Immagini della pagina
PDF
ePub

DES SCIENCES HISTORIQUES,
· ANTIQUITÉS, PHILOLOGIE.

SEPTIÈME SECTION

DU

BULLETIN UNIVERSEL DES SCIENCES

ET DE L'INDUSTRIE,

PUBLIÉ
SOUS LA DIRECTION DE M. LE Box. DE FÉRUSSAC

OFFICIER SUPÉRIEUR AU CORPS ROYAL D'ÉTAT-MAJOR,

CHEVALIER DE SAINT-LOUIS ET DE LA LÉGION-D'HONNEUR ,
MEMBRE DE PLUSIEURS SOCIÉTÉS SAVANTES NATIONALES ET ÉTRANGÈRES.

(University or

TOME DEUXIÈME.

A PARIS,
AU BUREAU DU BULLETIN , rue de l'Abbaye, no. 3;
Chez MM. DUFOUR et D'OCAGNE, quai Voltaire , no. 13; et même

maison de commerce, à Amsterdam.;
Chez MM. TREUTTEL et Würtz, rue de Bourbon, no. 17; et
même maison de commerce: à Strasbourg, rue des Serruriers;

à Londres, 30, Soho-Square ;
Et chez M. BOSSANGE père, ruc de Richelieu , no. 60.

1824.

[merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

i. UEBER DAS ENTSTEHEN DER GRAMMATISCHEN FORMEN. De l'ori

gine des Formes grammaticales, et de leur influence sur le déa veloppement des idées : mémoire lu à l'Académie royale des 'sciences de Prusse , le 17 janv. 1822, par Guillaume DE IIUMBOLDT. 30 p. in-4o. Berlin; 1823.

Pour se faire une idée nette de ce sujet, il faut commencer par établir avec l'auteur, p. 7, que « les mots et leurs rapports gram-, » maticaux sont deux choses tout-à-fait différentes. » Le dictione , naire (c'est-à-dire les mots primitifs) est là, la grammaire (c'està-dire les forines grammaticales, et non les parties du discours, qui sont priinitives aussi) se forme peu à peu. Pages 1, 3, 13, etc., M. de Humboldt procède chronologiquement et par analyse. Il place d'abord deux inots primitifs dans quelque rapport grammatical entre eux (ce qu'on pourrait comparer aux wahlverwandtschaften), puis il les joini et soude ( ce qu'il appelle agglutiner), puis il les confond et polit (ce qu'on pourrait nommer aiña!gamer); p. 22, 23. Et il se sert de ces degrés, des causes qui les ont produits et des conséquences qui en naissent , pour reconnaître et pour distinguer différens points de perfection où tel ou tel idiome est arrivé. Mais il est loin de vouloir admettre ces différences comme pouvant servir à créer des class sifications dans la langue, qui, selon lui, a son point central dans le genre humain, et d'où elle part pour se développer sans cesse. P. 2, 18. Il rejette, au contraire, hautement la distribution scolastique qui veut que certains idiomes procèdent constam ment par flexion et expansion, tandis que d'autres, comme péz trifiés , ne posséderaient rien du tout en ce genre. P: 15. !

G. TUME II.

Après avoir démontré l'action réciproque et importante de l'entendement sur la langue, et de la langue sur l'entendement (Rivarol, no, 12, suprà, tom. 1°r.), et après avoir admis la presque identité des alphabets ( no. 63, suprà, tom. 1°r.), l'auteur termine en donnant la préférence à la langue grecque. Le verbe quyxúvw, p. 21, est sans doute l'analogue du verbe Seyyżuw, comme l'allemand es trifft sich, zutreffen est l'analogue de treffen.

A. B. 2. LIVRES SOUS PRESSE A CALCUTA. Un Traité sur l'hérédité et la division des propriétés, conte. nant le Daya-Bhaga, écrit en vers, en sanscrit, en bengali , par le pandit Lakchemi- Narayana-Nyayl-Verkara. - Les poëmes arabes nommés Moallakats, avec un commentaire sur chaque poëme en langue arabe; par moulani-Abderrahman. — Une traduction bengali du Matakehora, de Lagiavalkha, célèbre ouvrage de jurisprudence indienne, écrit en sanscrit, par le pandit Lacknarayana-Naya. — Un Dictionnaire et une Grammaire de la langue Bhot, ou tibétaine, qui avaient été rédigés partie en latin, et partie en allemand et en italien, par les missionnaires catholiques et par feu M. Schroeter, pendant leur séjour au Tibet. L'ouvrage a été composé sous la direction de feu le major Barke-Latter, et publié par le Dr. W. Carrey; il formera un vol. in-4. de goo à 1000 pages. (Journ. gen. de la littér, étrang., janv. 1824, p. 27.). 3. NOUVELLE EXPLICATION DES HIÉROGLYPHES OU SYMBOLES DU

TEMPLE DE SAïs, par SICKLER. ( Isis von Oken. Jéna, 1823 , cah. 4, p. 322.)

Suivant Plutarque (De Iside et Osiride), il y avait à l'entrée du temple de Neïth, à Saïs, en Égypte, une inscription symbolique composée d'un enfant, d'un vieillard, d'un faucon, d'un poisson et d'un hippopotame. Clément d'Alexandrie (Strom., V, 7) rapporte le même fait en parlant de Diospolis. Voici comment on explique cette inscription symbolique : L'enfant est l'image de la jeunesse., le vieillard celle de la vieillesse, le faucon celle de la divinité du temple, enfin l'hippopotame signifie l'impudence. Donc, ajoute-t-on, l'inscription voulait dire : Jeunes gens et vieillards (qui voulez entrer ici), songez que Dieu hait l'impudence, Cette explication a passé dans beaucoup de livres; cependant on peut en contester la justesse. D'abord, pourquoi aurait-on adressé la parole seulement aux jeunes gens et aux vieil-, lards ? n'entrait-il pas d'hommes d'un âge mûr et de femmes dans ce temple? En second lieu, comment le faucon, symbole d'Osiris seul, pouvait-il signifier ici la divinité du temple, qui était Neïth ? le faucon ne représentait d'ailleurs que l'agilité ou la rapidité. Ensuite, le poisson ne devait pas être un symbole général de l'aversion; car, bien que divers nomes d'Égypte s'abstinssent de poissons, cet usage n'était point général dans toute l'Égypte. L'hippopotame ne paraît pas avoir été considéré dans ses rapports avec la position des autres symboles, et peut bien n'avoir rien de commun ici avec l'impudence. Les mots songez que sont arbitrairement ajoutés par les commentateurs; enfin un avis de police, mis au-dessus de l'entrée d'un temple, et engageant les vieillards à n'être pas impudens pendant le service divin , eût été par trop offensant, pour ne pas dire absurde. .

M. Sickler essaie d'expliquer l'inscription dans ses rapports avec Neith, la divinité du temple. Selon lui, cette déesse n'était autre qu'Isis même; sous le nom de Neïth, elle figurait dans le système d'émanation de Égyptiens parmi les douze divinités de l'ordre moyen. M. Sickler retrouve le mot Neïth dans les langues arabe et hébraïque, où il signifie s'étendre. Ainsi, on donnait à Isis le surnom de l'étendue, pour rappeler son expansion sur toute la nature, l'être qui répand partout la vie et la force. Or, en considérant les 5 hiéroglyphes, on voit qu'ils représentent les divers êtres de la création sur lesquels se répand la toutepuissance d'Isis : d'abord-l'enfant, symbole de la naissance et de la croissance; le vieillard, signe de la décrépitude et du dépé. rissement; le faucon, qui signifie les oiseaux et l'empire de l'air;. le poisson, l'eau et les animaux qu'elle renferme; l'hippopotame, tous les quadrupèdes ou tous les animaux qui marchent sur la terre. L'inscription rappelait donc aux Égyptiens qu'Isis présidait à la création et à tous les êtres, depuis la naissance jusqn'a la mort, et dans tous les règnes de la nature, dans l'air, l'eau, et sur la terre. Telle est l'opinion de M. Sickler, que nous nous bornons à rapporter.

D-ci in

4. PREMIER CATALOGUE des Livres de langues et littérature orien

tales (arabe, arménien, chinois, cophte, grec moderne, hindoustani , malais , manchou , mongol, persan, sànscrit, turc, etc., etc.; plus, les alphabets de toutes les langmes de

« IndietroContinua »