Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

redingotte une piéce intitulée : Adresse du comité secret d'Angleterre au Directoire exécutif de France ; il fut condamné à mort en 1798.

OCTAVIANUS - HORATIANUS, méd., né en Afrique, bibliographe , florissait vers le milieu du 6° s. ; il a laissé un ouv, en quatre livres intit. : Rerum medicarum libri quatuor, etc. Argentinae, 1532, in-fol. , avec les 3 livres de chirurgie d'Albucasis.

OCTAVIE, petite nièce de JulesCésar et sœur à l§ , mariée en premières noces à Claudius-Marccllus, et en secondes à Marc-Antoine. Ce mariage fut le lien de la paix entre le triumvir et Auguste. C'était une femme d'une rare beauté et d'un plus rare mérite. MarcAntoine, loin d'y être sensible , se rendit en Egypte auprès de Cléopâtre, dont il était amoureux. Octavie alla le trouver à Athènes ; mais elle en reçut un ordre de s'en retourner à Rome. Auguste, outré de cet affront, résolut de s'en venger.Après la défaite entière de MarcAntoine, elIe vécut auprès d'Auguste. Son fils Marcellus, qu'elle avait eu de son premier mari, épousa Julie, fille d'Auguste ; mais Octavie mourut de chagrin , 11 ans av. J. C.

OCTAVIE, fille de l'emp. Claude et de Messaliue, épousa Néron à l'âge de 16 ans. Ce prince la répudia peu de tems après, sous prétexte de stérilité. Poppée, qu'il prit après elle , accusa Octavie d'avoir eu un commerce criminel avec un jeune Egyptien son esclave. Octavie fut envoyée en exil dans la Campanie. Les murmures du peuple obligèrent Néron à la faire revenir. On ne saurait exprimer la joie qu'on fit éclater dans Rome pour ce rappel. Poppée se crut perdue si Octavie ne périssait ; elle se jeta aux pieds de Néron, et obtint enfin sa mort. Octavie reléguée dans l'île de Pandataria, fut étouffée dans la vapeur d'un bain chaud.

OCTAVIEN, anti-pape, se fit élire en 1 159, par deux †,! après la mort d'Adrien V, et prit le nom de Victor IV. Soutenu par Frédéric Ie il convoqua un concile en 116o à Pavie . où Alexandre III fut déposé. Ce pape » contraint de fuir en France , lais le trône à l'usurpateur, qui mourut à Lucques en 1 164. .OCYPÈTE(Mythol), une des harpies , ainsi appelée de son vol rapide , habitait les îles Strophades avec ses sœurs Aello et Célaeno.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ans. Il consacra 11o,ooo l. à plus. établissemens utiles. On a de lui : L'académie des afflictions, se trouvent les biens solides. ODENAT, roi des Palmyréniens, né à Palmyre , révolté d'un affront qu'il avait recu de Sapor, roi de Perse, versl'an 26o, prit le parti des Romains, et fit la guerre à ce roi avec tant de succès qu'il lui enleva sa femme et ses trésors. # ruina ensuite le parti de Quiétus, fils de Macrien. L'emp. Gallien l'associa à l'empire en 264 Odenat fit mourir Baliste qui s'était révolté, prit la ville de Ctésiphon , et se préparait à marcher contre les Goths, lorsqu'une conspiration mit fin à ses jours et à ses projcts, l'an de J. C. 267. ODERIC, frère mineur, né vers 1286 à Pordenone dans le Frioul, se consacra aux missions pendant 14 ans. De retour en Italie en 133o, il m. en 1331 La relation de ses voyages fut publ. en italien en 1588, dans la collec. de Ramusius.

ODÉRICO (Gaspard-Louis), jéo , né à Gênes en 1725, où il m. en 18o3, dirigea particulièrement ses études vers la numismatique, et publia successivement : Disseriazione sopra un' antica iscrizione novellamentescoperta, Romo, 1756; Dissertationes et adnotationes in aliquot ineditas veterum inscriptione* et numismata, etc., Rome 1765; Diosertation sur une monnaie d'argoo! d'Orcitirix, prince helvétien, dont César parle dans ses Commentaires, et une Apologie de l'architecture égyptienno et toscane. ODERIGI DA GUBBIo, cél. peint. en miniature, Benoît XI l'employa à Rome, dans la biblioth. pontificale , à décorer et embellir des ouvrages précieux. ODESPUN DE LA MEscHINIÈRE (Louis), prêtre de Chinon en Touraine, il recueillit les Mémoires du clergé de France, 1646, 2 vol. in-fol. , et une Collection des conciles de France, depui* celui de Trente, in-fol. ODET ( Philippe), méd., né à Nanci vers le milieu du 16e s., a laissé : De tuendâ valetudine libri sex, etc. ;Nanceii, 16o4, in-12. ODIERNA (Jean-Bap.), de Syracuse, astron., aut. des Ephémérides des satellites de Jupiter, Palerme, 1656. ODIEUVRE ( Michel ), né en Normandie, m. à Rouen en 1756, marchand de tableaux et d'estampes à Paris, a fait graver à ses frais une suite de 6oo portraits de personnes illustres qui forment

[graphic]
[ocr errors]

conduit à Rouen , où il resta enfermé jusqu'à la mort du prince. Sorti de sa prison, il se mêla à de nouv. intrigues , et remplit l'état de troubles par ses cabales. Enfin, étant parti en 1o96, dans la 1*° croisade avec le duc Robert, il m. en chemin l'année sniv. à Palerme.

ODON ou O DoARD , év. de Cambrai, né à Orléans, mort en 1 1 13 , a donné une Explication du canon de la messe, Paris , 164o , in-4°, et d'autres Traités. ODON DE DEUIL, succ. de l'abbé Suger, dans l'abbaye de St.-Denis, m. en 1168 , a composé une Relation du vörage de Louis VAI, roi de France, en Orient, publ. par le P. Chifflet, dans son Traité # la noblesse de St.-Bernard , Paris, 166o. ODON, né en Angleterre, de parens calvinistes, Danois d'origine , embrassa le christianisme et fut nommé evêque de Cantorbéry en 942, m. en 961. On a de lui des Constiiutions ecclesiastiques dans la collection des conciles. ODON-CANTIANUS , né dans le comté de Kent , benéd., fleurit dans le 12° s., et a composé des Commentaires sur le Pentatenque ; des Reflexions morales sur les Psaumes, l'ancien Testament et les Evangiles; un traité De onere Philistini ; De moribus ecclesiasticis ; De vitiis et virtutibus animae. ODONUS (César), méd du 16° s., direct. du jardin des plantes à Bologne, est auteur de Theophrasti Sparsae de lantis sententiae, etc., Bononiae, 1561, in-4°, et d'un Traité de Urinis. ODORAN, moine de l'abbaye de St.Pierre-le-Vif de Sens, composa, vers l'an 1o45, Chronica rerum in orbe gestarum, qui commence à l'an 875, et qui finit à l'an 1o32. OEBOAS, héros grec, remporta le prix de la course aux jeux olympiques dans la 7° olympiade. Les Achéens lui érigèrent une statue. OECOLAMPADE (Jean), né au village de Reinsperg, dans la Franconie, en 1482 , fut fait curé de Bâle. La ré . forme commençait à éclater ; OEcolampade en adopta les principes, préféra le sentiment de Zuingle à celui de Luther sur l'eucharistie, et publia plus. ouvrages pour soutenir son opinion.A l'exemple de Luther, OEcolampade se maria', quoique prêtre, et eut beaucoup de part à la réforme de Suisse; il m. à Bâle en 1551. On a encore de lui des Commentaires sur plus. livres de la Bible, in-f. , et d'autres ouvrages..

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic]
[merged small][ocr errors]

Luther, qu'il abjura bientôt pour rentrer dans le sein de l§ cathol. Depuis ce tems, il publia un gr. nombre de livres de controverse contre" les protestans, 1563, in-8° ; les Annales du règne de Sigismond Auguste, in-12, en latin. OLAGARRAY ( Pierre), ministre rotest., a publié : Histoire de Foix, § et Navarre, 16o9, in-fol. OLAHUS (Nicolas), né à Hermanstadt en 1493 , d'une famille qui descendait des princes de la Moldavie, chanc. du royaume de Hongrie , et placé ensuite sur le siége d'Agrie en 1548, par Ferdinand, frère de Charles-Quint, et roi de Hongrie , qui le nomma ensuite à l'archev. de Strigonie , en 1553. Olahus tint deux conciles nationaux à Tyrnau , dont les actes ont été imprimés à Vienne en 156o, in-4°. En 1562, il fut fait palatin du royaume, et m. à Tyrnau en 1568. On a de ce prélat : une Chroniaus de son tems ; une Histoire d'Attila , Presbourg, 1538 ; une Description de la Hongrie, Presbourg , 1735. On trouve sa Vie dans l'Histoire ᧠Palatins de Hongrie, Tyrnau, 1752, in-fol. OLAV1DÈS ( don Pablo), comte de Pilo, né à Lima, cap. du Pérou, vint à Madrid. Charles lII le créa comte et le nomma intend. de Séville. Là, il concut plus. projets grands et utiles, et sur-tout celui † défricher la Sierra-Morena ou Montagne-Noire. Olavidès y "# des colonies de toutes les nations. Des villes s'élevèrent sous les ordres de l'intendant, qui voulut y établir des manufactures de Lyon, et fit venir des fabricans et des déssinateurs de cette ville. Pour récompense de services si importans, Olivadès fut jeté dans un cachot et emprisonné pendant trois ans. Il m. en Andalousie en 18o3, à 63 ans. On lui attribue El Eoangelio en triunfo, Triomphe de l'Evangile, ou Mémoires d'un philosophe converti, trad. en français, Lyou 2 18o5 , 4 vol. in-8°.

[blocks in formation]
« IndietroContinua »