Immagini della pagina
PDF
ePub

Faoi cheann cúpla lá 'na dhiaigh sin chuadar chum an tsagairt parráiste agus rinneadar casaoid mhór a dtaoibh Chaoilte agus i dtaoibh a athar agus a mháthar. « Rachad go Diarmuid, » ar san sagart, « agus cuirfidh mé tuairisg, i dtaoibh na cúise. »

Ar maidin, lá ar n-a mhárach, chuaidh an sagart go teach Dhiarmada, agus fuair sé eolas ar ádhbhar na troide. Tháinig sé a-bhaile agus chuir sé fios ar na daoinibh do rinne an chasaoid, agus dubhairt leó, « ni'l milleán ar bith ar Dhiarmuid ná ar a mhnaoi ná ar a mhac. Ní dhearnadar aon anachain orraibh-se, gur thosaigh sibh féin i dtosach, agus is í mo chòmhairle dhaoibh Jeigean dóibh. »

Ní rabhadar sásta le comhairle an tsagairt, agus ghlacadar rún le teach Dhiarmada do dhóghadh ann san oidhche, nuair bheidheadh sé féin agus a bhean agus a mhac ann a gcodladh. Bhi Capilte ag dul an lá sin chum an phurtaigh le cliabh móna do tharraing a-bhaile, nuair casadh an geirrfhiadh, air agus adubhairt, « A Chaoilte, tá dream daoine ag teacht anocht leis an teach do dhoghadh ort féin ar d'athair agus ar do mháthair, acht cuirfidh mise ceó ar a gcuid súl, agus rachaidh siad amúgh', agus ní bhfuighfidh siad an bealach go dti do theach-sa ná go dti a gcuid tightheadh féin go maidin; agus má thugann siad an dara iarraidh ort báithfidhear 'san loch iad. »

An trathnóna sin do cuireadh an sgeul o theach go teach - an dream do bhi le teach Dhiarmada do dhóghadh do bheith ag an gcrois-bhóthar roimh an meadhan-oidhche. Tháinig timchioll fiche fear le chéile ag an áit sin, agus thugadar aghaidh ar theach Dhiarmada, acht nior fhéadadar a dheunamh amach. Ann sin shaoileadar filleadh a-bhaile, acht nior fhéadadar a dtighthe féin ná aon teach eile fhághail go dtáinig fáinne geal an laé. Ann sin fuaireadar iad féin ag an gcrois-bhothar céadna, andhiaigh siúbhail na h-oidhche! O'n oidhche sin níor chuireadar aon thrioblóid ar Chaoilte ná ar a athair 's a mháthair; acht sheachain siad é mar sheachnóchadh siad spideóir no gaduidhe.

Aon lá amháin bhí Diarmuid leis féin ar an bpurtach, agus tháinig an sean-gheirrfhiadh dubh chuige, an geirrfhiadh céadna

[ocr errors]

Au bout de deux jours, ils allèrent trouver le curé et se plaignirent vivement de Caoilte, de son père et de sa mère. « J'irai trouver Diarmuid, » dit le prêtre, « et je prendrai des informations sur cette affaire. »

Au matin, le lendemain, le prêtre alla chez Diarmuid et apprit le sujet de la bataille. Il revint chez lui, envoya chercher les gens qui avaient déposé la plainte et leur dit : - « Diarmuid, sa femme, ni son fils n'ont aucun tort. Ils ne vous auraient fait aucun mal si vous n'aviez pas commencé, et le conseil que je vous donne, c'est de les laisser tranquilles, >

Ils ne furent pas satisfaits du conseil du prêtre, et ils formerent le complot de brûler la maison de Diarmuid pendant la nuit, pendant que lui, sa femme et son fils dormiraient. Caoilte allait ce jour-là à la tourbière pour rapporter à la maison un panier de tourbe quand il rencontra le lièvre qui lui dit : « Caoilte, une troupe d'hommes va venir cette nuit pour brûler la maison, avec toi, ton père et ta mère, mais je mettrai un brouillard sur leurs yeux; ils s'égareront et ils ne trouveront pas leur chemin vers ta maison ni vers les leurs jusqu'au matin, et s'ils font une seconde tentative contre toi, ils seront noyés dans le lac. »

Ce soir-là, l'ordre fut porté de maison en maison que la troupe qui allait brûler la maison de Diarmuid fût au carrefour avant minuit. Environ vingt hommes se rassemblèrent en cet endroit-là et se dirigerent vers la maison de Diarmuid, mais ils ne purent y réussir. Alors ils pensèrent à retourner chez eux, mais ils ne purent trouver leurs maisons ni aucune autre maison jusqu'à ce que vînt l'anneau blanc du jour. Alors ils se trouvèrent dans le même carrefour après avoir marché toute la nuit. A partir de cette nuit-là, ils ne troublèrent plus Caoilte, son père, ni sa mère, mais ils l'évitèrent comme ils auraient évité un espion ou un voleur.

Un jour, une fois, Diarmuid était seul sur la tourbière et le do tháinig chuige an mhaidin do chuaidh sé amúgh dá bhliadhain agus fiche roimhe sin.

« Anois, » ar sise, « tháinig mé le h-innseacht duit gur gearr an t-am atá agad agus ag do mhnaoi le bheith ar an tsaoghal so, agus má tá aon rud le socrughadh agaibh deunaigidh go tapa é, mar ni'l acht aon tseachtmhain amháin agaibh le bheith ar an tsaoghal so. »

« Agus créad dheunfas Caoilte ? » ar sa Diarmuid, « gan aon duine le n-a choimhéad ! »

« Nå bac le Caoilte, » ar sise, « is de mo threibh-se Caoilte, agus béarfad chugam féin é, agus glac m' fhocal go mbeidh sé níos sóghna (seunmhaire) 'na bheidheadh sé ameasg a chuid cómharsann. Ni'l ualach an rúin ort anois. Tig leat a innseacht do dhuine ar bith is toil leat. »

Bhí Diarmuid dul a-bhaile, agus é brónach go leor, nuair casadh mac a dhearbhráthar air, agus d'innis sé an sgeul dó ó thús go deireadh.

« Go deimhin má innsigheann tú an sgenl so do dhuine ar bith eile, béidh do bhunadh náirighthe, agus ní bhfuighfimid aon duine le sibh do chur ann san uaigh.

« Ní innseóchaidh iné do dhuine ar bith é, » ar sa Diarmuid, « acht do Róise agus do'n tsagart. »

Chuaidh sé a-bhaile agus d'innis sé an sgeul do Róise. Nuair bhí críoch air, tháinig racht casachta uirri do thacht i.

Chuir Diarmuid agus Caoilte í.

Faoi dheireadh na seachtmhaine céad na fuair Diarmuid féin bás; agus oidhche an laé do cuireadh é d' imthigh Caoilte, agus ni'l tuairisg air ó shoin.

Níor chongbhuigh mac dearbhráthar Dhiarmada an rún, agus seal gearr 'na dhiaigh sin chuaidh an sgeul ó bheul go beul ar fud na tire, mar tá sé inniste agam-sa dhuit-se.

Dubhairt go leor daoine na dhiaigh sin go bhfacadar Caoilte go minic le taoibh an locha, Bíodh sin mar tá sé; acht tá dóthchus againn go bhfuil siad ann san bhflaitheas.

(Leanfar de seo).

[ocr errors]

vieux lièvre noir vint à lui, le même qui était venu à lui le matin où il s'était égaré, vingt-deux ans auparavant.

- « Maintenant, » dit-il, « je suis venu te dire que court est le temps que vous avez ta femme et toi à être en ce monde, et si vous avez quelque chose à régler, faites-le vite, car vous n'avez qu'une semaine à être en ce monde. »

- « Et que fera Caoilte? » dit Diarmuid, « sans personne pour le garder. »

« Ne t'inquiète pas de Caoilte, » dit-il, « il est de ma tribu, Caoilte; je l'emmènerai chez moi et sur ma parole il y sera plus heureux que s'il était au milieu de ses voisins. Tu n'es pas obligé de garder ce secret pour toi. Tu peux le raconter à qui tu voudras. »

Diarmuid s'en allait chez lui et très affligé, quand il rencontra le fils de son frère, et il lui raconta l'histoire du commencement à la fin,

« En vérité, si tu racontes cette histoire à n'importe quel autre, ta famille sera déshonorée et nous ne trouverons personne pour vous mettre dans la tombe. »

- « Je ne le raconterai à personne au monde, » dit Diarmuid, « sinon à Rose et au prêtre. »

Il alla chez lui et raconta l'histoire à Rose. Quand il eut fini, elle fut prise d'un accès de toux qui l'étouffa.

Diarmuid et Caoilte l'enterrèrent.

A la fin de la même semaine, Diarmuid lui-même mourut et le soir du jour où il fut enterré, Caoilte partit et on n'en a pas entendu parler depuis.

Le fils du frère de Diarmuid ne garda pas le secret, et peu de temps après cela, l'histoire alla de bouche en bouche à travers le pays comme je te l'ai racontée.

Beaucoup de gens dirent à la suite de cela qu'ils ont vu souvent Caoilte à côté du lac. Soit! Mais nous avons espoir qu'ils sont dans le ciel.

(A suivre).

NOTES D’ÉTYMOLOGIE BRETONNE

(Suite).

40. DAMMOUCHEIN, MOUCHA; DAMMOUL;

DAM-, DEM-; DRAMOUILHEIN.

1. Le van. dammouchein chiffonner Châl., l’A., bouchonner le linge l’A., foupir l’A., Suppl., damouchein bouchonner, chiffonner Ch. ms, damoucheiñ chiffonner Gr., d'où dammouchour m. pl. -cherion chiffonneur l’A., est comparé avec doute au gall. gwthio pousser, Gloss. 142, 143. Mais d'après ce qu'on a vu plus haut (no 35, § 3), la phonétique exigerait une finale -hiein; c'est pourquoi je rejette maintenant cette conjecture plus absolument encore que ne l'a fait M. Henry, Lexique 87.

2. Dameuhein, cité à cet endroit, n'est pas du bret. moyen, mais du van, moderne, présenté même avec un « peut-être » aux deux endroits où en parle Châl. ms, au lieu de ober dameuh réverbérer, réfléchir. Le mot dameuh réfraction, réverbération, répercussion de lumière, de vent ou de chaleur, retentissement (du son), est seul attesté dans le même ouvrage. Encore l'auteur, qui l'emploie à plusieurs reprises, a-t-il cherché inutilement à le vérifier dans l'usage, après avoir oublié son garant, qu'il avait négligé de noter (cf. Rev. Celt., XI, 361; Gloss. 142).

3. J'ai rapproché à tort de ces deux mots, Gloss. 143, le van. dramoüillein patiner Châl., -ouillein Ch. ms, -ouilheiñ id., -oüilheiñ chiffonner, -oüilleiñ bouchonner le linge dressé Gr., d'où drammouillour patineur (tâtonneur) l’A., en cornou.

« IndietroContinua »