Bibliothèque Latine-Française, Volume 101

Copertina anteriore
C. L. F. Pancoucke, 1835
0 Recensioni
Google non verifica le recensioni, ma controlla e rimuove i contenuti falsi quando vengono identificati

Dall'interno del libro

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 268 - Dans tous les pays, dans tous les âges, les aristocrates ont implacablement poursuivi les amis du peuple; et si, par je ne sais quelle combinaison de la fortune, il s'en est élevé quelqu'un dans leur sein, c'est celui-là surtout qu'ils ont frappé, avides qu'ils étaient d'inspirer la terreur par le choix de la victime. Ainsi périt le dernier des Gracques de la main des patriciens; mais, atteint du coup mortel, il lança de la poussière vers le ciel, en attestant les dieux vengeurs; et de cette...
Pagina 288 - Une garde terrible tient toujours des épées nues et des piques levées autour de sa maison. Trente chambres qui communiquent les unes aux autres, et dont chacune a une porte de fer avec six gros verroux, sont le lieu où il se renferme; on ne sait jamais dans laquelle de ces chambres il couche, -et on assure qu'il ne couche jamais deux nuits de suite dans la même, de peur d'y être égorgé.
Pagina 288 - Tout l'agite , l'inquiète , le ronge ; il a peur de son ombre ; il ne dort ni nuit ni jour : les dieux pour le confondre l'accablent de trésors dont il n'ose jouir.
Pagina 396 - Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Est sujet à ses lois ; Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend pas nos rois.
Pagina 338 - Postquam remoto metu Punico simultates exercere vacuum fuit, plurimae turbae, seditiones et ad postremum bella civilia orta sunt, dum pauci potentes, quorum in gratiam plerique concesserant, sub honesto...
Pagina 297 - Mais fussiez-vous issu d'Hercule en droite ligne, Si vous ne faites voir qu'une bassesse indigne , Ce long amas d'aïeux que vous diffamez tous Sont autant de témoins qui parlent contre vous ; Et tout ce grand éclat de leur gloire ternie Ne sert plus que de jour à votre ignominie.
Pagina 165 - Dès qu'ils avaient vu le bélier commencer à battre les muraillesi*', les déserteurs, se voyant perdus sans ressource, transportèrent au palais du roi l'or, l'argent, et tout ce qu'il y avait de plus précieux dans la ville. Là, après s'être gorgés de vin et de bonne chère, ils livrèrent au même incendie ces trésors , le palais et leurs personnes. Ainsi , le châtiment qu'ils redoutaient de la part de l'ennemi, après leur défaite , ils se l'infligèrent volontairement eux-mêmes l48.
Pagina 388 - ... d'abord été corrompus par leurs richesses le furent ensuite par leur pauvreté. Avec des biens au-dessus d'une condition privée, il fut difficile d'être un bon citoyen ; avec les désirs et les regrets d'une grande fortune ruinée, on fut prêt à tous les attentats; et, comme dit Salluste3, on vit une génération de gens qui ne pouvaient avoir de patrimoine, ni souffrir que d'autres en eussent.
Pagina 43 - A la mort d'Hercule, qui périt en Espagne, selon l'opinion répandue en Afrique, son armée, composée d'hommes de toutes les nations, se trouva sans chef, tandis que vingt rivaux s'en disputaient le commandement ; aussi ne tarda-t-elle pas à se disperser. Dans le nombre, les Mèdes, les Perses et les Arméniens passèrent en Afrique sur leurs navires et occupèrent les contrées voisines de notre mer. Les Perses s'approchèrent davantage de l'Océan...
Pagina 287 - Vers la troisième heure. Les Romains comptaient douze heures de jour depuis le lever jusqu'au coucher du soleil : ainsi la troisième heure était alors ce qu'est pour nous neuf heures du matin ; un peu plus tôt en été , un peu plus tard en hiver.

Informazioni bibliografiche