Immagini della pagina
PDF
ePub

Les caractères principaux du groupe III sont les suivants : a + y>ey (S 8), au > ou (S 20), l'e final persiste après d (S 22), lj, d, gl>l(l) (S 32), ct > yt (S 33), It > yt (S 35), ego > you ou eu (s 51), meum, suum > meu sou (S 55), nostrum, vostrum > nosso, uosso (S 56), l'infinitif personnel (dont nous avons constaté un exemple déjà dans le doc. LX du groupe I) est d'un usage fréquent (S 63), -avit > ou (S 64). La diphtongaison de e n'ayant pas lieu, il est évident que les formes verbales en -ieron, etc. se terminent ici en -eron, etc., et, la 3° p. du parfait étant -éo, -íu, les formes en joron ne peuvent pas non plus exister ici.

Quant aux autres caractères, connus des groupes précédents ou constituant des traits galiciens, mais ne figurant que d'une façon sporadique dans nos documents, nous renvoyons au tableau précédent, ainsi qu'aux paragraphes respectifs des chapitres I et II.

Comparaison entre certaines formes du castillan, du léonais

et du portugais.

82. Comme nous avons eu l'occasion de le dire déjà plus d'une fois, le léonais est un dialecte intermédiaire entre le castillan et le portugais. Il représente une étape de l'évolution linguistique antérieure à celle du castillan de la même époque et fort rapprochée de celle du portugais. Si l'on considère que, pendant l'époque qui nous intéresse, le castillan pénétrait depuis longtemps dans le domaine léonais, on pourra s'attendre à voir se refléter dans les productions littéraires de la région une certaine confusion, se traduisant par un mélange de formes anciennes et nouvelles. Il s'ensuit aussi que l'influence du dialecte nouveau sur celui qu'on parlait jusque là devait donner naissance à des formes dues à un croisement entre les deux dialectes, la nouvelle forme ne remplaçant pas toujours l'ancienne, mais la transformant à sa ressemblance. On doit aussi trouver représentées dans un dialecte de cette nature certaines étapes de l'évolution phonétique intermédiaires entre l'espagnol et le portugais, étapes qui prouvent que le léonais se développait dans le même sens que le castillan, mais plus lentement. Et on trouvera enfin un grand nombre de formes identiques à celles du portugais, mais qui n'ont pas encore eu à subir la concurrence sérieuse des formes castillanes. Tandis que le mélange de formes que nous avons nommé en premier lieu doit apparaître surtout dans la région qui est la plus exposée à l'influence castillane, c'est dans la région opposée qu'on doit trouver le plus grand nombre de formes anciennes.

Quant au mélange de formes, nous n'avons guère besoin d'en donner d'exemples, surtout comme nous avons plusieurs fois attiré l'attention sur l'usage différent qui règne non seulement dans des chartes différentes du même endroit, mais aussi très souvent dans la même charte. Rappelons seulement le mélange de formes non diphtonguées et de formes diphtonguées qu'on trouve si souvent dans le groupe I, et encore plus dans le groupe II. La diphtongaison était cependant celui des traits castillans qui, le plus tôt avait envahi le Léon, soutenue peut-être par une tendance du dialecte même à ce développement (SS 10, 16).

Bien que les formes qui montrent que nous avons affaire, dans le léonais, à un dialecte de transition, se trouvent citées dans ce qui précède, nous croyons utile de terminer notre étude par le tableau des plus importantes de ces formes.

a. Formes résultant d'un croisement: Port. feito

Léon. feycho' Cast. fecho SS 8, 33 sien

sin S 61 yru

yo S 51 b. Formes témoignant de l'étape d'évolution phonétique intermédiaire entre le castillan et le portugais où était arrivé le léonais au XIIIe siècle: Port. 0 Léon. uo

Cast. ue SS 16, 17
th

j, g S 32
homem
omre (omne)

hombre S 40 c. Formes léonaises identiques aux formes correspondantes du portugais: Port. couto Léon. couto

Cast. coto (S 20)
bispo
bispo

obispo (24)
herdade
her(e)dade

heredad (22) · Les formes léonaises de ce tableau se rapportent indifféremment aux trois groupes.

sem

eu

y, II, lj

[blocks in formation]

Cast. mayor (S 30)

dejar (S 34) muchos (S 35) amos (S 37) lleno (S 38) jusgar (S 39) fin (S 41) el (S 49) en el (S 47) con el (S 47) por el (S 47) mi(o) (S 55) so (S 55) mi (S 55) nuestro (S 56) dos (S 59) amaremos (S 63) -ieron (S 66).

meu

sou

NOSSO

NOSSO

duas amarmos -irão

duas amarmos -iron

[ocr errors]

1

>>

58

[ocr errors]

es

[ocr errors]

» 25

[ocr errors]

>

>

> 35

[ocr errors]

>

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

>

Corrections.
Page 12 1. 27 lire dErdemestaio
21

ombres
34 > 48 postérieurement
35

» 16 ombre
43 » 29

las mias casas
> 35
66

3 Juan
68

audierunt 80 >> 40

Juam
82

Yuanes
86 > 13 generatjom

> 21 Leom
26

cagom
89 après le doc. LIX supprimer la phrase: Vu l'omission, etc.
91 1. 76 lire toda

» 81 morauedis
99 > 41

quelos 102 >60 ombres

» 30 30 118

7

2 162

I

IN dei
200 » 20 supprimer XLIII ye 35

>> 22 ajouter XLIII ye 35
208

XCVI 6, 9 209

5 ► aprèsl. 7 outero XCI 6, oudiren XCVI, i » 214

► 29 lire final » 232 après 1. 27 ajouter XLVII i = ğ Cf. ayades ii, mayor 20. » 233

1. 18 supprimer XLVII, etc.

1. 23 lire forme de quebrantar sans métathèse 3 256

la voyelle » 281

circonstances 298

> 14 pénètrent » 318 9 propriétaire

s Toro (au lieu de Potes).

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

La nasale étant devant une consonne labiale indifféremment représentée par m ou par n (sempre ou senpre), on peut hésiter sur la façon de transcrire dans ce cas l'abréviation. "Nous l'avons transcrite par m, si tous les exemples de la charte ne témoignent pas en faveur de n. Quelques inconséquences se sont pourtant glissées dans nos textes. Bien qu'elles n'aient aucune importance, ni pour la valeur des textes (puisque la résolution est imprimée en italiques) ni pour l'étude grammaticale, nous ferons observer ici qu'il vaudrait mieux lire doc. VII 13 nouembre, VIII 6, 7, 8 com, XV 33 cumplamos, 36 compra, XXIV 9 pornombrado, XXVI 35, remembrancia, XXXIX 8 companeros, XLI 26 compra, 57 nombrados, 62 alumbrar, 74 ambas, LXVIII 42 tienpo, 46 enbie, 54 nonbre 58 conplida, LXXII 10 canbjar, 17 alunbrar, conplida, 30 conplir, 61 conplido, 62 setenbrio, 70 tienpo, 93 dezienbre, LXXIX 1 et 22 senpre, 21 tienpo, LXXXVII 14 tienpo, LXXXVIII 8 conpradores, XCIV 10 palonbares, C 31 conprala, 41 conplidamente.

Table des matières.

I

I22

.

.

Page
Préface
Chartes de Sahagun .
Formes détachées de quelques doc. qui ne sont pas reproduits dans la

collection précédente
Quelques chartes provenant de différents monastères léonais

123
San Pedro de Eslonza

125
Santa Maria de Otero de las Dueñas

140
Santa Maria de Sandoval en Mansilla

143
San Esteban de Nogales

148
San Andrés de Espinareda

153
Étude grammaticale.

171
Introduction

173

1. (p. 173) Bibliographie. 2. (p. 176) Matériaux. 3. (p. 179) Mode de

reproduction. 4. (p. 180) Division des documents. 5. (p. 181) Tableau
géographique des documents. 6. (p. 184) Plan de l'étude.
Chapitre I. Phonétique. A. Voyelles toniques .

186
a 7. (p. 186) fratrem. 8. (p. 186) a +y.

186
e fermé 9. (p. 188) vntre, vega, Domenguez

188

e ouvert 10. (p. 189) Tableau statistique des formes diphtonguées et

non diphtonguées. Observations. 11. (p. 193) Formes avec ia.

12. ye < et et yes, etc. < est, etc. 13. (p. 201) ¢+y.

14. (p.201) firmedomne

o fermé. 15. (p. 202) dubitare, etc.

16. (p. 202). Tableau statistique des formes diphtonguées

et non diphtonguées. Observations. 17. (p. 205) Formes avec uo

18. (p. 206) como, mobilis 19. (p. 206) o+y

20. (p. 208) Tableau des formes. Observations. Cueto .

208

B. Voyelles atones

21. (p. 210) Chute ou maintien de l'e final. 22. (p. 212) Persistance

de l'e dans quelques infinitifs et dans des substantifs en -ade. 23.

(p. 213) Rétablissement de l'e final perdu. 24. (p. 214) Chute ou

maintien des voyelles posttonique, protonique et initiale. 25. (p. 214)

Passage d'e final à i. 26. (p. 215) Passage d'o final à u. 27.

(p. 216) Passage d'a final d e. 28. (p. 217). Changements divers

des voyelles atones. Dissimilations. Assimilations. 29. (p. 218)

Voyelles acones en hiatus: medietatem, sigillum, reginam.

201

202

O ouvert.

et ua.

« IndietroContinua »