Fragments des poemes géographiques de Scymnus de Chio et du faux Dicéarque, restitués principalement d'après un manuscrit de la Bibliothèque royale: précédés d'observations littéraires et critiques sur ces fragments; sur Scylax, Marcien d'Héraclée, Isidore de Charax, le stadiasme de la Méditerranée; pour servir de suite et de supplément à toutos les éditions des petits géographes grecs

Copertina anteriore
Gide, 1840 - 455 pagine
0 Recensioni
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 5 - Périple de Marcien d'Héraclée, Epitome d'Artémidore d'Ephèse, Isidore de Charax, etc., ou Supplément aux dernières éditions des petits géographes , d'après un manuscrit grec de la Bibliothèque royale, par E. Miller. Paris,
Pagina 7 - de relations, outre celles qui étaient connues anciennement, et qu'il a étudié avec soin presque toutes les relations antérieures, soumettant aux corrections nécessaires les faits que ces auteurs, et lui-même en premier lieu , avaient, à tort, admis comme certains. C'est ce dont on peut juger par les nombreuses éditions de sa Correction de la Table géographique.
Pagina 455 - a pour objet d'imiter le tracé de toute la partie de la terre connue, avec les choses principales qui s'y trouvent. Elle diffère de la chorographie , en ce que celle-ci, détachant de l'ensemble les cantons peu considérables, les figure séparément, en comprenant (sur la carte qui les représente) les plus petits détails qu'ils peuvent renfermer, tels que ports, villages,
Pagina 455 - des grands fleuves et autres objets de ce genre; tandis que le propre de la géographie est de nous montrer quelles sont la nature et la position des diverses parties de la terre connue qui forme un seul continent, contigu dans toutes
Pagina 1 - Ceux-ci (c'est-à-dire, les renseignemens astronomiques) n'ayant besoin d'aucun secours étranger, et étant d'une grande précision, les autres, au contraire, étant plus vagues et ne pouvant se passer du secours des premiers. » Ptolémée explique ensuite ce qu'il vient de dire, en montrant que l'évaluation des distances sur le terrain exige la
Pagina viii - très-exercé à la lecture des anciens manuscrits, ME Miller, avec un zèle que tu ne peux trop louer, s'est mis à étudier notre manuscrit; il en a relevé diligemment les variantes; et, pour montrer par un exemple le service qu'on en pourra plus tard tirer, il en a fait l'application au texte de
Pagina 1 - que sur mer. Il faut donc, à l'égard des routes terrestres, évaluer l'excès qui résulte de la nature et de la quantité qui représente la ligne directe. » Le membre qui suit est difficile : «Dans la navigation, traduit l'abbé Halma, l'inconstance des vents et les variations de leur force ne permettent pas de
Pagina 4 - Dans le chapitre suivant, le même sujet se continue. Ptolémée y montre comment on peut convertir, dans un arc de grand cercle, une distance mesurée en stades, quand même elle ne serait pas dans le sens du méridien. Dans le passage où l'auteur parle de la mesure de l'arc céleste, il dit
Pagina 3 - il s'ensuit que l'on peut bien connaître d'après les mesures du terrain, combien de stades en ligne droite, contiennent les distances terrestres; mais que, quant au rapport de ces distances avec la circonférence entière , on ne peut nullement l'obtenir par ces mêmes mesures, à cause de l'impossibilité de projeter cette ligne mesurée
Pagina 1 - stades. Voici la traduction exacte de ce passage : «Ensuite, cette connaissance même (c'est-à-dire, des azimuths) acquise, la mesure des stades ne fournit pas sûrement celle de la vraie distance , parce que rarement elle a lieu sur des routes en droite ligne, à cause des nombreux détours que l'on fait tant sur

Informazioni bibliografiche