

sante

sumer que

dès ce temps-là il se l'âme et de son immortalité; un trouva des personnes pieuses et du Paradis et de la félicité de zélées qui travaillèrent à ins- l'âme; un de l'Enfer et de ses truire au christianisme les sau tourmens, imprimés à Venise vages de ces contrées. Cependant en 1494. (Dupin, Biblioth. des on ne compte proprement l'éta- Auteurs ecclésiastiques , quinblissement de la foi dans ce pays zième siècle.) qu'en 1615, le 24 avril, que les CANALIS (Barthélemi), né à pères Denis Jamay, Jean d'Os- Monza dans le duché de Milan, beau, Joseph Le Caron, récol en 1605, entra dans la congrélets, et un frère-lai, partirent gation des clers réguliers Barnad'Honfleur pour jeter les pre- bites en 1627, et s'y distingua miers fondemens du christianis- surtout par sa piété et par son me dans la Nouvelle-France. Les amour pour la retraite. Il mouPères jésuites suivirent ces pre- rut à Monza , au commencement miers ouvriers en 1637 et 1638, de 1684. On a de lui, 1° Diario et tous de concert y firent de si spirituale ouvero meditazioni per grands progrès, que l'Église de tutti li giorni dell'anno, à MiCanada devint bientôt floris- lan, à Rome, et ailleurs. Cet par

la conversion des Hu- ouvrage a été traduit en plurons, des Algonquins, qu'ils al- sieurs langues. On en a fait une laient chercher dans le milieu quatrième édition à Milan, en des bois, et pour le salut des 1714, 3 vol. in-12. 2° La verita quels ils s'exposaient généreuse- scoperta al Christiano, Milan, ment au feu et au fer des Iro- 1694, 3 vol. in-8°. Cet

ouvrage quois. Quelques zélés ecclésias- n'a paru qu'à la mort de l'autiques ont voulu aussi avoir part teur ; il a été très-bien reçu des à cette cuvre du Seigneur. Il sayans, et il a été réimprimé à en partit un bon nombre de Paris Venise vers l'an 1745. (Biblioth. quelques années après ; et on vit Script. Mediolan.) se former un siége épiscopal à CANAPIUM , siége épiscopal Québec avec un clergé plein de de la province proconsulaire vertu et d'ardeur pour la conver- d'Afrique , dont on trouve un sion de toute la Nouvelle-France. évêque nommé Rédemptus, sousSon premier évêque fut N.... de crit à la lettre synodale de cette La Vale , qui de vicaire aposto- province, dont il est fait menlique monta sur

tion dans la conférence de Carsiége, lequel fut doté

par
Louis-

thage(D. 1, c. 133, Not., n. 203). le-Grand" en 1674. (Mém. de Ptolémée appelle ce lieu CanoľÉglise, pag. 85. V. QUÉBEC:)

pisium, et le place entre Tabrac CANALES (Jean), cordelier et Utique. de Ferrare dans le quinzième CANARIES, insulce Canarice, siècle, a laissé un traité de la îles d'Afrique dans l'Océan AtVie céleste; un de la nature de lantique , appelées autrefois For

ce

nouveau

tunées ou Heureuses. Il y en paroisses. L'évêque jouit de dix a sept de grandes, dont la prin- mille ducats de revenus. cipale porte le nom de Canarie; les autres sont , Ténérife, la Evéques des Canaries dont nous plus grande de toutes; Fuerté avons connaissance. rentura, Lancarote, la Goméra, l'Ile-de-Fer et Palma. Elles fu 1. D. F. Melchior Cano, dorent découvertes par Jean de minicain , premier professeur en Betancourt, gentilhomme fran- théologie des Universités d'Alçais , qui en prit possession, au cala et Salamanque, abdiqua en moins de deux, en 1417. Ferdi- 1553. (Voyez MELCHIOR Cano.) nand Péraza prit les autres en 2. D. Christophe de Véla , 1445. La Canarie fut soumise au d'Avila , transféré à Burgos en roi d'Espagne par Pierre de Véra 1579. en 1483; Palma en 1493, par 3. D. Barthélemi Garcia XiAlphonse - Ferdinand de Lugo, menez , chanoine de Séville et qui se rendit aussi maître de Té. évêque de cette Église , en 1665. nérife en 1496. La Canarie est 4. D. Jean de Tolède , transéloignée de quatre-vingt-dix féré à Léon en 1669. milles de la côte d'Afrique et du 5. D. F. Jean de Guzman, corBildalgérid, et Fuerterentura de delier, natif de Tolède. soixante. Il ya encore sept autres 6. D. Luc Conéjéro, transféré iles qui sont plus petites , qui à Burgos en 1924. sont désertes et inutiles. Les prin- . 7. D. Jean-François Guillen, cipales villes sont Civitas Palma- transféré à Burgos en 1751. rum,

la Ciudad de las Palmas, 8. D. F. Valentin Moran, de dans l'ile Canarie , et Laguna l'Ordre des Carmes. dans Ténérife, éloignées de deux CANATH, ville épiscopale de cents lieues de Cadix, et de la la province d'Arabie, au diocèse côte la plus proche d'Espagne. d'Antioche, sous la métropole

Ferdinand-le-Catholique ayant de Rostres. Ptolémée , Pline et conquis ces îles sur le seigneur de Josephe la mettent dans la décaBétancourt, y établit un évêché pole de l'ancienne Célésyrie. C'est l'an 1480, qui s'étend sur toutes; l'ancienne Canath dont il est et comme Séville est l'archevê- fait mentionauch.32 des Nomb., ché qui en est le plus proche , il v.42; et i Paralip., 2, v. 23, ordonna qu'il en serait suffra comme saint Jérôme le remarque gant. Son Chapitre est composé après Eusébe. Théodose, qui asde huit dignitaires, de seize cha. sista au concile ou plutôt au brinoines et de douze prebendiers. gandage d'Éphèse , et qui se réLa juridiction épiscopale s'étend tracta dans celui de Chalcédoine, sur toutes les îles, lesquelles en était évêque. renferment quatre villes, qua

CANAVÉRI (Jean Baptiste ), rante-six bourgades et cinquante évêque de Verceil, naquit à Bor

gomaro le 25 septembre 1753. Il CANAYE (Jean), jésuite , né fut reçu docteur à l'âge de dix- à Paris, entra dans la société à huit ans dans l'Université de Tu- l'âge de dix-sept ans en 1611. Il rin, où il avait terminé ses étu- fut recteur du collége de Moudes, et s'attacha à la congréga- lins, de celui de Blois, missiontion du Saint-Oratoire de cette naire dans les armées, et mourut ville. Déjà compté au nombre des à Rouen le 26 février 1670. On sayans, Canavéri se destina à la

a de lui, r: un recueil de Lettres chaire, et les talens qu'il déploya des plus beaux et meilleurs esdans ses discours le rangèrent prits de l'antiquité touchant la bientôt parmi les grands prédi- vanité du monde, 1629, in-8°. cateurs. Il se servit du crédit que 2° Un éloge du Roi victorieux et sa réputation lui donnait à la 'triomphant de la Rochelle , dans cour pour fonder divers établis- le recueilintitulé: Ludovici XIII, semens pieux. C'est sous la pro- triumphus de Rupella capta, ab tection de Mme Victoire, sour alumnis Claromontani collegii du Roi, qu'il établit une maison F.J. celebratus , à Paris, 1628, de retraite pour les dames no- in-4. 3. Diverses poésies sur la bles, à laquelle il donna les plus prise de la Rochelle , dans le mêsages réglemens. Il fut nommé me recueil. en 1799 à l'évêché de Bielle, et CANCER (Jaïme), connu sous sacré à Rome le 6 août ; mais il le nom de Jacques Cancer, Espase démit de ce siége en 1804; et gnol, natif de Barbastro dans le lors de la nouvelle organisation royaume d’Aragon , mourut sur des diocèses, il fut promu, le la fin du seizième siècle à Barcejer février 1805, à l'évêché de · lone , où il exerçait la profession Verceil, aụquel se trouvait réuni d'avocat, et laissa un ouvrage celui de Bielle. Il devint bientôt excellent

que nous avons , après premier aumônier de Ma- trois volumes , sous ce titre : dame-mère, et membre du con Variæ resolutiones Juris Cæsaseil de la grande-aumônerie. Il rei, pontificii, et municipalis mourut le 13 janvier 1811. On a principatus Cathalonice. (Nicolas de lui, 1°plusieurs Panegyriques, Antonio, Bibl. hispan.) entre autres ceux de saint Joseph CANDA (Charles du), natif de et de saint Eusébe, évêque de Saint-Omer en Flandre , chaVerceil. 2° Lettres pastorales. noine et prieur de Dommartin, 3• Un ouvrage considérable , in- de l'Ordre de Prémontré, a vécu titulé: Notizia compendiosa Dei dans le seizième et le dix-sepmonasterii della Trappa fondati tième siècle. On a de lui , 1° La dopo la rivoluzione di Francia, vie de saint Thomas, archevêque Turin, 1794, in-8°. Nous ayons de Cantorbéry, avec les constiencore de Canavéri d'autres ou- tutions royales qui ont causé son vrages manuscrits qu'on se pro- éxil et son martyre , et les mipose de faire imprimer. racles advenus par son interces

en

sion en l'abbaye de Dommartin, montagnes de même nom. C'est près de Hesdin en Artois, à aussi une petite partie de l’AlSaint-Omer, in-4o. 2o Charles banie où est une ville appelée du Canda a traduit de l'italien aussi Canovia. Elle est épiscopale en français, la vie, la sainteté, sous Durazzo ou Duras. Elle est les miracles et les actes de la ca- ruinée depuis quelques siècles. nonisation de saint Charles Bor- Son diocèse renferme vingtromée, archevêque de Milan , à quatre paroisses avec la cathéSaint-Omer, 1614, in-8°, et la drale dédiée à saint Jean, sur vie de sainte Françoise , veuve une montagne et dans une peromaine. (Valère-André, Bibl. tite ville nommée Babuichi, sur belg., édit. de 1738, in-4°, le rivage, éloignée de Durazzo tom. I, pag. 150.)

de soixante-quinze milles au CANDACE (hébr., possession nord. C'est de la que commencent pure), nom d'une reine d'Éthio-, les bois de Candavie qui s'étenpie , dont l'eunuque fut baptisé dent depuis le mont Scard, et par le diacre saint Philippe. On qui continuent au, midi. Nous dit que cette Réine se convertit avons un évêque de Canovia par le ministère de son eunuque. nommé Thomas, dont il est fait Il y en a aussi qui croient que le mention dans le Specul. Carmot de candace marque la su- meli, pag. 933. prême autorité, et que c'était CANDEIL, Candelium , abun nom commun à toutes les baye de l'Ordre de Cîteaux, au reines d'Éthiopie, c'est-à-dire de diocèse d'Alby. Elle était fille de l'ile ou péninsule de Méroé. Grand-Selve, et fut fondée en (Act., 8, 20.)

1152 par Raymond, comte de CANDAS (M. l'abbé du), cha- Toulouse, ou, selon d'autres, noine de Noyon. Nous avons de par Guirand du Bec et Guillaume lui : Recueil de décisions impor- de Grava , qui cédèrent à Alexantantes sur les obligations des dre, abbé de Grand-Selve, pluchanoines , sur l'usage que les sieurs biens-fonds pour bénéficiers doivent faire des re truction et dotation de ce movenus de leurs bénéfices, à Paris, nastère. (Gallia christ., tom. 1, rue Saint-Jacques, chez les frères col. 55.) Guérin et Jean Hérissant, 1746. CANDELA (Jean-Dominique), C'est un excellent ouvrage où les jésuite sicilien, mort à Catane matières sont traitées avec toute le 24 août 1606, a laissé, Del l'érudition, l'abondance et la so- bene della Verginita discorsi 16; lidité qu'on peut désirer. dello stato della Verginita ; de

CANDAVIA, communément costumi della Vergini (Biblioth. la Canovia , de la province et sicul.) sous la métropole de Durazzo , CANDÉLARIUS (Godefroi), est une contrée de la Macédoine prieur des carmes d’Aix – la -au couchant, où se trouvent les Chapelle, mort l'an 1499, a laissé :

la cons

vans

Sermones de tempore et Sanctis; année, et il n'eut pas plutôt Orationes ad Clerum ; Oratio achevé son cours de théologie, pro coronatione Regince; de Con- qu'on fit violence à sa modestie ceptione beatissimæ Virginis; en l'obligeant d'enseigner les Epistolæ variæ ad Trithemium autres et de prendre le bonnet et alios. (Trithême, de Script. de docteur. Il se distingua beaueccles. Valère-André, Biblioth. coup par sa science et par sa piété. belg.)

Il fut pénitencier à Sainte-MarieCANDIBA , ville épiscopale de Majeure dès 1597, et exerça cet la Lycie au diocèse d'Asie, sous emploi pendant quatorze ans , la métropole de Myre. Pline la mais à différentes reprises ; trois met au nombre des plus belles fois prieur de son couvent de la villes de cette province. Nous Minerve à Rome; trois fois prosavons que les deux évêques sui- vincial, deux fois vicaire-général

у ont siégé; savoir : de l'Ordre. Enfin, Innocent x, Constantin , qui se trouva au, avec lequel il avait été élevé dès septième concile général, et Ba- l'enfance , et qui l'estimait pour sile, à celui de Photius.

ses grands talens , le nomma CANDIDE (saint), martyr de maître du sacré palais, emploi la légion thébéenne, que l'on dont il s'acquitta au contentehonore à Wazor, abbaye de Bé- ment et avec l'admiration de nédictins dans le pays de Liége, tout le monde, jusqu'à ce que sur la rive gauche de la Meuse plein d'années et de mérites,

il entre Dinant et Charlemont. Son mourut à Rome le 6 novembre corps y fut transporté le 13 du 1654, âgé de quatre-vingt-deux mois de janvier avec celui de ans , dont il en avait passé saint Victor de la même légion, soixante dans la vie religieuse. et l'on en fait la fête le 16 du Le père Adam, jésuite, profesmême mois. (Baillet, tom. 3, seur de rhétoriqne dans le col22 septembre.)

lége romain, fit son oraison fuCANDIDE, l'un des quarante nèbre, et loua beaucoup sa promartyrs de Sébaste en Cappa- fonde érudition, son éminente doce. (Voyez Cyprien, que l'on piété, ses travaux et ses écrits. compte ordinairement pour le Il ajouta que le pape Innocent x chef de ces généreux soldats. avait coutume de l'appeler un

CANDIDE (Vincent), domi- guide sage et éclairé, un maitre nicain , né à Syracuse en Sicile, de la solide piété, un appui de le 2 février 1573, fut appelé l'Église romaine. Il a composé Marius au baptême , nom qu’on deux tomes des disquisitions molui changea en celui de Vincent, rales pour résoudre les cas de lorsqu'on lui donna l'habit de conscience selon les saints caSaint-Dominique dans le couvent nons et la doctrine des Pères, à de la Minerve à Rome. Il était l'usage des confesseurs et des pour lors dans sa dix-neuvième pénitens, imprimés à Rome

« IndietroContinua »