Immagini della pagina
PDF

1733 et # Tavole gnomoniche per regolare di giorno gli orologj di ruota, etc, ibid., 1736; Tavole gnomoniche per le ore oliramontane, ibid. , 1743 ; Regole delli cinque ordini di architettura di Messer Jacopo Barozzi da Wignola ultimamente intagliate in rame sul primo originale dell'autore; ibid., 1736; Regole della prospettiva pratica delinea "in tavole, a norma della seconda regola di Jacopo Barozzi , ibid, 1744. QUADRIO(Francois-Xav.),jés., né dans la Valteline en I695, m. à Milan en 1756, après avoir publié un traité de la poésie italienne, sous le nom de Joseph-Marie Andrucci, Venise, 1734, in-49; Histoire de la poésie, 2 vol. Dissertations historiques sur la Rhetie et sur la Valteline, 1755, 3 vol. in-4°. QUADRIO (Joseph-Marie), méd. , cousin du précéd., né dans la Valteline en 17o7, m. à Milan en 1757 , exerça sa prof. dans plus. ville d'Italie. On a de lui : De' Bagni del Masino, Milan, 1745 et 1752 ; 6# I7ledico-fisiche intorno al Saccaro Americano, Bergame; Dissertazione intorno all' acqua di Leda : Bergame ; Uso , utilità,e storia dell' acque termali di trescorio nel territorio di Bergamo , Venise, 1749; Muovo metodo per curare il cancherocoperto, e specialmente le ghiande scirrose, etc., Venise , 1759 ; Storia della Madona di Tirano , Milan, 1754. QUAINI (Louis), peint., né à Ravennes en 1643, m. à § en 1717. Le Cignagni lui apprit les élémens de son art, et il travailla avec Franceschini, son ami et son condisciple Les parties prin cipales de Quaini etaient l'archit. , le paysage et les autres ornemens. QUAINO (Jérôme), de l'ordre des Servites, m, à Padoue en 1582, a comosé des Commentaires sur la Bible ; des Traités théol. ; des Discours lat, et des Sermons, Venise, 1566. UANWON (mythol.), dieu ja -# fils † # dUlX et aux poissons. , QUARESME (Franc.), cordelier, né à Lodi dans le Milanais, fut employé aux missions du Levant, et m. vers 164o. Il a laissé quelques ouvrages théol. et une Description de la Terre«Sainte. •QUARRE (Guill.), chirurgien de Paris, au 17° s., a écrit : Myographia heroïco versu explicata, Parisiis, 1638,

[ocr errors]

| QUATTROMANI (Sertorio), né à Cosenza, dans le royaume de Naples vers 1551, m. vers 16o6. Le recueil de ses CEuvres, publié à Naples, 1714, in-8°, renferme des Vers latins et italiens, des Lettres, etc. QUECCIUS (Grégoire), méd., prof. de philos. à Altorf, où il naquit en 1596, m. à Nuremberg en 1632. † a de lui : Anatomiœ philologicae pars prima, continens discursus de nobilitate et prœstantid hominis , etc., Norimbergae , 1632, in-4°. + QUELLIN (Erasme), Quellinus, peintre, né à Anvers en 16o7, où il m. en 1678, fut élève de Rubens, et se fit admirer par ses talens. Ses princip. ouv. sont dans sa ville natale. II. QUELLIN (Artus), neveu du précéd., né en 163o, et m. en 1715 , a travaillé à Anvers, sa patrie, et a exécuté les belles Sculptures de l'hôtel de ville d'Amst., gravées par Hubert Quellin. U EL MALZ †: méd. et anatomiste allem., né à Frei berg, en Misnie, en 1696, et m. à Léipsick en 1758, a laissé plus. dissertations académiques , insérées dans le recueil d'Haller, intit. : Disputationes ad morborum historiam , etc. QUENSTEDT (Jean-André), théol. luthér., né en 1617 à Quedlimbourg, men 1688, fut prof. de philos. à Wittemberg, et recteur de l'univ., a laissé : un Traité en forme de dialogue, touchant la naissance et la patrie des hommes de lettres , depuis Adam jusqu'en 16oo . VVittemberg, 1654, in-4° ; De Sepulturd veterum sive de ritibus sepulchratibus, in-8° et in-4°; un Système de la théologie de ceux qui suivent la confession d'Augsbourg, 1685, 4 vol. in-fol. QUER (Joseph), chirurg. de Charles III , premier prof. de botan. à Madrid, où il m. en 1764, a publié : Flore espagnole, ou Histoire des plantes d'Espagne, Madrid, 1762, 6vol.in-4°; Dissertation physico - botanique sur les #o néphrétiques, Madrid, 1765, in-8°. QUERBOEUF (l'abbé ), jésuite, a donné une édit. des Lettres édifiantes et curieuses, écrites des missions étranères, etc. , Paris, 178o, 1783, 26 vol. in-12 ; des Mémoires pour servir à l'histoire de Louis , dauphin de France , Paris, 1777, 2 vol. in-12 ; des Observations sur le Contrat social de J. J. Rousseau, par le père Berthier, Paris, 17 in-12 ; des Sermons de son confrère le

père de Neuville, 1776, 8 vol. in-12.

[graphic][graphic]
[ocr errors]

m, à Sienne en Toscane, où il m. en 1418 , est cél. par plus, ouv. qu'il fit pour sa ville natale. QUERENGHI ou QUERExc 1 ( Antoine , poète ital. et lat., né à Padoue en 1546, m. à Rome en 1633, occupa des emplois importans sous les papes Clément VIII, Grégoire XV et # bain V lII. ll a donne divers ouvrages. Scs Poesies italiennes, Rome, 1616, in-8°, et latines, Rome, 1629, in-8°, 5On t eSt1InceS. QUERENGHI (Flavio), neveu du précéd., chan. de Padoue. En # ! , le sénat de Venise le nomma prof. de la morale d'Aristote dans l'aniv. de cette ville. Il m. en 1646. On a de lui : Epitome institution um moralium ; De genere dicendi philosophorum, Introductio in philosophiam moralem Arisaotelis ; De honore libri quinque; De consiliariis principum ; Alchimia delle passioni dell' animo, e'c. QUERLON (Anne-Gabriel Meusnier de), né à Nantes en 17o2. Il a travaillé aux affiches pour la province, à la Gazette de France, au Journal étranger, et à celui encyclopédique.Il a laissé : le Testament de l'abbé des Fontaines , 1746, in-12 ; le Code lrrique, ou glement pour l'Opéra de Paris, 1743, in-12 ; une édition de Lucrèce ; 1744, in-12; de Phèdre ; des Poésies d'Anacréon , Collection historique, ou Memoire pour servir à l'histoire de la guerre terminée par la paix d'Aix-laChapelle en # , Paris, 1757, in-12 ; Continuation de l'Histoire des Voyages de l'abbé Prévot ; Traduction du poème de la Peinture, de l'abbé de Marsy ; les Grâces , Paris, 1769, in-8°, fig. ; les Soupers de Daphné, in-12 , etc. Il m. à Paris en 178o. QUER NO (Camille), poète, né à Monopoli, m. à Naples vers 1528, avait composé un poëme de vingt mille vers, iut. Alexiade, qu'il récitait par coeur. I. QUESNAY (Franç;), 1°r méd. du roi, membre de l'acad. des sciences de Paris et de la société royale de Londres, mé au village de Mérè, près de MontfortLamaury, en 1694, fut regardé comme le patriarche de la secte des économistes, qui le perdit en 1774 Outre plus. morceaux insérés dans les Mémoires de l'académie de chirurgie de Paris, dont il était secrét., on a de lui : Observations sur les effets de la Saignée , 173o et 175o, in-12 ; Essai physique sur l'économie animale, 1747 , 3 vol. in-12 ; l'Art de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Morales , Paris , 1 71. Peu après, il donna une nouvelle # des (Euvres de St. Léon, pape, sur un ancien oo apporté de Venise, Paris , 1675 , 2 vol. in-4°, Lyon, 17oo, in-fol., Romo 3v. # Bientôt après, l'archev. de Paris, (Harlay) instruit de son attachement aux jansénistes et de son opposition à la bulle d'Alexandre VII, l'obligea de † ter la capitale et de se retirer à Orléant en 1681. L'assemblée générale de l'oro toire ryant ordonné, en 1684, la sigma7 ture d'un formulaire de doctrine dressé en 1678 sur divers points de philos et de théols, le P. Quesnel ne voulut point y sonscrire, et se retira dans les Pays-Bas Espagnols en 1685. Il alla alors trou ! à Bruxelles M. Arnauld, dont il recueillit les derniers soupirs. Ce fut à Bruxelle* qu'il acheva ses Réflexions morales out les Actes et les Epître des apôtres Lo jésuites obtinrent un ordre de Philippe V, roi d'Espagne, pour le faire arrêter il fut transporté dans les prisons de l'archevêché de Malines. Quesnel fnt remis en liberté en 17o3. Après avoir formé ! Amsterdam quelques eglises jansénistes, il m. dans cette ville en 1719. Ses principaux ouv, sont : Lettres contre les nudités, 1686, in-12; l'Idée du Sacerdoce et du Sacrifice de Jésus-Christ; Tradition de l'église romaine sur la prédestination des Saints et sur la grdce efficace, Cologne, 1687,4 vol. in-12, sous le noo du sieur Germain, doct. en théol. ; la Discipline de l'église, tirée du Mouveau Testament et de quelques anciens conciles, Lyon, 1689, 2 vol. in-4°i Causo Arnaldina, Hollande, 169o, in-8°;sept Mémoires, en 7 vol. in-12, pour servir à l'examen de la constitution Unigenito

[ocr errors][ocr errors][graphic][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

QUESNOY ( Jérôme du), frère de du Quesnoy, dit Flamand ( V. FLAMAND), se distingua dans la scuplture. On voyait plusieurs de ses ouvrages dans les Pavs-Bas. On admirait sur-tout le mausolée de Trieste, évêque de Gand, dans la cathedrale de cette ville. Du Quesnoy , fut surpris, en finissant ce mausolee, commettant le crime de sodomie, pour lequel il fut brûlé à Gand, en 1654.

QUÉTIF (Jacques), dominic., né à Paris en 1618, où il fut bibliothéc., et m. en 1658 On a de lui des éditions de plus. ouv, Il préparait une Bibliothèque des Auteurs de son ordre, qui fut finie par le père Echard, son † UEVEDO DE VILLEGAS (Francois), né à Madrid en 158o, devint chevalier de Saint-Jacques, et l'un des meilleures écriv. de sa mation. Il sut mis en prison par ordre du comte Olivarez , dont il avait, à ce qu'on prétend, décrié le gouvernemcnt dans ses vers, et ne fut mis en liberté qu'après la disgrâce de ce ministre. ll m. à W§ de los Infantes en 1645. On a de lui des pièces héroiques , des lyriques et des facétieuses._Les plus connus de ses ouvrages sont le Parnasse espagnol; l'Aventurier, Buscon; les Visions; l'Enfer réformé, etc. Il écrivait égalem. bien en prose. QUEUX (Claude le), chapelain de Saint-Yves à Paris, m. en 1768, s'est fait connaître par des Traductions de lusieurs Traités de St. Augustin et de † Prosper, et quelq. livres de piété. Il, a été, avec l'abbé Le Roy, l'éditeur de, l'Histoire des Varations de Bossuet, 177o, 5vol. in-12. QUIEN (Michel le), dominic., né à Boulogne en 1661, vint à Paris, où il m. en 1733. Ses princip, ouv, sont : la # du Texte hébreu contre le P. Pezron ; une édition des CEuvres de St. Jean Damascène, en grec et en lat.; 1712, 3 vol. in-fol. ; Panoplia contrà

[ocr errors]

---

QUIG 2 19

ohioma Grœcorum, Paris, 1718, iu-4°s #ullité des ordinations # , 4 v. in-12 ; plus. Dissertations dans les Mémoires de Littérature et 'Histoire, re$ eillies par le P. Desmolets ; Oriens Christianus, in quatuor Patriarchatus #sestus , in quo exhibentur Eccleria , oatriarchae, ceterique Prœsules Orientis, Paris, 174o, 3 vol. in-fol , Cet ouv. fait suite au corps d'Histoire appelé By: & /lll/le. QUIEN DE LA NEUvILLE (Jacques le), né à Paris en 1647, d'un capit de cavalerie, s'appliqua à l'hist., et donna l'/listoire générale du Portugal, in-49. Il fit ensuite un Traité de l'usage # # chez les anciens et les modernes, aris, # in-12, qui lui fit donner la direction d'une partie de celles, de la Flandre française, En 1713, l'abbé de Mornay, ambass. en Portugal, l'emmena avec lui. Le roi de Portugal lui donna une pension dc 15oo livres, le nomm chevalier de l'ordre du Christ, Il m. , Lisbonne en 1728. Il était membre de l'acad. des incriptions de Paris.

UIES ( †l) déesse du repos et de la tranquillité.

QUIETUS (Fulvins), 2° fils de Macrien, fut fait tribun par Valérien. Son ère ayant eté déclaré emp, en 261, par † mée d'Orment, lui donna le titre d'Auguste, partagea son autorité avec lui et Macrien le jenne. Son père ayant voulu aller se faire reconnaître en Occident, où Gallien régnait, lui laissa le soin de défendre oðt contre les Perses. Quietus signala ses talens militaires. Mais son père et son frère ayant été tués , Odenat lui enleva une de ses troupes, et mit le siége devant Emèse, où ce prince s'était renfermé. Les habitans le sacrifièrent à leur sûreté, et lui donnèrent la m. à la fin de juillet de l'an 262, Son règne ne fut que d'environ 17 mois. QUIGNONES (Franç. de), cordelier espagnol, né dans le royaume de Léon , parvint à la place de gén. de son ordre en i522.Lorsque ClémentVII eut été fait prisonnier en 1527 par les troupes de Charles V, Quignones fut chargé par ce pontife de négocier la paix et d'obtenir sa liberté. Ses soins lui ayant réussi, il fut honoré de la pourpre, et m. à Veruli en 154o. On a de lui : Breviarum Romanum, e sacra potissimum scriptura et probatis sanctorum historiis confectum , Rome , 1536, réimp. à Paris vers l'an 1679, in-8o,

' sous le titre de Brcviariunt colbertinum, l - - - - - , •

[graphic]
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

né à Rome en 1632, où il m. 17o5, a pub. : Dissertazione medicisica io morte d'una dama creduta tinta di veleno, Rome, 1693; Dram permusica e oratorj sacri, plus. vcsur la jurisprudence.

QUINTILIA DE LAIIRANDE (Lucrèce), italienne qui ait dans le 16° s., a laissé des tablea estimés et des écrits historiques sur vie des plus célèbres peintres. QUINTILIEN ( Mars - Fabius uintilianus), né l'au 42e J. C. , étudia sous les orateurs qui aient le plus de réputation, et fut disple de Domitius Afer. Au commencuent de I'empire de Galba, il ouvr à Rome une école de rhétorique. Il terca en même tems, et avec un pareil 1ccès, la fonction d'avocat. Après air employé 2o années à ces deux exerces, il obtint la permission de les quitr. Il commença alors par rédiger un Trté sur les causes de la corruption de l'acquence, qui ne nous est point parvent Quelque tems après, il mit la premièe main à son gr, ouv. des Institutions oatoires, composé de 12 liv. Il en avait achxé les 3 premiers, lorsque l'emp. Domi'en lui confia le soin des deux jeunes princes ses petitsneveux, qu'il destinat à l'empire.Ses Institutions oratoirs sont la rhétorique la plus complète qu l'antiquité nous ait laissée. Un des carctères particuliers de cet onv. est d'êtr écrit avec art et avec élégance. Les mill. édit. des CEuvres de Quintilien sonr celles d'Obrecht, Strasbourg, 1698, ot de Capperonnier, 1725, in-fol. L'abJé Gédoyn a trad. en fr, les Institution , Paris, 4 vol. in-12. On ignore l'anée de la mort de Quintilien. — QUINrILIEN , son aïeul, a laissé 145 Déclamations. Ugolin de Parme pub. les 136 prem. dans le 15° s., Venise, 1481 et 1482, in-fol. Les 9 autres surent pub. en 1563, par Pierre Ayrauld, et ensuite par Pierre Pithou, en 158o. Il y a encore 19 autres Déclamations impr. sous le nom de Quintilien l'orateur; mais Vossius les attribue au jeune Posthume, ui prit, dit-on, le nom de César et d'Auguste dans les Gaules, l'an 26o de J. C. Elles ont été trad. en fr., in-4° - y † Jean Nicole, père de l'auteur des ssais de morale. On a réuni les Institutions du fils et les Déclamations du père , dans l'édit. cum notis variorum , 1665, 2 vol. in-8°, et dans celle de Burman, 1724, 4 vol. in-4°.

[blocks in formation]
[graphic]
« IndietroContinua »