Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

18° s. , connu par d'excellens morceaux de musique. PORPORATI (Joseph-Philippe), né dans le diocèse de Saluces, fut élevé cn 1741 à l'évêché de cette ville. Il m. en 1782. On a de lui : Orazione in lode della heata di Chantal, Turin, 1754 ; Constitutiones synodales , Augustae Taurinorum, 175o, in-4°. PORPORATI, grav., né à T'urin en 174o, travailla à Paris, et fut nommé membre de l'acad. en 1773. Il a laissé : Suzanne au bain, d'après Santcrre ; Agar renvoyée, d'après le petit VanDyck ; et le Devoir naturel, sur les dessins de C, Cignani. De retour à Turin, il grava la Mort d'Abel ; Paris et O%none, d'après Vander-Werff; Vénus caressant l'Amour, d'après Battoni ; la Prétresse compatissante, sur les dessins de Gibelin, et le Coucher, sur ceux de Vanloo, père. PORQUET (Pierre-Francois), né à Vire en Normandie en 1728 , devint aumônier de Stanislas, roi de Pologne. Il cultivait la poésie, et en fit nâître le goût à M. de Boufflers, dont il avait été précepteur. Les Almanachs des Muses renferment plus. pièces de l'abbé Porquct. Il m. en 1796. PORRAL (Claude), méd. de Lyon, publia en 1539 un Commentaire d'Aranius, sur le Traité d'Hippocrate, sur les blessures de la tête, réimp. en 1579. PORREE ou PoIRÉE (Gilbert de la), né à Poitiers, chanoine , puis évêque de cette ville, composa plus. ouv. théol. 2traita les dogmes de la relig. selon la méthode des logiciens, et expliqua ses principes dans un discours qu'il fit à son clergé. Arnauld et Calon, ses archidiacres, le déférèrent au pape Eugène III, qui fit examiner l'accusation qu'on avait portée contre l'évêque de Poitiers. Ses sentimens ayant été condamnés, ce prélat se rétracta, et se réconcilia avec ses. dénonciateurs. Il m. en 1 154." PORRÈTE (Marguerite), femme du Hainault, vint à Paris, où elle composa un livre rempli des opinions renouvelées par les quiétistes modernes. Cette doctrine la fit brûler en 131o.

[ocr errors]
[graphic]

gustin Justiniani, év. de Néba, qu'il
publia à Gênes en 1516. L'ouvrage est
en hébreu, chaldaïque, arabe, grec et
latin, avec les gloses et scholies.
PORSENNA, roi d'Etrurie, dont la
capitale était Clusium ( aujourd'hui
Chiusi ou Toscane) , alla assiéger Rome
l'an 5o7 av. J. C., pour rétablir Tar-
† le Superbe. Ce siége réduisit les
omains à la dernière extrémité ; mais
le courage de Clélie, d'Horatius-Coclès
et de Mutius-Scœvola, obligea, dit-on,
Porsenna de le lever. Il mourut peu de
tems après.
PORTA (J.-B.), gentilh. napolitain,
m. en 1616, à 7o ans, tenait souvent
chez lui dcs assemblées de gens de lettres,
dans lesquelles on traitait de toutes les
singularités de la physique, expérimen-
tale sur-tout; des choses les plus cachées
et les plus inconnues ; en un mot de la
magie naturelle. La cour de Rome lui fit
défendre de tenir ces assemblées. Il se
consacra alors aux Muses, ct composa
des tragédies et 14 comédies.Ces comé-
dies firent réunies en 4 vol. in-12,
Naples, 1726. On a de lui un Traité de
la Magie naturelle, en latin, Amst.,
1664, in-12, trad. en franç. , Lyon,
1668, in-12; un Traité de la physio-
nomie, Naples, 16o2, in-fol., et Leyde,
en latin , 1645, in-12, trad. en franç. ,
Rouen, 166i, in-8°, et en italien, Ve-
mise , 1652, in-8°; De occultis litte-
rarum notis, Strasbourg, 16o6 , avec
des augmentations. On lui doit l'inven-
tion de la chambre obscure, perfection-
née depuis par s'Gravesande.
PORTA (Joseph), peintre, prit le
surnom de Salvati, dont il était élève,
mé à Castel-Nuovo, dans la Garsagnana,
cn 1535, et m. à Venise en 1585. Il ex-
cellait dans la peinture à fresque et à
l'huile. -
PORTA (Simon), disciple de Pom-
onace, dont il embrassa les opinions et
a doctrine, m. à Naples, sa patrie, en
1554, à 57 ans. On a de lui divers
Traités de philos. morale, recueillis à
Florence, en 1551 , in-4° . — Il y a eu
un Simon PoRT1Us, romain, auteur du
Lexicon granco-barbarum et graeco-litte-
»atum, i635, in-4°, et d'une Gram-
maire de la langne grecque vulgaire ,
1638, in-4°.
PORTA ( Guillaume della ), sculpt.
milanais du 16° s. , fit à Gènes seize
Prophètes en bas-relief pour la chapelle
Saint-Jean, et le Christ à qui Thomas
touche le côté. Ses ouv. les plus consi-

dérables sont les 4 prophétes placé*

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

, Anecdotes dramatiques, Paris, 1775, 3 vol. in-8°; Le Dictionnaire dramatique, Paris, 1776, 3 vol. in-8°; un gr. nombre d'Almanachs, en particulier celui des Spectacles, etc. Mais, de toutes ses compilations, la plus connue est le Voyageurfrançais , Paris, 1772, 24 v. in-12, continué par l'abbé de Fontenay et - Domairon.On lui doit encore les Pensées s] de Massillon ; l'Esprit de J. J. Rousseau; l'Esprit du P. Castel; l'Esprit des monarques philosophes : l'Esprit de ':,io Marivaux ; l'Esprit de Fontenelle ; l'Esprit de l'abbé Guyot des Fon, laines. P0RTELANCE (François), auteur ramat , né à Paris en 1731, m. vers la fin du 18° s, est connu par un grand

[ocr errors]

o P0RTENARI (Angelo), de Padone, oo oligieux de l'ordre de Saint-Augustin , # Profess. de philos, dans l'univ. de sa

ville natale, vivait dans le 17° s. Il a laissé : Della felicita di p# . , ossia la storia della citta , e degli illustri suoi cittadini, Padoue , 1623 ; Apologia della libertà de'popoli veneti antichi, Padoue, 1629, etc. PORTER, (Franc. ), né en Irlande dans le comté de Meath, se fit récollet à Rome, où il m. en 17o2. PORTER (John), min. de Bridwater, dans l'état de Massachussetts, m. en 18o2 à l'âge de 87 ans, a publié quelques Sermons. PORTIUS (Luc-Ant.), né à Naples en 1639, enseigna la médecine à Rome vers 1672, puis à Vienne en Autriche, m. à Naples en 1712. On a de lui : De militis in castrissanitate tuendâ,Vienne, 1685, Leyde, 1741, in-8° , en français, sous le titre # Médecine militaire , Paris , 1744 , in - 12 ; Opera medica , philosophica et mathematica in ununt collecta , Naplcs 1739, 2 vol. in-8°. PORTIUS (Grégoire), né en Italie, cél. vers l'an 163o, par le talent qu'il avait pour la poésie lat. et grecque , a composé dans ces deux langues des Odes, des Elégies , des épigrammes. PORTO MAURIZIO (le P. Léon.), de l'ordre des mineurs réformés de SaintFrançois , missionn. apostolique , né à Casa-Nuova au † en 1676 , m. à Rome en 1731. Scs ouvragcs ont été publiés en 2 vol. sous le titre de Opere sacro-morali, etc., Venise 1742. PORTUS ( François), natif de Caudie , profess. quelque tems la langue grecque à Ferrare, et ensuite à Genève où il m. en 1581, à 7o ans. On a de lui : des Additions au Dictionnaire grec de Constantin , Genève, 1593, in-fol. : Des Commentaires sur Pindare, Thucidide, Longin , Xénophon , et sur plusieurs autres auteurs grecs. — Portus (AEmilius), fils du précéd., enseigna la langue grecque à Lausanne et à Heidelberg. On lui doit : Dictionarium ionicum et doricum graeco-latinum , Francfort, 16o3 , 2 vol. in-8° ; Une Traduction de Suidas , ct d'autres ouvrages. Son édit. de Xénophon avec ses notcs et celles de son père, Francfort, 1596, est recherchée ; impr. in-fol. , Londres, 172o : Pindaricum Lexicon, Hanevre, 16o6, in-8°. PORTUS (Ant. ), doct. en médec. , né à Fermo dans la Marche d'Ancône , a publié : De Peste libri tres , Accessit de variolis et morbillis liber unus , Venetiis, 158o , in-4° , Romae, 1589 ,

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

[graphic]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

POTENGER (Jean), né à Winchester en 1647, occupa une place de finance, qu'il conserva jusqu'à sa mort, arrivée en 1733. On a de † un poème contenant des Réflexions sur la mort, 1691 ; la Vie d'Agricola, d'après Tacite, et quelques pièces.

POTER (Paul), peintre, né à Enchuysen en i625, m. à Amst. en 1654, a excellé dans le paysage. On admire sur- . tout l'art avec lequel il a rendu les divers effets que peuvent faire sur la campagne l'ardeur et l'éclat d'un soleil vif et brillant. Ses animaux sont rendus avec tant de vérité, qu'ils semblent animés dans ses tablcaux Les product. de ce peintre sont rares, chères et très-recherchées. Le musée du Louvre possède plus. tableaux de ce peintre.

POTHIER ( Robert-Joseph ), conseiller au présidial d'Orléans, où il naq. en 1699, et y m. en 1772, réunissait une

rofonde connaissance du droit romain et du droit français. Les ouv. qu'il a pub. successiv. sont : Coutume # » avec des observations nouvelles, 174o , 2 vol. in-12 ; Pandectae Justinianae, in novum ordinem digesta , Paris, r748 , 3 v. in-fol. ; Coutumes du duché, bailliage et prevôté d'Orléans et ressorts d'iceux, etc., 2 vol. in-12 et in-4°, 176o et 1772 ; Traité des obligations, 1761 , 2 vol. in-12 ; 1764 , avec des augmentations; Traite du contrat de vente, 1765, in-12 ; Traité des retraits, pour servir d'appendix au Traité du contrat de vente, 1762, 1 vol. in-12 ; Traité du contrat de constitution de vente, avec le Traité du contrat de change, de la négociation qui se fait par lettres de change, des billets de change et autres littets de commerce, 1763, 1 vol. : Traité du contrat de lounge; Traité du contrat

[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
« IndietroContinua »