Immagini della pagina
PDF

miracles de l'Ecriture ; Remarques sur la version des # , une Introduction à la critique hébraique. OXENBRIDGE (Jean ), ministre à Boston, né en 16o9 en Angleterre, et m. en 1674, a publié : Le Double mot du uet, 1661 ; Proposition de propager 'Evangile par le moyen des colonies chrétiennes dans le continent de la , Guianne, 1671 ; Recherches raisonnables sur Dieu. OXENSTIERN (Axel), grand-chancelier de Suède, et premier ministre d'état de Gustave Adolphe, né en 1583, m. en 1654, eut une carrière difficile à parcourir. A la mort du roi, tué à la bataille de Lutzen en 1632 , tout le fardeau des affaires tomba sur lui. Investi d'une espèce de dictature par le sénat , il sut contenir le † qui soutenait les prétentions de Ladislas, roi de Pologne, au trône de Suède ; il retablit la bonne intelligence avec la Russie , le Danemarck , la France et l'Angleterre. Il ne fut pas entièrement heureux en Allemagne : ce ne fut que par des concescessions d'argent qu'on put gagner les princes allemands, et acheter l'attachement du duc de VVeimar. La défaite de Nordlinghen semblait devoir porter un coup mortel aux armes suédoises; Oxenstiern perdit ses alliés en Allemagne. Les rotestans, qui avaient appelé les Sué† ne regardaient la guerre † COIIlII16utile à Oxenstiern et à Richelieu. Le traité d'Espagne, en réunissant tous les † sous l'autorité impériale, devait iriger toutes leurs forces contre la Suède. Le ministre habile parvint à surmonter tous les obstacles en 1635 , et obtint enfin une paix honorable. Oxenstiern fut un des cinq tuteurs de la fameuse Christine. Il cultivait les lettres, et on lui attribue le 2° volume de l'Histoire de Suède en allemand. OZANAM † , né à Bouligneux eu Bresse, près de Villars, en 164o, s'appliqua aux mathématiques, qu'ii enseigna à Lyon. Il vint ensuite à Paris, où il m. en 1717. Ses principaux,ouv. SOnt : Dictionnaire des mathéma7ques , ou Mdée generale des mathématiques, 16 1, in-4°; un Cours de mathématiq., 1693, 5 vol. in-8°;Récréations mathematiques el # , réimpr. en 1724, 4 vol. in-8"i Vouv. élemens d'algèbré, in-4°; Géométrie pratique , in-12. OZAROWSKI(Pierre d'Alcantara), grand-général de la couronne de Pologne, partisan zélé de la Russie, eut part à la confédération de Tragowitz, qui § !

duisit la constitution de 1792. Lors de l'insurrection d'avril 1794, à Varsovie, contre les Russes, - son hôtel fut pillé, et lui emprisonné. Le 3 mai, on le traduisit devant le tribunal provisoire, qui le condamna à être §

P.
PACAREAU ( Pierre ), chanoine de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

naire de Milan, m. à Padoue en 156o. On a de lui : De tenuis tumoris febremz facientis ante purgationem per artem incrassatione , etc. , Venetiis, 1558 et 1559. PACIUS (Fabius), méd., né à Vicence, dans les états de Venise, en 1547, où il m. en 1614, a laissé : Commentarius in sex priores Galeni libros methodi medendi, Vicentiae, 1598, in-f. ; Commentarius in septimum Galeni librum methodi medendi , quœstionibus physicis et medicis refertus, Vicentiae , 16o8, 161o , in-fol. PACIUS (Jules), chev. de St.-Marc, né à Vicence en 155o , comp. un Traité d'arithmetique dès l'âge de 13 ans.Après avoir professé le droit en Suisse, en Allemagne, en Hongrie, il vint en France. Il m. à Vicence en 1635. Ses principaux ouvrages sont : De contractibus , Lyon , 16o6 , in-fol. ; Synopsis juris, ibid., 1616 , in-fol. ; De jure maris Adriatici, Francfort, 1669, in-8°; Corpus juris civilis, Genève, 158o, in-fol.; Aristotelis organum, Francfort, 1597, 2 vol. in-8o. PACOME , né dans la Haute - Thébaïde , chef du monastère de Tabène sur le bord du Nil. Ses austérités et ses lumières se répandirent au loin. La HauteThébaïde fut bientôt peuplée de monastères , qui reconnurent ce solitaire pour leur fondateur. Il m. en 348. On a de lui une Règle qu'on trouve dans sa Vie, aVeC OnZe /Le1Ires. PACORUS , fils d'Orodes , roi des Parthes , tailla l'armée de Crassus en ièces, l'an 53 av. J. C., prit le parti de §, et se déclara pour les meurtriers de César. Vintidius marcha contre lui , et lui ôta la victoire et la vie , l'an 39 av. J. C. – Il ne faut pas le confondre avec Pacorus , roi des Parthes, et ami de Décédale, roi des Daces, mort l'an 1o7 avant J. C.

[ocr errors]

PACINI (Jacques), médecin, origi

Maittaire.

PADILLA ( Marie), demoiselle espa

[ocr errors]

De imperio cupidinis libri tres , Mu-
tinae, 1492.
PAGANI (Virgile), de Mondovi, qui
vivait dans le 16° s., a écrit l'Auistoire de
la du Montserrat, entreprise par
le duc de Savoie , pour la déiivrance de
la princesse Marie , sa nièce.
PAGANO (Francesco - Mario), ju-
risconsulte à Naples, embrassa le parti
des Français en 1799 , l ne partie de la
ville de Naples était dejà au pouvoir du
cardinal Ruffo , lorsqu'on délibéra sur
les moyens de faire parvenir des signaux
aux patriotes réfugies au chà-
teau de l'CEuf. Pagano sollicita l'hon-
neur d'un emploi si périlleux, et remplit
sa mission au milieu des plus grands
dangers. Compris dans la capitulation ,
il se retira chez lui ; mais il ne tarda pas
à y être arrêté et envoyé au supplice.
PAGE ( Guill.), théologien , né dans
le Middlesex, m. en 1669, a laissé : Ge-
nuflea ionis ad nomen Jesu desensio,
Oxford, 1631 ; Traduction, en angl. ,
de l'Iniitation de J. C. de Thomas à
Kempis , etc.
PAGEAU (Margarit), poète franç.,
né à Vendôme, fit imprimer à Paris, en
16oo, 1 vol. in-12, intit. OEuvres poe-
tiques, contenant deux tragédies en cinq
actes , en vers, avec des chœurs-
PAGELLO (Guillaume), gentilh de
| Vicence, secrét. du pape Paul † écrit :
| Laudatio in funere illustris Bartholo-
mei Colei exercituis Venetorum impe-
| ratoris, Vicentiar, 1477; Bergame, 1732;
, des Discours et des Opuscules.
PAGENSTECHER (Alexandre-Ar-
| nold) , natif de Brême , m. vers 173o ;
i publia De jure ventris, et auquel il
joignit deux Dissertations De cornibus
et De cornutis , Brême, 17 14 ou 1737 ,
1 vol. in-12. — François Guill. Pagens-
tccher , son parent , a écrit : De Barbd
liber singularis, Lemgoviae, 1715, in 8",
5° édition.
PAGES (Fr.-Xavier), né à Anrillac en
1745, capitaine de vaisseaux, chev. de St
Louis, et correspondant de l'acad. des
scienc. de Paris, où il m. en 18o4, publ.
en 1784 la Relation de ses Voyages au-
tour du monde pendant les annees 1767

[ocr errors]

à 1776, 3 vel. ' in-8°. II a composé les | ed

[graphic]
[ocr errors]

morale, trad. de l'allemand de Gellert,
Utrecht, 1772, 2 vol. in-8°; de Léonard
et Gertrude, trad. de l'allemand de Pes-
talotz de Neuenhof, Lausanne et Paris,
1784, 2 vol. in-12.
PAJO'1' ' Louis-Léon ), comte d'On-
sembrai, membre de l'acad. des sciences,
né à Paris en 1678, m. en 1753, était
mathématicien et bon mécanicien.
recueil de l'acad. des sciences renferme
de lui , sur la mécanique, plusieurs Mé-
maires intéressans.
PAJOU † , sculpteur , né à
Paris en 173o, où il m. à 78 ans, mem-
bre de l'aéad. de peinture et de sculp- .
ture , de l'institut , et conservateur du
musée impérial. Beaucoup de ses onvr.
ont été détruits pendant la révolntion ;
mais on reconnaît le talent de ce grand
maître dans les statues en marbre cxis-
tantes de Descartes, de Bossuet et de
Pascal, et sur-tout dans celle de Psyché
abandonnée de l'Amour, que l'on voit
dans la galerie du sénat conservateur. Il
avait été recu de l'académie de peinture,
sur une statue en marbre représentant
Pluton qui tient Cerbère enchatne à
l'entrée des enfers. Son dernier ouvrage
fut un Demosthènes qu'il fit pour le pa-
lais du sénat conservateur.
PAI'I'ONI (Jean-Marie), sav. méd.,
né à Venise, mort vers 1765, blia :
Della generazione dell' uomo discorsi,
Venise, 1722 et '# in-4°; De visd et
meritis Fabricii Bartholeti commenta-
rius, Venetiis, 174o, in-8°.
PAIX (mythol), divinité allégoriq. »
fille de Jupiter et de I'hémis.
PALACIOS : RUBIOS (Jean Lopez
de), juvisconsulte espagnol , né dans la
rovince de Salamanque vers l'an 148o,
ut choisi par Ferdinand-le-Catholique
pour travailler à la réforme des lois dites
de Toro. Il a écrit : Traité de l'héroisme
militaire, 1524, in-4°.
PALACIOS nE SALAzAR (Michc1de),
frère du précédent, est auteur de Com-
mentaires latins sur l'Ecriture, sur les
livres de Animd d'Aristote, et sur les 4
livres des Sentences. Ce dernier 6 vol.
in-fol., Salamanque, 1574-1579.
PALAESTRA (mytholog.), fille de
Mercure, d'autres disent d'Hércule. On
lui attribue l'invention de l'exercice de la
lutte.

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]
[graphic]
« IndietroContinua »