Immagini della pagina
PDF

eonserve dans les registres de l'acad. de Besancon quelques Dissertations de Se† sur des antiquités trouvées près de alleranges. SEGUINEAU (N*), né à Paris, où il est m. en 1722, à 45 ans, est aut. de la tragédie d'Egisthe , représentée en 1722 , et de l'opéra de Pirithoüs, joué en 1723. SEGUR (Jean-Ch. de ), né à Paris en 1695, fut quelque tems dans le service milit. : il entra ensuite dans la congrég. de l'Oratoire , et appela de la Bulle Unigenitus. Il révoqua son appel, et fut ourvu de l'abbaye de Vermand. Il quitta § , devint grand-vicaire de St.Albin, év. de Laon, et enfin évêque de St.-Papoul. Il se démit bientôt de son évêché. Sa retraite fut une énigme. Il m. à Paris en 1748. On a publié l'abrégé de sa Vie, Utrecht, 1749, in-12. . SÉGUR (Jos.-Alex., vicomte de), fils du maréchal de Ségur, né à Paris en 1752, m. en 18o5. Devenu maréchal de camp, à l'époque de la révolut. il quitta le service, s'abandonna à son goût pour les lettres. Le premier fruit de ses loisirs fut un roman épistolaire intitulé : Correspondance secrète entre mademoiselle Winon de Lenclos, le marquis de Villarceaux et madame de sMaintenon , Paris, 1789 , in-8°, et 2 vol. in-12 ; Réflexions sur l'armée etsurles rapports a établir entre elle et les troupes nationales, Paris, 1789, in-8° de 24 pages ; Essai sur l'opinion considérée commé une des principales causes de la révol. de 1789, Paris, 179o, in-8° de 48 pag.; La # jalouse, ou la Baronne de Versac, ronman en lettres, Paris, 179o, in-8° de 228 pages ; un Roman historique sur les femmes, Paris, 3 vol. in-8o. Il a donné au théâtre Franc. , Rosaline et Floricour, et le Retour du Mari, comédie; au théâtre de l'Odéon, Saint Elmont et Verseuil, drame ; à Feydeau, Roméo et Juliette; aux Italiens, le Cabriolet Jaune ; la Dame Voilée, et l'O. péra-('onuique, dont il partagea le succès avec M. Emmanuel Dupaty; au Vaudeville, enfin, une foule de productions piquantes : Vice, le Caveau, les Deux Veuves, C'est la Méme, et le Portrait de Fielding, avec deux amis, etc., etc. SÉGUR. Voyez PUY-SÉGUR, et AUE1cNÉ. SEID-AL-COFTHI, aut. égyptien du 13* s. de l'ère chrétienne, a composé une histoire des cél. médecins, intitulée Enba Almostatheba. SEIDEL (Martin), natif de la Silésie,

[merged small][ocr errors][merged small]

SEIGNEUX DE CoRREvoN (Gabr. ), conseill. et boursier de la ville de Lausanne, où il m. en 1776, à 8o ans, a traduit de l'ital. : Des lois civiles relativement à la # avec des remarques, par Defelice, Yverdun, 1768, in-89 ; une Traduction de l'ail§, doü song, histoire véritable, par le baron de, Haller, Lausanne, 1772, in 12.

SEILER (George-Frédéric), un des prem. prédicat. de l'Allem., profess. en théol. à l'univers. d'Erlang, où il m. en 18o7, à 74 ans, est aut. d'environ 17o ouvr., dont on trouve la liste dans l'Allemagne savante. Son écrit qui a pour titre : Religion der Unmundigen (Rel gion pour les jeunes gens), a été réimpr. 17 fois; son Algemeines Lesebuch jur den Biirger und Landmann ( Lectures pour l'habitant de ville et de campagne), 14 fois. Ces écrits ont été traduits daus toutes les langues de l'Europe.

SEILLANS (Colomb de), co-seign. de ce lieu, m. vers 1758, est auteur de l' Esculapéide, poéme divisé en 8 chants, Amst., Paris, 1757, in-8°; du Triomphe de la foi sur la iiaison, poëme, 1756,

in-12; d'une Imitation des Odes d'Anacréon en vers, avec la trad. de madem. Lefèvre, en prose, Paris, 1754, in-8°; et de la Gageure de village , comédie, 1756.

· SEJAN(AElius), né à Vulsine en Toscane, d'un chevalier romain nommé Sejus Strabon, qui fut capit. des gardes prétoriennes sous Auguste et sous Tibère, suivit d'abord la fortune de Caïus César, etit-fils d'Auguste. Il s'attacha ensuite à Tibère, auquel il se rendit si agréable ar la souplesse de son caractère et par #§ de son esprit, que ce † l'éleva à la dignité de chef des cohortes prétoriennes , le nommant ar-tout le compagnon de ses travaux Séjan, parvenu au plus haut degré de puissance, aspirait au trône impérial. Il fit périr par les artifices les plus odieux tous les fils et tous les petits-fils de Tibère ; il corrompit Livie, femme de Drusus, fils de ce prince, # empoisonna son mari. Agrippine, Germanicus et ses fils, furent aussi les victimes de ses sourdes perfidies.Alors il voulut épouse Livie ; ouais Tibère la lui refusa. Outré de colère, il osa le faire jouer sur le théâtre ; une telle audace ne pouvait rester longtems impunie. Tibère donna ordre au sémat de lui faire son procès, et dans le même jour il fut arrêté et étranglé en prison, 1'an 31 de J. C. SELDEN (Jean), né à Salvington, dans le Sussex en 1584 , se consaera à la connaissance du droit et de l'antiquité sacrée et profane. On a de lui : De successionibus in bona defuncti, secundùm Hebraeos ; De Jure naturali et gentium, juxta disciplinam Hebrœorum; De Wuptiis et Divortiis ; De Anno civili veterum Hebrœorum ; De Nummis; De Diis Syris, Amst., 168o, in-8°; Uxor Hebraica; De laudibus legum # JANI Anglorum facies altera ; Mare clausum , contre Grotius, Analecton Anglo-Britannicum, ect ; De Synedriis Hebrœorum ; Une Explicat. des niarbres d'Arondel, 1628 in-4°, en latin , avec des notes pleines d'érudition : Un Traité des dixmes ; Un autre de l'Origine du duel. Tous ses ouvrages, tant latin qu'angl., ont été impr. à Lond. en 1726, 3 vol. in-fol. On a impr. en angl. un rec. des paroles remarquables de cet hab. jurisc., sous le titre de Seldeniana. SELEUCUS I. IVicanor (c.-à-d. victorieux), roi de Syrie, fils d'Antiochus, l'un des principaux gén. d'Alexandre-leGrand. Après la m. de ce conquérant, il s'établit à Babylone, mais il en fut

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

Blessum en Frise, membre de la société des sciences de Harlem , m. à Amst. en 1796, à 4o ans, fut un des coopérateurs des Mémoires relatifs à la religion naturelle et révélée, publiés par la société Teylérienne de §. SELIM Ier, emp, des Turcs, 2° sils de Bajazet II, qu'il détrôna et assassina, ainsi que ses deux frères, en 1512. S'étant assuré le trône par ses crimes , il tóurna ses armes avec succès contre l'Egypte et la Perse. Il conquit complètement ce premier royaume, et mit fin à la domination des Mammeluks, qui avait duré plus de 26o ans : il m. en 152o. SELIM II, emp. des Turcs, fils de Soliman II et petit-fils de Selim I°r , monta sur le trône après son père en 1566. En 157o , il rompit le traité que son père avait fait avec les Vénitiens, et prit l'île de Chypre ; mais j'année suivante, il perdit la bataille de Lépante , ce qui l'obligea de demander la paix : il m. en 1574, à 52 ans. SEL I M III, fils du snltan AbdulHamct, né en 1761 , fut proclamé grandAbdul - Hamid son oncle. La Turquie avait alors une guerre dangereuse à soutenir contre les Russes et les Autrichiens. Sélim ne put résister aux efforts réunis de ses deux voisins redoutables. La destruction de la marine ottomane et la mort tragique du vieux Hassan, capitanpacha, à qui Sélim fit couper la tête pour s'être laissé battre par le prince de Nassau , furent les résultats de cette guerre, qui avait été suscitée par l'Angleterre et la Prusse , et qui fut terminée sous la médiation de ces deux puissances, le 4 août 1791, par la paix d'\ assey, et par laquelle # perdit Oczakow et le territoire situé, entre le Bog et le Dniester. Il sit en 1794 un traité avec la Russie, dans lequel il accordait aux vaisseaux de guerre russes le libre passage par

le détroit des Dardanelles, faveur dont

jouissaient seulement les navires marchands de cette nation : ce traité a été renouvelé en 18o5 pour 1o ans. Le directoire français, au moment de son installation , envoya à Constant., comme ambassadeur, le général Aubert-Dubayet; de son côté, Sélim lll envova à Paris, avec la même qualité , Méhemet-alyEffendi. La meilleure intelligence parut régner entre les deux états jusqu'à l'invasion de l'Egypte par les Francais en 1799; mais la Porte § alors arrêter tous lés agens français à Constantinople, et son ambassadeur à Paris fut disgracié

[ocr errors]

pour n'avoir point averti son souverain de cette expédition La conquête de l'Egypte par les Français força Sélirn à faire cause commune avec les Anglais et les autres puissances coalisées contre la France. Le grand-visir attaqua , avec 8o mille hommes, l'Egypte où commandait Kleber qui n'en avait que 8 mille ; et le '24 janvier 18o1 , il signa le traité d'Elarieh, portant que l'armée française se retirerait avec armes et bagages, C t Serait † en France; mais l'amiral anglais Keith ayant exigé que l'armée francaise mettrait bas les armes, et se rendrait prisonnière de guerre, les Francais, indignés, combattirent alors avec autant de courage que de succès. Le grand-visir fut défait à Héliopolis, sou camp d'El hanka fut † le fort Belbeys fut emporté; et lui-même, obligé de fuir à travers le désert , il laissa à Salahié tous ses bagages et un butin immense. Le traitéd'Amiens ayant rendu l'Egypte aux Turcs, Sélim y envoya ll Il gouverneur; mais l'autorité de la Porte 'ne tarda pas à y être de nouveau méconnue par la révolte des beys, suscitée par les Anglais. La puissance ottomane fut alors considérablement affaiblie et presque détruite en Asie et en Europe par les insurrections multipliées des pachas, des wahabis , etc. | Le traité de † , dont Napoléon envoya copie à Sélim III, apporta quelques changemens à sa politique envers la France. # février 18o6, il émana de la Porte une déclaration par laquelle Napoléon était reconnu. Le 29 mai 18o7, il se fit une révolution à Constantinople. Le sultan Sélim III, forcé par les janissaires à donner sa démission , fut reiégué dans l'intérieur du sérail. Son neveu , Mustapha IV , né en 1779, fut élevé sur ie itrône. Quelques mois après , Sélim III fut étranglé. - - SELIS ( N.-Jos.), prof. de b.-lett. et membre de l'Institut, né à Paris en 1737, où il m. en 18o2 Ses princip. ouv. sont : Traduction des Satires de Perse 776 in 8°, On en a fait plus édit. ; R ' lation de la maladie, de la confession2 et de la mort de Voltaire ; Dissertation sur Perse , 1778 : Petite guerre entre Le Monnier et Selis, 1778 ; Lettre à La Harpe sur le collége de Érance, 1779 : # d'un † à un évéqo » Sttl 1eS CtlreS (le Campagne , I - OO ; écrites de la † † 79o; Lettres SELKIRK (Alexandre) , né à Largo en Ecosse vers l'an 168o , se fit mateiot et Parvint par ses connaissances mathé- -

matiques au grade de maître de navire. ll en remplissait l'emploi cn 17o5 sur le vaisseau commandé par le cap. Pradling, ui, ayant pris querelle avec lui , le fit § dans l'ile déserte de Juan-Fermandez , en lui laissant ses hardes , son fusil : de la poudre et quelques ustensiles de ménage ; il y vécut seul pendant quatre ans. En 17o9, le cap. Vood-Rogers y ayant abordé, le ramena en Anleterre. C'est d'après cet événement de † de Selkirk que De Foe a fait le roman de Robinson-Crusoé. SELLE (Ch.-Théop.), cèl. méd. , direct. du coll. de Berlin, né en 1748 à Stettin en Poméranie, et m. à Berlin en 18oo. Il a laissé : Elémens de Pyrétologie, ou de la connaissance des fièvres, traduit deux fois dans notre langue. SELLEQUE (N.), ant. et rédact. du Journal des modes et des dames, qu'il avait créé en 1797, continué par M. La Mésangère , m. à Paris en 18o1 , à 34 ans , des suites de l'explosion du barilde poudre de la rue Saint-Nicaise du 3 nivose , a donné : Voyage autour du Palais-Royal. SELLER (Abednego ), théolog, de l'Eglise d'Anglet., né en # # Plymouth, m. vers 172o , curé à Londres, fonction qu'il perdit lors de la révolution pour avoir refusé le serment. Ses ouvr. sont : Remarques sur l'état de l'Eglise dans les trois premiers siècles , in-8° ; La Dévote Communion , souvent réimprimée sous le titre de Préparation à la communion pour tous les jours de la semaine, in-12 ; Différens écrits contre le papisme. - SELLIUS (Godefroi), né à Dantzig, membre de l'acad. impér. et de la société royale de Londres , passa une partie de sa vie en Fr. , et m. en 1767 à Charenton, où il avait été renfermé comme atteint de folie. Ses princip. ouv. sont : Description géographique du Brabant hollandais, in-12, Voyage de la Baie d'Hudson , in-8° ; Dictionnaire des Monogrammes , in-8°; Histoire naturel'e de l'Irlande ; Histoire des anciennes révolutions du globe terrestre, avec l'Histoire des tremblemens de terre deuis J. C. jusqu'à présent, trad. de l'all§ , revue et augmentée par l'abbé Sepher, Paris, 1752 , in-12 ; Traduction des Satires de Rabener avec du Jardin , 4 vol. in-12 ; Histoire des Provinces-Unies, 8 vol. in-4°. SELLUM , meurtrier de Zacharie , roi d'Israël , usurpa la couronne l'an -- 1 av. J. C. Mais au bout d'un mois il fut

mis à mort par Manahem , général des troupes de † , qui fut proclamé ro1 par son armee. SELVE (Jean de), sav. magistrat, né dans le Limousin, prem. président. à Bordeaux, à Rouen , à Paris, et em# par Louise de Savoie, mère de François Io , pour aller traiter avec Charles-Quint de la délivrance du monarque franç. Il mour. en 1529, laissant six fils, dont cinq furent employés dans les ambassades. On attribue au père le livre de Beneficio qui n'est point de lui. — Un aut, nommé SELvE , qu'il ne faut pas confondre avec ceux dont on vient de parler , a laissé la tragi-coméd. des Amours de Léandre et Héro , jouée en 1933. SEMELIER (J.-L. le), sav. prêtre de la doctrine chrét. , né à Paris , où iI m. en 1725, à 65 ans. On a de lui : Con-.

férences sur le mariage, dont la meill.

édit. est, Paris , 1716, 5 vol. in-12 ; Conférences sur l'usure et sur la restitution : la meill. édit., etc., de 1724, 4 vol. in-12 ; Conférences sur les péchés, 3 vol. in-12. Ce livre est rare. On a publié après sa m., en 1755 et 175g , ro vol in-12, dont six sur la Morale, et quatre sur le Décalogue. SEMERY (André), jés., né à Reims , en 1631, prof. de théol. morale à Rome, et censeur des livres pour l'assistance de France , m. au collége romain en 1717 , a écrit Triennium philosophicum, Rome, 1632 , 3 vol. SEMINO (le R. P. Prosper), august. déchaussé, prof de philos. morale à l'univ. de Gênes, où il m. en 18o6, est connu par ses Lettres sur la Crimée. Il était correspond. de l'institut de Fr. SEMIRAMIS, reine des Assyriens , née à Ascalon, ville de Syrie, succéda à Ninus son mari, durant la minorité de Ninias son fils. Elle sit construire Babylone, ville superbe dont on a beaucoup vanté les murailles, les quais et le pont construit sur l'Euphrate , qui traversait la ville du nord au midi. Elle se distingua comme guerrière et fit plus. conquêtes dans l'Ethiopie. Sa dernière expédition fut dans les Indes, où son armée fut mise en déroute. Elle abdiqua volontairement l'empire en faveur de son fils l'an 21o8 dV. # C., et mourut bientôt après. SEMPREVIVO (Bernardin), jés. de Vérone, né en 1587 , m. en 1617, a pu-' blié : De Poeticd , Syagrius, tragédie ; Martin , tragi-comedie. -

[ocr errors]
[ocr errors]

SENAC (Jean), né dans le diocèse de Lombez, m. à Paris en 177o, premier méd. du roi, conseill. d'état et surintendant général des eaux minérales du royaume. Ses principaux ouvrages sont : la Traduction de l'Anatomie d'Heister, avec des Essais de physique sur l'usage des parties du corps humain, Paris , 1735, in-8°, fig., 1753, 3 vol. in-12, fig. ; Traité des causes, des accidens et de la cure de la peste, 1744, in-4° ; Traité de la structure du cœur, 1748, 2 vol. in-4°, reimpr. en 1777 et 1783, avec des additions et des corrections de l'auteur, publ. par M. Portal : c'est le chef-d'œuvre de cet habile médecin; De reconditd febrium natura et curatione, 1759, in-8° ; Réflexions sur les noyés , dans les Mémoires de l'Académie, 1725; Discours touchant l'opération de la taille , 1727, in-12 ; Mémoire sur le Diaphragme. SENAC DE MEILHAN (Gabriel), fils du précéd., né à Paris en 1736, conseill. au grand conseil, maître des requêtes, intendant du pays d'Aunis, de la Provence et enfin du Hainaut. Ayant émigré au commenc. de la révol., il parut en différ. cours d'Allem. ; passa ensuite à celle de Russie. Catherine II lui fit une pension de 6ooo roubles, et le chargea d'écrire les Annales de son empire.Ayant quitté Pétersbourg après la mort de cette princesse , il vint s'établir à Vienne , où 1l m. en 18o3. On a de lui : Mémoires d'Anne de Gonzague, princesse palatine , Londres et Paris, 1786, in-8°, 2° édit., 1788, in-8°; Considérations sur les richesses et le luxe, Paris, 1787, in-8°; Considérations sur l'esprit et les mœurs, Paris, 1788 , in-8°; IVouvelle traduction des Annales de Tacite , | 179o, in-8°; Des Principes et des Causes de la révolution française, St.-Pétersbourg, 1792 , in-8° ; Du gouvernement, des mœurs et des conditions en France avant la révolution, Hambourg; l' Emigré, roman histor. , Hambourg , 1797, 4 vol. in-8° ; OEuvres philosophiques et littéraires, ibid, 1795, 2 vol. in-8°. SENALLIE (Jean-Baptiste) , musicien franç. , m. à Paris en 173o, à 42 ans, était recommandable par la précision et l'art avec lequel il jouait du violon. Nous avons de lui cinq livres de Sonates pour le violon. SENARAGA ( Barthélemi ), noble Genevois, qui florissait dans le 15e s, et

Tom. III.

[ocr errors][merged small][ocr errors]
« IndietroContinua »