Immagini della pagina
PDF

des plantes; il m. à Manheim en 1793. Ses ouvr. sont : Deliciae Gallo-Belgicœ silvestres, Argentor., 1768, 2 v. in-12 ; Methodus muscorum, Manheim, 1771 , in-8°, fig. ; Physiologia muscorum, Mamheim, 1774, in-8°, fig. Cet ouvr. a été trad. en fr. sous ce titre : Physiologie de eorps organisés, etc. , Bouillon, 1775, on-8° ; Eclaircissemens sur la propagation des filiccés en général , Manheim, 1775, in-4°; Traite sur la Mycitologie. ou Discours sur les Champignons en général, etc., Manheim, 1783, in-8° ; F lementa botanica cum Corollario , Neowedae ad Rhenum , 1791 , 5 vol. grand in-8°. NECTAIRE, en latin Vectarius, né à Tarse en Cilicie, d'une maison illustre, fut mis, à la place de saint Grégoire de Nazianze, sur le siége de Constant., par Jcs Pères assemblés dans cette ville en 381. Il m. en 397, On a de lui : Confutatio imperii papae in Ecclesiam latinam, # par Pierre Allix , Londres , 17o2 , in-8°. NEE DE LA RocHELLE ( Jean-B. ), avocat, subdélégué à Clameci sa patrie, m, en 1772 à 8o ans, a donné : Le A.'aréchal de Boucicault, nouv. histor., Paris, 1714, in-12 ; Hist. du véritable Démétrius, 1715-1717, in-12; La Duch, de Capoue, Paris, 1732, in-12 ; moire pour l'histoire du 7Vivernois, avec des dissertations, 1747, in-12 ; Un Commentaire sur la Coutume d'Auxerre, Paris, 1748, in-4°. NÉEDHAM ( Marchamont), écriv. anglais, né à Burford, dans le comté d'Oxford en 162o, se distingua dans la § civile par ses écrits politiques , 'abord contre le parl., ensuite contre le roi ; de sorte qu'à la restauration, il obtint son pardon avec difficulté. Ses journaux † les titres snivans : Mercurius Britannicus ; Mercurius Pragmaticus ; et Mercurius Politicus. Il publia, sous le protectorat de Cromwell, un Traité de la souveraineté du peuple et de l'excellence d'un état libre , trad. en français par Théophile Mandard, Paris, 1791, 2 vol. in-8°. Il mournt en 1778. NEEDHAM ( Jean Tuberville), né à Londres en 1713. Elevé dans la religion catholique, il s'établit dans le séminaire des Anglais à Paris, et devint correspondant de l'acad. des scienc., et ensuite mnembre de la société royaie de Lomdres

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

m. en 1781 à Bruxelles, où il était rect. de l'acad. des sciences et b.-lett. On a de lui : Diverses Observations insérées dans l'hist. natur. de Buffon ; Vouvelles recherches sur les découvertes microscopiques et la génération des corps orga# , trad. # l'it. de N# zani par l'abbé Régley, avec des notes, des recherches physiques et métaphysiq. sur la nature et la religion, et ume nouv. théorie de la terre, Paris, 1769, deux parties in-8° ; Nouvelles Observations microscopiques, trad. en partic de l'anglais par Louis-Anne Lavirotte, Paris, 175o, in-12 ; Lettre de Pékin sur le génie de la langue des Chinois, B ux., 1773 , in-4° ; # es d'clectricité, contenant plusieurs ihéorèmes appuyés par des expériences nouvelles, trad. de l'angl. de milord Mahon , Bruxelles , 1781 , in-8°. NÉEL (Louis-Balthasar), m. à Rouen sa patrie, en 1754, est aut. de : Voyage de Paris à Saint-Cloud, par mer et par terre, 1751 , im - 12 ; Histoire du maréchal de Saxe, 1752 , 3 vol. in-12 ; Dresde, 1755 , 2 vol. in-12 ; Histoire de Louis, duc d'Orléans,fils du Régent, 1753, in-12, et de plus. pièces de vers sur différens sujets.—Son père, qui était av. au conscil #§ et privé du roi , est aut. d'une com. en 3 actes, en vers, intitulée l'Illusion grotesque, ou le Feint Mecromancien, Rouen, 1678, in-12.

NEGRI (Francois), de Venise, cél. grammair., né vers le milieu du 15° s., embrassa l'ordre ecclésiastique, et enseigma les b.-lett. à Padoue. Le card. Hippolyte d'Est lui donna la place de protonotaire apostolique, et le fit son majordome. On présume qu'il m. vers 152o. On a de lui un'Traité De conscribendis epistolis ; un Abrégé de grammaire ; un Abrégé de Plutarque ; des Discours et des Poesies latines. Il a laissé plus, ouvrages m.ss. que l'on conserve dans la biblioth. du Vatican.

NEGRI (François ), bénédict., né à Bassano en 15oo, dans les états de Venise. En 1525, après avoir apostasié et quitté son ordre, il se rendit dans l'Alleuagne, qui avait alors adopté les opinions de Luther, et sc lia avec Zuingle ; en 1529 il l'accompagna aux conférences de Marpurg; il alla ensuite à la fameuse diète d'Ausbourg , convoquce en 153o par Charles V, dans laquelle Négri se distingua par son cloquence et ses taleus. La guerre s'étant rallumée en Allemagne , il retourna en Italie. Après un | séjout d'un an daus •a patrie , il vint à

[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]

NELSON (Samuel), journaliste patriote irlandais, mé en 1759 dans le comté de Down en Irlande. Son amour pour 1'indépendance lui fit entreprendre la rédaction d'une feuille périodique consacrée à réveiller dans † coeur de ses compatriotes l'amour de la liberté et le désir de s'affranchir du joug de ses oppresseurs. Sa feuille, intitulée l'Astre du nord , se répandit dans toute l'Irlande. Nelson fut jeté en 1796 dans un cachot, d'où il fut transféré , en 1799 , au fort George, dans le sein des montagnes de l'Ecosse, d'où il ne sortit qu'en 18o2, à l'époque dc la paix entre la France et l'Angleterre. Il se refugia à New-York. En ayant été chassé par la este . il vint terminer sa carrière sur es bords de la baie d'Hudson , où il mourut en 18o4. NELSON ( Horace) , cél. amiral anglais, né en 1758, était le plus jeune,des sils du minist de Burnham Thorpe, dans Je comté de Norfolk. En 1773, il s'embarqna sous le commodore o§, chargé d'un voyage de découvertes vers le pôle du nord , et se distingua par son courage et son habileté. Lorsque la guerre avec la France éclata, Nelson eut le commandement de l'Agamemnon, de 64 canons, et fut envoyé en croisière dans la Méditerranée ; il contribua à la prise de Toulon , de Bastia et de Calvi, où il perdit un œil. Il commanda l'cscadre qui bloquait Cadix , ct sit inutilement bombarder la place ; il ne fut pas plus heureux dans sa tentative à s'emparer de l'ile de Ténériffe, et eut le bras droit cmporté d'un coup de canon. A peine était-il guéri de sa blessure qu'il alla rejoindre, devant Cadix, l'amiral comte de Saint-Vincent. Cet officier le choisit onr observer , poursuivre et combattre #t flotte qui portait cn Egypte l'armée du général Bonaparte. L'amiral Brueys,

mouillé avec 13 vaisseaux , 3 frégates et un aviso. dans la baie d'Aboukir, avait laissé entre lui et la terre un trop grand espace ; Nelson fait passer, à trois heures après midi , 6 de ses vaisseaux entre le rivage et les 6 premiers bâtimens franç., tandis que 7 autres vaisseaux les attaquent de front ; en même tems il les sépare de leur ligne au moyen d'un bâtiment destiné à cettc manœuvre, ce qui empêcha une portion de l'arrière-garde de pouvoir combattre. Un combat opiniâtre et sanglant se prolongea pendant toute la nuit. Les vaisseaux n'étaient plus qu'à la portée du pistolet : l'amiral Brueys déjà blessé, est emporté par un boulet de canon, et le feu prenant aux poudres du vaisseau qu'il montait , il couvre de ses débris les combattans des deux partis ; le feu cesse un instant pour recommencer avec plus d'acharnement. Le Timoléon, après avoir mis son † à terre , se fait sauter lui-même ; deux seuls vaisseaux et deux frégates échappent à cette désastreuse défaite , tout le reste est pris ou brûlé, et les Anglais ne parviennent à emmener dans leurs ports que six des neuf vaisseaux dont ils se sont emparés. A la nouvelle de cette victoire à Londres, les honneurs s'accumulèrent sur la tête de Nelson ; il fut créé baron du Nil. Il fut chargé , dans les premiers jours d'août 18o3 , d'aller bombarder Alger. En 18o4 , envoyé encore en croisière dans la Méditerranée, il ne put empêcher la sortie et la jonction des escadres francaise et espagnole. Les deux escadres s'étant mises en mer le 19 oct. 18o5 , Nelson les attaqua le 21 , près du capTrafalgar, et malgré la plus opiniâtre défense, elles furent complètement défaitcs. Nelson fut blessé et mourut deux heures après. Sa mort fut pour l'Angleterre une perte sensible : son corps y fut transporte à bord de son vaisseau, exposé quclques jours aux regards du public , sur un lit de parade , à l'hôpital de Greenwich, et inhumé dans la cathédrale de St.-Paul.

NELVI (Joseph-Marie), cél. music., né à Bologne vers la fin du 17° s., composa , de société avec son ami Caroli, en 1723 , la musique du drame Amor nato trà l'ombre, paroles du comte Zaniboni. L'année suivante, il donna encore à Bologne l'opéra intitulé l'Odio redivivo, et m. vers 175o.

NÉMÉE (mythol.), fille de Jupiter et de la Lune , donna son nom à une contrée de l'Elide, où il y avait une vaste forêt , fameuse par le terrible lion

[graphic][graphic]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

matic. du 13° s. On a de lui : une Arithmetique en dix livres , commentée par Jacques Lefebvre d'Etaples, Paris, 1496; De ponderibus propositiones XIII, Nuremberg, 1553. NEMOURS (Jacques de Savoie, duc de ) , fils de Philippe de Savoie, duc de Nemours, et de Charlotte d'Orléans-Longueville, né à l'abbaye de Vauluisant en Champagne l'an 153 1, signala son courage sous Henri II. Après avoir servi avec éclat en Piémont et en Italie, il fut fait colonel - général de la cavalerie. Il réduisit le Dauphiné, défit par deux fois le baron des Adrets , le ramena dans le arti du roi, contribua à sauver Charles X à Meaux, où les rebelles étaient près de l'investir , se trouva à la bataille de Saint-Denys, et m. à Anneci en 1585.

[ocr errors][ocr errors]

*

témoin oculaire , il rend un compte détaillé des famcuses Vépres, arrivées en 128.x. Muratori l'a recueillie dans ses Script. rer. Ital.

NEPER ou NAPIER ( Jean ), gentilh. écossais, et baron de Merchiston , né en 155o , m. en 1622, se rendit très-habile dans les mathématiques, et inventa les logarithmes, dont il publia, en 1G14 , in-4°, la première édition , sous le titre de Logarithmorum descriptio. Adrien Ulacq en donna la deuxième édition, augmentée, sous le titre de Arithmetica Mogarithraica , Goude , 1628 , in - fol. Neper est encore auteur d'un Commentaire sur l'Apocalypse , Edimbourg , 1593, et la Rochelle , 16o2 , in-4°, sous ce titre : Ouverture de tous les secrets de l'Apocalypse . Rabdologiœ seu numerationis per virgulas libri duo, un voJ. in-12 , rare, Edimb., 1617, in-12, Leyde, 1628, in-12, etc.

NEPOS ( Cornélius ), cél. historien latin, natif d'Hostilie près de Véronne , flor. du tems de l'empereur Auguste. Il «tait ami de Cicéron et d'Atticus , et composa plusieurs ouvrages dont il ne nous reste que les Vies des plus illustres capitaines grecs et romains. Le P. Le Gras de oó§ en a donné une 1raduction franc. , dont on estime les notes. M. l'abbé Paul en a publié une nouv. traduction en 1781, in-12. Les meilleures éditions de cet historien sont celle ad usum delphini, Paris, Léonard, 1674, ia-4° ; celle de Cuick, Utrecht, 1542, in-8°; cclle dite Variorum, Leyde, 1734, in-8°. Coustelier en a publié , en 1745, ume édit. in-12. Barbou en a donné une en 1767, in-12, etc.

NEPOS (Flavius Julius), né dans la Dalmatie, éponsa une nièce de l'empcr. Léon l°r, qui le nomma emp. d'Occident en 474 , à la place de Glycère. Il marcha sur Rome avec une armée , et s'assura le sceptre par sa valeur. II établit ensuite le siége de son empire à Ravenne ; le général Oreste l'ayant forcé de quitter cette ville, il se retira dans une de ses maisons près de Salone en Dalmatie, ou il fut assassiné en 48o.

NÉPOTIEN ( Flavius Popilius IVe

otianus ), fils d'Eutropie, soemr de s† Constantin, prétendit à l'emp. après la m. de l'emper. Constant son cousin. Il se fit couronner à Rome le 3 juin 35o, et ne régna qu'environ un mois. 'Anicet, préfet du prétoire de Magnence, lui ôta le trône et la vie.

[ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][merged small]

NÉRI (Pompée), né à Florence en 17o7, prof. le droit public dans l'univ. de Pise, et fut ensuite cmployé dans le minist. par le duc de Lorraine et l'impératrice Maric-'I'hérèse. Il fonda l'acad. de botan. à Florence, où il m, en 1776. Ses ouvr. sont : Discours sur la compilation d'un nouveau Code de lois municipal pour la Toscane ; Observations sur l'état ancien et actuel de la noblesse de Toscane; Description de l'état se trouve le système universel d'impositions dans le duché de Milan, etc. NERI ( Antoine ), Florentin , qui viv. dans le 16° s., est aut. d'um ouvr. assez curieux, sous le titre : Dell' arte vetraria libri V1I, in Firenze, r612, in-4°, réimp. à Venise en 1782. NERI ( Jean-Baptiste), né à Bologne vers le milieu du 17° s., m. en 17o8, doct. en philos. et en méd. s'adonna à la poésie. Il est aut. dc plus. drames, mis cn musique par différens compositeurs. On distingne parmi ses drames : Gige in Lidia , Bologne , 1683 ; il Cleobolo, 1685 ; Catone il Giovine, 1688 ; Amor non inteso , 1689; Basilio d'Oriente, Venise, 169o ; Clotilde, Venise, 1694, Erisile, 1696NERO (Andalone de) , de Gênes, un des plus célèb. astron. du 14° siècle. Boccace le jcite souvent dans sa Généalogie des dieux. On a de lui quelques ouvr.; l'un d'eux, intit. : De compositione astrolabii, Ferrare, 1475. I. NERON (Domitien ), empereur romain, fils de Caïus Domitius † barbus, et d'Agrippine, fille de Germanicus , adopté par l'empereur Claude , l'an 5o de J. C. , lui succéda l'an 54. Le commencement de son règnc promettait de gr.nds avantages aux Romains qui le regardèrent comme un Préseut du siel.

[graphic][graphic]
« IndietroContinua »