Œuvres complètes de Voltaire: La Henriade. Poëme de Fontenoy. Odes et stances, etc. 1877

Copertina anteriore
Garnier frères, 1877
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Sommario


Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 306 - l vero condito in molli versi I più schivi, allettando, ha persuaso: Così all'egro fanciul porgiamo aspersi Di soave licor gli orli del vaso; Succhi amari ingannato intanto ei beve, E dall
Pagina iv - Westminster on voit paraître ensemble Trois 'pouvoirs étonnés du nœud qui les rassemble, Les députés du peuple, et les Grands, et le Roi, Divisés d'intérêt , réunis par la loi ; Tous trois membres sacrés de ce corps invincible , Dangereux à lui-même , à ses voisins terrible.
Pagina 118 - Frappez et Tyriens et même Israélites. Ne descendez-vous pas de ces fameux lévites Qui, lorsqu'au Dieu du Nil le volage Israël Rendit dans le désert un culte criminel, De leurs plus chers parents saintement homicides, Consacrèrent leurs mains dans le sang des perfides, Et par ce noble exploit vous acquirent l'honneur D'être seuls employés aux autels du Seigneur?
Pagina 568 - D'un air familier , mais aimable. Sa vive imagination Prodiguait , dans sa douce ivresse , Des beautés sans correction 3o , Qui choquaient un peu la justesse , Mais respiraient la passion.
Pagina 509 - On meurt deux fois, je le vois bien : Cesser d'aimer et d'être aimable, C'est une mort insupportable; Cesser de vivre, ce n'est rien. Ainsi je déplorais la perte Des erreurs de mes premiers ans; Et mon âme, aux désirs ouverte, Regrettait ses égarements. Du ciel alors daignant descendre, L'Amitié vint à mon secours; Elle était peut-être aussi tendre, Mais moins vive que les Amours.
Pagina 508 - Si vous voulez que j'aime encore, Rendez-moi l'âge des amours; Au crépuscule de mes jours Rejoignez, s'il se peut, l'aurore. Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l'Amour tient son empire, Le Temps, qui me prend par là main, M'avertit que je me retire. De son inflexible rigueur Tirons au moins quelque avantage. Qui n'a pas l'esprit de son âge, De son âge a tout le malheur.
Pagina 204 - Tel qu'échappé du sein d'un riant pâturage, Au bruit de la trompette animant son courage, Dans les champs de la Thrace un coursier orgueilleux, Indocile, inquiet, plein d'un feu belliqueux...
Pagina 48 - Mornay1, son confident, mais jamais son flatteur; Trop vertueux soutien du parti de l'erreur, Qui, signalant toujours son zèle et sa prudence, Servit également son Église et la France ; Censeur des courtisans, mais à la cour aimé ; Fier ennemi de Rome, et de Rome estimé.
Pagina 254 - Au milieu des clartés d'un feu pur et durable, Dieu mit , avant les temps, son trône inébranlable. Le ciel est sous ses pieds; de mille astres divers Le cours , toujours réglé , l'annonce à l'univers. La puissance, l'amour, avec l'intelligence, Unis et divisés , composent son essence.
Pagina 76 - A cet air vénérable, à cet auguste aspect, Les meurtriers surpris sont saisis de respect; Une force inconnue a suspendu leur rage, « Compagnons, leur dit-il, achevez votre ouvrage, Et de mon sang glacé souillez ces cheveux blancs, Que le sort des combats respecta quarante ans ; Frappez, ne craignez rien, Coligni vous pardonne; Ma vie est peu de chose, et je vous l'abandonne... J'eusse aimé mieux la perdre en combattant pour vous...

Informazioni bibliografiche