Immagini della pagina
PDF

tant plus qu'il me sembla que, sans altérer aucune des circonstances tant soit peu considérables de l'Ecriture sainte , ce qui serait, à mon avis, une espèce de sacrile'ge, je pourrais remplir toute mon action avec les seules scènes que Dieu lui-même pour ainsi dire a préparées.

J'entrepris donc la chose, et je m'aperçus qu'en travaillant sur le plan qu'on m'avait donné, j'exécutais en quelque sorte un dessein qui m'avait souvent passé dans l'esprit , qui était de lier comme dans les anciennes tragédies grecques, le chœur et le chant avec l'action, et d'employer à chanter les louanges du vrai Dien, cette partie du chœur que les païens employaient à chanter les louanges de leurs fausses divinités.

A dire vrai, ]e ne pensais guère que la chose dût être aussi publique qu'elle l'a été. Mais les grandes vérités de l'Ecriture , et la manière sublime dont elles y sont énoncées, pour peu qu'on les présente, même imparfaitement , aux yeux des hommes, sont si propres à les frapper, et d'ailleurs ces jeunes demoiselles ont déclamé et chanté cet ouvrage avec tant de grâce, tant de modestie et tant de piété, qu'il n'a pas été possible qu'il demeurât renfermé dans Je secret de leur maison: de sorte qu'un divertissement d'enfansest devenu le sujet de-l'empressement de toute la cour; le Roi lui-même, qui en avait été touché, n'ayant pu refuser à tout ce qu'il y a de plus grands seigneurs de les y mener , et ayant eu la satisfaction de voir, par le plaisir qu'ils y ont pris, qu'on se peut aussi bien divertir aux choses de piété qu'à tous les spectacles profanes.

Au reste, quoique j'aie évité soigneusement de mêler le profane avec le sacré, j'ai cru néanmoins que je pouvais emprunter deux ou trois traits d'Hérodote, pour mieux peindre Assuérus; car j'ai suivi le sentiment de plusieurs savans interprètes de l'Ecriture, qui tiennent que ce roi est le même que le fameux Darius, fils d'Hystaspe, dont parle cet historien. En effet, ils en rapportent quantité de preuves, dont quelques-unes me paraissent des démonstrations. Mais je n'ai pas jugé à propos de croire ce même Hérodote sur sa parole , lorsqu'il dit que les Perses n'élevaient ni temples, ni autels, ni statues à leurs dieux, et qu'ils ne se servaient point de libations dans leur* sacrifices. Son témoignage est expressément détruit par l'Ecriture , aussi bien que par Xénophon , beaucoup mieux instruit que lui des mœurs et des affaires de la Perse , et enfin par Quinte-Curce.

Oh peutdire que l'unitédulieu est observée dans cette pièce, en ce que toute l'action se passe dans le palais d'Assuérus. Cependant, comme on voulait rendre ce divertissement plus agréable à des enfans, en jetant quelquo variété dans les décorations, cela a été cause que je n'ai pas gardé cette unité avec la mênw rigueur que pain fait autrefois dans mes tra»gédies.

Je crois qu'il est bon d'avertir ici que, bien qu'il y ait dans Esther des personnages d'hommes, ces personnages n'ont pas laissé d'être représentés par des filles avec toute la bienséance de leur sexe: la chose. leur- a été d'aue tant plus aisée,. qu'anciennement les habit» des Persans et des Juifs étaient de longues robes qui tombaient jusqu'à terre.

Je ne puisrae résoudre à-finir cette préface sans rendre à celui qui a fait la musique k> justice qui lui est due, et sans confesser franchement'que ses chants ont fait un dès plu» grands agrémens de la pièce. Tous les connaisseurs demeurent d'acord qjie depuis long—

a

loi PRÉFACE DE L'AUTEUR. temps on n'a point entendu d'airs plus touchans ni plus convenables aux paroles.

Quelques personnes ont trouvé la musique du dernier chœur un peu longue, quoique très-belle; mais qu'aurait-on dit de ces jeunes Israélites qui avaient tant fait de vœux à Dieu pour être délivrées de l'horrible péril où elles étaient, si, ce péril étant passé, elles lui en avaient rendu de médiocres actions de grâces? Elles auraient directement péché contre la louable coutume de leur nation , où l'on ne recevait de Dieu aucun bienfait signalé qu'on ne l'en remerciât sur-le-champ par de fort longs cantiques; témoins ceux de Marie, sœur de Moïse; de Débora et de Judith, et tant d'autres dont l'Ecriture est pleine. On dit même que les Juifs, encore aujourd'hui, célèbrent, par de grandes actions de grâces, le jour où leurs ancêtres furent délivrés par Esther de la cruauté d'Aman

« IndietroContinua »