Les grands guignols, Volume 2

Copertina anteriore
Michel Lévy Prères, 1872 - 676 pagine
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 72 - ... l'homme est, en ce monde, ainsi que l'oiseau sur la branche; la branche est attachée à l'arbre; qui s'attache à l'arbre, suit de bons préceptes; les bons préceptes valent mieux que les belles paroles...
Pagina 63 - JEANNETTE // lui répondit : II ya cent trente ans que je suis voyageur, et ce petit nombre d'années, qui n'est pas venu jusqu'à égaler celui des années de mes pères, a été traversé de beaucoup de maux.
Pagina 176 - Je vous rends, madame, lui dit-il, un triste service; mais j'espère vous en rendre bientôt de plus grands et de plus heureux.
Pagina 95 - De toutes les troupes de l'Europe, les allemandes sont celles qui ont les meilleurs instruments militaires : aussi leurs marches et fanfares fontelles un effet admirable. C'est une chose à remarquer que dans tout le royaume de France il n'ya pas un seul trompette qui sonne juste, et la nation la plus guerrière de l'Europe a les instruments militaires les plus discordants ; ce qui n'est pas sans inconvénient.
Pagina 176 - Il la conduisit au château de Saint-Germain, où elle trouva le même service qu'aurait eu la reine de France; tout ce qui sert à la commodité et au luxe, des présents de toute espèce, en argent, en or, en vaisselle, enbijoux, en étoffes.
Pagina 54 - ... leur dit : C'est pour mon malheur que vous lui avez appris que vous aviez encore un autre frère. Mais ils lui répondirent : II nous demanda par ordre toute la suite de notre famille : Si notre père vivait; si nous avions un frère : et nous lui répondîmes conformément à ce qu'il nous avait demandé. Pouvions-nous deviner qu'il nous dirait : Amenez avec vous votre frère?
Pagina 57 - II leur parla avec douceur, et leur dit : Approchez-vous de moi; et s'étant approchés de lui, il ajouta : Je suis Joseph votre frère, que vous avez vendu pour l'Egypte.
Pagina 57 - Que ce soit donc plutôt moi qui sois votre esclave, puisque je me suis rendu caution de cet enfant, et que j'en ai répondu à mon père, en lui disant : Si je ne le ramène, je veux bien que mon père m'impute cette faute, et qu'il ne me la pardonne jamais.
Pagina 55 - Mon seigneur, nous avons un père qui est vieux et un jeune frère qu'il a eu dans sa vieillesse, dont le frère qui était né de la même mère est mort ; il ne reste plus que celui-là, et son père l'aime tendrement. Vous dîtes alors à vos serviteurs : Amenez-le-moi, je serai bien aise de le voir.
Pagina 50 - Ne le tuez point, et ne répandez point son sang; mais jetez-le dans cette citerne qui est dans le désert, et conservez vos mains pures.

Informazioni bibliografiche