Immagini della pagina
PDF
[ocr errors]

nation , et contemp. du fam. Esope , fut le plus cel. act. de son s, pour la com. Cicéron, son ami et son admirateur, dit « qu'il plaisait tant sur le théâtre qu'il n'aurait jamais dû en descendre, et qu'il avait tant de vertu et de probité, qu'il n'aurait jamais dû y monter ». ll rit sa défense contre Fannius, et c'est # cette occasion qu'il sit son beau discours pro Roscio. Roscius m. vers l'an 61 av. J. C. Il avait composé un Parallèle des mouvemens du théātre et de ceux de l'éloquence. Cet ouvr. n'est point venu jusqu'à nous. ROSCOMMON (WENrwoRTH DIL1oN, comte de), né en 1633 en Irlande ; après avoir fait ses études, se rendit à Rome, où il se familiarisa avec l'étude des monumens antiques, et s'appliqua particulièrement à la connaissance des inédailles. De retour en Angleterre , et accueilli par Charles II , il passa plus. années à la cour ; mais s'y étant fait une affaire , il fut obligé à. se retirer en Irlande. Le duc d'Ormond , vice-roi du pays , le fit capit. de ses gardes. Sa passion pour le jeu le mit souvent en danger de sa vie. Roscommon reparut à ja cour d'Angleterre, et y devint écuyer de la duchesse d'Yorck, qui lui fit épouser la fille du comte de § Les charmes de son esprit et de son caractère lui concilièrent l'amitié de Dryden et des autres grands hommes de l'Angl. Il m. en 1684. Ses ouv., peu nombreux ct insérés dans la collection du docteur Johnson, sont : Une traduction en vers de l'Art poétique d'Horace ; Un poëme intit. : Essai sur la manière de traduire en vers. Ces deux ouv. ont été imprimés avec les poésies de Rochester, Londres, 1731 , in-12. ROSE (Guill.) , prédic. de Henri III, évêq. de Senlis, et le plus déterminé Iigueur qui fût en Fr., m. cn 16o2 , étala dans ses sermons et dans ses écrits le fanatisme et l'esprit de révolte. On lui fit faire amende honorable le 25 septemb. ' 1595, à la grande chambre. On iui attribue : De justd reipublicae christianœ in roges impios auctoritate , Parisiis 159o , in-8°. 2 RosE (Toussaint) , marquis de Coye, secrét. du cabinet du roi, prés. de la chambre des comptes de Paris, et memb. de l'acad. franc. , maquit à Provins et no. à Paris en 17o 1 , à 86 ans. Il fnt lié avec tous les grands écrivaius du s. de Louis XIV , et sur-tout avec Molière. C'est le prés, Rose qui obtint à l'acad.

franc. l'honneur de haranguer le roi comme les cours souveraines. Il y a denx vol. in-12 de Lettres de Louis XIV , qu'on croit rédigées par lui. Il en est de même des Mémoires publ. dernièrement sous le nom de ce monarque. ROSE (Louis), littér. artésien , m à Lille en 1776, a composé le Bon fermier ou l' fini des Laboureurs, in-12 ; et Eraste ou l' Ami de la jeunesse , en société avec Filassier, in-8°. ROSE (Guillaume), écriv. angl, à qui ou doit sur-tout une bonne traduction de Salluste : m. en 1788. ROSE (J.-Bapt.) , prêtre, doctenr en théol. , memb. de l'acad. de Besançon, né à Quingey en 1716, m en 18o5, à publ. : Traite élémentaire de morale, 1767, 2 vol. in-12; La morale oanso lique, comparée à celle des différentes sectes de religion et de # 1772 , 2 vol, in-12 : Traité sur la Pro dence ; L'Esprit des Pères, compare aux plus célèbres écrivains, sur les matières intéressantes de la philosophie o de la religion, 1791 , 3 vol.in-12 o a encore de lui, dans les Mémoires de l'acad. des sciences, plus. Mémoiro sur l'astron. et les mathém. Il a laio plusieurs manuscrits.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

ROSEMONDE, reine des Lombards, fille de Gunimond,roidesGépides, qu'Alboin fit mourir en 572. Depuis la défaite de son père , elle vécut à la cour de son vainqueur qui l'épousa et la sit couronner. Un jour qu'Alboin donnait, à Véronne, une fête à ses principaux officiers, il fit servir à Rosemonde le crâne de son père et la forca de boire dans cette horrible coupe. Cette barbarie lui inspira la résolution de se défaire de son époux; elle le fit poignarder dans le tems qu'il dormait après dîner. Rosemonde s'étant saisie des trésors du roi, s'enfuit à Ravenne avec Helmige, son nouveau mari qu'elle empoisonna; elle même fut empoisonnée en 573.

ROSEMONDE ou Ros AM oN D E, maîtresse de Henri II, roi d'Angleterre, mérita le surnom de la Belle, et réunit aux charmes de son sexe les plus brillantes qualités de l'esprit. L'épouse de Henri II, Eléonore de Guienne , fut à son égard une nouvelle Médée. Elle la fit périr dans les tourmens. Quelquesuns prétendent que le poison abrégeases jours. Elle eut deux fils de Henri II , Gnillaume, dit Longue-épée, et Jeffrey,qui fut archevêque d'Yorck.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small]

que sorte , créé cette partie de la pein ! '

ture. Ce peintre mourut en 18o4. ROSÈRES (Isabelle de) espagnole, composa des Sermons , et ayant obtenu. la permission de les prêcher dans la cathéd. de Barcelone, elle y attira un trèsgrand concours d'auditeurs, et mourut vers 154o. ROSET (Michel), né à Genève en 1534, rendit des services signalés à sa patrie comme homme d'état et comme magistrat. Il entra dans les conseils dès 1555, et m. en 1613. Sa Chronique de Genève , qui s'étend jusqu'à l'année 1562 , existe, dit-on, manuscrite dans la bibliothèque de cette ville. ROSI (François), de Ravenne, qui vivait sous le pontificat de Léon $ » voyagea en Orient et découvrit, à Da

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

dres, à l'arrivée du prince d'Orange, au nom des évêques d'Ecosse. Son attachement à la famille du monarque exilé contribua beaucoup aux progrès du pressbytérianisme en Ecosse : il m, dans ce pays en 172o. Il fut auteur de divers •onvrages polémiques. ROSS (Jean): prélat anglais, né au comté'd'Herèford, m. en 1792, a publié dès 1746 un Pamphlet en# du docteur Middleton contre les critiques de M. Markland, et en 1749 une édit. des Epttres Familières de Cicéron , 2 vol. in-8°. ROSSELLI(Matthieu), peint., né à Florence en 1578 , où il m. en 166o, se distingua particulièrement dans la peinture à fresque. ROSSENI (Jean-Marie), archit., né à Lugano en 1545, fut le premier qui tira le parti le plus avantageux d'une sorte de marbre et d'albâtre qui se trouve dans l'électorat de Saxe ; m. à Dresde en 1616. On a de lui une Chronologie qui sut imprimée en 16o2. ROSSET (François de), fit dans le 17° s., quclq. traduct. d'ouv. espagnols et ital., et comp. des Histoires tragiques ; le roman des Chevaliers de la # » Paris, 1613, in-4°; l'Admirable histoire alu Chevalier du Soleil, trad. du casJillan par cet auteur et par Louis Douet,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

impr. à Paris en 162o et années suiv. , 8 volumes in-8°.

ROSSET (Pierre FULCRAN de), conseill. à la cour des aides de Montpellier sa patrie, est aut. d'un Poéme sur l'Agriculture, en 2 parties in-4°. Ce poète m. à Paris en 1788. La prem. partie de son poëme a été réimpr. in-8°, mais on n'a pas réimpr. la seconde , parce qu'elle offre en général plus de faiblesse que la première.

ROSSET Du PoNT (N.), sculp. à StClaude en Franche-Comté, né en 17o6, m, en 1786, a traité beaucoup de sujets religieux; il imprimait un si beau caractère à ses têtes de Vierges, qu'elles inspiraient la dévotion. Rosset maniait avec la même dextérité le bois, le marbre, l'albâtre ; l'ivoire, si cassant et si dur, devenait , entres ses mains, une pâte amollie à sa volonté.

ROSSETTI (Dominique), de Venise,

† florissait dans les 17° et 18° s.; fut irect. des coins des monnaies de sa

patrie, et donna un gr. nombre de dessins d'archit. et de perspective. Il se distingua aussi dans la grav. en taille-donc° sur le cuivre, et réussit pareillement sur le bois; il grava au burin, pour l'Electeur palatin, en 12 feuilles, les triomphes d'Alexandre-le-Grand. ll a aussi gravé l'Histoire de l'ancien et du nouveau Testament, en 35 planches de ClllVTe,

ROSSETTI (Donat), de Livoume, qui vivait dans le 17o s., prof. de math. à la nouvelle acad. de Piémont en # a donné un grand nombre de plans de fortifications et pour l'hydraulique, et un ouv. int. Antignome# matico , con il nuovo orbe e sistema terrestre, Livourne, 1667.

ROSSETTI (Jean-Baptiste), de Padone, cultiva le dessin et apprit la gravure au burin. Il avait aussi des connaissances dans la peint., la sculpture etl'architecture, et m. dans sa patrievers 178o, âgé de 84 ans. On a de lui : Descrizione delle Pitture, Sculture, ed Architetture di Padova con aleune osservazioo iatorno ad esse, ed altre curiose notisio, Padone, 1776.

ROSSI ( P. D. Vitruvio), de Parme, chan, régulier de Saint-Sauveur, apoblié : De ratione studendi atque dicendi libellus, Bononiae, 1536, in-4°; Venise, 1539, et Bâle, 1541 , Gramo ticae Institutiones, Bononiae, 1539; De commodã ac perfectd elocutione, deqo

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ROSSI † de), habile grav. en pierres fines, originaire de Milan, vivait dans le 16° s. On distingue parmi ses ouv. les portraits du grand-duc de Toscane, de son épouse et de tous leurs enfans, représentés dans un espace de sept pouces de diamètre. ROSSI (Jean-Ant. de), m. à Rome, sa patrie, en I , à 79 ans, archit., excella dans son art. Les plus beaux ouv. u'il ait faits à Rome sont le Palais Altéri et celui de Renuccini. ROSSI (Angelo), sculpt. génois, m. à Mome en 1715, à 45 ans Le card. Ottobni le chargea de toute la *colpo du tombeau d'Alexandre VIII dans l'église de Sint-Pierre, ouvrage où les connais

[merged small][ocr errors]

ROSSI (Bernard-Marie de), dominicain, né en 1687 à Forly en Italie, m. en 1775, a composé un très-grand nombre d'ouvrages, qui presque tous ont rapport à l'histoire et aux antiquités de l'église d'Aquilée. ROSSI (l'abbé Gaétan), peintre et † , né à Padoue en 1713, ou il m. en 178o, est aut. de plus. Discours académiques et d'un Choix de poésies, Padone, 1782. ROSSI (l'abbé Nicolas), cél. philologue, bibliog. et poète, né à Florence eux 1721, Il remplit à Rome plusieurs em§ honorables, et y m. en 1785. On a de lui des Sonnets, des Tercets, d Elégies, et plusieurs m.ss. " ; ROSSI (le doct. Pellegrino), de Modène) , m. dans sa patrie en 1776, a écrit : Annotazioni alla secchia rapita di Allessandro Tassoni in seguito delle già fatte da Gaspare Salviani, Plaisance, 1738, in-8o, et Venise, 1739 et 1743, in-4°, et des Poesies imprimées,enise, 1758. ROSSI (François), jurisc, m. à Florence, sa patrie, en 1778. Ses œuvres surent recueillies et publiées à Florence sous le titre de Francisci Rossi jurisconsulti Florentini monumenta posthuma latina et italica. ROSSI (V.), avocat à Naples, né à Palmi, près de cette ville, † l'ornement du barreau napolitain. Partisan de là liberté, il contribua au succès de la révolution opérée à Naples après l'entrée des Français. Choisi pour membre du corps législatif, il se signala par son zèle. Lors de la reprise de †! par le card. Ruffo, et de la proscription qui en fut la suite, il fut conduit à l'échaîaud, où il périt à l'âge de 45 ans. ROSSIGNOL (Antoine), maître des comptes, né à Alby en 159o, parvint, par la connaissance exacte des math. , ii deviner toutes sortes de chiffres. En 1626, au siége de Réalmont , ville de Lano # , occupée par les protestans, il échiffra sur-le-champ la lettre qu'écrivaient les assiégés à leurs frères de Moa

[ocr errors]

tauban pour leur demander de la poudre. Cette découverte ayant été communiquée à la ville , elle se rendit le jour même. Le card. de Richelieu l'appela au siége de la Rochelle ; Louis XIII et Louis XIV répandirent sur lui leurs bienfaits. Rossignol m. à 83 ans.

. ROSSIGNOL (Charles-Grégoire), jés,, né dans le territoire de Novarre en 1631 , remplit plusieurs charges importantes dans son ordre. Cet écrivain a donné un grand nombre d'ouvrages, la plupart ascétiques, recueillis en 3 vol. # , et impr. à Venise en 1723, avec la vie de l'aut., qui m. en 17r5. ROSSIGNOL (Grégoire), Barnabite, frère du précéd., né en 1638, et m. en 1715, occupa les premiers emplois de son ordre. Ses princip. ouv. sont : Praxis zheologico - legalis de contractibus ut sic emptione et venditione , mutuo et ausurâ, emphyteusi et Censibus, Mediolani, 1678 et 1719, in-fol.; De cambiis et permutatione, ibid., 168o et 1697, in-fol. ; De sponsalibus, ibid. , 1684 et 1711 , in-fol. ; De matrimonio, pars I, ibid., 1685, in-fol.; Pars altera, ibid., 1688, etc. ROSSIGNOL, fameux maître écrivain de Paris, m. en 1736, fut employé du tems de la régence à écrire les billets de banque. On a gravé d'après ce maître, le premier de l'Europe dans son art. Il a été du moins le plus grand peintre en écriture qu'il y ait eu en France. ROSSIGNOL (Jean-Joseph) , jés., né en 1726, et m, au commenc. siècle , a publié : Théses générales de physique, d'astronomie et d'histoire naturelle, # , in-4° ;, Elémens de géométrie, Milan, 1774, in-12; trad. en anglais, 1781 , in-8o; Théorie des sensations, ibid., 1774, in-12 ; nouv. édit. , Embrun, 1777, in-123 Vues nouvelles sur le mouvement , Embrun, 1777 et 1779, in-8° , etc., etc. ROSSIGNOL , travaillant à l'orfèvrerie, à Paris, naquit avec des passions violentes, qu'augmenta encore le défaut d'instruction. Il devint l'un des chefs d'émeutes dans toutes les insurrections, et l'un des massacreurs de septembre 1792, dans les prisons de Paris. Son dévoûment aux jacobins le fit élever aux premiers es militaires ; il parvint à obtenir command. en chefdel'armée de§ de Brest. Les barbaries qu'il commit, ses concussions, le firent rappeler. A la suite de l'insurrect. du 12 germ. an3 (1°r avril

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« IndietroContinua »