Immagini della pagina
PDF
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

LETTERs on the Study and use of history, by Henry So John, viscount of Bolingbroke. Basil : J. J. Tourneisen, 1791, in-8. Pap. fin. br.

Jeux historiques des Rois de France, Reines renommées, Géographie et Métamorphose, par J. Desmarests, et gravez par Do La Bella. Paris, 1698, in-8. mar. j.

Beaucoup de Jeux historiques ont été faits en imitation de ce volume, mais il a sur tous assez de supériorité d'exécution pour mériter d'être conservé ailleurs que dans une bibliothéque d'enfant. Il est devenu rare.

[ocr errors]

Geographiae Veteris Scriptores graeci minores, gr. lat. cum dissertationibus ac annotationibus Henrici Dodwelli : accedit Geographia arabica, arabice et latine, cum notis, ex edit. J. Hudsoni. Oxoniae, è Theatro Sheldoniano, 1698, 17o3, 1712, 1717, 4 tom. en 6 vol. in-8. Ch. mag mar. bl. iv 345 342

[ocr errors]

Depuis plus de trente ans on désire, et divers érudits promettent une réimpression beaucoup augmentée de ce précieux recueil, indispensable pour l'étude de la géographie ancienne, et auquel sa rareté a fait acquérir un prix beaucoup trop élevé, mais non pas pour cette fois fondé sur la fantaisie et le caprice. On pourroit, il est vrai, faire cesser cette rareté par la réimpression des quatre volumes; mais les progrès bien réels qu'a faits la science critique depuis un siècle, les nombreuses découvertes en meilleurs manuscrits, en fragments réparateurs de fâcheuses lacunes, en pièces tout-à-fait inédites, ne permettent plus de donner de ce recueil une simple réimpression de commerce. Il y faut de longs travaux, et toute la science des plus habiles. Espérons que, si l'Europe a le bon esprit de se conserver au moins quelques années en paix, cette grande entreprise d'un nouveau et plus ample recueil des anciens traités de géographie sera l'une de celles que le retour de circonstances plus prospères aura permis de commencer avec quelque courage, de suivre avec persévérance, et surtout aussi d'amener à entier achèvement; point indispensable, et qui manque à trop d'entreprises littéraires laissées à moitié chemin, par les savants et les libraires de la docte Germanie. Une si utile opération faite, et bien faite, au grand contentement des hommes studieux, ne rendroit probablement point cette édition d'Oxford un livre tout-à-fait hors d'usage. Les nouveaux éditeurs seroient bien adroits, ou bien heureux si leur livre mieux ordonné, plus complet, et surtout de meilleurs textes, remplaçoit absolument l'édition ancienne. Ce seroit miracle, si quelque côté foible, ou même quelque judicieux retranchement, par exemple, dans les interminables élucubrations de H. Dodwell, ne devenoit pas un motif pour conserver l'édition première. On ne la payeroit plus quinze et vingt louis en papier ordinaire; mais l'ancien et le nouveau recueil se réuniroient dans le cabinet de l'amateur, ainsi que sur les rayons de l'érudit investigateur des antiquités géographiques. En grand papier, c'est une espèce à part ; et ces volumes étant, après l'introuvable Xénophon de Wells, ce que la nombreuse et si importante suite des in-8. grecs et latins offre de plus précieux en papier supérieur, il est probable que toujours les amateurs des belles éditions classiques seront fiers de pouvoir en conserver un exemplaire dans leur collection. On sait que du quatrième volume il parut d'abord une édition de 1697, remplacée ensuite par une plus ample réimpression de 1712, préférable à la première, et dont il se trouve des exemplaires portant la date de 1717.Ces derniers n'ont d'autre différence que le nouveau titre Dionrsii orbis Descriptio, etc., au lieu de Geographiae veteris, etc. , tome IV. Trois feuillets qui contenoient une dédicace Fr. Cherrio, et un avis au lecteur, par l'éditeur Hudson, sont remplacés dans le volume de 1717 par un feuillet de table contenta in hac editione, et par une estampe en

frontispice, qui ne sont pas au volume de 1712. L'exposé de ces légères

variations fait voir que le choix des deux dates est tout-à-fait indiflérent.

Periplus Scylacis Caryandensis, gr. cum tralatione, & castigationibus Isaaci Vossii. Accedit Anonymi Periplus Ponti Euxini, cum ejusdem Is. Vossii versione, ac notis. Amstelodami, Joh. et Corn. Blaeu, 1639, in-4. v. f. armes de De Thou.

Claudii Ptolemaei Alexandrini geographicae enarrationis libri octo. Ex Bilibaldi Pirckeymheri tralatione, sed ad Graeca et prisca exemplaria a Michaele Villanovano (Serveto) recogniti. Adjecta insuper ab eodem Scholia. Lugduni, Melchior et Gaspar Trechsel fratres, 1535, Gr. in-fol. v. br.

Bien complet avec toutes les cartes. C'est surtout le nom de Servet qui a donné quelque célébrité à cette édition. Dionysii Alexandrini de Situ orbis Libellus, Eustathii Thessalonicensis archiepiscopi commentariis illustratus, graece. Lutetiae ex officina Roberti Stephani, 1547, in-4. v. éc. Rempli de notes manuscrites de Brunck, contenant des variantes prises d'un manuscrit de la Bibliothéque du Roi. Dionysii orbis Descriptio, gr. lat., annotationibus Eustathii et Henrici Stephani, nec non Guilielmi Hill commentario critico et geographico ac tabulis illustrata. Londini : typis M. Clark, 1688, in-8. vél. Le Commentaire de Guill Hill fait une partie séparée de plus de 4oo pages, avec un titre exprès. Dionysii Periegetae Geographia emendata et locupletata additione scilicet geographiae hodiernae graeco carmine pariter donatae, cum sexdecim tabulis geographicis, ab Edw. Wells, gr. lat. Oxonii, è Theatro Sheldoniano, 17o4, in-8. Ch. mag. mar. bl.

On joint cette édition aux quatre volumes des Petits Géographes, parce qu'on y trouve une version, des notes latines, et seize cartes qui ne sont pas dans l'autre recueil. C'est encore un volume fort rare en grand papier.

Dionysii Alexandrini de Situ orbis liber gr. lat. Inter

| prete Andrea Papio : ut et Aristophanis Plutus. Cura

Sig. Havercampi. Lugduni Batavorum, Ger. Potuliet, 1736, in-8. br.

Dionysius de Situ orbis, latine, interprete Antonio Becharia,Veronensi. Venetiis, Fr. Renner de Hailbrun, 1478, in-4. mar. r.

Eustathii Diaconi, a supplicibus libellis, et oratorum magistri, postea archiepiscopi Thessalonicensis, Commentarii in Dionysium Periegetam, latine. Alexandro Polito interprete. Coloniœ Allobrogum , 1741 , in-8. Ch. mag. dos de mar. r. n. r. Dans sa dédicace, Alexandre Politi témoigne son chagrinden'avoir pas été suffisamment encouragé pour sa traduction latine du Commentaire d'Eustathe sur Homère, qu'il imprima à Florence en 173o-35, in folio, avec le texte grec, mais dont il ne put donner que trois volumes contenant les cinq premiers livres de l'Iliade. « Quorum etiam nonnulli, dum « licuit, in lucem prodierunt. Ceteri enim ut in scriniis adhuc meis lati« tent, infelicitatis et calamitatis est meae.... et plus loin, dans la pré« face : donec Deus magno illi meo edendo Eustathiano in Homerum « Commentario succurrat. » Ce secours n'est pas venu, ni celui des hommes, et la suite n'a point paru. Probablement le manuscrit en existe encore à Florence ou à Pise, où vivoit ce savant.

Strabo de Situ orbis, graece, cum praefatione Benedicti Tyrrheni. Venetiis, in aedibus Aldi, et Andreae Soceri, 1516, in-fol. peau de truie.

Idem Strabo. Ibid. 1516, in-fol. Ch. mag. mar. r. doublé de mar. fauve, riche rel.

Première édition.

C'est un de ces précieux exemplaires semblables au Pausanias, à la Bible grecque de 1518, qui se trouvent dans cette bibliothéque, à l'Hesychius, à l'Athenaeus, qui sont chez M. le comte Méjan.

« IndietroContinua »