Examen impartial et paisible des objections proposées à l'auteur des Éclaircissemens, &c ...

Copertina anteriore
Chez tous les libraires françois, 1802 - 527 pagine
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 289 - Français. Sa Sainteté reconnaît également que cette même Religion a retiré et attend encore en ce moment, le plus grand bien et le plus grand éclat de l'établissement du Culte Catholique en France, et de la profession particulière qu'en font les Consuls de la République.
Pagina 458 - François toujours l'excès du sentiment Augmente le bonheur, rend le malheur plus grand ; Peu faits aux longs revers, las de voir leur courage Servir à leur défaite et bâter leur naufrage, Dans un dépit amer, hélas! ils ont pensé Que le siefclfe est déchu, que leur règne est passé; Mais qu'il s'élève enfin dans cette erreur commune...
Pagina 427 - Malheur aux nations qui , cédant à l'orage , Laissent par les revers avilir leur courage ; N'osent braver le sort qui vient les opprimer, Et , pour dernier affront , cessent de s'estimer...
Pagina 107 - le droit de décider les questions de doctrine sur la foi, ou sur la règle des « mœurs, de faire des canons ou des règles de discipline pour la conduite des « ministres de l'Église et des fidèles dans l'ordre de la religion, d'établir ses « ministres ou de les destituer conformément aux mêmes règles, et de se faire « obéir en imposant aux fidèles, suivant l'ordre canonique...
Pagina cxxviii - They have set up kings, but not by me : they have made princes, and I knew it not : of their silver and their gold have they made them idols, that they may be cut off.
Pagina 363 - Dieu, si l'on peut se servir de cette expression, ceux par qui il doit étre gouverné. Ainsi, dans les monarchies électives, sur les suffrages de la nation ou de ceux qui la représentent. Dieu accorde son institution, si l'on peut parler ainsi, ou donne l'investiture de la couronne à celui qui est élu dans les formes prescrites par les lois d'une monarchie élective. Ainsi, dans les royaumes héréditaires, Dieu fait, sur le choix de la famille à laquelle le sceptre est attaché, ce qu'il fait...
Pagina 454 - Dieu m'a appelé à cette couronne, j'ai trouvé la France non seulement quasi ruinée, mais presque toute perdue pour les Français. Par la grâce divine, par les prières et bons conseils de mes serviteurs qui ne font profession des armes, par l'épée de ma brave et généreuse noblesse, de laquelle je ne distingue...
Pagina 455 - quasi ruinée, mais presque toute perdue pour les François. Par c la grâce divine, par les prières et par les bons conseils de mes « 'serviteurs qui ne font profession des armes ; par l'épée de ma * brave et généreuse noblesse , de laquelle je ne distingue...
Pagina 269 - ... l'État puisse diriger des institutions si importantes vers la plus grande utilité publique, et pour que les ministres ne puissent corrompre la doctrine confiée à leur enseignement, ou secouer arbitrairement le joug de la discipline, au grand préjudice des particuliers et de l'Étal.
Pagina 346 - ... souvent répété, que le catholicisme est la religion des monarchies, et qu'il ne saurait convenir aux républiques. Ce mot est fondé sur l'observation faite par l'auteur de l'Esprit...

Informazioni bibliografiche