Immagini della pagina
PDF
[ocr errors]

Gazette littéraire de l'Europe, (par Suard et l'abbé Arnaud.) Paris, de l'imprimerie de la Gazette de France,

[ocr errors]

L'Esprit des journaux, journal philosophique, politique et littéraire. Liége et Bruxelles, 495 vol. in-12, br. et cartonnés, y compris 7 vol. de tables. * L'un des meilleurs journaux littéraires qui existent. La collection,

[ocr errors]

Tables, jusqu'en 1784, 4 vol. - Tables, de 18o3 à 181 1, 3 vol.

Essai sur la Littérature espagnole. Paris, 181o, in-8. br. eIl CaTt.

The Repository of arts, litterature, commerce, manufac' tures, fashions and politics. London, R. Ackermann , 18o9-15, 14 vol. gr. in-8. fig. br. en cart.

Ce journal est rempli de gravures coloriées représentant des modes, des meubles, des édifices. On y trouve jusqu'à des échantillons d'étoffes de soie, de laine et de coton, et en assez grand nombre.

Bibliothéque orientale, ou Dictionnaire universel conte· nant tout ce qui fait connoître les peuples de l'Orient, par d'Herbelot, avec beaucoup d'augmentations, (par Claude Visdelou, mort évêque de Claudiopolis.) La Haye, 1777, 4 vol.in-4. Gr. pap. dos de mar. r. n. r.

Complet, avec le supplément. | Cette réimpression de l'édition de 1697, in-folio, est tellement augmentée et améliorée, que c'est presque un nouvel ouvrage. Les exemplaires en grand papier en sont rares.

Recueil de comptes, lettres, actes et autres pieces imprimées pour l'Accademia Veneziana. In-4. cart. Mss.

Soixante-douze feuillets.

Copie faite sur un recueil formé ou au moins conservé par Apostolo Zeno de Venise, et par lui légué aux dominicains de la même ville. En 18o9, ces religieux se refusèrent aux instances que je leur fis de me céder * ce volume, dont il est parlé fort au long dans les Annales aldines, et qui est important pour l'histoire littéraire et administrative de cette académie éphémère; mais en refusant de me le vendre, ils eurent au moins la complaisance de me faire faire cette copie très exacte, de toutes les pièces dont je ne possède pas les imprimés; ce qui, pour mon travail sur l'Académie Vénitienne, m'a tout-à-fait tenu lieu des originaux. Il y manquoit trois petites pièces qui existent dans un volume à peu près semblable, venant de la famille Mocenigo, et un peu moins ample que celui de Zeno. M. le comte J. J. Trivulzio de Milan, qui en est depuis peu d'années le possesseur, a bien voulu prendre la peine de faire luimême la copie de ces pièces sur trois feuillets que j'ai ajoutés à mon volume, et que je conserve avec reconnoissance.

Somma delle opere che in tutte le scienze et arti piu nobili, et in varie lingue hà da mandare in luce l'Academia Venetiana. Well'Academia Venetiana, 1558, in-fol. mar. bl.

Pièce aussi rare que les imprimés dont le volume précédent est la copie. Je ne donne pas de longs détails sur ces diverses impressions de l'Académie vénitienne, parce que ce seroit répéter ce que j'en dis dans les Annales aldines.

Summa Librorum, quos in omnibus scientiis, ac nobilioribus artibus, variis linguis conscriptos, vel antea nunquam divulgatos, vel utilissimis, et pulcherrimis scholiis, correctionibusque illustratos, in lucem emittet

* Le R. P. Pellegrini répondit à mes instances : IVoi siamo conservatori, e non venditori. Ces bons religieux n'en furent pour cela pas plus avancés. Ce volume fut transféré, vers 181o, dans la bibliothéque de Saint-Marc, et presque sur-le-champ vendu à M. le comte Méjan, qui en est le propriétaire actuel.

iAcademia Veneta. In Academia Veneta, 1559, in-4. mar. bl. .

Traduction du volume précédent, et presque aussi rare. Il y auroit un travail difficile à mener à bonne fin, mais qui ne seroit pas sans utilité pour les lettres, ce seroit une réimpression de ce Catalogue des vastes projets littéraires de l'Académie vénitienne, avec l'indication de tous les ouvrages, ou de toutes les réimpressions qui ont été depuis réalisées, soit par l'Académie elle-même, soit par d'autres savants, et dans d'autres .villes.

Academia Veneta seu della fama in disquisitionem vocata actore et auctore Jo. Gottlob Lunze.Lipsiae, 18o1, in-8. CartOn. A la fin est une lettre que l'auteur voulut bien m'adresser en 18o3, avec son livre.

Cet opuscule, qui n'est point sans mérite, seroit plus exact si l'auteur avoit eu plus de pièces originales à sa disposition.

Leces Robiconiai. sumpoimenias pilopatridarom. Parmai, per. Aiconem. Monotupom. 18o8, in-4. cart.

De"quelle langue est cette pièce de neuffeuillets, fort rare, imprimée par Bodoni avec tout le luxe de ses élégantes majuscules ? Je pensois bien que ce devoit être quelque imitation du langage ancien dans lequel est écrite la loi des xII Tables, mais n'ayant pu le savoir précisément ici de plusieurs hommes très savants, qui connoissent une multitude de langues, et n'ont pu deviner celle-ci, j'ai communiqué mes doutes à M. de Lama, à Parme. Il a bien voulu en écrire à M. Bart. Borghesi, secrétaire de l'Académie Rubiconienne. Voici un extrait de la réponse faite en son absence par M. Basilio Amati :

« Le Leggi della Rubiconia Simpemenia de' Filopatri di Savignano, popolosa terra nel mezzo della città di Cesena e Rimini, prodotte furono nel 18o8, in-4.cogli aureitipi del Bodoni. Cos) elegante tipografico, e sua moglie Margarita dell'Aglio in ringraziamento della loro aggregazione diressero a quell'Accademia nel 18o3 due splendidissime lettere italiane impresse con nuovi vaghissimi caratteri, la prima di quattro magnifici fogli reali, e la seconda di due simili, che forse sono le più ignote e quindi preziose Bodoniane edizioni. Sono quelle Leggi nel primo linguaggio del Lazio, ciò è appuntoin quello con cui vennero esposte le xIITavole legislative della Romana Repubblica. L'abate Girolamo Amati Grecista nella Vaticana, e Bartolommeo Borghesi, noto non solo pel suo doviziosissimo medagliere, quanto per immense cognizioni filologiche, antiquarie e critiche, siccome prova la profonda sua opera dei Fasti consolari che sta sotto ai torchi, furono quelli che nel 18o1, più degli altri dieci fondatori di tale società concorsero co talenti loro a sì raro componimento. Chi poi dubitasse non avere avuto corso così primitiva lingua, sopra tutti i libri si rivolga al Saggio di lingua Etrusca dell'abate Luigi Lanzi, e si convincerà che essa non fu mai nè gergo fittizio, e molto meno, bizzarra maccheronea, poichè realmente è quel cognitissimo impasto di greco, etrusco, sabino, e osco, che divenne oro al quanto prima del secolo di Augusto. Questa Accademia coltiva ogni sapere, ma predilegge l'istoria, e le amene lettere antiche, e perciò ha il Calendario stampato in italiano dal Bodoni, come i diplomi di associazione, di sei in sei mesi greci lunari, ed intitolasi Vomeniale. » . J'ai ces diverses pièces volantes, et la grande lettre de Mme Bodoni. Le décret d'anathème académique qui termine le volume, donnera une idée suffisante de ce langage. « sEI. QvIs. PoiMENoM. ARvoRsoM. AscE. LECErs « FACET. FAcsET. FECERET. QvIQvE. FACET. FAcsET « FECERETvE. QvoMENos. Qvis. secondoM. AsCE ct LECEIS. FACERET. FECISETVE. FACTOV ROSVE « siEt. Poi NEIs. QvA1, soperios. screIPTAI. soNT « sACER. EsToD. ADQvE. NoMEN. oLIos. soPREMAI a ECNoMINIAS. NoTAD. ECS, POIMENOM. ALBOD co ECRADATOR CEsoVERONT

Histoire et Mémoires de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres. Paris, 1736 et années suivantes, 5o vol. = Notices et extraits des Manuscrits de la Bibliothéque du Roi. Paris, Imprimerie rorale, 1787 et années suivantes, 9 vol. = Table des Ouvrages contenus dans les Mémoires de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. (Par de Laverdy.) Paris, 1791, 1 vol. Ensemble 6o vol. in-4. v. f. Bel exemplaire bien complet, et sans aucun volume de réimpression.

Commentarii Societatis Philologicae Lipsiensis. Edi curavit Christianus Daniel Beckius. Lipsiae, 18o 1-2, 3 vol. in-8. Pap. collé, dos de mar. r. n. r.

Asiatick Researches: or, Transactions of the Society, instituted in Bengal, for inquiring into the history and antiquities, the arts, sciences and literature of Asia. Cal

cutta : 1788-1816, 12 vol. gr. in-4. cuir de Russie. Livre rare de cette édition originale, faite dans l'Inde.

B 1 B L 1 o G R A P H 1 E. "
Introduction à la Bibliographie.

Dictionnaire raisonné de Bibliologie, contenant l'explication des principaux termes relatifs à la Bibliographie, à l'Art typographique, à la Diplomatique, &c. Par G. Peignot. Paris, 18o2-4, 3 vol.in-8. Pap. vél. br. M. G. Peignot est un des savants qui ont le mieux mérité de la science bibliographique. Il en a traité presque toutes les branches, et ce qui est très digne de remarque, c'est qu'éloigné des grandes capitales, et privé par conséquent des secours multipliés et quotidiens que procure à ce genre de travail la fréquentation des grandes bibliothéques publiques, les rapports multipliés avec les amateurs, les libraires, et tout enfin ce que l'on peut trouver dans une ville centrale, il a su faire un très grand nombre d'ouvrages bibliographiques, tous utiles, et remplis de notions instructives. Il est d'ailleurs impossible de ne point l'estimer en lisant ses

* Les ouvrages de bibliographie sont peut-être ceux qu'en général on exécute le plus expéditivement, et que l'on publie avec le plus de hâte. Il semble que, reconnoissant l'infériorité du genre, on se reprocheroit de consumer trop de temps à leur élaboration, et c'est une grande source d'erreurs. Si ce genre d'ouvrage n'est pas le fruit du génie, s'il n'est pas digne d'occuper les veilles de ces hommes rares qui sont la gloire et la lumière de leur siècle, on ne peut se dissimuler que souvent il présente de grandes difficultés d'exécution, et qu'il ne soit aussi rare de le traiter d'une manière supérieure que facile et ordinaire d'y rester médiocre. C'est se tromper complétement que de borner les obligations du bibliographe à la seule connoissance du matériel des livres et de leurs éditions; science bibliopolique qui lui est nécessaire, il est vrai, mais qui n'est que la moindre partie de ce qu'il est obligé de savoir. Il lui faut une lecture immense, un grand fonds de connoissances acquises dans les diverses parties de la littérature.A chaque pas il bronchera, et ne pourra jamais être un bon guide, si à l'intelligence jusqu'à un certain point approfondie des langues classiques, il ne joint au moins celle des principales langues vivantes de l'Furope, et s'il n'a cherché à se rendre familiers les nombreux chefsd'œuvre dont elles s'enorgueillissent à juste titre. Pour travailler utile

[graphic][graphic][graphic][graphic]
« IndietroContinua »