Immagini della pagina
PDF

succès. Ses Sermons ont été publiés à Liége, 1768, 4 vol. in-12. I. PERRON (Jacques Davy # né dans le canton de Berne en 1556. Il fut élevé dans la relig. protest. Ayant abjuré son culte, il embrassa l'état ecclésiast. En 1593, sous le pape Clément VIII, du Perron fut sacré à Rome év. d'Evreux, par le card. de Joyeuse. Henri IV l'envoya à Rome, où il assista aux congrégat. de Auxiliis. De retour en Fr. , le roi I'employa à différ. affaires, et l'envoya une troisième fois à Rome pour accommoder le grand différend de Paul V avec la république de Venise. Il mourut à Bagnolet, près Paris en 1618. Ses ouv., † de sa vie, ont été imprimés en vol. in-fol. Ils renferment : La République au Roi de la Grande-Bretagne ; un Traité de l'Eucharistie; plus. autres Traités contre les hérétiques; des Lettres, des Harangues, et diverses autres Pièces on prose et en vers ; Recueil de ses Ambassades et de ses /Végociations, Paris, 1623, in-fol... Le livre intitulé Perro· niana, fut composé par Christophe Dupuy, la Haye, Genève, 1667, Rouen , § , in-12. Sa Vie a été écrite par Lévêque de Burigny , Paris , 1768 , vol. in-12. PERRON D E CA s T E R A (LouisAdrien du), m. résident de France en Pologne en 1752, à 45 ans, a traduit en franç. le Wewtonianisme des Dames , 2 vol. in-12, et la Lusiade du Camoëns, 5 vol. in-12. On a encore de lui l'Histoire du mont Vésuve, in-12 ; Léonidas et Sophronie, in-12; La Pierre philosophale des Dames, in-12; le Tombeau d'Orcavelle, in-12 ; Clitophon et Leucippe, Paris, 1734, in-12 ; Entretiens littéraires et galans, 2 vol.; le Théâtre espagnol , , 1738 , 2 tomes in-12 ; le Phénix et le Stratagéme de l'Amour, comédies, 1731. PERRONET (Jean-Rodolphe), de l'acad. des sciences, né à Surennes, près Paris, en 17o8, m. en 1794, devint direct. gén. des ponts et chaussées de Fr. Les ponts de Neuilly, de Mantes et d'Orléans furent construits sous sa direction ; Il en publia la description, 1783, 2 vol. in-fol. Celui de Pétersbourg sur la Néva , projeté en 1778, le fut sur ses Mémoires. On trouve plusieurs moires de lui dans les Recueils de l'Académie des Sciences de Paris, Stockholm et de la société royale de Londres. PERROT (sir Jean), homme d'état · d'Angleterre, né en 1527, dans le comté

de Pembroke, m. en 159a, fut créé

chev. du Bain au couronnement d'E- .

douard VI. Elizabeth le nomma en 1572 lord présid. de Munster, et l'envoya en cette qualité dans l'Irlande, qui était en état de rébellion. Nommé peu après amiral de la flotte, sur la côte d'Irlande, menacée par les Espagnols, il fit avorter le projet de l'ennemi. En 1583, il fut fait lord député d'Irlande ; mais dans cette nouvelle carrière, il se comporta avec tant d'inflexibilité que la reine l'envoya à la Tour. En 1592 on lui fit son rocès, et il fut déclaré coupable de aute trahison et condamné à mort. La reine lui accorda un sursis; mais il m. de maladie dans la même année. PERROT (Nicolas), sieur d'Ablancourt, membre de l'acad. franç., né à Châlons-sur-Marne en 16o6, m. à sa terre d'Ablancourt, en 1664, passait pour un des meilleurs traduct. de son tems. Les auteurs qu'il a traduits sont : Minutius Félix ; quatre Oraisons de Cicéron; Tacite ; Lucien; la Retraite des Dix-mille, de Xénophon ; Arrien, des guerres d'Alexandre; les Commentaires de César, A§dam , 1763, 2 volin-12, Paris, 1775; Thucydide; l'Histoire de Xénophon ; les Apophtegmes des anciens; les Stratagèmes de Frontin, Paris, 1743, 2 vol. in-12; l'Histoire d'Afrique, de Marmol, Paris, 1667, 3 vol. in-4°. PERRY (Jean), ingén. angl. appelé en Russie par Pierre Ier , §i dans l'art de construire les vaisseaux et de creuser des canaux, a publ. en angl. : Etat présent de la Grande Russie, Paris, 1717, in-12, trad. en fr. par Hugony. Perry revint en Angl. en 1712, s'illustra par ses travaux dans différens ports , entr'autres dans celui de Dublin, et m. en 1733. PERS (Ciro Signor di ), DU FRIoUL, chev. de l'ordre de St.-Jean de Jérusalem, dans le 17° s., a composé des poesies dont la meilleure édit. est de Venise, 1683, 2 vol.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

· de Rome, et de gouv. de plus. provinces

considérables. Enfin , après la mort de
Commode, il fut élu emp. par les soldats
rétoriens, le 1°r janvier 193. Pertinax
§ oublier la tyrannie de Commode,
et revivre les vertus de Marc-Aurèle,
lorsque les prétoriens se soulevèrent.
Dans la confusion de la révolte, uu sol-
dat le perça d'un coup de lance dans la
poitrine. Pertinax, se voyant traité com-
me un tyran, pria le ciel de le venger.
Ensuite, s'enveloppant la tête avec sa
robe, il tombe mort de div. blessures ,
le 28 mars de l'an 193 de J. C.
PERTUIS DE LA RIvIÈRE(Pierre de),
né en Normandie, finit ses jours à Port-
Royal en 1668. Il a trad. beaûcoup d'ouv,
pieux du latin et de l'espag., sur-tout
plus. écrits de Ste.-Thérèse.
PERUCCI (Horace), peint. et arehit.,
né à Reg io vers l'an 1548, et m. dans la
même ville en 1624. Quelques-uns de ses
tableaux existent encore dans cette ville,
On a de lui un ouv. intit. : Porta d'ar-
chitettura rustica, Reggio, 1634.

PERUCCI (François), protonotaire

[merged small][ocr errors][ocr errors]

il m. en 1758, a fait de très-belle musique pour l'église et pour le théâtreParmi ses ouv. on estime : Dorinda , de Benedotto Marcello, 1729; Alessandro nell' Indie, de Metastase , 1739 , Tullo Ostilio, 174o ; Ezio , 1747, encore de Métastase, etc. PESCHIER (Louis du ), avocat au parl. de Paris, sa patrie, jaloux de la réputation de Balzac , publia en 1629 ; in-8°, sous le nom de du Bary, marchand d'orviétan, une satire int. la Comédie des comédies, dans laquelle il employa † partout les propres expressions, 'éloquence ampoulée et les hyperboles de Balzac. PESCHIULLI (André), né à Corigliano, au royaume de Naples, en 16o 1 , passa à Corfou, où il enseigna la philos. et la langue grecque ; de là il se rendit à Venise, à Gênes et enfin à Rome, où il m. en 1691. On a de lui : Lo Specchio de'principi, poesia per il cardinal Giacomo Rospigliosi, Rome, 1668; ll Tisi, ode Panegirica, etc., Gênes, 1648; Il Polluce, ode panegirica, etc., 1652. PESENTIUS DE BERGAME (Elisée), capuc. de la province de Brixen, enseigna l'arabe pendant l'espace de 3o ans ; men 1637. Il a écrit : Sat Elisei viri divini, sive dictionarium hebraicum, etc., 4 vol. in-fol.; Favus mellis ex florihus delibatus horti clausi, seu grammatica hebraea, 1 vol. in-fol.; Anatomia alphabeti hebraeici, 1 vol. in-fol.; Lectiones de antiquitate, nobilitate, necessitate » ac facilitate S. Linguœ, 1 vol. PESNE (Jean), né à Paris vers 1624, m. en 17oo, grava plusieurs estampes d'après les tableaux du Poussin et de> Raphaël. / PESSELIER (Joseph), membre de plus. acad., né à la Ferté-sous-Jouarre en 1712, m. en 1763, donna, pour le théâtre, trois comédies : la Mascarade du Parnasse, Paris, 1731, in-8° ; l'Ecole du tems ; Esope àu Parnasse ; des Fables, Paris, 1748, in-8o ; Idée générale des finances, 1756, in-fol. ; # proposés à l'auteur de la Théorie de l'iinpôt , Paris, 1761, in-12 ; Esprit de Montaigne, 1753, 2 vol. in-12; des éditions des Thédtres d'Autereau et de Fagan; Lettres sur l'éducation, Paris, 1762, 2 vol. in-12. | PESTALOZZI (Jérôme), né à Lyon et méd, de l'hôpital de cétte ville , a publié : une Dissertation sur l'eau de mille-fleurs; une autre sur Jonas dans le ventre de la baleine ; Avis de précaution sur la peste; une Dissertation

[ocr errors]
[ocr errors]

terum nummorum Tyoeropua. Paris, 161o, in-4°; De Mithardo, Caroli Magninepote breve srntagma , Paris , 1613, in-fol. et in-4°. PETERBOROUGH ( Charles Mordaunt, comte de), chev. de l'ordre de la Jarretière, né en 1658, fut employé par Guillaume d'Orange et la reine Anue •omme homme de guerre et homme d'état. Il se signala l'an 17o5 en Espagne à la tête des troupes envovées au secours de l'archiduc Charles. § moins heureux l'année suivante, il força le maréchal de Tessé d'abandonner le camp qu'il avait devant Barcelonne. Ayant aspiré au titre de généralissime § troupes alliées, il excita contre lui la jalousie des autres commandans. Sur les plaintes de l'archiduc lui-même, il fut rappelé en Angleterre et disgracié. On l'employa depuis dans des négociations. Il fut envoyé, en 171o, 1712 et 1713, en qualité d'ambass. à Vienne et dans diverses cours d'Italie; il m. en passant de Lisbonne à dres, en 1735. PET'ERPFI (Charles), jés., né en ongrie, m. en 1746, publia Sacra concilia in regno Hungariae celebrata ab anno 1o16, usque ad annum, 1715, Vienne et Presbourg, 1742, in-fol. PETERMANN (André), méd., né à Werben en basse Saxe, s'an 1649, et m. à Léipsick en 17o3, écrivit en allem. •ur les accouchcmcns, et publia en lat. :

Brevissima manuductio ad praxim medicam, Lipsiae, 17o6, 175o, in-8°; Observationes medicœ, ibid. , 17o7, in-8°; Chymia, ibid., 17o8, in-4° et in-8o. # Hugues), fanat. angl., né en 1599, à Fowey en Cornouailles, m. en 166o , débuta au théâtre et s'y distingua dans les rôles bouffons. Depuis il prit le parti de l'église, fut obligé de se retirer à Roterdam, où il se joignit aux indépendans ; puis il passa dans la nouvelle Angleterre. Mais au commenc. de la rebellion, il revint à Londres où il prit une part très-active à la mort du roi. Depuis, son procès lui fut fait, il fut pendu et écartelé. PETERS (Bonaventure) , né à Anvers en 1614, où il m. en 1652, poète et peint. cél. , a laissé des morceaux précieux dans le genre terrible. Il eut un frère nommé Jean Péters, né en 1625, qui travailla dans le même genre, et dont les tableaux sont d'une vérité qui fait frémir. PETIET (Claude), sénat., gr. officier de la légion d'honmeur, né à Châtillon-sur-Seine, en 1749, fut commissaire des guerres et subdélégué de l'intendance de Bretagne, pendant 2o ans. Député au conseil des anciens , ministre de la guerre , il fit renaître peu à peu l'ordre. Après un ministère de deux ans, il se retira sans #fortune. Au 18 brumaire, conseiller d'état , suivit Buonaparte en Italie, à Vienne, dans la guerre d'Allemagne ; il m. en 18o6. PETIH ( Jean-François le), né à Béthune en 1546 , se réfugia, pour cause de religion, à Aix-la-Chapelle où il était encore en 1598. On a § : une Chronique des Provinces-unies, Dordrecht, 16o1 , 2 vol. in-fol. ; la République de Hollande ou Description des ProvincesUnies, en slam., 1615, in-4°. PETION DE VILLENEUVE (Jérome), avocat à Chartres, où il était né, fut député du tiers-état du baillage de cette ville aux ét.-génér. En 1789, il se prononça en faveur des changemens polit. qui s'y opérèrent. Il parla sur un r. nombre de sujets, entr'autres sur † biens du clergé, et proposa de donmer au roi le titre de Roi des Français par le consentement de la nation, et de supprimer la formule : par la grâce de Dieu. Le 4 décembre, l'assemblée nationale I'élut pour son présid. Le 11 mars 1791 , il plaida la canse des gens de couleur.Après la session de l'assemblée , il fut nommé maire de Paris , et suspendu de ses fonctions le 6 juillet .

Le 12 avril , il obtint la levée de la suspcnsion prononcée contre lui. Il montra néanmoins de l'irrésolution dans la journée du 1o août; les horribles journées des 2 et 3 septembre, sont encore nne tache à sa mémoire. Nommé député à la convent. nationale , il commença à éclater, entre lui et Robespierre, une haine qui finit par lui devenir funeste, et il fit même paraître un Discours et une Lettre qui seront des momumens précieux pour l'hist., relativement aux événemens de l'année 1792. Le 25 mars 1793, il fut nommé memb. du comité de salut publ.; dans les séances du 1o avril et jours suiv., Pétion et Robespierre se jurèrent une guerre à mort ; mais enfin Robespierre, Danton et la commune l'emportèrent; et le 2 juin, Pétion fut décrété d'accusation et mis hors la loi le 28 juillet : s'étant échappé, il fut trouvé en 1794, avec Buzot, mort de faim ou assassiné et à moitié dévoré ar les animaux , aux environs de St.Emilion dans le départ. de la Gironde. On a publié en 1793, les CEuvres de Pétion, 4 vol. in-8°. PETIS DE LA CRoIx (François), secrét. interprête du roi pour les langues orientales, fit plus.voyages en Orient et en Afrique par ordre de la cour. Louis XIV l'employa dans différ, négociations et le nomma, en 1692, à la chaire de langue arabe au coll. royal : m. à Paris en 1713. On a de lui : la traduct. des Mille et un jour , 5 vol. in-12; Etat général de l'empire Ottoman depuis sa fondation jusqu'āprésent, avec l'Abrégé des Vies des # , trad. d'unm.ss. turc, Paris 1682, 3 vol. in-12; Histoire de Timur-Bec, connu sous le nom du rand Tamerlan, empereur des Mools et Tartares, etc., trad. du persan, # 1722, in-12, en 4 vol. ; plusieurs autres Traductions de livres arabes ou persans, restées m.ss. PETIS DELACROIX(Alex.-LouisMarie), fils du précéd. , prof. d'arabe au coll. royal de §, m. en 1751 , à 53 ans, a donné : Lettres critiques de Hadgi Mehemmed Effendi à madame la marquise de G***, au sujet des moires du chevalier d'Arvieux , Paris, 1735, in-12; Etat politique et militaire des archives des princes ottomans, Paris, 1725, in-8°. PETIT (Jean), doct. de Paris. Jean Sans-Peur, duc de Bourgogne, ayant fait assassiner Louis de France, duc d'Or léans, frère de Charles VI , Jean Petit

»outint dans la grande salle de l'hôtel- |

royal de Saint-Paul, le 8 mars r4o8 ;
# le meurtre de ce duc était légitime-
e plaidoyer qu'il prononça à cette oc-
casion parut sous le titre de Justifica-
tion de Bourgogne. Il s'éleva un cri gé -
néral contre cette doctrine meurtrière ;
mais le gr. crédit du duc de Bourgogne
mit son aut. à l'abri des anathêmes et
des poursuites. Petit mourut en 1411 ,
à Hesdin.
PETI'T (Jean), impr. de l'univ. de
Paris, en 153o , m. vers l'an 1542, se
signala par le grand nombre de ses édi-
tlOnS.
PETIT (Samuel), né en 1594 à Nî-
mes d'un minist., fut nommé à la chaire
de théol., de grec et d'hébreu , de Ge-
nève, où il était minist. , et où il m.
en 1643. On a de lui : Miscellanea , en
9 liv., Paris, 163o, in-4°; Eclogœ chro-
nologicae, in-4° ; Variae lectiones , en
4 liv., Paris, 1615 et 1635, in-fol. Plus-
autres Ecrits qui attestent une érudition
profonde.
PETIT (Pierre), math. et physic. ,
né en 1598 à Mont-Luçon, m. en 1677
à Ligny - sur - Marne, devint géogr. #
roi et intend. des fortifications de Fr.,
est aut. des Traités du compas de pro-
portion ; de la Pesanteur et de la gran-
deur des métaux ; de la Constructione
et de l'usage du calibre d'artillerie ,
in-8°; du Vide , 1647, in-4°; Calculus
duarum eclipsium , anni 1652 , in-fol. ;
de la Jonction de l'Océan et de la Me-
diterranée par les rivières d'Aude et
de la Garonne, in-4°; Dissertation ster
la nature des comètes, etc.; Paris,
1665, in-4°; de la IVature du chaud et
du froid, 1671 , in-12.
PETIT (Pierre), méd. de Paris sa
patrie, memb. de l'acad. de Padoue ,
m. en 1687, à 7o ans, renonça à la méd.
pour se livrer à l'étude de la littér. , et
s'adonna à la poésie latine Le recueil
de ses vers parut en 1683, in-8°; il reste
encore de lui , en prose, trois Traités
de † , in-4°; deux ouvrages de
médecine ; un Traité des Amazones, en
lat. Amst., 1687, in-8°, trad. en franc.,
1718, in-12 ; un autre de la Sybille,
1686, in-8° ; un vol. d'Observations
mélées, 1683, in-8o ; De naturâ et mo-
ribus Aatropophagorum, Utrecht, 1688,
in-8o.
PETIT (Jean-Louis), chirurgien,
membre de l'acad. des scien. , né à Paris
en 1674, m. dans cette ville en 175o,
après avoir inventé de nouveaux instru-
mens pour la perfection de la chirurgie ;
a laissé : Traité des maladies chirurgio

[ocr errors][ocr errors][graphic]
« IndietroContinua »