Immagini della pagina
PDF

de bail à rente, 1764, 1 vol. in-12; Sup. Plément au Traité du contrat de louage, ou Traité des contrats de louage maritimes, 1765, 1 vol. in-12; Traité du contrat de société, 1765, 1 vol. in-12; Traité des cheptels selon les règles, tant du for de la conscience, que o# extérieur, 1765, 1 vol. in-12; Traité des contrats de # , 1766; Traité du contrat de dépôt et de mandat ; un appendice du quasi-contrat negotiorum gestorum, 1767 ; Traité du contrat de nantissement, 1767; Traité des contrats aleatoires, 3 vos. in-12 ; Traité du contrat de mariage, 1768, 2 vol. in-12 ; Traité de la communauté, 1769, 2 vol. in-12 ; Traité du douaire, 177o, 1 vol. in-12 ; Traité du droit d'habitation ; Traité des donations entre mari et femme ; Traité du don mutuel, 1771 , 1 vol. in-12 ; Traité du droit de possession, 2 vol. in-12. Il a laissé un grand nombre de m.ss. POTIER (Nicolas),seigneur de Blancmesnil, présid. au parl. de Paris, lieu de sa naissance. N'ayant pu sortir de Paris lorsque cette capitale se déclara pour la ligue, il fut arrêté au Louvre.La faction des seize lui fit faire son procès, sous prétexte qu'il entretenait une correspondance secrète avec Henri IV. Il aurait subi le même sort que le président Brisson, si le duc de Mayenne ne fût allé le délivrer de sa prison. Il le laissa aller vers Henri IV. Blancmesnil ne fut as moins dévoné à Louis XIII. Marie e Médicis, pendant sa régence , l'homora du titre de son chancelier. Il m. en 1635, à 94 ans. POTIER ou PoTER177s ( Pierre), médecin du 17° s., né à Angers, et partisan des remèdes chimiques, exerça son art en Italie, où il fut assassiné par un ami. Ses ouvr. consistent en trois centuries d'obscrvations. POTKEN (Jean), imprim. allemand, prêtre ct grammairien, s'établit à Cologne en 1518. L'ouv. le plus remarquable sorti de ses presses est un Psautier in-4°, 1518, en hébreu, en grec, en latin et en éthiopien. POTOCKI (lecomte Stanislas-Félix), gr. maître de l'artillerie polonaise,jouissait en Pologne d'une grande considération au moment des troubles de 1788. Attaché fortement à l'ancienne aristocratie, il s'opposa de toutes ses forces à la diète assemblée à cette époque. S'étant lie intimement avec la Russie, il osa, en mai 1792, publier à Targowitz , avec R us et Braniski , un manifeste contre

la nouvelle constitution , et tendant 4 l'annuller.Secondé par l'armée russe, il réussit facilement; et le roi StanislasAuguste accéda lui-même à cet acte de Targowitz, qui fut suivi de la diète de Grodno, qui annulla la constitution de l'année précédente, et signa le partage du pays. Mais ses compatriotes, excités et conduits par Kosciuszko, Kolontay, § etc., ayant pris les armes contre les Russes, en 1794, on instruisit le procès de Félix; il fut condamné à mort : comme il était absent, on le pendit en effigie. En janvier 1795, Catherine II le nomma général en chef. Il m. en 18o3.

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors]

POUPART .(Olivier), méd, , né à Saint-Maixent, a publ., en 158o, une. Traduction latine des Aphorismes d'Hippocrate; un Abrégé, en la même langue, des livres de Galien sur la méthode de guérir; Traité de la Saignée, la Rochelle, 1576, in-12 ; Conseildivin touchant la maladie divine et peste en la ville de la Rochelle, la Rochelle, 1583 , in-12. POUPART (François), docteur en médec., et membre de l'académie des sciences, né au Mans, vint à Paris, où il cultiva la physique et l'histoire natur. On a de lui : Description de la Sangsue, dans le Journal des savans ; Mémoire sur les insectes hermaphrodites i L'Histoire du Formica-Leo et du FormicaPu ex ; Observations sur les moules, etc. Il m, en 17o8, à 48 ans. POUPART (N ..), curé de la ville de Sancerre, député aux états-génér., en 1789 , m. à Levroux, sa patrie, vers # a publié : Histoire de la ville de Sancerre, 1777 , 1 vol. in-12. POUPELINIÈRE (Alexandre-JeanJoseph le Riche de la), fermier général, m. à Paris , sa patrie, en 1762 , à 76 ans. Il a publ. Daïra, histoire orienta € » roman, Paris, 1761, in-4° et in-12. , POURBUS (Pierre), le père, peint., mort à Anvcrs en 1583, a peint des animaux et des parsages; il excellait dans le portrait. POURBUS ( Francois), peintre, fils du précéd., natifd'Anvers, m. à Paris § 1622, a fait beaucoup de portraits , et uelques sujets d'histoire. Le musée du # possède plus. de ses tableaux. POURCHOT (Edme), né au village de Pouilly, près d'Auxerre, en 165r , prof. de philos. au coll. des Grassins , puis au coll, de Mazarin , à Paris, où il

[graphic]

m. en 1734. Il fut sept fois recteur de
l'univ. On a de lui : Institutiones phi-
losophicœ, dont la 4° édit. fut donnée en
174 , in-4°, et 5 vol. in-12. Il a travaillé,
pour le style, aux Prolegomènes et à la
composition des Méthodes hébraïque ,
chaldaïque et samaritaine, de Masclef.
POURFOUR ( François), méd. de
Paris, sa patrie, membre de l'acad. des
sc., né en 1664, plus connu sous le nom
de Petit, m. dans sa ville natale en 1741,
après avoir pub. quelques brochures sur
SOIl a I't.
POUSSIN (Nicolas), célèbre peintre
français, né aux Andelys en Normandie,
en 1594, d'une famille noble et très-
pauvre, vint à Paris à l'âge de 18 ans,
our s'y instruire.Ses gr. talens en pein-
ture le firent connaître avantageusement.
Il quitta Paris à l'âge de 3o ans, et alla
à Rome. Le cavalier Marin, célèbre par
son poëme d'Adonis, connut Poussin,
se lia d'amitié avec lui, et lui fit goûter
la lecture des poètes , où ce peintre
trouva beaucoup à profiter pour ses com-
positions. Marin étant mort, Poussin se
trouva sans ressource. Il vécut longtems
retiré, s'occupant à examiner les tableaux
des grands maîtres et les figures antiques.
Rappelé de Rome à Paris, il céda à l'en-
vie et aux cabales, et retourna à Rome,
où il m. en 1665. On voyait à Rome plu-
sieurs ouvrages du Poussin : la plus gr.
partie est en France, dans la collection
les tableaux de Versailles et au musée
du Louvre. Félibien, à qui l'on doit des
détails sur la vie du Poussin, cite ontre
ses principaux chefs-d'œuvre, le tableau
de § , la prise de Jérusalem,
la peste des Philistins , Rebecca, ta
Femme adultère, les sept Sacremens ,
qu'il peignit deux fois avec des change-
mens considerables; le Frappement du
rocher, l'Adoration du veau d'or, la
Manne, le Ravissement de saint Paul,
Moise sauvé des eaux, et nombre de
paysages qu'il enrichit de sujets histo-
riques. En 18o2, le tableau du Déluge a
été gravé à Paris par Laurent. Le gou-
vernement français lui a fait clever une
statue en marbre, qui décore la salle de
l'Institut. •
POUTEAU (Claude ) , chirurg. en
chef du gr. Hôtel Dieu de Lyon, m, à la
fleur de son âge, en 1776. On lui doit ;
Mélanges de chirurg(e, 76o , in-8" ;
Essai sur la rage, 1763, in-8°; la Taille
au niveau, 1763, in-8°; ()ouvres pos-
thumes, 1783, 3 vol. in-8°. - *.
POVVEL ( David), antiqnaire angl.,
né vers 1552, au comité de Deubigh, u .

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic][graphic][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

| de France, et uu Traite du blason. 1 | PRADES (Jean-Martin de), prêtre, | hachelier de sorb, né à Castel-Sarrasin, | dans le diocèse de Moutauban , vint à | | Paris, et sut se tirer de la foule par une 1,.

| Thèse qu'il soutint en 1751 : elle conte-
nait les propositions les plus hardies ;
mais ce qui fit crier sur-tout, c'était le
atallèle des guérisons d'Esculape et de
. C. Le parl. de Paris sévit contre cette
production La sorb. l'imita et pub. une
Censure le 27 janv. 1752. La Thèse fut
également condamnée par l'archev. de
Paris et par Benoît XIV. De Prades se
retira à Berlin, ou il devint lecteur du
roi de Prusse. Il eut quelque tems après
un canonicat de Breslaw : alors il publia
une Apologie dans laqucllcil se répandit
o iurectives coutte ses censeu1s; inais il

[ocr errors]
[ocr errors]

doct. en méd. , né à Ziriczée en Zélande

ou il nu, en 1558. On a de lui des ouv. sur

[graphic]
[graphic]
[graphic]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]
« IndietroContinua »