Immagini della pagina
PDF

2 vol. in - 12 ; Des anciens Gouverne'mens fédératifs, et de la legislation de · Crète, Paris, 1793, 1 vol. in-8° ; des Dissertations inserées dans le Recueil de l'acad. des b.-lett., et beaucoup d'autres Ouvrages. ll m. en 18o9. SAINTE-MARTHE, en latin 5ammarthanus. C'est le nom d'une famille qui , # le 15° s. jusqu'au commencement du 17°, n'a cessé d'être féconde en hommes distingués dans les lettres. Le premier Gaucher de SAINTE-MARTHE eut nn fils nommé Charles, né en 1512, qui fut méd. de François 1I, et se fit remarquer par son éloquence. On a de lui qneiques Poésies latines et franc. ; deux Oraisons funèbres. Il m. en 1555. SAINTE-MARTHE (Gaucher de), trésor de France, plus connu sons le nom de ScÉvoLE nE SA1NTE-MARTHE , né en 1536, exerca des emplois considérables sons les règnes de Henri III et de Henri IV, mort à Louvain en 1623, a donné des Eloges intitulées : Galtorum doctrind illustrium, qui sud patrumque auemorid floruere Elogia, 1senaci, 1622, in-8". Colletet les traduisit en français, 1644, in-4°; un gr. nombre de Poésies latines, etc. Ses OEuvres furent re-recueillies en 1632 et 1633 , in-4°. Son Poème latin de la Pœdotrophie fut imprimée séparément avec la Traduction française qu'en a donnée son petit-fils, Abel de Sainte-Marthe, 1698, in-8°. $ on fils aîné, chevalier, conseill. d'état et garde de la biblioth. de Fontainebleau, m. en 1652 à 82 ans, a publié des Poésies latines, impr, in-4° avec celles de son père., et quelques autres Ouvrages moins connus que ses vers.

SAINTE-MARTHE (Gaucher de, lus connu sous le nom de ScÉvoLE et § de), frères jumeanx, fils de Gaucher de Sainte-Marthe, mé à Loudun en 1571, et furent l'un et l'autre historiogr. de France , et travaillèrent de concert à à des Ouvrages qui ont rendu leurs moms célèbres. Gaucher, chevalier, seigneur de Meré-sur-Indre, m. à Paris en i65o, et Loni,, conseiller du roi , seigneur de Grelay, mourut en 1656. On a de ces deux jumeaux : Histoire généalogique de la Maison de France, 1647, 2 vol. in-fol. ; Gallia christiana, r666 , 4 vol. in-fol.; ilistoire généalogique de la Maison de Beauvau , in-fol., etc. SAINTE-MARTHE (Claude de), fils de Francois de Sainte-Marthe, avocat au parl. de Paris, où il naquit en 1si2o, embrassal'état ecclésiastique. Il fut longoms directeur des religieuses de Port

Royal ; mais la cour l'ayant arraché à cette solitude , il se retira à Courbeville en 16:9, et y mourut en 169o. On a de lui : Traités de piete, 2 vol, in-12; Rec. de lettres, 2 vol.' in-12 ; Mémoire sur l'utilité des petites écoles. SAINTE-MARTHE (Denis de), fils de François de Sainte-Marthe, seigneur de Chandoiseau, et gén. des b uédictins de la congrég, de St.-Maur, ne à Paris en 165o, où il m. en 1725. Ses princip. ouv. sont : un Traité de la confessson auriculaire, Paris , 685, in -8° ; Réponse aux plaintes des protestans, etc. ; Entretiens touchant l'entreprise du priuce d'Orange ; quatre Lettres à l'abbé de Rancé; Vie de Cassiodore, 17o5,im-12 ; Histoire de saint Grégoire le Grand , 1697, in-4° ; une Edi.ion des CEuvres de saint Grégoire, 16o5, 4 vol. in-fol. Il avait entrepris une nouv. édit. du Gallia Christiana, in-fol., et il n'en fit paraitre qne 3 vol. avant sa mort. SAINTE-MARTiio(Abel Louis de), gén. des Pères de l'Oratoire, se démit de cet emploi en 1696. ! ... en ti97, à 77 ans , à St.-Paul-au-B is près de Soissons. On a de lui divers Ou roges manuscrits de théologie. — Saiute-Marthe (Pierre Scévole de , frère aîné du préc., conseiller, maître d'hôtel du roi et historiographe de France, m. en 179 , a publié : Etat de l'Europe, 4 vol.in-12 ; Traite historiqua des armes de France, in-12 ; 'tistoire de la maison de la Trimouille, 1683, in-12. SAINTE-MAURE (Louis-Marie, comte de), 1°r écuyer du roi, maréchalde-camp en 174o, m. en 1763, à 63 ans, est aut. des Delassemens du cœur et de l'esprit, Paris, 1758, 2 vol. in-12. SAINTE-PA1AA F 4.Jean - Baptiste DE LA CURNE de), de l'acad. franc. et de celle des inscriptions, né à Auxerre en 1697, m. en 1781 , se dévoua à des recherches savantes sur la langue franc. et sur les antiquités. ll a ecrit : 31émoires sur l'ancienne « hevalerie, 1781 , 3 vol. in-12. C'est sur les Mémoires de SaintePalaye que Millot a redige i'Histoire des † en 3 vol. in-12. SaintePalaye avait fait le projet d'un Glossaire franç. universel, en 4o vol. in-fol. ; et il a laissé m.ss. : Histoire des variations successives de la langue française, Dictionnaire des Antiquites françaises. SAINTE-SOPHIE (Marsile de), d'une famille de Padoue , prof. de méd. à l'univ. de Paris, et ensuite à Plaisance, se retira à Bologne, où il m. en 14o3 professeur de médeçine. On a d, lui ua

[ocr errors]

Traité des fièvres, Venise, 1514, et Lyon, 1517-Jean de SAINTE-SoPHiE, s ,n frère, enseigna à Padoue et à Bologne, et publia une Pratique de la médecine et des Commentaires sur Avicenne. — Galéas, fils de Jean , appelé à enseigner la méd. à Vienne en Autriche, fit plus élèves distingués, se retira à , sa putrie, "et y prof. la med. jusqu'à sam. Il a donné : Traite des fièvres, Venise, 1514, Haguenau, 1533. SAINTRAILLES (Jean PotoN de), grand sénéchal du Limousin, né d'une iamille de Gascogne, se signala par ses services sous Charles VI et Charles VII. # fit prisonnier le fameux Talbot, l'an 1429, a la bataille de Patay; et le comte · d'Arondel à celle de Gerbéroy, en 1435. Il se distingtia dans toutes les expéditions ui affranchirent la Normandie et la uienne du joug des Anglais. Il eut, en 1451 , le bâton de maréchal de France , qui lui fut ôté en 1461 par Louis XI. Il m. deux mois après au château Trompetue, dont ii avait le gouvernement. SAJA (Nonnius - Marcellus), de la Roche en Lucanie, qui vécut dans le 16e s. , a écrit Raisonnemens sur la sphère céleste, en italien; un Traité de la sphère matérie'le, et un Comment. sur les Psaumes de la Pénitence. · SAJANELLI (P. D. Jean-Baptiste), de l'ordre de St.-Jérôme, né à Crémonc en 17oo, professa la philosophie dans l'univ. de cette ville et à Venise. Il devint én. de son ordre en 1758, et m. cn 1777. n a de lui une Histoire de l'ordre #e saint Jérôme, Venise, 1758, 3 v. in-f. ; et d'autres Ouvrages inédits. SALA (Ange), un des premiers chimistes de son tems, né à Vicence, vers Ma fin du 16e s,, exerça la médecine en Suisse et en Hollande. Ses ouv. ont été publiés sous le titre d'Opera medicochimica quœ extant omnia , Francofurti, 1647, 168o, 1712, in-4° ; Rothomagi, #, in-4°. · SALA (J.-Domin.), méd. et prof. de l'univ. de Padoue, né en 1583, m. en 1644, a laissé: Ars medica, in qud me, thodus et praecepta omnia medicinae cuatricis et conservatricis explicantur, atavii, 1614, 1641 , 1659 , in-4°; Ve| netiis, 162o, in-4° ; De naturd medicinae libellus, Patavii, 1628, in-4°; De etlimentis et corum rectá administratione liber, ibid. , 1628,in-4°SALA (Bornéo de), né à Bologne, où il m. en 1469, professa le droit dans sa patrie. Dans le nombre de ses ouv. on distingue sou traité De Patientid.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

SALEL (Hugues), de Casals dans le

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]

genre des étoffes pour meubles, et fit à la navette des tableaux d'animaux; il réussit à produire les portraits de Louis XV, et de l'impératrice Catherine II. Turgot fit donner à de La Salle 6,ooo fr de pension et le cordon de Saint-Michel. Sous le ministère de Necker il fut permis à de La Salle de placer ses machines dans le château des Tuileries, et il y déposa les premières navettes volantes pour faire des gazes et d'autres étoffes de toute largeur. Cette heureuse découverte est reproduite aujourd'hui comme anglaise. SALLE (Jacques-Antoine), avocat au parl. de Paris, sa patrie, né en 1712, m. en 1778, a † L'/Esprit des Ordonnances de Louis XIV, 1758, 2 vol. in - 4° : L'Esprit des Ordonnances de Louis XV, 1759, in-4°, etc. SALLENGRE ( Albert-Henri de ), cons, du prince d'Orange, né à La Haye en 1694. Il vint à Paris après la paix d'Utrecht, voyagea ensuite en Angleterre, et y fut recu membre de la société de Londres en 1719. De retour à La llaye il y m. en 1733. Ses principaux ouvrages sont : l'Histoire de 4sontmaur, prof. royal de langue grecque à Paris, 1717, 2 vol.in-12; Mémoires de littérature, 1725, 2 vol. in-12, continucs depuis par le P. Desmolets ; Wovus Thesaurus antiquitatum Romanarum, 1716, 3 v. in-fol. i l'Eloge de l'ivresse, 1714 , in - 12 ; Essai sur l'Histoire des # 1728, in-4°; une édit. des Poésies deLa Monnoye, 1716, in-12. SALLIER (Claude ), prêtre, garde de la biblioth. du roi, membre de l'acad. franç. et de celle des inscriptions, né à Saulieu en 1685, m. à Paris en 1761. Il a ublié : Histoire de Saint-Louis, par §, avec un Glossaire, 1761, in-fol., en société avec Melot; des Dissertations dans les Mémoires de l'acad. des b.-lett.; des Wotes latines sur les lexiques grecs de Thomas Magister, de Phrynicus et de Mœris l'Atticiste, insérées dans les dernières édition de ces trois grammairiens. Il a travaillé aussi au catalogue de la biblioth. du roi, 1o v. in-fol. SALLO (Denis de), seign. de la Cou, né à Paris en 1626, conseill. au parl. de Paris en 1652, fut le prem. qui conçut, en 1664 , le projet du Journal des Savans, qu'il † en 1665, sous le nom d'/ledoueille, l'un de ses domes. tiques. Mais les plaintes qu'on formait de tons côtés contre sa critique, et quelques ordres supérienrs, l'obligèren †. terrompre ce travail après le 13e mois.

[ocr errors]
[blocks in formation]

SALLUSTE (Crispus SALLUsTrUs), cél. hist. latin, né d'une fam. plébéïenne l'an 85 av. J. C., à Amiterne, ville d'Italie, nommée aujourd'hui San-Vittorino, fut élevé à Rome avec soin , et y exerça des emplois considérables ; mais son avarice et ses debauches le firent chasser du sénat. Jules - César, dont il avait embrassé le parti, le fit rcntrer dans l'orore des sénateurs, et lui donna le gouvern. de la Numidie, où Salluste amassa des richesses immenses par les injustices les plus criantes. Du fruit de ses dépradations il fit bâtir à Rome une maison magnifique, et arranger des jardins qu'on appelle encore aujourd'hui les Jardins de † Il m. l'an 35 av. J. C. Il nous reste de lui deux ouv. entiers. Histoire de la conjuration de Catilina, et celle des Guerres de Jugurtha, roi de Mumidie. Cc sont deux chefs-d'œuvre. On a aussi quelques Fragmens de son Histoire romaine. Les anc. édit. de cet historien sont, celles de Florence , 164o, in-fol., et une autre in-4°. On cite comme les meilleures les suivantes : d'Elzévir, 1634, in-12 ; Cum notis Variorum, Amst., 1674 et 169o , in-8° ; Ad usum Delphini, 1679, in-4°, Cambridge, 171o, in-4°; Amst., 1742, 2 v. in-4°. Celle donnée par Philippe, Paris, † a Malle a donné une nouv. traduct. des CEuvres de Salluste, Paris, 18o8, 1 vol. in-8°, et 2vol. in-12. Le Père Dotteville de i'orat._ et Bauzée de l'acad. frane. l'ont trad. en franç. Il a paru, en 18o9, deux autres trad. de s§ , l'une par M. Mollevant, 2 vol. in-16 ; l'autre par M. Le Brun, juge en la cour d'appel, à Paris, 2 vol. in-12 M. Billecoq,avocat, a donné une bonne trad. de la Conjuration de Catilina, Paris, 1795, in-16. M. Fusèbe Salverte a trad. les Lettres de Salluste à César, Paris, 1798, 1 v. in-16.—Il ne faut pas le confondre avec Salluste, fils de sa sœur, qui fut favori d'Auguste et de 'l'ibère, #qui n . l'an 19 de J. C. C'est à lui qn'Horace adresse la 2° Ode de son 2°liv. Il avait cultivé les arts avec succès, et imilé l'airain de Corinthe par le mélange de différens métaux. On appela co nouveau métal l'airain sallustien.

SAL3.USTE, gramm. latin, fit passer dans sa langue le K, qu'il pzit dans

« IndietroContinua »