Immagini della pagina
PDF
[ocr errors]

exerça sa prof. à Bologne et à Venise. On a de lui : Summa conservationis et curationis, Venetiis, 1489, in-f., Lipsiœ, 1495; Chirurgia, Venetiis, 15o2. SALIER (Jacques , religieux minime, prof. en théol., provincial et définiteur, m. à Dijon en 17o7, à 92 ans. On a de lui : Historia scholastica de speciebus eucharisticis, Lyon, 1687, 3 vol. in-4°, et Dijon, 1692 et 17o4; Cacocephalus, sive de Plagiariis opusculum , 1694 , in-12 ; des Pensées sur l'âme raisonnable , Lyon, in-8°. o SALIN (Maurice), sculpt. distingué, m. à Lyon en 18o9, était né en Savoie. Il savait par coeur son Homère, Pline, Hérodote et Strabon, et tout ce qu'on peut savoir de l'antiquité. SALINAS ou SALINEs : Francois de), né à Burgos, se rendit habile dans les langues grecque et latine, dans les mathémathiques, dans la musique. ll m. en 159°. Il a laissé : Traité de Musique en latin, Salamanque, 1592, in-fol, une Traduction en vers espagnols de quelques Epigrammes de Martial. - • SALINAS (Bonaventura de Salinas et Cordova), péruvien, mit en ordre les archives, les livres et les monumens de l'université de Lima, fut nommé premier seerétaire du gouvernement, se fit capucin, et devint successivement général de son ordre, il était alors à Rome. Rappelé en Espagne, il fit bâtir des hospices, et m. en 1653, dans le couvent de Guernavaca, Ses principaux ouvrages sont : Monumenia historiae novi orbis Peruani, merita et decora civitatis Limensis, Limae, 163o, et 1339, in -4°; De novis missionibus franciscanorum apud sinas et zartaros; des Traites théologiques; des Panégyriques ; des Sermons, etc. SALINGUERRA, chef de la faction des Gibelins, s'empara de la principauté de Ferrare, l'an 1 195, qu'il perdit par la suite, et m. prisonnier à Venise, l'an x24o, à 8o ans. SALIS (Baptiste de), grison, cordelier de la province de Gênes, vivait au milieu du 15° s. On a de lui : Summa casuum, Gênes, 1449; Nuremberg, 1488, 1 vol. in-fol.

SALIS (le baron Ulysse de), grison, maréchal de camp au service de France, né en 1596, m, dans sa patrie en 1674, rendit des services signalés à la Suisse et au Roi de France.

SALIS-SAMADE (le baron de), fi aîné de M. de Samade, colonel du régim

suisse de son nom , était major du régim1 de Château-Vieux, et s'était trouvé à l'affaire de Nancy. La conduite courageuse qu'il tint lors de la révolte de ce régiment, le fit nommer lieutenant-colonel dans le régiment de Diesbach en garnison à Lilie; et c'est là que de Salis eut de nouvelles occasions de déployer sa fermeté lors du massaate de Dillon. Les désordres continuèrent jusqu'au 8 septembre 1792, qui fut l'époque où son régiment fut licencié avec tous les régimens suisses. De Salis se retira dans sa patrie avec sa famille. Après 1o ans d'absence , il revint en France. Hl m. à Montargis en 18o3. SALIVET ( Louis George-Isaac ), avocat au parlement de Paris, où il était né en 1737, exerca sa prof. jusqu'en 179oDans le cours de la révolution , il remplit divers emplois importans. Ses connaissances ne se bornaient pas seulement à l'étude et à l'enseignement des lois. Il a publié en 1792, un Manuel du tourneur, en 2 vol. in-4°, avec 71 planches. Il a composé l'article etoffes dans la première Encyclopedie, et a coopéré avec dom Bevy à l' Histoire des inaugurations. Il a donné plus. éditions de livres classiques.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

bracte. SALLE (Antoine de la), écriv. francomtois, qui florissait dans le 14 ou 15°s., voyagea en Italie, contracta le goût des nouvelles romanesques, et composa, en 1 459, Histoire plaisante et chronique duc Petit-Jehan de Saintré et de la jeune Dame des Belles - Cousines, impr. en 1517 , petit in-fol. gothique. ThomasSimon Gueulette en donna une nouvelle édition, Paris, 1724, 3 vol. in-12. Salle a encore donné un livre intitulé la Salade, Paris, 1521, in-fol.; et un autre de la IVoblesse et de l'(,ffice des Hérauts et Roi d'armes. SALLE(Simon-Philibert DE L'ETANG de la), conseiller au présidial de Reims, m. à Paris en 1765, a laissé les Prairies artificielles, petit vol. in-8°; Manuel d'Agriculture pour le laboureur, le propriétaire et le gouvernement, in-8°. SALLE (Philippe de la), né en 1723, à Seyssel près de Gex, m. à Lyon en 18o4Il avait une grande habileté à peindre les fleurs, et à les faire exécuter en étoffes brochées. Il sut l'inventeur du grand

[graphic][graphic]

genre des étoffes pour meubles, et fit à la navette des tableaux d'animaux; il réussit à produire les portraits de Louis XV, et de l'impératrice Catherine II. Turgot fit donner à de La Salle 6,ooo fr de pension et le cordon de Saint-Michel. Sous le ministère de Necker il fut permis à de La Salle de placer ses machines dans le château des Tuileries, et il y déposa les premières navettes volantes pour faire des # et d'autres étoffes de toute largeur. ette heureuse découverte est reproduite aujourd'hui comme anglaise. SALLE (Jacques-Antoine), avocat au parl. de Paris, sa patrie, né en 1712, m. en 1778, a # L'Esprit des Ordonnances de Louis XIV, 1758, 2 vol. in - 4° : L'Esprit des Ordonnances de Louis XV, 1759, in-4°, etc. SALLENGRE ( Albert-Henri de), cons. du prince d'Orange, né à La Haye en 1694. † vint à Paris après la paix d'Utrecht, voyagea ensuite en Angleterre, et y fut recu membre de la société de Londres en 1719. De retour à La Haye il y m. en 1733. Ses principaux ouvrages sont : l'Histoire de †. prof. royal de Iangue grecque à Paris, 1717, 2 vol. in-12; AMémoires de littérature, 1725, 2 vol. in-12, continués depuis par le P. Desmolets ; /Vovus Thesaurus antiquitatum Romanarum, 1716, 3 v. in-fol. : l'Eloge de l'ivresse, 1714 , in - 12 ; Essai sur l'Histoire des Provinces-Unies, 1728, in-4°; une édit. des Poésies deLa Monnoye, 1716, in-12. SALLIER (Claude ), prêtre, garde de la biblioth. du roi, membre de l'acad. franç. et de celle des inscriptions, né à Saulieu en 1685, m. à Paris en 1761. Il a ublié : Histoire de Saint-Louis, par §, avec un Glossaire, 1761, in-fol., en société avec Melot; des Dissertations d§ Mémoires de l'acad. d§ b.-lett.; des IVotes latines sur les lexiques grecs de Thomas Magister, de Phrynicus et de Mœris l'Atticiste, insérées dans les dernières édition de ces trois grammairiens. Il a travaillé aussi au catalogue de la biblioth. du roi, Io v. in-fol. SALLO (Denis de), seign. de la Coudraye, né à Paris en 1626, conseill. au parl. de Paris en 1652, fut le prem. qui conçut, en 1664, le projet du Journal des Savans, qu'il publia en 1665, sous le nom # , l'un de ses domestiques. Mais les plaintes qu'on formait de tous côtés contre sa critique, et quelques ordres supérieurs, l'obligèrent d'interrompre ce travail après le 13° mois.

Il en laissa le soin à l'abbé Gallois en

[ocr errors][merged small]

SALLUSTE (Crispus SALLtsTIUs), cél. hist. latin , né d'une fam. plébéienne l'an 85 av. J. C., à Amiterne, ville d'Italie, nommée aujourd'hui San-Vittorino, fut élevé à Rome avec soin, et exerça des emplois considérables ; mais son avarice et ses débauches le firent chasser du sénat. Jules - César, dont il avait embrassé le parti, le fit rentrer dans l'oratre des sénateurs, et lui donna le gouvern. de la Numidie, où Salluste amassa des richesses immenses parlesinjustices les plus criantes. Du fruit de ses dépradations il fit bâtir à Rome une maison magnifique, et arranger des jardins † appelle encore aujourd'hui les Jar

ins de Salluste. Il m. l'an 35 av. J. C. Il nous reste de lui deux ouv. entiers. Histoire de la conjuration de Catilina, et celle des Guerres de Jugurtha, roi de IVumidie. Ce sont deux chefs-d'œuvre. On a aussi quelques Fragmens de son Histoire romaine. Les plus anc. édit. de cet historien sont, § de Florence , 164o, in-fol., et une autre in-4°. On cite comme les meilleures les suivantes : d'Elzévir, 1634, in-12 ; Cum notis Variorum , Amst. , 1674 et 169o, in-8° ; Ad usum Delphini, 1679, in-4°, Cambridge, 171o, in-4°; Amst.,. 1742, 2 v. in-4°. Celle donnée par Philippe, Paris, 1744 et § a Malle a donné une nouv. traduct. des CEuvres de Salluste, Paris, 18o8, 1 vol. in-8°, et 2 vol. in-12. Le Père Dotteville de l'orat. et Bauzée de l'acad. franç. l'ont trad. en [ franç. Il a paru, en 18o9, deux autres trad. de Salluste , l'une par M. Mollevaut, 2 vol. in-16 ; l'autre par M. Le Brun, juge en la cour d'appel, à Paris, 2 vol. in-12 M. Billecoq, avocat, a donné une bonne trad. de la Conjuration do Catilina, Paris, 1795, in-16. M. Eusèbe Salverte a trad. les Lettres de Salluste à César, Paris, 1798, 1 v. in-16.—Il ne faut pas le confondre avec Salluste, fils de sa sœur, qui fut favori d'Auguste et de Tibère, et qui m. l'an 19 de J. C. C'est à lui qu'Horace adresse la 2° Ode de son 2e liv. Il avait cultivé les arts avec succès, et imité l'airain de Corinthe par le mélange de différens métaux. On appela ce nouveau métal l'airain saliustien.

[ocr errors][merged small]

la langue grecq ;mais la première pouvait bien s'en passer comme la nôtre, où il n'est presque d'aucun usagc.

SALLUSTE ( Secundus Sallustius Promotius), capit. gaulois, se distingua autant par sa valeur et par sa probité que par son habileté dans les affaires. Julien, déclaré Auguste en 36o, le fît préfet des Gaules; et en 363, il le prit pour collègue dans le consulat. On ignore l'épo# de sa mort.On lui a attribué un Traité es Dieux et du Monde, Rome, 1638, in-12, grec et latin, Leyde, 1639, in-12 ; et dans les Opuscula Mythologica Physica de Th. Gale, Cambrige, # y Amst., 1688. Formey en a donné une traduct. dans son Philosophe Payen, 1759, 2 vol. in-12.

[merged small][ocr errors][merged small]

SALM-KIRBOURG ( Fréd. RHEINGRAvE dc), né à Limbourg, se jeta dans le parti patriote lors de la § de Hollande en 1787, dans l'espoir de chasser le prince d'Orange pour se mettre à sa place. Son projet ayant échoué, il vint en France, se montra partisan de la révolut. franc. Il fut commandant de bataillon, ce qui ne l'empêcha pas d'être, en 1794, † au tribunal révolutionmaire , et décapité le 23 juillet 1794, âgé de 48 ans. P ] 794 , ag SALMON(Guill.), empirique angl., † pendant plus. années la méccine avee plus ou moins de succès,

[ocr errors]

SALMON ( Th.), frère du précéd. , m. à Londres en 1743, est auteur d'un Abrégé chronologique de l'Hist. d'An

leterre, trad. en franç., Paris , 1751 ,

in-89. Il a travaillé à l'Histoire universelle d'une société de gens de Lettres, aussi trad. en franc. et impr. à Amsterdam, in-4°.

SALMON (Nathaniel), curé dans le comté d'Hertford, renonça au minist. ecclés. pour se vouer à la méd. et à l'étude des antiquités. On a de lui : Description des antiquités romaines dans les comtés de l'intérieur de l'Angleterre, 1726, in-8°; Description des stations des Romains dans la Grande-Bretagne , d'aprés leur itinéraire, l'un et l'antre réimprimés en 1736, 2 vol. in-8°; Histoire du comté d'Hertford avec la description de ses anciens monumens, 1728, in-fol., qui sert de continuation à l'Histoire de sir Henry Chauncey ; Vies des évéques anglais, depuis la restauration jusqu'à la révolution, 1733; Les Antiquités de Surrey avec l'Histoire naturelle du comté, 1736, in-8°.

SALMON (François), docteur et bibliothéc. de Sorb., né à Paris, se rendit babile dans les langues savantes et surtout dans l'hébreu , et m. à Chaillot en 1736, à 59 ans. On a de lui : Un Traité de l'étude des Conciles, Paris, 1724, in-4°, trad. en lat. par unAllemand, Léipsick, 1729; Un grand nombre d'autres ouvrages manuscrits.

SALMONÉE (mythol.), fils d'Eole et roi d'Elide, ayant voulu se faire rendre les honneurs dus à la divinité, fut foudroyé par Jupiter, et précipité dans les enfers.

SALNOVE ( Robert de ), page de Henri IV et de Louis XIII, lieutenant de la grande louveterie. Sa Vénerie royale, 1655 et 1665, # est un livre curieux. L'auteur m. quelques années après sa publication.

[ocr errors]
[ocr errors][graphic]

employa plus de 25o,ooo hommes à la construction de ce temple, dont la magnificence et la beauté surpassaient celles de tous les édifices élevés jusqu'alors à l'Etre-Suprême. Il obligea les Amorrhéens, les Héthéens, les Phéréséens, les Hévéens et les Jébéséens à lui payer tribut. Il étendit les frontières de ses états jusqu'à l'Euphrate, et équipa une flotte à Asiongaber, qu'il envoya à Ophir, d'où elle remporta une grande quantité d'or. Les merveilles de son règne, et la sagesse de son gouvernement, lui firent un nom célèbre dans les pays étrangers ; mais il ne soutint pas la réputation qu'il s'était acquise. Son cœur s'ouvrit à tous les vices. Il eut jusqu'à 7oo femmes et 3oo concubines. Il bâtit des temples à la déesse des Sidoniens, Astarté; à Moloch, dieu des Ammonites; à Chamos, idole des Moabites. Dieu irrité, lui fit annoncer qu'il allait diviser son royaume, et u'il donnerait dix tribus à Jéroboam. § m. l'an 975 av. J. C., après en avoir régné 4o. Il nous reste de lui 3 ouv. reçus entre les livres canoniques : les Proverbes ; l'Ecclésiaste , et le Cantiue des Cantiques. Le P. Bourthaud, jés., a publié à Paris, en 1729, 1749, 2 vol. in-12, les Conseils de la sagesse, ou Recueil des Maximes de Salomon, avec des réflexions; l'Ecclésiaste a été trad. de l'hébreu en latin et en franç par les PP. Louis de Poix, Jérôme d'Arras, et Séraphin de Paris.

SALOMON BEN VIRGA, rabbin espagnol, et sav. méd., au commencement du 16° s., a écrit : Schebet Juda, qui contient l'Histoire des Juifs , depuis la destruction du temple de Jérusalem jusqu'au tems de ce rabbin. Gentius en a donné une trad. lat., Amst., 1651, in-4°, et Basnage en a fait usage dans son histoire des Juifs.

SALOMON (Bernard) dit le Petit ernard, grav. en bois, flor. à Lyon en 158o. Les figures des livres sortis en foule vers cette époque des presses de Roville, des Detournes, etc., sont de lui, ou sur ses dessins. On peut citer, entr'autres, les Hymnes du tems, par Guerout, 156o, in-4°; une Bible, in-8°, dont la 2e édit. est de 1555; les Métamorphoses d'Ooide, 1557, in-12. SALOMON, musicien franç., né en rovence , reçu à la musique de la chapelle du roi, pour la basse de viole, dont il jouait bien, m. à Versailles en 1731, âgé d'environ 7o ans. On a de lui deux

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

trad. en vers ital., Livourne, 18o9. SALOMONI ( P.-Jacques ) , savant dominicain, né à Candie en 1626, passa une partie de sa vie à Padoue, où il professa la théol., et où il m. en 171o, a écrit : Agri Patavini inscriptiones Sa crae ct , Patavii, 1696, # Urbis Patavinae inscriptiones, ibid., 17o1, in-4°. SALOMONI ( Pierre-Marie ), jés., né en # enseigna la philosophie à Prato en I'oscane, et y m. bibliothéc. en 1765. On a de lui : Dissertationum compendia de†" origine , Florentiae, 1747; Selectœ theses ex logicd et physicâ, ibid., 1748; Compendiaria dissertatio de coloribus, ibid., 174o ; Selecta problemata ex cosmographiœ elementis, ibid., 1753; et plns. Dissertations astronomiques et mathémat. SALONIN ( Publius-Licinius-Cornelius Saloninus), fils aîné de l'empereur Gallien et de Saloninc, fut fait César par Valérien, son aïeul, en 255. Posthume, s'étant fait déclarer empereur, obligea les habitans de Cologne de lui livrer Salonin, qu'il fit mourir. SALONINE (Julia-Cornelia), femme de l'emper. Gallien, joignit à la beauté toutes les vertus de son sexe ; elle ne fut occupée que du soin de faire des heureuxElle favorisa les savans, Née avec un courage héroïque elle arrachait son époux du sein des † , pour le faire combattre contre les tyrans qui déchiraient l'empire. Elle l'accompagnait dans ses expédit. milit. S'étant arrêtée au retour d'Illyrie auprès de Milan, où le tyran Auréole avait levé l'étendard de la révolte, elle fut enveloppée dans une conjuration formée contre Galiien, et périt dans la même nuit que son époux et les princes de la famille impériale, le 2o mars 268. SALONIUS, fils de S. Eucher l'Ancien, qui fut depuis évêque de Lyon, fut élevé dans le monastère de Lérins avec son frère Veran. Tous deux en sortirent pour remplir des siéges épiscopauxVeran eut celui de Vence, Salonius celui de Vienne ou de Genève. Il assista au concile d'Orange l'an 441. On a de cet évêque une Explication morale sur les proverbes; un Commentaire sur l'Ecclésiaste, Haguenau, 1532, in-4°.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

SALVA (le docteur Francisco), méd. espagnol, membre de plus. acad., né à Tortose, dans la Cat«logne, en 173o, et m. en 1797 , fut un de ceux qui coetri· buèrent se plus à propager l'inoculation dans son pays, et publia plusieurs brochures sur cette matière. Il a donné plus. Dissertations sur divers sujets importans et utiles. Il est encore auteur de plus. Memoires insércs dans les Journaux de Madrid. SALVADOR (André), poète dramatique italien, vivait sous Grégoire XV et Urbain V1II. Les principales de ses pièces sont : Médor, Flore et Sainte Ursule. SALVAGE ( Jean-Galbart ), chirurgien et doct. en méd. de la faculté de Montpellier , né à Saint - Flour dans l'ancienne Augergne, en 1772, m, à Lavastrie, près de Saint-Flour , vers la fin de 1813, est aut. de l'Anatomie du Gladiateur combattant , applicable aux beaux-arts , ou Traité des os , des muscles , du mécanisme des mouvemens, des proportions et des caractères du corps humain , Paris, 1812, 1 vol. gr. in-fol., orné de 22 superbes planches, dessinées par l'auteur. Les bustes et plâtres qui ont été moulés par M. Salvage our ce gr. ouv., sont aujourd'hui à 'Ecole de médecine.

[blocks in formation]

d'honneur, directeur de la classe des sciences physiques et mathém. de l'acad. de Turin, où il m. en 181o, à 75 ans. Il a publié, de concert avec La Place et Cigna, les JMélanges de l'académie de Turin. SALVEMINI (J.-F.), né à Castiglione en Toscane, en 17o8, fut membre de l'acad. de Berlin, et maître de mathém. au collége d'Artiglieri, où il m. en 1791. Il a publié : Arithmetica universalis ; I1 ne #raduction italienne de l'Essai sur l'homme, de Pope, et quelques autres ouvrages. Il fit paraître à Berlin des Observations sur le livre intit. Système de la nature ; la Vie d'Apollonius de Thyanes ; et les Livres académique de Cicéron, trad. en français. SALVI (Nicolas) , né à Rome en 1699, mathemat., et habile architecte. i,e plus beau de ses ouv. est la Fontaine de Trévi, construite par ordre du pape Clément XII. Cet artiste m. à 52 ans. SALVIANI (Hippolyte), de Cittadi-Castello, dans l'Ombrie, professa et pratiqua la médec. à Rome , et y m. en 1572 , à 59 ans. On a de lui : Un Traité latin des poissons, Rome, 1554, in-fol. , fig. , Venise , 16oo, in-fol. ; De crisibus ad Galeni Censuram, Rome, 1558 ; La Ruffiana, coméd. En 1556 il fit paraître , in-fol., une nouv. édit. corrigée des Vies de saint Jean Colombin , et de quelques autres jésuites. SALVIATI (le chev. Léonard) , littérateur , né à Florence en 154o. Ses princ. ouv. sont : Dialogue sur l'Amitié, † , 1564 ; Discours ; Avis sur le Décaméron, Florence, 1584, 2 vol. in-4° ; 2 Comédies et une critique du Tasse, intit. Infarinato. SALVIATI (Joseph ) , Florentin , a enrichi de notes quelques parties de Vitruve , et a publié en 1552 , à Venise , la Règle pour la Volute et les Chapiteaux Ioniques , trad, en latin par le marquis Poléni, et qui parut dans les Exercices de Vitruve, Padoue, 1739. SALVIATI (Bernard) , de Florence , chev. de Malte , prienr de Capoue, puis gr.-prieur de Rome , et amiral de son ordre, ruina entièremcnt le port de Tripoli , entra dans le canal de Fagiera , et réduisit en poudre tous les forts qui s'opposèrent à son passage et à ses armesDevenu génér. de l'armée de la religion, il prit l'île et la ville de Coron, courut jusqu'au détroit de Gallipoli , et brûla l'île de Scio. Il embrassa ensuite l'état ecclésiastique, et obtint l'évêché de Saint

[ocr errors]
« IndietroContinua »