Oeuvres de Scarron, Volume 5

Copertina anteriore
Chez J.-F. Bastien, 1786
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 459 - II était entre chien et loup , Lorsque Jupiter fit son coup. Il changea les divines têtes En autant de terrestres bêtes ; Ces dieux affligés et dolents A cheminer ne sont pas lents ; Ils vont du pied comme desBasques, Et ni plus ni moins que des masques Qui viennent de perdre un momon. (SCARRON. — Début du 4
Pagina 451 - L'un dit : Je demande la vie ! Et l'autre, comme par envie, Cria : Je la demande aussi! Et la noise finit ainsi.
Pagina 462 - Puis, aux bras dessus bras dessous, Aux, comment donc vous portez-vous ? La troupe des dieux et des déesses.
Pagina 446 - Ordonnèrent qu'on fit des grilles Pour se garantir des soudrilles Du redoutable Jean de Vert Qui les avait pris sans vert.
Pagina 429 - Mars passe son temps à prendre du tabac et boire de la bière : Et de vouloir l'en empêcher C'étoit vouloir un sourd prêcher, Car il n'étoit pas amiable, Ains juroit Dieu comme un vrai diable7 1 Typhon, chant I, p.
Pagina 426 - Qui certes ne le lui cédaient guères, Tant à déraciner les monts Qu'à passer rivières sans ponts, Mettre les plus hautes montagnes Au niveau des plates campagnes Et des grands pins faire bâtons Qui n'étaient encore assez longs, Desquels maints grands coups ils donnèrent A maints dieux qui ne s'en vantèrent.
Pagina 432 - Qui faisoient la dissection , ' Avecque grande attention , De rondeaux , de sonnets , de stances , Sur des chagrins , sur des absences , Et sur des plaisirs accordés. Jupin les...
Pagina 433 - A Mercure on les étala, Et le pria-t-on de les lire ; II n'y trouva rien à redire, Si ce n'est en quelques endroits Des mots qui n'étaient pas françois.
Pagina 474 - Tous les autres fils de la terre / furent détruits par le tonnerre, / et servirent en divers lieux / de trophée au maistre des dieux, / et moy je mets fin a mon conté, / tiré du Sieur Noel le Conté"). Cito, sin variar la peculiar grafía del texto, por el ejemplar R 17.727 de la Biblioteca Nacional de Madrid. Este poema burlesco fue publicado el año 1663 en París. Para la obra del célebre mitógrafo, contamos...
Pagina 460 - Le dieu Mercure à ce langage * Sans répondre ni barguigner Sans aussi se décigogner.

Informazioni bibliografiche