Immagini della pagina
PDF

Qu'ils soient comme la poudre et la paille légère Que le vent chasse devant lui.

TOUT LE CHOEUR.

Tu vois nos pressans dangers:
Donne a ton nom la victoire.
Ne souffre point que ta gloire
Passe à des dieux étrangers.

FIN DU PHEMIEB. ACTE.

[ocr errors]

SCÈNE PREMIÈRE.

AMAN,HlfDASPE.

HAM A N.
É quoi ! lorsque le jour ne commence qu'a luire
Dans ce lieu redoutable oses-tu m'intfoduire?

HT D ASPE.
Vous savez qu'on s'en peut reposer sur ma foi;
Que ces portes , Seigneur, n'obéissent qu'a moi.
Venez. Partout ailleurs on pourrait nous entendre.

AMAN.

Quel est donc le secret que tu me veux apprendre?

H T D A s P E.
Seigneur , de vos bienfaits mille fois honoré ,
Je me souviens toujours que je vous ai juré
D'exposer a vos yeux, par des avis sincères,
Tout ce que ce palais renferme de mystères.
Le Roi d'un noir chagrin paraît enveloppé:

Quelque songe effrayant cette nuit l'a frappé.

Pendant que tout gardait un silence paisible ,

Sa voix s'est fait entendre avec un cri terrible.

J'ai couru. Le désordre était dans ses discours;

Il s'est plaint d'un péril qui menaçait ses jours;

Il parlait d'ennemi, de ravisseur farouche;

Même le nom d'Esther est sorti de sa bouche.

Il a dans ces horreurs passé toute la nuit.
Enfin, las d'appeler un sommeil qui le fuit , .
Pour écarter de lui ces images funèbres ,
Il s'est fait apporter ces annales célèbres ,
Où les faits de son règne , avec soin amassés .
Par de fidèles mains chaque jour sont tracés.
On y conserve écrits le service et l'offense,
Momimens éternels d'amour et de vengeance.
Le Roi, que j'ai laissé plus calme dans son lit ,
D'une oreille attentive écoute ce récit.

1M AN.

De quel temps de sa vie a-t-il choisi l'histoire?

HT D A S P E. Il revoit tons ces temps si remplis de sa gloire, Depuis le fameux jour qu'au trône de Cyrus Le choix du sort plaça l'heureux Assuérus.

AMAN.

Ce songe ; Hydaspe, est donc sorti de son idée?

H T DAS P E.

Entre tous les devins fameux dans la Chaldçe ,

Il a fait assembler ceux qui savent le mieux
Lire en un songe obscur les volontés des cieux...
Mais quel trouble, vous-même, aujourd'hui vous agite?
Votre âme , en m'écoutant, paraît toute interdite.
L'heureux Aman a-t-U quelques secrets ennuis?
AMAN.

Peux-tu le demander, dans la place où je suis;

Haï , craint, envié , souvent plus misérable

Que tous les malheureux que mon pouvoir accable.

HÏDASPE.

Hé ! qui jamais du ciel eut des regards plus doux?
Vous voyez l'univers prosterné devant vous.

A M A N.

L'univers ! Tous les jours un homme... un vil esclave D'un front audacieux me dédaigne et me brave. HTDASFE•

Quel est cet ennemi de l'Etat et du Roi?

AMAPT.

Le nom de Mardochée est-il connu de toi?

HTDASPE.

Qui} Ce chef d'une race abominable, impie?

A M A K.

Oui, lui-même.

HTDASPE.

Hé, Seigneur, d'une si belle vie Ûn si faible ennemi peut-il troubler la paix?

A M AN.

L'insolent devant moi ne se courba jamais.

En vain de la faveur du plus grand des monarques

Tout révère à genoux les glorieuses marques;

Lorsque d'un saint respect tous les Persans touchés,

1S 'osent lever leurs fronts a la terre attachés ,

Lui, fièrement assis, et la tête immobile,

Traite tous ces honneurs d'impiété servile,

Présente à mes regards un front séditieux,

Et ne daignerait pas au moins baisser les yeux.

Du palais cependant il assiége la porte;

A quelqu'heure que j'entre, Hydaspe, ou que je sorte,

Son visage odieux m'afflige et me poursuit,

Et mon esprit troublé le voit encor la nuit.

Ce matin j'ai voulu devancer la lumière;

Je l'ai trouvé couvert d'une affreuse poussière,

Revêtu de lambeaux, tout pâle ; mais son œil

Conservait sous la cendre encor le même orgueil.

D'où lui vient , cher ami, cette impudente audace?

Toi qui dans ce palais vois tout ce qui se passe ,

Crois-tu que quelque voix ose parler pour lui?

Sur quel roseau fragile a-t-il mis son appui?

HTD ASPE.

Seigneur, vous le savez, son avis salutaire
Découvrit de Tharès le complot sanguinaire.
Le Roi promit alors de le récompenser;
Le Roi, depuis ce temps, paraît n'y plus penser.

« IndietroContinua »