Immagini della pagina
PDF
ePub

M. FABII QUINTILIANI

ORA TORIÆ INSTITUTIONIS

LIBER XII.

CAPUT III.

Necessariam juris civilis oratori esse scientiam.

pæne non dissi

Juris quoque civilis necessaria huic viro scientia est, et morum ac religionum ejus reipublicæ, quam capesset : nam qualis esse suasor in consiliis publicis privatisve poterit , tot rerum , quibus præcipue civitas continetur, ignarus ? Quo autem modo patronum se causarum non falso dixerit , qui, quod est in causis potentissimum, sit ab altero petiturus? milis iis , qui poetarum scripta pronunciant. Nam quodammodo mandata perferet, et ea , quæ sibi a judice credi postulaturus est, aliena fide dicet ; et ipse litigantium auxiliator egebit auxilio. Quod ut fieri nonnunquam minore incommodo pos

domi præcepta et composita, et sicut cetera, quæ in causa sunt, in discendo cognita ad judicem

sit, quum

QUINTILIEN

DE L'INSTITUTION ORATOIRE

LIVRE XII.

CHAPITRE III.

La connaissance du droit civil est nécessaire à l'orateur.

Mox orateur ne pourra pas non plus se dispenser de posséder le droit civil, ainsi que la connaissance des meurs et de la religion du pays qu'il sera appelé à régir. Comment, en effet, pourra-t-il donner son avis dans les assemblées publiques ou dans les conseils privés, s'il ignore tant d'élémens qui entrent dans la constitution d'un état? Comment encore se prétendra-t-il à juste titre le défenseur de ses cliens, s'il faut qu'il s'en rapporte à un autre, pour ce qu'il y a de plus essentiel dans une cause? il sera à peu près, comme ceux qui récitent les vers qu'ils n'ont pas faits. Réduit, en quelque sorte, au rôle de truchement, il affirmera sur la foi d'autrui des choses où le juge lui demandera sa conviction personnelle; et, chargé de porter secours aux plaideurs, il en aura besoin lui-même.

J'admets cependant que cela ait moins d'inconvénient, si l'orateur a eu soin de ne porter devant le juge qu'une cause bien étudiée, et dont il se sera bien fait instruire;

1

, quæ

perferet : quid fiet in iis quæstionibus subito inter ipsas actiones, nasci solent? non deformiter respectet , et inter subsellia minores advocatos interroget? Potest autem satis diligenter accipere, quæ tum audiet, quum ei dicenda sunt? aut fortiter affirmare, aut ingenue pro suis dicere ? possit in actionibus : quid fiet in altercatione, ubi occurrendum continuo , nec libera ad discendum mora est? Quid, si forte peritus juris ille non aderit? Quid, si quis non satis in ea re doctus , falsum aliquid subjecerit ? Hoc enim est maximum ignorantiæ malum , quod credit eum scire, qui moneat.

Neque ego sum nostri inoris ignarus , oblitusve eorum , qui velut ad arculas sedent, et tela agentibus sumministrant; neque idem Græcos quoque nescio factitasse, unde nomen his pragmaticorum datum est : sed loquor de oratore, qui non clamorem modo suum causis, sed omnia , quæ profutura sunt, debet. Itaque eum nec inutilem , si ad horam forte constiterit, neque in testationibus faciendis esse imperitum velim : quis enim potius præparabit ea, quæ, quum aget, esse in causa velit? Nisi forte imperatorem quis idoneum credit in præliis quidem strenuum et fortem , et omnium, quæ pugna poscit , artificem ; sed delectus

agere, nec copias contrahere atque instruere, nec prospicere commeatus, nec locum capere castris scientem : prius

sed neque

[ocr errors]

mais

que sera-ce dans ces questions imprévues qui naissent soudainement au milieu d'un plaidoyer? Promènera-t-il des regards inquiets pour implorer les lumières de ces avocats du second ordre qui sont sur les bancs ? Pourra-t-il recueillir assez promptement ce qu'ils lui suggèreront pour le redire à l'instant même ? Osera-t-il l'affirmer avec sécurité, l'énoncer avec assurance pour ses cliens ? Je suppose encore qu'il s'en tire pendant le plaidoyer même, mais que sera-ce dans l'altercation, où il faut avoir réponse à tout, et où l'on n'a pas

le

temps d'être édifié? Que sera-ce, s'il ne trouve pas là de jurisconsulte, ou s'il tombe à un demi-savant qui ne lui donne que de fausses notions ? Car ce qu'il y a de plus fâcheux pour l'ignorance, c'est d'avoir une confiance aveugle dans ceux qu'elle est obligée de consulter.

Ce n'est pas que je sois étranger à nos usages, au point de ne pas savoir qu'il existe au barreau des hommes préposés à une espèce d'arsenal pour fournir des armes aux combattans; je sais qu'il en était de même chez les Grecs, d'où est venu le nom de praticiens donné à ces sortes d'auxiliaires. Mais je parle d'un véritable orateur qui doit à son client non-seulement le secours de sa voix, mais encore tout ce qui peut contribuer au gain de sa cause. Je veux donc qu'il ne soit pas plus inutile dans les enquêtes, préliminaires, pour lesquelles il recevrait un ajournement fixe, qu'inhabile à dresser, au besoin , des formules de témoignages. Qui peut mieux, en effet, préparer tous les moyens

celui qui doit la plaider ? à moins qu'on ne reconnaisse les qualités d'un bon général à un militaire qui paierait bravement de sa personne sur le champ de bataille et serait bon tacticien, mais qui ne saurait ni faire des revues, ni

[ocr errors]

d'une cause, que

est enim certe parare bella , quam gerere. Atqui simillimus huic sit advocatus , si plura, quæ ad vincendum valent, aliis reliquerit; quum præsertim hoc, quod est maxime necessarium, nec tam sit arduum, quam procul intuentibus fortasse videatur.

Namque omne jus, quod est certum , aut scripto, aut moribus constat; dubium æquitatis regula examinandum est. Quæ scripta sunt , aut posita in more civitatis , nullam habent difficultatem; cognitionis sunt enim , non inventionis : at quæ consultorum responsis explicantur, aut in verborum interpretatione sunt posita , aut in recti pravique discrimine : vim cujusque vocis intelligere, aut commune prudentium est, aut proprium oratoris; æquitas optimo cuique notissima. Nos porro et bonum virum et prudentem inprimis oratorem putamus, qui quum se ad id, quod est optimum natura , direxerit, non magnopere commovebitur, si quis ab eo consultus dissentiet ; quum ipsis illis diversas inter se opiniones tueri concessum sit : sed etiam si nosse quid quisque senserit volet, lectionis opus est; qua nihil est in studiis minus laboriosum. Quod si plerique , desperata facultate agendi, ad discendum jus declinaverunt; quam id scire facile est oratori, quod discunt, qui sua quaque confessione oratores esse non possunt?

« IndietroContinua »