Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

1631 ; Spicilegium subsecivum ou notes
sur Quintilien.
PARÉIRÈS (don Antoine), gentilh.
portugais, eut l'occasion, dans un voyage
qu'il fit, vers 1375, en Italie, de s'ins-
truire de l'art de donner la parole aux
sourds et muets, s'en dit l'inventenr ,
et fit un mystère de ses procédés.L'aca-
démie des sciences de Paris approuva
sa méthode. En lui refusant le titre
d'inventeur, on ne peut lui disputer la
gloire d'avoir le † fait connaître
en France l'art de faire parler les muets.
PARELLI (Thomas) , mathématic.
prof. d'astron dans l'univ, de Pise, né
à Florence en # , m. à Arezzo en
1779 On a de lui quelques Obseroo-
tions d'éclipses , une Traduct. en partie
de l'Almageste de Ptolomée, et plusieurs
Mémoires intéressans.
PARENT (Aoi ), mathématicien,
membre de l'acad. des sciences, né à
Paris en 1666, m. dans cette ville en
1716, est auteur des Recherches de ma-
§ et de physique, 1714 , 3
vol. in-12 ; Arithmétique théorico-pra-
tique en sa plus grande perfection ,
Paris, 1714, in-8°; Elémens de méca-
nique et de physique, etc., 17oo, in-12 ;
plusieurs ouvrages m.ss.
PARENTI (Paul-André), chirugien
et médecin, né à Castel-Franco en 1699,
m. à Bologne en 1771 , a publié :. Trat-
tato di medicamenti spettanti alla chi-
rurgia, etc., Bologne, 1739, 1755 : De
medicamentorum dosibus index omnium,
qui hactenùs prodierint ; # locuple-
tissimus, Bononiae , 1745 ; Dosium tum
ad simplicia, tum ad composita medi-
camenta spectantium index locupletis-
simus, etc., Bononie , 1761 , in-4° ;
Venetiis 1761.
PARESSE ou OIsIvETÉ (mythol.),
divinité allégorique, fille du Sommeil et
de la Nuit, métamorphosée en tortue ,
pour † l'oreille aux paroles flat-
teuses de Vulcain.
PARFAIT ( François le), né à Paris
en 1698 , a donné : Histoire générale
du théâtre français, depuis son origine,
Paris, 1735-1749, 15 vol. in-12 ; Mé-
moires pour servir à l'Histoire du théaire
de la foire, Paris, 1756, 2 vol. in-12,
avec son frère ; Histoire de l'ancien
théâtre italien, 1753, in-12 ; Diction-
naire des théâtres, 7 vol. in-12 ; Atrée,
trag. , et Panurge, ballet : Aurore et
Phœbus , hist. espagnole, Paris, 1732,
in-12. -
PARFRE (Jean), le plus ancien au-

trouve dans la collection d'Hawkins une
pièce de lui, intit. la Chandeleur, ou le
Massacre des enfans d'Israël.
PARIATI ( Pierre), de Reggio en
Lombardie, poète dramatique au servic°
de la cour impériale, a donné : Il Si-
donio, à Venise, en 17o6 ; la Svanvita,
à Milan, en 17o8; Il Ciro, à Venise, en
171o; l'Anfitrione, pièce héroi-comi-
† en 1767, et plus. Oratorio, mort
ans sa patrie vers 1715.
PARIGI (Jules ), archit. florentin,
m. en 159o , bâtit la maison de plai-
SanCe † Paggio imperiale, et le
palais Manetti.
PARIGI (Jules), de Florence, gra-
veur. Parmi ses estampes on distingue
I'Armée navale des Argonautes, repré-
sentée sur l'Arno, qu'il fit paraître en
16o8. Il grava, en i628, les Perspec-
tives et les Machines, de la comédie de
Flore.
PARIS ou ALExANDRE (mythol.), filo
de Priam et d'Hécube, fut pris pour
juge dans le différend entre Junon, al-
las et Vénus, touchant la pomme que la
Discorde avait jetée sur la table , aux
noces de Thétis et Pelée. Il donna la
omme à Venus. Il fut cause de la guerre
c Troie qui dura dix ans, par l'enlè-
vement d'Hélène, femme 4.§
Ayant décoché une flèche empoisonnée
à Achille, ce héros en mourut Il fut
tué lui - même par Phyrrus, fils d'A-
chille,
PARIS (Matthieu), bénédictin angl.,
au monastère de Saint-Alban , m. en
1259 Son princip. ouvr, cst : Historia
major, sive rerum Anglicarum Histo-
ria , à Guillelmi conquestoris adventu
# ad annum 43 Henri III(1259)
ondres, 164o, 2 vol. in-fol.
PARIS (Francois), né à Châtillon
près de Paris , m. à Paris en 1718, soo
vicaire de Saint-Etienne-du-Mont. 0n
a de lui les Psaumes # de prière ,
Paris, 1712, in-12; Prières tirées do
l'Ecriture sainte, paraphrasées, in-1oi

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

teur dramatique de l'Angleterre. On

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic]

sur Galates, et une Analyse de l'Epftre aux Hebreux. Son frère lui ayant fait ériger un tombeau dans le petit cimetière de Saint-Médard, il y eut sur ce tombeau des convulsions. L. cour fut enfin obligée d'ordonner la clôture du cimetière.On a différentesVies du diacre Pâris. PARIS (P. L.), oratorien, membre de plus. académ. et societés littér., fut nommé, après le 1o août 1792 , officier municipal de la commune de Paris. Resté membre de la commune au 9 thermidor (27 juillet # , il fut décapité le 11 thermid. On a de lui le Globe aérostatique, ode, 1781, in-8°; l'Electricité, e, 1788,in-8°;J.-J. Rousseau, 1785 ; Eloges de Peiresc et du capitaine c% , 179o, in-8°; Projet d'éducation nationale, 179o, in-8°. PARIS, garde du corps du comte d'Artois , fut garde constitutionnel de Louis XVI. Au moment où il apprit

' l'arrêt de mort porté contre ce prince,

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

PARKER (Henri , lord MoRLEY ) , 'un des promoteurs du divorce de Henri V1II d'Angleterre, fut aussi l'un des barons qui signèrent la lettre adressée à Clément VII, pour lui enjoindre de confirmer le divorce du roi, sous peine de perdre la suprématie en Angleterre. PARKER (George ), comte de Macclesfied, m. en 1766, mathématicien et membre de la société rovale. Ce fut lui qui insista pour qu'on admît le nouveau style en Angleterre, et qui en a dressé le bill. Il y à joint un Discours. PARKER ( sir † amiral Anglais, employé contre la France, se distingua le 14 février 1797, à la bataille † gagna lord Saint - Vincent sur la otte espagnole.Au mois de novembte 18o1, mis en jugement pour avoir expédié les bâtimens l'Americat et la Cleopdtre aux Indes occidentales, il fnt acquitté, et mourut en 18o2.

PARKER (William), capitaine de vaisseau anglais, se distingua le 28 mai 1794 , jour ou il sontint, avec l'Audacieux de 74, un combat contre le vaisseau français la Bretagne, de 1 12 canons. Le léndemain, il ent un nouvel engagement avec nne frégate et deux corvettes ennemies ; il se trouva encore à la bataille que livra l'amiral Howe le 1°r juin. Blessé en sept. 18o1 , devant Boul§ , il m peu de jours après. PARKER (Samuel D. D.), # de Péglise épiscopale des états de Massachussets, né à Portsmouth dans le NewHampshire , en 1745, et m. à Bostou en 18o4, a publié en 1797 un choix de Scrmons, et quelques Discours. PARKHURST ( Jean), ministré de l'église anglicane, né en 1728 à CatesbyHouse, comté de Northampton , m. en 1797 à Epsan en Surrey, donna, en 762, son Dictionnaire hebreu, sans points, précédé d'une Grammaire hébraïque ct chaldaique, Londres, 18o2, gros in-8° ; n Lexique grec et anglais du nouveau 'estament, avec une Grammaire grecq., 1764, in # ; la Divinité et la préexis2ence de J. C. PARKINSON (Jean), botaniste anglais, né en 1567, et m. à Londres vers i645, obtint le titre de Botanicus regis primarius. On a de lni : Paradisi in sole paradisus terrestris, ou Jardin de toutes sortes de fleurs d'agrément, et jardin potager des plantes alimentaires , en angl. , Londres, 1629, in-fol., et Theatrum botanicum , ou Herbier contenant Phistoire plus ample, plus détaillée des herbes et plantes médicinales décrites

dans les autres auteurs, en anglais , Londres, 174o, in-fol. PARKMAN (Ebenezer), 1°r ministre de l'eglise de Westborough, au pays de Massachussetts, m. en 1782. On a § lui une courte Histoire de Westborough. ll a aussi écrit sur les réformateurs en 1752, et publia en 1761 le Discours qu'il composa pour l'assemblée des etats. PARMENIDES DELÉE, philosophe rec qui vivait vers l'an 436 avant J. C. ; nt disciple de Xénophane , dont il adopta toutes les idées. § n'admettait que deux élémens, le feu et la terre, et soutenait que la première géné: ration des hommes est venue du soleil. Il disait aussi qu'il y a deux sortes de philosophie ; l'une tondée sur la raison, et l'autre sur l'opinion. Il avait mis son système en vers. Il ne nous reste que des fragmens de cet ouvrage. PARMENTIER (Jehan), marchand de la ville de Dieppe, né en 1494, se fit un nom par son goût pour les sciences et ar ses voyages, m. en 1539; dans l'ile de § On a de lui : Moralité trèsexcellente à l'honneur de la glorieuse assumption de Vostre-Dame, jouée à Dieppe le jour du puy de ladite assumption, l'an # 1527, etc., à dir personaiges, Paris, 1531, in-4°; Description nouvelle des merveilles de ce monde et de la dignité de l'homme, | Paris, 1536, in-4°. , PARMENTIER (Jacques), peintre francais d'histoire et de portaits , né en 1658, m. en 173o, s'établit au comté d'York, où I'on trouve beaucoup de ses Oll4'I'(IA 6S. PARMENTIER(Antoine-Augustin), membre de l'institut et de la légion d'honmeur , premier pharmacien des armées , né à Mfont-Didier en 1737, m, vers la fin de décembre 1813, a puissamment contribué aux progrès de l'agriculture et de l'économie publique, par un grand nombre d'ouvr. sur la Meûnerie et la Boulangerie, sur la Châtaigne, sur la culture des Pommes dé terre, de la Patate et du T'opinambour, etc. Il a travaillé aux 1o, 11 et 12° vol. du Dictionnaire d'Agricultnre de Rozier, et fait tous les articles d'économie du Dictionnaire d'Histoire naturelle, Paris, 18oo. PARNASSUS † fils de Neptune et dé Cléodore, habitait les environs du mont Parnasse, auquel il donna son

[ocr errors]
[graphic][graphic]

de poésie, dont la plus remarquable est Hésiode ou la Naissance de la femme, et l'Ermite. Hennequin en a donné une version frane. à Riom et Clermont, 18o1, in-12; Vie de Zoïle, et cinq visions dans le Spectateurou dans le Gardien. Feutri et Berquin ont imité dans deux romances son conte de l'Ermite Ses ouvrages poétiques ont été impr. à Paris, 2 vol. in-12. ll m. à Chester en 1717. PAROY (Jacques de), l'un des meilleurs peintres sur verre, † à SaintPoute in sur l'Allier vers la fin du 16° s,, dessina pour une chapelle de l'église de St.Méry à Paris lejugementdeSusanne, ainsi que les vitrauz du chœur. Il m. à Moulins, à 1o2 ans. PARQUES (mythol.), filles de l'Enfer et de la Nuit, étaient trois : Cloihon, Lachésis et Atropos. La vie des hommes, dont ces trois sœurs filaient la trame, était entre leurs mains : Clothon garnissait et tenait la quenouille, Lachésis tournait le fuseau, et Atropos coupait le fil avec des ciseaux. , PARR (Catherine), 6° femme de Henri VIII, roi d'Angleterre, vers l'an 1542, était veuve du baron Latimer, et sœur du comte de Northampton ; elle faillit derenir la victime de ce monarque la soupconnant d'hérésie, voulait la aite périr : elle sut adroitement faire revenir ce prince de ses soupçons.Après la mort de Henri, arrivée en 1546, elle épousa Thomas de Seymour., amiral Angleterre, et mourut en 1547. PARRENNIN (Dominiqne),jésuite, né dans le Lyonnais, † à la Chine tn 1698, fut accueilli par l'emp. CamHi. II traduisit pour ce priuce, en langue tartare, ce qu'il y avait de plus nouveau en géométrie, astronomie et anatomie, etc. C'est à lui qu'on est rederâblé des cartes de l'empire de la Chine, où il m. en 1741. . §s# ou PARRAstUs (mylol.), fils de Mars et de Philonomie, §se de Diane. PARRHASIUS, peintre, natif d'Ephèse, contemporain et rival de Zeuxis, vivait vers l'an 42o av. J. C. Cet artiste réussissait particulièrement dans la partie qu'on appelle le dessin. Ce fut le premier qui peignit bien les cheveux. On sait qu'après avoir peint nn rideau, il trompa Zeuxis lui - même. Son tableau de Méléagre et Atalante fut acheté par Tibère la valeur de 15o,ooo liv. de notre Ml0NTl016 . , l'ARRHASIUS(Jauas), grammairien alien,, né à Cosemta dans le royaume

de Naples én 147o. On lui attribue : be quaesitis per epistolam ; des Fragmens d'antiquités i un Commentaire sur l'Art oétiqne d'Ho§c , un autre sur Clau§ et sur Ovidé; mais il est certain u'on lui doit la découverte de Charisius # ter, qu'il fit imprimer à Naples en i532. PARROCEL (Joseph) , peintre et grav., né à Brignoles en 1648, m. à Paris en 17o4, a peint avec succès le portrait, des sujets d'histoire et de caprice : mais il a excellé à représenter des batailles. Il a gravé une suite de la Vie de J. C. , et quelques autres morceaux. - Parrocel (Charles), son fils et son élève, né en 1689, m. en 1752,fut choisi pour peindles Conquétes de Louis XV , PARROCEL (Pierre) , d'Avignon , eintre d'hist. , m. en 1739 , à 74 ans. § ouvr. le plus considérable se vovait à Saint-Germain-en-Laye , dans une galerie de l'hôtel de Noailles , l'Histoire de Tobie, en 16 tableaux. Son chef-d'œuvre était à Marseille dans l'église des religieuses de Ste.-Marie ; l'Enfant Jésus assis sur un trône est représenté couronnant la V§ humblement inclinée devant lui. PARRY (Richard), cnré de Wichampton , dans le comté de Dorset, m. en 178o. Ses ouvrages, en angl., sont : Le Sabbat des chrétiens aussi ancien que le monde, 1753, in-4° ; Dissertation sur la prophétie de Daniel, des 7o semaines, 1762, in-3°; l'Harmonie des quatre évangelistes, sur la résurrection de IV.1765, in-4°, etc. , PARS (Adiien), né à la Haye, ministre à Catric (Ratwich), sur se Rhin , a publié , dans sa langue maternelle : Catti aborigines Batavorum, Leyde, 1797, in-8°, et 1715 ; Index Batavicus ou Liste hominative de tous les auteur, à consulter pour toutes les différentes parties de l'histoire de Hollande, depuis Jules César.jusqu'à nos jours,. Leyde, 17or, in-4°. PARSONS ou PERsoNs (Robert), jés. angl., né en 1546 à Netherstowey »dans le comté de Somerset, obtint, étant à Rome , en 1579, de sa Sainteté, la permission # en collége ou en séminaire, pour les Anglais , sous le nom de Collegium de Urbe, l'hôpital fondé pour la même nation sous le règne de la reine Marie.Cet établissement avait pour ob

[ocr errors]

jet des missions en Angleterre. Parsons,

revêtu du titre de supérieur de la mission parut dans les campagnes, tantôt déguisé

en soldat, tantôt en laïque, en ministre,

« IndietroContinua »