Immagini della pagina
PDF
ePub

Il y dit que dans les anc. textes (Alex., F. Juzgo, F. Zamora etc.) l'e final est conservé comme en portugais après un d < t: mesquindade, cidade, lide, etc., et il ajoute que la même chose arrive encore aujourd'hui dans certains patois occidentaux. R et /

ajoute-t-il - peuvent prendre à Miranda, à Astorga et dans les Asturies un e paragogique: mare, sale, tenere, partire, etc. Quant aux infinitifs en e que nous avons relevés, ils appartiennent presque tous au groupe I et sont croyons-nous des traces d'une prononciation qui était probablement à une époque plus reculée très répandue.

Les exemples du maintien de l'e final après un d<t ne manquent pas non plus dans nos documents, mais ils appartiennent en général à la région occidentale, qui se distingue par sa ressemblance avec le portugais. Voici les exemples:

Gr. II. Doc. XVII heredade 8; LXXVII abade 47; LXXXI herede 33; XC metade 13; XCVI verdade 17; Gr. III. Doc. XCI abbade 2, 12, 18 etc., meatade 10, 11, heredade 14; XCIII heredade 11; XCIV uoluntade 22; XCVIII herdade 3, 8, volontade 9, verdade 26; C abbade 3, meatade 23, 25; CI verdade 124.

Notons encore comme preuves de la tendance à la finale vocalique les exemples suivants; Adame XXV 32, Roane LXV 83, ordene LXXVII 25, 26, Johane C 50.

23. Le rétablissement de l'e finale perdu en castillan ne peut pas s'expliquer par des causes phonétiques. Si certaines raisons analogiques ont été de quelque importance telle la restitution de l'e dans nombre de formes verbales cela n'a guère pu être suffisant non plus pour déterminer l'evolution générale. Il est probable que le changement en question dépend d'une influence dialectale et d'après ce que nous venons d'exposer, on pourra être fondé à croire que c'est la tendance du léonais qui l'a emporté sur celle du castillan, comme cela a d'ailleurs été le cas pour certains autres changements phonétiques, bien qu'en général le léonais ait naturellement été vaincu par le castillan.

Chute ou maintien des voyelles posttonique, protonique et initiale.

24. La posttonique est traitée en léonais comme en castillan et c'est aussi le cas de la protonique. Quelques mots isolés méritent une mention.

La posttonique n'est pas tombée dans:

riendeda LXXXV 12 (mais rienda 26)

deueda XCVI 12. (La forme se trouve dans le F. Juzgo cf. Gessner p. 31).

Ces formes, qui appartiennent à l'ouest, paraissent avoir subi l'influence portugaise.1 Une influence pareille se fait voir dans les mots suivants où la protonique (ou plutôt les deux protoniques) sont tombées à l'encontre de l'habitude castillane:

herdamento LXXVIII 7, 27, 47, XCIV 5, 9, 13, 18, C

24, 25.

herdat LXXVIII 10, 13, 19, 25 etc. (mais deseredado 19), LXXXI 13, 15, 29, XC 8, 11, 13, XCII 24, XCVIII 3, 8, C 9. Notons aussi doc. XCIV uenzon (< venditionem) 27, 36 mais uendison 24, 30.

L'influence savante se montre dans hereditad VIII 6, 39 (mais heredad 31, 58), offerenta XXXIII 24, 39, offeresco XLII 5.

L'initiale tombe souvent dans le mot obispo, qui prend la forme pispo VIII 52 et bispo XXVIII 3, 41, 47, 48, XLI 63, XCIV 42, XCV 31. Cette forme, qui est fréquente dans le F. Juzgo et se trouve aussi dans l'Alexandre' s'explique par une fausse analyse de obispo précédé de l'article léonais lo: l'obispo a été compris comme lo bispo.

Changements des voyelles finales.

25. Le passage de e finale à i, qui dans l'ancien espagnol est particulièrement connu chez Berceo, ne manque pas d'exemples non plus dans le léonais. Dans les anciens documents ces formes

1 Cf. Cornu, Gr., p. 957.

2 Cf. Gessner, p. 30.

doivent pourtant être rares. M. P. dit, p. 26, dans la note que les formes facerlis, toui, esti etc. figurent dans des documents de Frios et Oña (Burgos). Mais il ne cite pas d'exemples léonais et M. Gessner ne mentionne pas ce passage. Dans les chartes asturiennes reproduites par M. Fernández-Guerra, El Fuero de Avilés p. 67 ss., on trouve des exemples assez nombreux de esti, isti, aquesti.

Exemples de nos documents: Gr. I. Doc. IX esti II; XXIX dessi 24; LXVI esti 13. Gr. II Doc. LXIX dessi 35; LXXVII disti 32, 40, 44, isti 51, lis 42, li 52, eli 54, Vicenti 68; LXXVIII quitemj 11. Gr. III Doc. XCII ffirmi 17.

C'est donc presque exclusivement parmi les pronoms que nous avons trouvé des formes pareilles,1 mais dans les parlers modernes où le phénomène en question survit, il n'est pas borné à ces mots. M. P., p. 26, donne des exemples des Asturies, de Santander, de Zamora, de Salamanca, de Caceres et de Miranda, mais n'en connaît pas de Léon.

26. u pour o final n'est pas rare das les vieux documents asturiens et léonais est paraît, d'après M. P. p. 20, être dans les parlers modernes plus répandu que i pour e. Nos documents offrent les exemples suivants:

Gr. I Doc. IX maiuelu 3, annu 4, oficiu 5, plenu 5, lu 6, pescadu 6, uinu 8, otru, clerigu, consegu 9, pletu, maldictu II, infiernu, dannadu, cotu 12, mayordomu, hobispu 16, duennu 17, merinu 18, conçeiu, conceiu 27, clerigu 28; XXXVII conuentu 3; XLII veierun, odierun 110. LXVI ecriuanu 17, 19; Gr. II Doc. XII susu 19; LXXXIV susu 9, 19 Gr. III XCII escritu I, tiampus 2, conuentu, miismu 4, recibu 8, Martinu 6, 10, malditu 14, enffernu 15, tantu 16, manus, conffirmu 23, susu 24, zapateru 30, 36, caualleru 33, goneyru 37; C susu 60.

Dans tous ces exemples, l'u remonte à un й latin, excepté recibu XCII 8, conffirmu ib. 23. — Pour bien comprendre le phénomène en question, il faudra examiner les documents pour

1 Cf. Baist, Gr., p. 890.

voir quel est le développement des autres mots qui en castillan montrent un -o final. Dans les doc. XII, XXXVII et LXVI, les ex. cités sont exceptionnels, les mots avec -o sont nombreux dans les deux doc. Pour susu, on pourrait penser à une assimilation à la voyelle tonique. Les ex. du doc. XLII paraissent dépendre de l'influence du latin. Dans IX et XCII -os est toujours rendu par -os et -o (1 p. sg.) par -o IX 2. Encore trouvet-on doc. IX couo 2, mio 3, entroydo 5, trigo 7, centeno 7, descomungado 11, Fernando 14, Gonzaluo 17, Canpo 18 et un certain nombre de noms de lieux; doc. XCII termeno 5, Pedro 7, descomungado 14, dannado 15, obispo 19, todo, esto 23, clerigo 27, 29, Pedro 28.

En parlant de ces formes dans l'asturien moderne, M. Meyer-Lübke, Gram. I § 308,' oppose au I sg. -0, N. Pl. -os, komo, kresiendo, kuando, sedo, solo et le neutre de l'adjectif (ainsi que cabo < caput) le sing. des subst. et des adj. masc. qui se termine par -u: й final latin donne u, o donne o. Les neutres en -u, ayant originairement un - d'une autre valeur que les masculins en -us, donnent des formes en -o (ce qui explique la forme en -o des participes). Cet état de choses paraît être réfléchi dans les deux documents précités. L'analogie, qui dans certains patois modernes a uniformé les terminaisons de sorte qu'on y a ou bien toujours -o ou bien toujours u, a provoqué dans le doc. XCII les formes recibu, confirmu et tiampus. L'influence castillane se révèle par les nombreuses formes avec -0 pour -u. Les noms propres de lieux peuvent pourtant remonter à un locatif en -o. - Les substantifs neutres s'étaient depuis longtemps associés aux masculins, concciu, escritu n'ont donc rien d'étonnant. Tantu est plutôt frappant à cet égard.

27. a final passe quelquefois à e.3 M.-P., p. 27, donne des exemples du XIIIe et du XIVe siècle pris dans des documents d'Oviedo et dans l'Alexandre et rend compte de l'existence de ces formes dans les parlers modernes.

1 Cf. aussi § 643.

2 Cf. Gram. III § 416 et Schuchardt Z XXII (1898) p. 396.
Sur le passage de ia en ie voir le § consacré à l'imparfait.

Nous n'avons à noter que deux ex.: doc. LXVI 17 cartes partides. Dans le même doc. on trouve des formes ordinaires

en -as.

28. Dans ce §, nous réunissons diverses formes où une voyelle atone s'est développée d'une façon qui n'est pas conforme au castillan.

Insimul se trouve sous la forme de en sembla doc. XII 19, XVII 5, LXXXIII 3, LXXXVII 26, XCIV 13, 35. M. Gessner fait mention de cette forme p. 32 en parlant de estoncia pour estonces, forme qui ne figure pas dans nos documents. L'a de ensembla est sans doute dû à l'influence des adverbes en -a contra, nunca, fuera, etc. qui ont provoqué mientra pour mientre.1 Alfierez revêt doc. IX 15 la forme de alfieraz.

Rason apparait comme reson doc. XXXIX 7 et LXX 17, 41. Les mots suivants s'expliquent peut-être par une dissimilation ou par une assimilation vocalique:

I.

Dissimilation: Taresa L 31, osuras LXI 5, veluntad LXXXII 23.

2. Assimilation: auinideros XXV 3, ffelegresa XLII 27, Sauastian LXIV 2, defenetiua LXIX 34, Bortholote LXXVI 74, sobrodichos LXXXI 29, 45, 47, Sauastianes LXXXVI 2, 3, Bortolame LXXXIX 30, 43, 46 etc., Vallasquez CI 117.

2

Espital, XLV 20, dépend d'une confusion de l'ospital avec lo spital. Quant à yglesa LXXVIII 10, 13 etc., l'i initial, qui est castillan, dépend probablement d'une dissimilation, puisque dans les formes léonaises où la voyelle tonique est i, l'initale

reste e.

Concele LXXXI 47, Remonde LXXXVIII 29 et camarere XLV 32 paraissent être des formes étrangères.

Meyrino XCI 25, XCV 31 et C 46, enfermeyria XCVII 6 montrent que l'a initial + y est traité dans la région occidentale de la même façon que l'a tonique.3

1 Cf. Menéndez Pidal, Gram. § 128, 4.

2 Voir p. 201.

3 Cf. p. 187.

« IndietroContinua »