Immagini della pagina
PDF

AB KE R.

Ce roi, fils de David, où le chercherons-nous?

Le ciel même peut-il réparer les ruines

De cet arbre séché jusque dans ses racines?

Atnalie étouffa l'enfant même au berceau.

Les morts , après huit ans , sortent-ils du tombeau?

Ah ! si dans sa fureur elle s'était trompée.

Si du sang de nos rois quelque goutte échappée...
J o A D.

Hé bien ! que feriez-vous?

A B N E R.

O jour heureux pour moi! De quelle ardeur j'irais reconnaître mon roi! Doutez-vous qu'a ses pieds nos tribus empressées... Mais pourquoi me flatter de ces vaines pensées? Déplorable héritier de ces rois triomphans , Okosias restait seul avec ses enfans. Par les traits d« Jéhu je vis percer le père; Vous avez vu les fils massacrés par la mère.

J o A D.

Je ne m'explique point. Mais quand l'astre du jour
Aura sur l'horizon fait le tiers de son tour,
Lorsque la troisième heure aux prières rappelle,
Ketrouvez-vous au temple avec ce même zèle.
Dieu pourra vous montrer, par d'importans bienfaits.
Que sa parole est stable, et ne trompe jamais.
Allez : pour ce grand jour il faut que je m'apprête,

Et du temple déja l'aube blanchit le faîte.

A B N E R.

Quel sera ce bienfait que je ne comprends pas!
L'illustre Josabeth porte vers vous ses pas.
Je sors, et vais me joindre a la troupe .fidèle
Qu'attire de ce jour la pompe solennelle.

SCÈNE IL

JOSABETH, JOAD.

JOID.

Les temps sont accomplis , Princesse, il f a ut parler

Et votre heureux larcin ne se peut plus celer.

Des ennemis de Dieu la coupable insolence,

Abusant contre lui de ce profond silence,

Accuse trop long-temps ses promesses d'erreur.

Que dis-je ? le succès animant leur fureur,

Jusque sur notre autel votre injuste marâtre

Veut ofl'rir à Baal un encens idolâtre.

Montrons ce jeune Roi que vos mains ont sauvé ,

Sous l'aile du Seigneur dans le temple élevé.

De nos princes hébreux il aura le courage ,

Et déja son esprit a devancé son âge.

Avant que son destin s'explique par ma voix ,

Je vais l'offrir au Dieu par qui régnent les rois.

Aussitôt assemblant nos lévites, nos prêtres ,
Je leur déclarerai l'héritier de leurs maîtres.

JOSABETH.
Sait-il déja son nom et son noble destin?

J o A D.

Il ne répond encor qu'au nom d'Eliacin ,

Et se croit quelque enfant rejeté par sa mère,

A qui j'ai par pitié daigné servir de père.

JOSABETH.
Hélas! de quel péril je l'avais su tirer!
Dans quel péril encore est-il près de rentrer!
J o A D.

Quoi ! déja votre foi s'affaiblit et s'étonne?

J o s A' B E T H. A vos sages conseils, Seigneur, je m'abandonne. Du jour que j'arrachai cet enfant a la mort, Je remis eu vos mains tout le soin de son sort. Même de mon amour craignant la violence, Autant que je le puis j'évite sa présence, De peur qu'en le voyant, quelque trouble indiscret Ne fasse avec mes pleurs échapper mon secret. Sur-tout j'ai cru devoir aux larmes, aux prières, Consacrer ces trois jours et ces trois nuits entières. Cependant aujourd'hui puis-je vous demander Quels amis vous avex prêts a vous seconder? Âbner,le brave Abner viendra-t-il nous défendre? A-t-il près de son Roi fait serment de se rendre?

J O AD.

Abner , quoiqu'on se pût assurer sur sa foi,
Ne sait pas même encor si nous avons un Roi.

JOSABETH.

Mais a qui de Joas confiez-vous la garde?
Est-ce Obed ? est-ce Amnon que cet honneur regarde?
De mon père sur eux les bienfaits répandus...
J o A D.

A l'injuste Athalie ils se sont tous vendus.

JOSABETH.

Qui donc opposez-vous contre ses satellites?

J o A D.

Ne vous l'ai-je pas dit ? Nos prêtres, nos lévites.

JOSABET H. Je sais que . près de vous en secret assemblé , Par vos soins prévoyant leur nombre est redoublé; Que pleins d'amour pour vous, d'horreur pour Athalie, Un serment solennel par avance les lie A ce fils de David qu'on leur doit révéler. Mais quelque noble ardeur dont ils puissent brûler , Peuvent-ils de leur Roi venger seuls la querelle? Pour un si grand ouvrage est-ce assez de leur zèle? Doutez-vous qu'Athalie, au premier bruit semé Qu'un fils d'Okosias est ici renfermé, De ses fiers cLi angers assemblant les cohortes, N'environne le temple, et n'en brise les portes? Suffiru-t-il contre eux de vos ministres saints ,

Qui , levant au Seigneur leurs innocentes mains,
Ne savent que gémir et prier pour nos crimes,
Et n'ont jamais versé que le sang des victimes?
Peut-être dans leurs bras Joas percé de coups...
J O A D.

Et comptez-vous pour rien Dieu qui combat pour nous?

Dieu qui de l'orphelin protége l'innocence,

Et fait dans la faiblesse éclater sa puissance;

Dieu qui hait les tyrans, et qui dans Jezraël,

Jura d'exterminer Achab et Jézabel;

Dieu qui, frappant Joram , le mari de leur fille ,

A jusque sur son fils poursuivi leur famille;

Dieu, dont le bras vengeur pour un temps suspendu ,

Sur cette race impie est toujours étendu.

JOSABETH.
Et c'est sur-tout ces rois , sa justice sévère
Que je crains pour le fils de mon malheureux frère.
Qui sait si cet enfant, par leur crime entraîné ,
Avec eux en naissant ne fut pas condamné?
Si Dieu , le séparant d'une odieuse race ,
En faveur de David voudra lui faire grâce?

Hélas ! l'état horrible où le ciel me l'offrit,
Revient a tout moment effrayer mon esprit.
De princes égorgés la chambre était remplie;
Un poignard à la main, l'implacable Athalie
Au carnage animait ses barbares soldats,
Et poursuivait le cours de ses assassinats.

« IndietroContinua »