Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic]

lus beau tableau qu'on ait du Guerchin. † Musée du Louvre possède ce tableau. PÉ'I'RONILLE, infante d'Aragon, succéda, dans le gouvern. de ce royaume, à son père Ramire II. Mariée à Raimond Bérenger, comte de Barcelone, elle ne lui permit de prendre que le titre de prince d'Aragon, et contiuua de gouverner par elle-même : m. en 1137. PÉTRONIUS (Alexandre Trajan), né à Citta di Castello en Ombrie , m. en 1585, a publié : Proposita , seu, Aphorismi medicinales, 149, Venetiis, 1535, in-8°; De aqud tiberiná, Romae, 1552, in-8°; Dialogi de re medicá, ibid. , 1561, in-4°;. De morbo gallico libri VII, Venetiis , 1566, in-fol. ; De victu Romanorum et de sanitate tuendâ libri V ; De aloo sine medicamento molliendâ libelli duo, Romae, 1581 , in-fol. PÉTRON US, ou nE PÉTRoGoNE (Antoine Vincent), méd. du 17° s., né à Salerne, m. à Pise en 1655, a publié à Venise , 1647 , in-4° : Litterarium duellum inter salernitanos medicos et neapolitanos medicos, in quo de intestinorum phlegmone controvertitur casus. PETTHO (Grégoire), noble hongrois qui vivait vers la fin du 17° s., a donné un Receuildes chron. de la Hongrie, écrit dans la lang du pays, Vienne, 1711 , réimp. avec des augmentations, Cassovia, 1734 , in-4°. PETTUS (sir Jean), né au comté de Snffolk , m. vers 169o, l'un des dépntés gouv. des mines royales, a laissé : His#oire des lois et des lieux principaux des mines et des travaux minéralogiques en Angleterre et au pays de Galles , 167o,in-fol.;l'Angleterre indépendante de'l'autorité des papes, in-4°; Lois de la nature, pour connaitre, juger, essayer et traiter les métaux , traduit de l'allemand, 1683 , in-fol. PETTY (Guillaume), écriv. anglais, né en 1623, à Romsey , dans le comté de Hamp, fut méd, du roi Charles II, m. à Londres en 1687. On a de lui un Traité des Taxes et des Contributions, Londres, 1662 et 1667 , in-4° ; Britannia languens, in-8° ; Traité de la construction des vaisseaux. PETTYT (Guillaume), jurisc. angl., né à Skipton au comté d'Yorck, m. à Chelsea en 17o7, garde des archives de la Tour. ll a laissé : La défense des droits des communes d'Angleterre , in-89 ; Jus antiquum communium Anglia assertivum , in-fol. i Coup-d'œil

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

rouver cette opinion , il mit au jour, # i655, un livre imp. en Ho ; in 4 et in-12, sous ce titre : 1 saadamite sive Exercitatio super versibus 1 2 , I , 2 14, cap, quintre epistolœ Pauli ad Rom§nos. Cet ouv. fut condamné aux flammes à Paris, et l'auteur mis en prison à Bruxelles. Le prince de Condé ayant obtenu sa liberté, il passa à Rome en 1656, et y abjura le calvinisme et le préadamisme. De retour à Paris, il se retira au séminaire des Vertus, où il m, en 1676. On a encore de lui : Du rappel des juifs, 1643, in-8°; une Relation du Groenland, 1647 et 1651, in-8°; une Relation de l'Islande, 1663, in-8°; Lettre à Philotime, 1658, in-8°. PEYRERE (Abraham la), frère-du précéd., avocat au parl. de Bordeaux, sa patrie, où il est m. en 17o4, à 7o ans, est connn par ses Décisions sommaires du Palais , par ordre alphabétique » Bordeaux, 1663 , 1 vol. in-4° qui eut un grand nombre d'édit., avec des add. et des apostilles par d'autres juriscons. PEYROLS D'AUvERGNE, troubad., se livra à la dévotion des croisades. De retour de la Terre-Sainte, il se maria à Montpellier, où il m. Il nous reste de lui, 24 chansons galantes, 5 tensons et un poéme composé en Asie, après la m. de l'emp. Frédéric Ier. PEYRONIE ( Francois de la) prem. chirurg. du roi Louis XV, de l'académ. des sc. , présid. de l'acad. de chirurg., né à Montpcllier, en 1678, vint à Paris, où, après avoir pratiqué avec le plus gr. snccès, fit les plus nobles efforts pour les progrès et le perfectionnement de son art. Ce fut lui qui sollicita l'établissem . d'une acad. de chirurgie, qui fut formée par ses soins en 1731. ll présenta le premier vol. de ses Mémoires en 1733. Il m. à Versailles en 1747. PEYROT ( Jean-Claude), prieurcuré de Pradinas, et poète rouerguois, né à Millau en Rouergue en 17o9, m. en 1795 , renonça presque entièremcnt à la langue fr. pour cultiver le dialecte rouerguois. Une partie de ses CEuvres a été rec. et impr. sous ce titre : OEuvres patoises de Claude Peyrot, ancien prieur de Pradinas, dans lesquelles on trouve les Quatre Saisons, ou les Georgiques patoises, suivies de plusieurs gitives , etc. Cet ouv. a eu deux édit ; nous ne connaissons que la seconde , Milau, 18o5, in-8°. pEYSSONNEL (Charles), né à Mar

seille en 17oo , d'abord avocat, cnsuite

------ : • 1 l,» Co §sul à Smyrne, sut allier le cooooo

[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[merged small][ocr errors]

PEZAY ou plutôt PEsAY (N. Masson, marquis de), fils d'un premier commis des finances, né près de Blois. Il s'attacha d'abord à la litterat. , et entra ensuite dans le service. Il avait donné dircctement des leçons de tactique à Louis XVI, et ce monarque créa pour lui une place d'inspect.-gén. des côtes, avec 6o mille livres de traitem. Aussitôt il se transporta dans les villes maritimes, et remplit sa commission avec succès.Sa hauteur lui fit des ennemis, il y eut des plaintes portées à la conr, et il fut exilé #ans sa terre, où il m. de chagrin en 1777. Il a donné quelques poésies agreables dans le genre †o : une Traduction de Catuile, Tibulle et Gallus, Paris, 1771, 2 vol in-8° et in 12 ; les Soirées helvetiennes, alsaciennes et franc-comtoises, Amst. et Paris, 177o, in-8°, et Londres, 1772 , 2 vol. in 12 , la Rosière de Salency, pastorale en 3 actes : Adieux à la Provence; Essai sur les charmes de la solitude; les Campagnes de Maillebois, en 1745 et 1746, en 3 vol. in-4° et un vol. de cartes, pub. en 1775, sur les Mém. milit. de ce maréchal ; le PotPourri, Paris, 1764, in-8°; ologe de Fenelon, Paris, 177i, in-8°. On a pub. en 1792 les OEuvres poétiq. et morales de Pezay, 2 vol. in-12.

PEZENAS (Esprit), jés., né en 1692, m. à Avignon, sa patrie, en 1776, pro#essa longtems la physiq. et l'hydrogr,à Marseille. Ses ouv. sont : Elémens du Pilotage , 1754 , in-8° ; Traite des F/ua ions, trad. de Maclanrin, 1749 , 2 vol.in-4°; Pratique du Pilotage, 1749, in 8°; Théorie et pratique du Jaugé§

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

PHACÉIA, fils et success. de Manahem , roi d'Israël , imita l'iin piété de ses pères, et fut tué par Phacée l'an 759 avant J. C. PHAÉTON (mythol.), fils du Soleil et de la nymphe Clymène, fut foudroyé par Jupiter, pour avoir mal conduit le char de son père. PHAINUS, anc. astron. grec , natif d'Elide, faisait ses observ. auprès d'Athènes, et fut le maître de Méton. Il est regardé comme le premier qui découvrit le tems du solstice. PHALAN TE, jeune Lacédém., fils d'Aracus, fonda la ville de Tarente en Italie. PHALANX (myth.), frère d'Arachné. Pallas prit soin de leur éduc.; mais, indignée de ce qu'ils y répondaient mal, elle les métamorphosa en vipères. PHALARIS, tyran d'Agrigente. On n'est pas d'accord sur l'époque même à laquelle Phalaris a vécu. Ce tyran se signala par ca cruauté ; car s'étant emparé de cette ville, il chercha tous les moyens de tourmenter les citoyens. Pérille, artiste cruel et industrieux,secondasa fureur en inventant un taureau d'airain. Le malheureux qu'on y renfermait, COnsumé par l'ardeur du feu qu'on allumait dessous , † des cris qui, sortant de cette horrible machine, ressemblaient aux mugissemens d'un bœuf L'auteur de cette invention en ayant demaudé la récom § Phalaris le fit brûler le premier ans le ventre du taureau. Les Agrigentains se révoltèrent l'an 561 av. J. C , et firent subir à Phalaris le supplice anquei il avait condamné tant de victimes. PHALLUS ( mythol.), fut l'un des quatre princip. dieux de 1'impureté. Les trois autres étaient Priape, Bacchus et Mercure, . PHALOE (mythol.), nvmphe, fill du fleuve # fut # §n # talIlC, PHAON (mythol.), jeune batelier de Mitylène, dans l'ile de Lesbos, était le plus beau des hommes Les femmes et les filles de Mytilène en devinrent éperduement amoureuses, et Sapho se précipita dans la mer parce qu'il ne voulut pas répondre à sa passion.

PHARAMOND : nom que la plupart

des histor. donnent au premier roi de

[graphic]
« IndietroContinua »