Immagini della pagina
PDF
ePub

Celtiberis prægredientibus, ad urbem Anitorgin in conspectu hostium, dirimente amni, ponunt castra. Ibi Cn. Scipio, cum quibus dictum est copiis, substitit, et P. Scipio profectus ad destinatam belli partem.

XXXIII. Asdrubal postquam animadvertit, exiguum romanum exercitum in castris, et spem omnem in Celtiberorum auxiliis esse; peritus omnis barbaricæ, et præcipue omnium earum gentium, in quibus per tot annos militabat, perfidiæ, facili linguæ commercio, quum utraque castra plena Hispanorum essent, per occulta conloquia paciscitur magna mercede cum Celtiberorum principibus, ut copias inde abducant. Nec atrox visum facinus; non enim, ut in Romanos verterent arma, agebatur : et merces, quanta vel pro bello satis esset, dabatur, ne bellum gererent : et quum quies ipsa, tum reditus domum fructusque videndi suos suaque, grata vulgo erant. Itaque non ducibus facilius, quam multitudini, persuasum est : simul ne metus quidem ab Romanis erat, quippe tam paucis, si vi retinerent. Id quidem cavendum semper romanis ducibus erit, exemplaque hæc vere pro documentis habenda, ne ita externis credant auxiliis, ut non plus sui roboris suarumque proprie virium in castris habeant. Signis repente sublatis, Celtiberi abeunt, nihil aliud quærentibus caussam obtestantibusque , ut manerent, Romanis respondentes,

camper près d’Anitorgis, en présence de l'ennemi, dont ils n'étaient séparés que par le fleuve. Là, Cn. Scipion s'arrêta avec sa division , et P. Scipion continua sa route pour sa destination particulière.

XXXIII. Asdrubal s'aperçut bientôt qu'il y avait peu de Romains dans l'armée ennemie, et que son unique ressource était l'appui des Celtibériens. Il connaissait toute la perfidie naturelle aux Barbares , et principalement à toutes les nations parmi lesquelles il faisait la guerre depuis tant d'années : les communications étaient faciles, car les deux camps étaient remplis d'Espagnols : il traite donc en secret avec les chefs des Celtibériens, et convient d'une forte somme pour qu'ils emmènent leurs troupes. La proposition ne leur parut point odieuse; car il ne s'agissait pas de tourner leurs armes contre les Romains ; de plus, on leur offrait, pour ne pas faire la guerre, une indemnité aussi forte que s'ils eussent combattu : l'idée du repos, le plaisir de revoir ses foyers , sa famille, tout ce qui leur était cher, flattait le commun des soldats. Aussi la multitude se laissa-t-elle gner aussi facilement que les chefs ; d'ailleurs, ils ne craignaient pas que les Romains, en si petit nombre, tentassent de les retenir par la violence. Cet exemple devra inspirer à jamais aux généraux romains une salutaire défiance; c'est une leçon frappante qui leur apprendra à ne compter sur les auxiliaires, que lorsqu'ils auront dans leur camp plus de forces, plus de troupes sorties de leur empire. Tout à coup les Celtibériens enlèvent leurs étendarts, et se retirent, sans répondre autre chose aux questions et aux instances des Romains, si ce n'est que la nécessité de défendre leur patrie les rap

ga

quam domestico se avocari bello. Scipio, postquam socii nec precibus, nec vi retineri poterant, nec se aut parem sine illis hosti esse, aut fratri rursus conjungi vidit posse, nec ullum aliud salutare consilium in promtu esse, retro, quantum posset, cedere statuit; in id omni cura intentus, necubi hosti æquo se committeret loco; qui, transgressus flumen, prope vestigiis abeuntium insistebat.

XXXIV. Per eosdem dies, P. Scipionem par terror, periculum majus ab novo hoste, urgebat. Masinissa erat juvenis, eo tempore socius Carthaginiensium, quem deinde clarum potentemque romana fecit amicitia : is tum cum equitatu Numidarum et advenienti P. Scipioni obcurrit, et deinde adsidue dies noctesque infestus aderat, ut non vagos tantum, procul a castris lignatum pabulatumque progressos, exciperet, sed ipsis obequitaret castris, invectusque in medias sæpe stationes, omnia ingenti tumultu turbaret; noctibus quoque sæpe incursu repentino in portis valloque trepidatum est : nec aut locus aut tempus ullum vacuum a metu ac sollicitudine erat Romanis : compulsisque intra vallum, ademto rerum omnium usu, quum prope justa obsidio esset, futuramque artiorem eam adpareret, si se Indibilis, quem cum septem millibus et quingentis Suessetanorum adventare fama erat, Pænis conjunxisset; dux cautus et providens

pelle. Scipion, qui n'avait pu retenir ses alliés, ni

par les prières, ni par la force; qui se voyait par là hors d'état de tenir tête aux Carthaginois, et dans l'impossibilité de rejoindre son frère, jugea que le parti le plus sage était de rétrograder, autant que possible, et d'éviter, avec le plus grand soin , tout engagement en plaine avec l'ennemi, qui déjà avait passé le fleuve, et marchait rapidement sur ses traces.

XXXIV. A la même époque, P. Scipion éprouvait les mêmes frayeurs, et avait plus à craindre encore d'un nouvel ennemi. C'était le jeune Masinissa, alors allié de Carthage, et qui, depuis, dut tant de célébrité et de puissance à son alliance avec Rome. A la tête de la cavalerie numide, il se présente d'abord à P. Scipion, au moment de son arrivée; puis, il ne cessait de le harceler jour et nuit; et, peu satisfait de surprendre ceux des soldats qui s'écartaient du camp pour aller au bois ou au fourrage, il venait encore caracoler jusque devant les lignes ; souvent il s'élançait au milieu des postes, et répandait partout le tumulte et la terreur. Plus d'une fois, pendant la nuit, une irruption soudaine sema l'épouvante jusqu'aux portes du camp, jusque dans les retranchemens. Point de temps, point de lieu où les Romains fussent exempts de crainte et de sollicitude. Resserrés dans leurs lignes, privés de tout, ils étaient obligés de soutenir une sorte de siège, qui allait devenir plus rigoureux encore,

à l'arrivée d’Indibilis, s'il parvenait, avec sept mille cinq cents Suessétaniens, à se réunir aux Carthaginois. Alors Scipion, malgré

Scipio, victus necessitatibus, temerarium capit consilium, ut nocte Indibili obviam iret : et, quocumque

obcurrisset loco, proelium consereret. Relicto igitur modico præsidio in castris, præpositoque T. Fonteio legato, media nocte profectus, cum obviis hostibus manus conseruit. Agmina magis, quam acies, pugnabant : superior tamen, ut in tumultuaria pugna, Romanus erat; ceterum et equites Numidæ repente, quos fefellisse se dux ratus erat, ab lateribus circumfusi, magnum terrorem intulere. Contracto adversus Numidas certamine novo, tertius insuper advenit hostis, duces pæni adsecuti ab tergo jam pugnantes : ancepsque prælium Romanos circumsteterat, incertos in quem potissimum hostem, quamve in partem conferti eruptionem facerent. Pugnanti hortantique imperatori et obferenti se, ubi plurimus labor erat, latus dextrum lancea trajicitur : cuneusque is hostium, qui in confertos circa ducem inpetum fecerat, ut exanimem labentem ex equo Scipionem vidit, alacres gaudio, cum clamore per totam aciem nunciantes discurrunt, imperatorem romanum cecidisse. Hæc pervagata passim vox, ut et hostes haud dubie

pro

victoribus, et Romani pro victis essent, fecit. Fuga confestim ex acie, duce amisso, fieri cæpta est : ceterum ut ad erumpendum inter Numidas leviumque armorum alia auxilia haud difficilis res erat; ita effugere tantum equi

« IndietroContinua »