Immagini della pagina
PDF
ePub

contre l'athéisme, il suffit, contre le panthéisme, d'un seul acte libre.

Eh! qu'avons-nous besoin de tant de raisonnements? Jamais tant que je me sentirai libre, vos théories sur la création n'auront la force de me faire oublier que je suis une personne, et conséquemment une substance.

Concluons que le panthéisme est nécessairement condamné à être fataliste. C'est une doctrine de mort.

Les panthéistes s'efforcent de faire rouler toute la question entre eux et nous sur la substance. Comment ne voient.ils pas que l'existence de la liberté humaine est tout aussi difficile à concilier avec l'unité de Dieu ? Ce ne sont pas là deux questions, c'est une question unique. Puisque les panthéistes craignent de limiter la substance de Dieu par la coexistence d'une substance étrangère, ils doivent craindre aussi, pour les mêmes motifs, de limiter sa puissance par la coexistence d'une autre puissance. Peu importe qu'on suppose en dehors de Dieu une substance ou une force libre. Ou plutôt de ces deux idées , substance et une force libre, la plus claire, la plus déterminée, celle qui nous donne le mieux la notion d'une réalité séparée, d'une existence individuelle, c'est la seconde. Je puis, à la rigueur, confondre tout le reste ; mais je ne saurais jamais confondre dans un seul tout deux libertés luttant l'une contre l'autre.

nne

Non-seulement le panthéisme exclut la liberté ; il nous ôte du même coup l'immortalité de l'âme.

Spinoza nous dit bien que notre âme est éternelle ; que celui dont le corps est propre à un grand nombre de fonctions a une âme dont la plus grande partie est éternelle. Mais cette éternité dont il me leurre n'est pas l'éternité de la personne. Tout en moi fait obstacle à Spinoza, ma conscience, ma liberté , tout ce qui me distingue, tout ce qui me sépare. Il ne sauve de la mort que ma substance, qu'il absorbe dans la substance universelle. Le moi périt, c'est-à-dire l'identité vivante.

Spinoza, en définitive, malgré la belle langue dont il dispose, malgré la forme régulière et précise de son exposition, accumule les équivoques, parce qu'il est en contradiction avec l'opinion commune et avec le langage. Nous l'avons entendu proclamer la liberté, en jouant sur le mot, dans le temps où il la niait. C'est par une autre équivoque qu'il parle de l'éternité de notre âme. Il est clair, nous le reconnaissons, que le pouvoir d'anéantir est du même ordre que celui de créer, et que dans un système qui nie la possibilité de la création, la possibilité de l'anéantissement ne saurait être admise. Ainsi, dans le système de Spinoza, mon âme ne saurait périr. Rien ne périt, tout se transforme. Mais cette transformation est tout mon effroi. La mort, qui ne détruit pas ma substance, détruit mon identité. Est-ce donc là se survivre ? Spinoza pourrait dire avec autant de raison que mon corps aussi est éternel. Du moment que mon âme ne se souvient plus d'elle

même, je ne m'intéresse pas plus à son éternité qu'à la poussière de mon cadavre.

Nous enfermons les panthéistes dans ce dilemme : Vous prétendez que Dieu et le monde sont distincts sans être séparés ; c'est-à-dire, en termes précis, qu'ils ne font qu'un par l'unité de la substance. Mais dans cette connexion nécessaire de deux termes opposés, dont l'un représente le parfait et l'immuable, l'autre l'imparfait et le mobile, quelle part faitesvous à Dieu, et quelle part au monde? De quelque côté que vous vous tourniez, vous êtes perdus : car si vous insistez sur la plénitude de la réalité divine, le fantôme du monde s'évanouit, Dieu reste seul; si, au contraire, c'est la réalité du monde qui occupe votre pensée, Dieu ne joue plus dans votre système que le rôle d'une abstraction. Donc vous n'êtes au fond qu'un compromis sans franchise et sans netteté entre l'éléatisme et l'athéisme.

On a beau dire, pour défendre les panthéistes, qu'ils sont mystiques, c'est-à-dire qu'ils sacrifient le monde à Dieu. Nous leur saurions gré, en effet, si , placés entre l'absurdité mystique de l'éléatisme et l'absurdité matérialiste de l'athéisme, ils savaient choisir la moins odieuse. Nous reconnaîtrons volontiers que Plotin, et même Spinoza, penchent vers le mysticisme. Cela donne plus d'éclat à leurs systèmes, sans leur donner plus de vérité, plus de

solidité. Mais de nos jours, c'est l'athéisme qui est au fond de la plupart des doctrines panthéistes. Nous ne sommes plus au temps de Parménide d'Élée, qui niait le monde, ni même à celui de Plotin, qui regardait le monde comme un fantôme, et le traitait avec dédain. L'expérience aujourd'hui, la sensation ne permettent plus qu'on les oublie. C'en est fait des chimères idéalistes. Le monde des sens, celui de la conscience s'imposent avec une irrécusable autorité. Parmi les hommes qui se laissent séduire par le panthéisme , il y en a bien peu qui voulussent abandonner le dogme de la liberté humaine; il n'y en pas qui consentissent à n'être qu'un phénomène, à ne voir dans le monde que des apparences. Bon gré mal gré, c'est à la réalité du monde qu'ils donnent la préférence; et c'est par conséquent à l'athéisme qu'ils inclinent.

Voilà donc un système qui, parce que nous ne comprenons pas la création, nous propose de croire

que tout émane de Dieu comme l'eau sort du vase, ou le rayon du foyer lumineux; qui, de

peur

de souiller la pureté. divine en supposant que Dieu a créé un monde imparfait, identifie Dieu et le monde, et fait de l'imperfection même une partie de la perfection; qui d'abord nous refuse le droit de supposer que Dieu a pu songer au monde, le désirer, le vouloir, sans perdre son immutabilité, et qui, pour conclusion, place le monde éternellement mobile dans la

pensée même et dans la substance de Dieu; qui se défend d'admettre que Dieu ait créé des êtres malheureux ou méchants, et considère tous les vices et tous les malheurs comme les phénomènes de la substance : divin système, à entendre ses partisans, seul capable de sauver la grandeur de Dieu, la dignité de l'homme et les droits de la raison, et qui aboutit à confondre Dieu avec une obscure et inintelligible substance universelle, à priver l'homme de son avenir, de sa liberté, de sa personnalité, à forcer la raison d'admettre des doctrines contradictoires; tout cela, pour n'avoir pas accepté, au début . de la science, la supériorité de Dieu sur nous. Car voilà toute l'origine de tant de contradictions et de tant de chutes !

Hélas ! nous trouvons pourtant assez de motifs, en nous regardant, de limiter notre raison

pour

la sauver. Souveraine et puissante quand elle se contient dans sa sphère, elle tombe, dès qu'elle en sort, dans des impossibilités et des paralogismes. Elle est faite pour enchaîner fortement toutes les conséquences à un premier principe, et pour accepter ce premier principe sans le démontrer; pour expliquer l'une par l'autre toutes les parties du monde et le monde lui-même par le Créateur, mais à la condition d'adorer le Créateur sans chercher à le comprendre. Il s'en faut tant qu'elle puisse prouver le premier principe ou comprendre le premier être qu'elle n'a le pouvoir d'expliquer le reste qu'à la

« IndietroContinua »