Génie de la monarchie

Copertina anteriore
Dentu, 1850 - 274 pagine
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 24 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.
Pagina 19 - Les représentants du peuple français, constitués en ASSEMBLÉE NATIONALE, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les Droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs...
Pagina 27 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui; ainsi l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits; ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
Pagina 20 - ... afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs...
Pagina 29 - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à .faire ce qu'elle n'ordonne pas.
Pagina vii - ... roi sont ceux qui se dévouent à la haine du peuple », alors, Monseigneur, sans recourir à ce qui s'est passé dans les jours heureux de saint Louis, de Charles V, de Louis XII, de Henri IV, il suffira au roi de...
Pagina 197 - Mnésiphile, aussi bien que tous les Athéniens, ce que je pense sur le gouvernement républicain. Mais, s'il faut que je le répète encore, la ville qui doit, à mon gré, être la plus heureuse et assurer davantage sa démocratie, est celle où les citoyens poursuivent et punissent les injustices, lors même qu'elles ne leur sont pas personnelles, avec autant de zèle que ceux qui en sont l'objet. » Après lui, Bias dit que la meilleure démocratie était celle où la loi est aussi redoutée...
Pagina 197 - Après lui, Bias dit que la meilleure démocratie était celle où la loi est aussi redoutée qu'un tyran. Thalès : celle dont les citoyens ne sont ni trop riches ni trop pauvres. Anacharsis : celle où, tout le reste étant égal, le vice et la vertu déterminent seuls les rangs. Cléobule dit ensuite que le peuple le plus sage était celvi qui craint le blâme encore plus que la loi.
Pagina 249 - Ne vaudrait-il pas mieux rechercher l'origine de la liberté du travail, les résultats politiques du commerce social, plutôt que d'épeler les discours de Demosthène, et d'étudier un champ de bataille de César? Ne vaudrait-il pas mieux enseigner à la jeunesse la philosophie de la civilisation chrétienne, plutôt que de rechercher les racines d'une phrase antique écrite par un matérialiste païen? Ne vaudrait-il pas mieux scruter l'histoire de la monarchie chrétienne et de la transformation...
Pagina 197 - Mnésiphile i, ami de Solon et grand zélateur de ses principes, dit à Périandre : « Il serait juste, ce me semble , que , sans avoir égard à la fortune ou au mérite, la conversation, de même que le festin, fût également pour tout le monde, comme cela s'observe dans les démocraties. Or, tout ce qu'on vient de dire sur les devoirs des princes et des rois ne nous regarde en rien, nous qui vivons dans des républiques. Je crois donc que chacun de vous, à commencer encore par Solon, doit maintenant...

Informazioni bibliografiche