Le droit des gens dans les rapports de Rome avec les peuples de l'antiquité

Copertina anteriore
L. Larose & Forcel, 1891 - 53 pagine

Dall'interno del libro

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 34 - Audi, Jupiter, et tu Juno, Quirine, Diique omnes cœlestes, vosque terrestres, vosque inferni audite. Ego vos testor, populum illum' (quicunque est, nominat) 'injustum esse, neque jus persolvere. Sed de istis rebus in patria majores natu consulemus, quo pacto jus nostrum adipiscamur.
Pagina 14 - II y aura paix entre les Romains et les Latins tant que le ciel sera au-dessus de la terre et la terre sous le soleil. Ils ne s'armeront pas l'un contre l'autre ; ils ne donneront pas...
Pagina 50 - ... mariage et l'autorité paternelle, a fixé les rangs de la parenté, a consacré le droit de propriété et le droit d'héritage. Cette même religion, après avoir élargi et étendu la famille , a formé une association plus grande, la cité, et a régné en elle comme dans la famille.
Pagina 51 - Romains appelèrent leur loi féciale du nom de droit des gens,jus gentium, \\ ne faut pas croire que ce fût un droit positif, établi par le consentement mutuel ou même par l'usage général des nations; ce n'était pour eux, à proprement parler, qu'une loi civile. On l'appela droit des gens, parce que son but était de diriger la conduite des Romains envers d'autres nations dans les relations de la guerre, et non pas...
Pagina 22 - luppiter; audi, pater patrate populi Albani; audi tu, populus Albanus. Ut illa palam prima postrema ex illis tabulis cerave recitata sunt sine dolo malo, utique ea hic hodie rectissime intellecta sunt, illis legibus populus Romanus prior non deficiet. Si prior defexit publico consilio dolo malo, tum tu ille Diespiter populum Romanum sic ferito ut ego hunc porcum hic hodie feriam; tantoque magis ferito quanto magis potes pollesque».
Pagina 19 - Aelius, cum inter populum et Reges nationesque et civitates peregrinas lex convenit, quomodo per reciperatores reddantur res reciperenturque, resque privatas inter se persequantur.
Pagina 36 - Latinis iussit esse senatusque populi Romani Quiritium censuit, consensit, conscivit, ut bellum cum Priscis Latinis fieret, ob eam rem ego populusque Romanus populis Priscorum Latinorum hominibusque Priscis Latinis bellum indico facioque.
Pagina 35 - Quarum rerum, litium, causarum condixit3 pater patratus populi Romani Quiritium patri patrato Priscorum Latinorum hominibusque Priscis Latinis, quas res dari, fieri, solvi oportuit, quas res nee dederunt nee fecerunt nee solverunt, die,' inquit ei, quem primum sententiam rogabat, ' quid censes ? ' Tum ille4 ' puro pioque duello quaerendas censeo, itaque consentio consciscoque.
Pagina 49 - Mais on ne voit pas que dans les premiers temps de Rome une guerre injuste ait été abandonnée sur l'avis des féciaux(').
Pagina 50 - ... n'était point d'acte de la vie qui n'exigeât une prière ou une offrande, un sacrifice ou une purification, selon les rites prescrits par les ministres des autels. Cette piété, faite de crainte, était d'autant plus attentive à ne point négliger les signes estimés favorables ou contraires; de sorte que tout tenait à la religion : la vie privée, du berceau à la tombe; la vie publique, du comice au champ de bataille, même les plaisirs et les affaires...

Informazioni bibliografiche