Immagini della pagina
PDF
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

de sexe. Ensuite ayant subjugué presque tout l'Orient , il se fit élever une statue d'or , et ordonna de l'adorer. NABUNAL (Elie), cordelier théol., nommé Nabunal du lieu de sa naissance, dans le Périgord , devint archev. de Nicosie et patriarche de Jérusalem, et fut nommé card. en 1342, par le pape Clément VI. Il m. à Avignon l'an 1367. On a de lui, en latin , des Commentaires sur les Sentences et sur l'Apocalypse ; un Traité de la Vie contemplative; des Sermons sur les Evangiles. NADA B, roi d'Israél, succéda l'an 954 av. J C. à son père Jéroboam, et ne fut pas plus religieux que lui. Baasa , l'un de ses généraux, le tua en trahison l'an 953, fit périr toute sa race, et s'empara du trône. NADAL (Angnstin), né à Poitiers en 1659 , vint de bonnc heure à Paris. Il s'attacha à la maison d'Aumont, dont le crédit lui fit obtenir, en 17o6, une lace dans l'acad. des inscriptions et des .-lett. Hl accompagna en 1712, en qnalité de secrét., le duc d'Aumont, §. potentiaire auprès de la reine Anne , our la paix d'Utrecht. Il fut nommé à 'abb. d'Ondeauville en 1716, et m. à Poitiers en 1741. Ses ouv, ont été rec. en 1738, à Paris, en 3 voI. in-12. NADASTI ( Thomas, comte de), d'une des plus anc. fam. de Hongrie, défendit avec valeur, en 1531, la ville de Bade, contre Soliman II, empereur des Turcs ; mais la garnison le trahit, et le livra, pieds et mains liés, au grand-scigncur, avec la ville et le château. Ce

[ocr errors]

† sévèrement les traîtres en présence de Nadasti , et après l'avoir comblé d'éloges , le renvoya, sous bonne escorte, à Ferdinand, roi de Hongrie. ll enseigna l'art militaire au fameux Ferdinand de Tolède, duc d'Albe, âgé de 23 ans, et prédit ce qu'il serait un jour. * 1,NADASTI (François, comte de), président du conseil souverain de Hongrie, de la même famille que le précéd.; n'ayant pu obtenir de l'emp. Léopold la dignité § palatin, conspira contre lui, en 1665 , avec le comte de Serin , Frangipani et Tattembach.Après avoir tenté phus. fois, mais sans succès, d'empoisonner l'empereur, sa conspiration fut découverte, et il eut la tête tranchée le 39 avril 1671 , dans l'hôtel de ville de Vienne. Ses enfans furent condamnés à quitter le nom et les armes de leur famille, et prirent celui de Cruzenberg. ll a laisse un livre in-fol., en lat., intit

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

[blocks in formation]

NAIGEON (Jacques-André), mombre de l'institut de France, né à Beaune cn Bourgogne, en 1738, où il m, en 181o, a rédigé dans l'Encyclopédie méthodique les articles de la Philosophie ancienne et mod. H a donné une édit. des OEuvres de Diderot, 15 vol. in-8°. Ses ouv, sont : Collection des moraralistes anciens ; Manuel d'Epictete, traduit du grec ; Morale de Sénèque, trad. du lat., Paris, 4 vol. petit format. La collect. entière est comp. de 16 vol. Traduction de la Tolérance dans la religion par Crellius; l'original lat. de cet ouv. parut en 1637 , sous ce titre : Junii Bruti, Poloni, vindiciae po religionis libertate; OEuvres de Sénëque-le-Philesophe, trad. en franç. par La Grange, avec des Notes de critiqite, d'histoire et de littérature, par Naigeon ; Essai sur la vie de Sénèque-le-Philosophe , par Diderot, avec des # Paris, 177 # I vol. in-12. Naigeon a coopér # hilosophique, de Raynal. Adresse à # nationa'e , sur la liberté des opinions, sur cette de la presse, etc. On lui doit encore une nouvelle édition des Essais de Montagne, Paris, 18o2.

NAILLAC (Philibert de), élu, en 1383, grand-maître de l'ordre de SaintJean-de-Jérusalem , qui résidait pour lors à Rhodes, était gr.-prieur d'Aquitaine. Il mena du secours à Sigismond, roi de Hongrie, contre Bajazet, et s'acquit une grande réputation par sa valeur et par sa prudence. En 14o9, il assista au conc. de Pise, et m. en 1421 , à Rhodes. Il ne faut pas le confondre avec Guillaume DE NAILLAC, qui se trouvait sur le pont de Montereau, lors de l'assassinat du duc de Bourgogne.

*

NAILOR (Jacqnes), fameux imposteur, né dans le diocèse d'York.Après avoir servi quelque tems en qualité de maréchal des logis dans le régiment du colonel Lambert, embrassa la secte des quakers ou trembleurs. Le parlement le condamna, le 25 janv. 1557 , comme un séducteur, à avoir la langue percée avcc un fer chaud, et le front marqué de la lettre B, pour signifier blasphemateur. Il fut ensnite reconduit à Bristol. On le

[ocr errors]

[ocr errors]

plusieurs religieux de la Trappe, 6 vol. in-12, etc. - NAIRON (Fauste ), sav. maronite, et prof. en langue syriaque au collége de la Sapicnce à Rome, né au mont Li . ban, n. à Rome, l'an 1711 , âgé de 8o ans. Il a composé : Euoplia fidei catholicae ex Syrorum monumentis adversiis aevi nostri novatores, 1691 ; Dissertatio de origine, nomine ac religione maronitarum, Rome, 1679, etc. NALDINI (Jean-Baptiste ), peintre florentin, né en 1537, vivait cncore en 159o , brilla dans le dessin et le coloris. On connaît de lui 44 Tableaux dispersés dans les églises de Rome, de Flo rence, de Pistoie et de Palerme. NALDIUS ou NALD1 (Matthias), méd. du pape Alexandre VII , né à Sienne, m, à Rome en 1682, célèbre , tant par les vastes connaissances qu'il s'était acquises dans son art, que par celles qu'il avait des langues lat. , grecq., hébr. , cald. et arabe, contribua beaucoun à faire fleurir les écoles de l'uuiversité de cette ville. Il a : Sa . pientis vitale filum, quod philosophicae ac medicae facultatis ambages publicè ingressurus , heroicis numerissibi con† , Senis, 1623, in-4°, etc. NALIAN (Jacques), sav. patriarche

arménien à Constant., né à Zimara ,

village dans la petite Arménie, près de

[ocr errors]

réformateur de la Trappe, 2 vol. in-12; ; Relation de la vie et de la mort

[merged small][ocr errors][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ancienne famille qui tirait son nom du village de Nanterre, fut prem. président au parl. de Paris. En 1465, Louis XI fit un échange des places entre deux hommes dignes de les occuper toutes : il donna celle de Nanterre à Dauvet, prem, président de I'oulouse, et celle de Dauvet à Nanterre. Celui-ci fut depnis rappelé à Paris, et ne fit aucune difficulté de deve nir second président, persuadé que la dignité des places ne dépend que de la vertu de ceux qui les occupent. I. NANTEUIL ( Robert), dessinat. et grav. du cabinet du roi, né à Reims en 163o, m, à Paris en 17 18, est sans contredit le premier graveur de portraits. On ne pent trop admirer la pureté de son burin, L'OEuvre de ce maître est de près de 25o portraits. NANTEUIL ( Pierre ), né dans la Brie, coméd. de la reine en 1664, m. en 1681 , dans un âge assez avancé, donna au théâtre plusieurs pièces. On a de lui : L'Amour sentinelle , ou le Cadenas forcé, comédie , la Haye, 1672, in-12 ; Ce Comte de Roquefeuille, comédie, la Haye, 1672, in-12 ; L'Amante invisible, comédie, 1672, in - 8°. On lui attribue les Brouilleries nocturnes , et le Campagnard dupé, représ. en 1669. NANTILDE, ou plutôt NANcHILDE, reine de France, épousa Dagobert Ier en 632. Devenue veuve en 638, elle gouverna le royaume avec beaucoup d'habileté et de sagesse pendant la minorité de Clovis II, son fils. Elle m. en 642. . NAOGEORGE ; AVogeoragus (Thomas), théol, protest., né à Straubing, dans la Bavière, en 1511 , m. en 1578 , »'appelait Kirchmayer; mais il habilla son nom à la greçque, selon la coutume de ce tems-là. Il a écrit des poëmes satiriques contre l'Eglise catholique ; la plus fameux a pour titre : Regnum paPisticum, 1553 et 1559, in-8o; Pamachius, tragœdia ; Wittebergae , 1538, in-8° ; Incendia, sive Pyrgopolynices, tragœdia , Vittebergae , 1538 , in-8o > Agricultura sacra, Bâle, 155e , in-8° ; Alieremias, tragœdia, Bâle, 1551, in-8°. Mercator, tragœdia, 156o , in-18 ; et quelq, autres ouvrages, etc. NAPPER-TANDY (James), grand partisan de la révolut, fr. ; dès 179I il † une déclaration au nom dé I . andais-unis, sur les réformes nécessai§s dans le gouvernem. Suspect au gouve . angl. , il se réfugia en France , vint , Paris.Accueilli par le directoire, il débarqua en août 1798 en Irlande, sur la côte occidentale de Donegal avee des

[ocr errors]

trompes francaises. Il répandit aussitôt une proclamation pour rallier les Irlandais-unis ; mais forcé de s'échapper sur un brick francais, il débarqua à Hambourg pour repasser en France, et il fut arrête avec le frère d'O-Conor, sur la requisition de M. Crawfort, minist. d'Angleterre ; il fut livré par le sén, de Hambourg. Transporté de là dans les prisons d'Irlande, et mis en jugement en mai 18oo, il comparut par devant la cour du banc du roi, fut condamné à mort, mais oint exécuté. Toujours enfermé à Du# , il y éprouva enfin l'effet de l'interccssion du gouvernem. franc. , et , sur la demande adressée par M. Otto à M. Hawkesbury , il fut aussitôt renvoyé en France. Il s'embarqua à VVickcow pour Bordeaux en mars 18o2 : arriva le 24 du même mois. Il y m. en 18o3, âgé de 66 ans. NAQUET (Pierre), né à Paris en 729, où il m. vers 179o, fit jouer sur les théâtres de province, les Eaux de Passy , ou les Coquettes à la mode , con,éd. en un acte , Paris, 1761 , in-8°; le Peintre , coméd. , Paris 176o, in-8°; l'Heureuse Meprise, ou les Eaux de Aassy , Paris, 176o, in-8o; il a composé des petits ouvrages éphémères. NARCÉE (mythol. ) , fils de Bac chus, décerna le premier les honneurs divins à son père. Il fit aussi bâtir un 1emple à Minerve. NARCISSE (mythol.), fils de Céphise et de Liriope , était si beau que 1outes les nymphes l'aimaient , mais il n'en écouta aucune. Echo, ne pouvant le toucher , en sécha de douleur. NARCISSE, affranchi , puis secrét. de Claude , parvint au plus haut degré de puissance sous cet empereur. Ce vil courtisan, profitant de sa faveur , et de la faiblesse'de son imbécille maî\re, ne s'en servit que pour perdre ceux qui pouvaient nuire à sa fortune , et pour s'en richir de leurs dépouilles. On dit qu'il eut jusqu'à 5o millions de rente. L'impératrice Messaline , jalouse de cet excès d'autorité, voulut renverser cet orgucilleux favori; elle fut immolée à sa vengeance. Agrippine la vengea. Cette nouv. épouse de l'emper. le fit exiler et le contraignit à se donner la mort, l'an #4 d j č. NARDI (Jacques), né en 1476, à Florence, a occupé plus. postes honorables dans l'état, et en 1527, la république l'envova en ambassade à Venise. , Il est m. plus qu'octogénaire. Il a pu

blié la Vie du célèbre capitaine 2 ebal

[ocr errors][ocr errors][merged small][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic]
« IndietroContinua »