Immagini della pagina
PDF
ePub

et ratio administrandi ejus libera prætori permissa sunt. Philopemen, præterquam quod ita Quinctio placeret, et ipse existimabat classem romanam exspectandam, quæ a mari Gythium tueri posset, sed metuens , ne dilationem res non pateretur, et non Gythium solum, sed præsidium quoque missum ad tuendam urbem amitteretur, naves Achæorum deduxit.

XXVI. Comparaverat et tyrannus modicam classem ad prohibenda, si qua obsessis mari submitterentur, præsidia, tres tectas naves, et lembos pristesque, tradita vetere classe ex fædere Romanis. Harum novarum tum navium agilitatem ut experiretur, simul ut omnia satis apta ad certamen essent , provectos in altum quotidie remigem militemque simulacris navalis pugnæ exercebat, in eo ratus verti spem obsidionis, si præsidia maritima interclusisset. Prætor Achæorum, sicut terrestrium certaminum arte quemvis clarorum imperatorum vel usu vel ingenio æquabat, ita rudis in re navali erat; Arcas, mediterraneus homo, externorum etiam omnium, nisi quod in Creta præfectus auxiliorum militaverat, ignarus. Navis erat quadriremis vetus, capta annis octoginta ante, quum Crateri uxorem Nicæam a Naupacto Corinthum veheret : hujus fama motus ( fuerat enim nobile in classe regia quondam navigium ) deduci ab Ægio putrem jam admodum et vetustate dilaElle fut donc résolue d'un consentement unanime; mais, quant au temps où il fallait la commencer, et à la manière de la diriger, on s'en remit entièrement à la sagesse du préteur. Philopoemen était bien d'avis, comme Quinctius, qu'il fallait attendre la flotte romaine, qui pouvait secourir Gythium par mer; mais, dans la crainte que

l'état de la ville assiégée ne pût souffrir aucun retard, et qu'on ne perdît avec Gythium les secours envoyés pour la défendre, il fit partir la flotte des Achéens.

XXVI. Le tyran, pour empêcher l'arrivée des secours qui pourraient être envoyés par mer aux assiégés, avait équipé une petite flotte composée de trois vaisseaux pontés, de brigantins et autres bâtimens légers ; car il avait été obligé, d'après le traité, de livrer son ancienne flotte aux Romains. Pour éprouver la vitesse de ces nouveaux bâtimens, et pour que sa flottille fût tout-à-fait en état de livrer une bataille au besoin, il exerçait tous les jours en pleine mer les soldats et les rameurs par un simulacre de combat naval, persuadé que la réussite du siège dépendait de sa vigilance à fermer le passage aux secours maritimes. Le préteur des Achéens, égal en expérience et en talens aux plus célèbres généraux dans la conduite d'une guerre sur terre, ne s'entendait à rien de ce qui concerne une affaire navale. Né dans l'Arcadie, pays éloi

il ne connaissait des nations étrangères que ce qu'il en avait appris en Crète, pendant qu'il y commandait un corps de troupes auxiliaires. Les Achéens avaient une vieille quadrirème, prise quatre-vingts ans auparavant, lorsqu'elle transportait l'épouse de Craterus, Nicée, de Naupacte à Corinthe. Sur l'ancienne renommée de ce vaisseau, qui avait été autrefois un des plus célèbres de la flotte royale, le préteur le fit amener bentem jussit. Hac tum prætoria nave præcedente classem, quum in ea Patrensis Tiso præfectus classis veheretur, obcurrerunt a Gythio Laconum naves : et primo statim incursu ad novam et firmam navem vetus, quæ per se ipsa omnibus compagibus aquam acciperet, divulsa est : captique omnes, qui in nave erant : cetera classis, prætoria nave amissa , quantum quæque remis valuit, fugerunt : ipse Philopoemen in levi speculatoria nave fugit : nec ante fugæ finem , quam Patras ventum est , fecit. Nihil ea res animum militaris viri, et multos experti casus, inminuit : quin contra , si in re navali, cujus esset ignarus , obfendisset , eo plus in ea, quorum usu calleret, spei nactus, breve id tyranno gaudium se effecturum adfirmabat.

gné de la

mer,

XXVII. Nabis, quum prospera re elatus, tum spem etiam haud dubiam nactus, nihil jam a mari periculi fore, et terrestres aditus claudere opportune positis præsidiis voluit : tertia parte copiarum ab obsidione Gythii abducta, ad Pleias posuit castra. Inminet is locus et Leucis, et Acriis, qua videbantur hostes exercitum admoturi. Quum ibi stativa essent, et pauci tabernacula haberent, multitudo alia casas ex arundine textas fronde, quæ umbram modo præberet, texissent; priusquam in conspectum hosti veniret Philopoemen , nec opinantem eum inproviso genere belli adgredi sta

[ocr errors]

d'Ægium, quoique tout pourri et tout délabré

par

la vétusté, pour en faire le vaisseau amiral. Tison de Patras, commandant de la flotte, la précédait sur ce bâtiment, lorsqu'il rencontra les vaisseaux lacédémoniens venant de Gythium. Une galère neuve et solide brisa du premier choc ce vieux navire, qui faisait eau de toutes parts; et tous ceux qui le montaient furent faits prisonniers. Le reste de la flotte, voyant le vaisseau amiral perdu, fit force de rames pour s'enfuir. Philopæmen lui-même se sauva sur un esquif, et ne s'arrêta que lorsqu'il fut arrivé à Patras. L'échec qu'il venait d'essuyer ne fit point perdre courage à cet homme habile, qui avait éprouvé déjà bien des chances diverses. Au contraire, ce revers sur un élément qu'il ne connaissait

pas,

lui donnait l'espoir d'être plus heureux dans un genre de combat auquel il était accoutumé, et il assurait que la joie du tyran ne serait pas de longue durée.

XXVII. Nabis, enflé de cet heureux succès , et persuadé qu'il n'avait plus rien à craindre désormais du côté de la mer, prit la résolution de fermer sans perdre de temps

les passages du côté de la terre, en les faisant occuper par de forts détachemens. Il retira du siège de Gythium le tiers de ses troupes, et alla camper aux environs de Pléies. Cette position domine Leuces et Ácries , par où, selon toute apparence, les ennemis devaient s'avancer. Le camp de Nabis, à l'exception de quelques tentès, était formé de cabanes de roseaux couvertes de feuillages, les soldats ayant seulement voulu se procurer de l'ombre. Philopamen, avant de venir en présence de l'ennemi, résolut de le surprendre au moyen d'un stratagème dont il était loin de se douter. Il rastuit. Navigia parva in stationem occultam agri argivi contraxit : in ea expeditos milites , cætratos plerosque, cum fundis et jaculis, et alio levi genere armaturæ , inposuit : inde litora legens, quum ad propinquum castris hostium promontorium venisset, egressus callihus notis, nocte Pleias pervenit : et, sopitis vigilibus , ut in nullo propinquo metu , ignem casis ab omni parte castrorum injecit. Multi prius incendio absumti sunt, quam hostium adventum sentirent : et, qui senserat , nullam opem ferre potuerunt. Ferro flammaque omnia absumta : perpauci tamen ex tam ancipiti peste ad Gythium in majora castra perfugerunt. Ita perculsis hostibus, Philopomen protinus ad depopulandam Tripolim laconici agri, qui proximus finem Megalopolitarum est,

vi

pecorum hominumque inde abrepta, priusquam a Gythio tyrannus præsidium agris mitteret, discessit. Inde Tegeam exercitu contracto, concilioque codem et Achæis et sociis indicto, in quo et Epirotarum et Acarnanum fuere principes, statuit, quoniam satis et suorum a pudore maritimæ ignominiæ restituti animi, et hostium conterriti essent, ad Lacedæmonem ducere : eo modo uno ratus ab obsidione Gythii hostem abduci posse. Ad Caryas primum in hostium terra posuit castra. Eo ipso die Gythium expugnatum est : cujus rei ignarus Philopoemen, castra ad Barbosthenem ( mons

duxit : et, magna

« IndietroContinua »