Immagini della pagina
PDF
ePub

jours sacrifié la notion de cause contingente, et anéanti la puissance des créatures au profit du créateur. Cette philosophie mécanique a contre elle l'expérience des sens et de la conscience , et cela suffit pour la condamner; mais de plus elle n'atteint pas le but qu'elle se propose; et cet effort qu'elle fait pour exalter Dieu en le séparant des créatures, quant à son essence métaphysique, et en le rapprochant d'elles quant à la nature et à la continuité de son action, aboutit au contraire à la philosophie de Spinoza. Dieu n'en est pas moins grand , ayant produit des causes secondes , que s'il s'était réservé à lui seul l'exercice de la puissance; et de même qu'il est l'être en soi , sans exclure la possibilité d'êtres inférieurs, il est la toutepuissance , quoiqu'il ne soit pas la puissance unique. Dénier toute énergie à la créature sur ce fondement que notre coopération est inutile au créateur, c'est n'aller qu'à moitié chemin de l'éléatisme. On peut disputer si le nom de cause appartient univoquement à Dieu et à la créature , comme on dispule aussi pour l'être , ou la substance individuelle , mais on ne peut accorder l’un sans l'autre, car les deux questions sont liées et reposent sur le même principe. Spinoza , dont la conclusion est impie, est supérieur à Malebranche en ce point, qu'il a été plus conséquent dans la même erreur.

Qu'est-ce que l'homme de Malebranche ? un instrument dans la main de Dieu , sans énergie propre, sans initiative. La volonté c'est le désir ; le désir c'est la grâce qui l'opère ou l'impulsion naturelle que Dieu nous donne vers le bien. La pensée n'est qu'une modification produite en nous par notre intime union avec Dieu. Qui suis-je alors ? Où me saisir moi-même ? Où trouver la lumière qui éclaire dans son fond ma nature individuelle, le principe qui tout à la fois la limite et la constitue ? Contre cette inertie absolue où Malebranche nous réduit, la conscience se révolte; elle sent, elle voit vivre et se développer par sa propre force le moi humain, libre quoique dépendant, et puissant quoique restreint et limité dans son essor. La pensée lui apparaît sous la triple forme déjà déterminée par Descartes, d'idées innées, factices et adventices. Et qu'est-ce qu'une idée adventice , pour ne parler que de celles-là ? Quand l'impression sensible vient mourir dans mon organe, ou que parvenue jusqu'à moi, elle trouve l'attention absente , la mémoire, si plus tard elle s'y applique, ne pourra recouvrer qu'une aperception vague , incomplète, bizarre, qui n'est point analogue à l'entendement et n'en est point possédée. La pensée adéquate, complète, qui est un jugement, et non pas un rêve, résulte en même temps de l'impression sensible passivement reçue, et de la réaction opérée sur cette matière de la connaissance, par l'intellect agent , qui lui imprime la forme. C'est lui, c'est l'activité qui coordonne l'idée dans une série , la rattache à son genre et la rend définissable, susceptible d'être nommée, comparée , classée. On disait dans l'école que l'âme est modifiée par les objets, comme une cire molle qui reçoit l'empreinte d'un cachet; mais c'est plutôt notre âme, guidée par les lois que la nature lui a tracées et développant la puissance qu'elle tient de son créateur , qui marque de sa forte empreinte les données sensibles fournies par l'expérience. L'opération du monde extérieur sur nos organes, et par suite sur notre sensibilité, ne donne que la matière de la connaissance. Malebranche sur ce point, comme sur la question de

b.

و

l'être , est troublé par la crainte d'accorder que Dieu et l'homme soient univoquement des causes. Dieu est une cause créatrice, et l'homme n'est qu'une cause secondaire, qui transforme et modifie sans créer. L'observation psychologique qui apprenait à Malebranche qu'il n'est pas dans la puissance de l'homme de donner l'être (et en effet, la production de l'être est l'exercice absolu de la puissance absolue, et par conséquent le propre caractère de l'infinité de la cause), cette même observation psychologique poussée plus loin, lui eût fait voir la réaction de l'intelligence, avec ses lois et sa puissance propre, sur les données de la sensibilité ; il eût reconnu dans toutes les fonctions de la vie la présence de la volonté libre comme fond, et dans quelques-unes la nécessité seulement coinme limite. Il n'eût pas été contraint alors de construire ses deux hypothèses des causes occasionnelles et de la vision en Dieu , et de renoncer pour établir des machines si compliquées, à son propre principe, qu'Arnauld tourne à chaque pas contre lui : « que Dieu fait tout ce qu'il fait par les moyens les plus simples.

3. Les idées sont des ètres très-réels,

Les idées, selon Malebranche, sont quelque chose de très-réel, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas de pures modifications de l'esprit qui les conçoit. Malebranche n'admet ni la doctrine sensualiste qui subordonne les idées à leurs objets et les réduit à n'en être que la représentation, ni cette espèce de compromis entre la philosophie des sens et les théories rationalistes, qui consiste à considérer les idées comme le produit régulier de l'activité de l'esprit soumise à des lois constantes et universelles. Il existe , suivant lui, des idées supérieures aux réalités concrètes, et qui en sont en quelque sorte les essences éternelles. Son seul tort est de ne pas distinguer suffisamment l'élément éternel de la connaissance, et celui qui nous vient uniquement des sens et de la matière.

Ces idées éternelles qui ne sont ni des formes de l'esprit humain, ni l'expression des lois de la nature, ni des substances existant à part, mais qui, selon Malebranche, résident en Dieu, qui est le lieu des intelligibles, quelle est enfin leur nature ? On ne peut admettre dans le système de Malebranche que Dieu soit modifié par le fini, ni qu'il enferme formellement dans sa propre substance le multiple et le divisible. De graves difficultés naissaient de cette présence des idées en Dieu : Malebranche ne s'est pas toujours tenu dans la même solution. Tantôt il semble entendre la connaissance que Dieu a des choses, comme on entend d'ordinaire la connaissance que l'esprit humain a de son objet; puis il renonce à cette explication dans la crainte de subordonner l'idée à son objet , et il a recours à l'étendue intelligible. Mais cette étendue intelligible est-elle Dieu même, ou une idée de Dieu ? Et cette idée est-elle une modification de Dieu ou une substance contenue dans sa substance? Malebranche à cette question : «Dieu est-il l'étendue intelligible?» répond ouvertement : « Oui, car tout ce qui est en Dieu est Dieu même. » Ailleurs, il dit seulement qu'elle est en Dieu, et repousse cette identité entre Dieu et l'étendue. Il dit en général des idées : « Quand même il serait vrai qu'elles ne seraient que des êtres bien petits et bien méprisables, ce sont pourtant des êtres et des êtres spirituels. ^ „ Et

Page 245 de la Recherche de la Vérité.

quelques lignes après il fait bon marché de cette substantialité ? : « Que si on dit qu'une idée n'est pas une substance, je le veux, mais c'est toujours une chose spirituelle. » La contradiction est encore plus marquée pour l'étendue intelligible; il dit dans ses Méditations : « Quand tu penses à des espaces immenses, tu ne vois pas seulement des modifications infinies, tu vois une substance infinie : tu ne la vois donc pas en toi. » Ce qui ne l'em-pêche pas de déclarer dans une lettre à Arnauld que l'étendue intelligible n'est pas une substance, et de s'écrier : « Je crois que l'étendue intelligible n'est ni une substance ni une modification de substance, nonobstant l'axiome des philosophes. » Et Arnauld ne manquait pas de répondre ? : Nonobstant l'axiome de Malebranche lui – même, qui s'exprime ainsi au chapitre 8 du livre III de la Recherche de la Vérité : « Il est absolument nécessaire que tout ce qu'il y a au monde soit un être ou la manière d'un être. Un esprit attentif ne peut le nier. Or, l'étendue n'est pas la manière d'un être. Donc c'est un être. »

Mais quelle que soit l'opinion que l'on adopte sur la nature des idées de Dieu, il est certain que Dieu connaît toutes choses, et les lois de toutes choses ; non pas seulement les lois qui résultent de sa volonté, et que fonde l'acte libre par lequel il crée, mais les lois éternelles et essentielles qui sont de sa propre nature, et qui dérivent de sa propre essence. Ce sont là les idées par excellence, pleinement possédées par Dieu dans l'identité absolue de son acte intelligent et de sa nature intelligible, supérieures à la nature créée de toute la supériorité de l'absolu

[blocks in formation]
« IndietroContinua »