Immagini della pagina
PDF

1582, où il m. en 1649; prit pour sujet de ses tableaux des buveurs, des chimis· tes et des paysans, qu'il rendit avec beaucoup de vérité. II. TENIERS le jeune (David), cél. eintre, fils du précéd. et son élève, né † en 161o, m. à Bruxelles en 1694, surpassa son père par son goût et ses talens. Les sujets ord. de ses tabieaux sont des scènes réjouissantes. Il a représente des Buveurs, des Chimistes, des Voces et des Fétes de village, plus. Tentations de St. Antoine, des Corps-de-garde, etc. On a beaucoup gravé d'après les ouv. de ce peintre : il a lui-méme gravé plus de ses morceaux; entres autres un Vieillard et une Féte de 2 illage. TENISON(l'homas), cél. prél. angl., né en 1636, à Cottenham, au comté de Cambridge, m. en 1715, fut un des plus zélés défenseurs de la cause des protestans sous le règne de Jacques II, en 1691. Le roi Guillaume lui donna l'évêché de Lincoln, et en 1694 l'archev. de Cantorbéry. On a de lui des S'ermons, des Traités contre le papisme, etc. TENIVELLI (N.), sav. Piémontais ; accusé d'avoir favorisé des principesd'insurrection dans les états d, roi de Sardaigne, fut fusillé en 1796. Il est aut. de div. ouv, histor., et entr'autres de l'Ilistoire de l'Académie de Turin. TEN-KATE (Lambert), né à Amst. en 1647, ct m. en 1731, peut être regardé comme le meill. des grammairiens et des étymologistes hollandais. Son

principal ouv. est une Introduction à la

connaissance de la langue hollandaise, Amst., 1723, 2 vol. in-4°, et une Vie de Jésus-Christ, publiée après sa m., en 1732. TENNEUR (Jacques Alexandre le) en latin Tenneurius, né à Paris, conseill. à la cour des aides de Bordeaux, où il m. en 1661, à 56 ans, a publié : Traité des uantités incommensurables, sont écidées plusieurs belles Questions des IVombres rationaux et irrationaux, etc., et réduit à 62 Propositions, avec un Discours de la manière d'expliquer les sciences en français, Paris, 164o, in-4°; De sacrâ Ampulla Rhemensi Tractatus, 1652, in-4°; Veritas vindicata adversùs Vendicias Hispanicas, 1651, in-fol. TENNULIUS (Samuel) ou Ten-Uil, bon humaniste holland. du 17° siècle, a donné le fragment de Stephanus sur Dodone, d'après un anc.m.ss. de la biblioth. de Seguier, Amsterd., 1669. On lui doit encore des IVotes sur Frontin, Jambli

que , etc•

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

TENTZELIUS (André), sam. méd. allem. du 17°s., a publié un Traité curieux sur les Momies, leur vertu, leurs propriétés, la manière de les composer et de s'en servir dans les maladies; un traité de Medicinâ diastaticd. T'ENTZELIUS (Guill. Ernest), né à Arnstadt en Thuringe, en 1659, m. en 17o7. On distingue parmi ses ouvrages : Saxonia numismatica, 17o5 , 4 vol. in-4°, en latin et en allemand ; Supplementum Historiae Gothanae , 17o1 et 1716, 3 vol.in-4°. TERBURG (Gerard), cél.peint. hollandais, né en 16o8, à Zwol, dans la prov. d'Over-Yssel, m. à Deventer en 1681 ; fut employé à la cour d'Espagne, où il reçut de riches présens et fut fait chevalier; de retour † sa patrie, la ville de Deventer le choisit pour être un de ses principaux magistrats. Il excellait surtout dans les sujets de Bambochades et de Galanteries et dans le portrait. TERCIER (Jean-Pierre), prem. commis des affaires étrangères, membre de l'acad. des b.-lettres de Paris, et censeur roy., né en Suisse au canton de Fribourg, en 17o4, m. en 1766.Lorsque le marquis de Monti fut envoyé en Pologne par le roi de France, pour y faire reconnaître les droits du roi Stanislas après la mort du roi Auguste, Tercier fut nommé secrétaire de cette ambassade. Stanislas , ne † lutter contre les efforts de la ussie ct de l'Empire, abandouna totalement ses états et se retira en France,

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

TERRASSON(Ant.), fils du précéd.

cens. royal, conseiller au conseil souver. de Dombes, avocat du clergé de France, prof. au coll. royal, né à Paris en 17o5, où il m. en 1782, a composé : Histoire de la Jurisprudence romaine, Paris, 175o, in-fol.; Mélanges d'histoire, de littérature, de jurisprudence, de critique, etc., 1768, in-12, et quelques autres Ouvrages. TERRAY (l'abbé Joseph-Marie), contrôl.-gén. des fin., min. d'état,secrétcommand. des ord. du roi, et direct.gén. des bâtimens ; né en 1715 à Boen en Forez, de Jean Terray, fermier gén. Peu de ministres se sont trouvés dans une position plus difficile et plus orageuse. Il déclara au roi qu'on ne pouvait augmenter l'impôt ; que c'était par les réformes, les économies, la suppression des abus, qu'il fallait maintenir désormais au même niveau la recette et la dépense, et prévenir le retour des désordres qu'il avait réparés. Ses comptes de 177o, 1772 et 1774 , impr., dans la Collection des comptes rendus depuis # jusqu'en 1787, sont des modèles d'ordre, de précssion et de clarté. Il donna sa démission le 24 août # , et se retira dans une de ses terres, où il fut poursuivi par la vengeance de ceux dont il avait blessé les intérêts particuliers. Il m, à Paris en février 1778. TERREROS Y PANDo (le P. Et.), sav. jés. espag., né dans la proyince de Biscaye en 17o8, m. à Forli Cn Italie CIl 1782 , professeur de mathématiques au collége de la noblesse à Madrid. On a de lui, en espagnol, une Traduction du spectacle de la Nature de l'abbé Pluche, enrichie de plus de 15oo notes sav. ; un Dictionnaire espagnol des SClenCeS et arts , et leur signification dans les trois langues latine, française et italienne, § 1786, 1787, 2 v. in-f.;

[ocr errors][merged small][merged small]

1684, 3 vol. in-fol. , fig. TERTRE ( Marg. du), née à Paris

vers le milieu du 17° s., maîtresse sagefemme de la ville et de l'hôtel-dieu , a laissé une Instruction sur l'art des SagesFemmes, Paris, 171o, 1 vol. in-12. TERTRE (Jean-Bapt. du), dominic., né à Calais en 161o, entra d'abord dans les troupes, et fit divers voyages sur terre et sur mer, se fit dominicain à Paris en 1635 Envoyé en mission dans les îles de l'Amérique, il revint en 1658, et m. à Paris en 1687, après avoir publ. son Histoire §le des Antilles, habitées par les Français, 1667, et 1671, 4 v. in-4°. TERTRE (Rodolphe du), jés., né à Alençon en 1677, et m. vers 1762, a donné une Réfutation du système métaphysique du père Malebranche, 1715, 3 v. in-12, et des Entretiens sur la vérité de la Religion, 1743, 3 vol. in-12, trad. en ital., ar Laurent Brunassi, Naples, 1749, # vol. in-8o. TERTRE (Franç.-Joachim DUPoRT du), né à St.-Malo , membre de l'acad. d'Angers, prof. d'abord les humanités chez les jésuites. Rendu au monde, il travailla aux feuilles périodiques avec Fréron et l'abbé de La † et IIl .. en 175 , Ses princip. ouvr. sont : Abrégé de l'histoire d'Angleterre, 1751, 3 völ. in-12 ; Histoire des conjurations et des conspirations célèbres, 1o vol. in-12 ; Les deux derniers vol. de la Bibliothèque amusante ; L'Almanach des beaux-arts, connu depuis sous le nom de la France

littéraire, in-8°. Il a publ. les Mémoires

du marquis de Choupes, 1753, in-12. TERTRE (DUPoRT du), av. à Paris, où il naq. en 1754, fils du précéd. , fut † des principes de la révolution, ans lesquels il se montra toujours modéré. Il fntd'abord élect. en 1789, ensuite lieuten. de maire au moment de l'organanisation de la prem, municipalité, et enfin substit. du procur. de la commune. La Fayette le désigna à Louis XVI en 179o pour minist. de la justice, non pour son mérite qui était médiocre, mais pour calmer la classe du tiers-état. Après le départ de Louis XVI pour Varennes, il vint apporter à l'assemblée les sceaux de l'état, ainsi que ce prince le lui avait ordonné. L'assemblée lui enjoignit de les reprendre; il obéit, et scella i'ordre d'arrêter le roi. Enveloppé dans la proscription du 1o août 1592, il fut envoyé à Orléans, échappa au massacre des prisonniers de Versailles , et fut ensuite condamné à m., le 28 nov. 1793, comme ayant géné la liberté de la presse.

TERTULLIEN (Quintus Septimius Florens Tertullianus), prêtre de Carthage, était fils d'un centenier de la milice sous le proconsul d'Afrique, se fit chrétien. Il † élevé au sacerdoce. De Carthage il passa à Rome, y publia , durant la persécution de l'emper,Sévère, son Apologie pour les chrétiens. Dans les dernières années de sa vie, il donna dans les systèmes de la secte de Montan , et composa des livres contre les catholiques, qui causèrent de grands troubles. Il laissa quelques sectateurs, auxquels on donna le nom de Tertullianistes. Il m. sous le règne d'Antonin-Caracalla, vers l'an 216. Les meilleures édit. de ses CEuvres sont celles de Rigault, sur-tout celle de Venise en 1746, in-fol. Il y en a une autre par le même Rigault, 1664 , in-fol. Thomas, seigneur du Fossé, a donné les Vies de Tertullien et d'Origène, sous le nom du sieur de La Motte.

TERZAGO (Jacques), né à Milan, fut choisi par le sénat de Milan pour enseigner l'art oratoire. Il a écrit : Hesiodi et Homeri certamen e graeco in latinum translatum.

TERZAGO (Paul-Marie), méd., né à Milan, et m. en 1695, doyen de la faculté de Pavie. On a de lui : Musœum septalianum , cum centonibus de naturâ crystalli, corallii, etc., Tortonae, 1664, in-4°.

TERZI (Fr.), cél. peint. de Bergame, m. à Rome vers la fin du 16° s., orna de ses tableaux la Bohême, l'Autriche, la Carinthie et la Carniole. Maximilien II le nomma son premier peintre.

TERZI (Alex.), mineur conventuel, né en 1689, à Scalve dans le Bergamasque, où il m. en 1761, acquit, dans toutes les villes d'Italie, la réputation d'excellent orateur. Ses Sermons pour le carème ont été publ. à Bergame en 1765.

Tome III.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

Poitou en 161o, m. à Bordeaux en 1687, prêcha 3o ans avec succès. Il a laissé des Sermons, Paris, 1673, 1678. TESSIER ( N.), bon chimiste, né en 1736, m. en 1811, à Lyon, membre de l'acad. des sc. et b.-lett., a laissé : Essai sur la théorie des trois élemens, comparés aux élémens de la chimie pneumatique , Mémoire pour établir la surphosphorescence des corps; Divers moires sur la physique et la chimie. TESTAS (Abraham ), aut. français réfugié en Angleterre, y professa le calvinisme, m. à Londres vers 1748. Son principal ouvr. est la Connaissance de l'âme dans l'Ecriture, 2 vol. in-8°.

TESTELLIN ( Louis), peintre, né à Paris en 1615, où il m en 1655, fut élève de Vouet. On admire sur-tout son tableau le la résurrection de Tabithe, par St -Paul, que l'on voyait dans l'église de Notre-Dame à Paris, et celui de la flagellation de Paul et Silas. On a beau· coup gravé d'après ses dessins.

TESTELLIN (Henri), son frère, né en 1616 , m. en 1696, se distingua dans la même profession. Il a donné les Conférences de l'académie, avec les sentimens des plus habiles peintres sur la inture; ouvr. rare, Paris, 1695. TESTI ( Fulvio ), poète ital., né à Ferrare en 1593, min. de François, duc de Modène, qui le créa comte et cheval. Ayant eu le malheur de déplaire à ce prince, il fut enfermé dans une forteresse, où il finit ses jours en 1646. On a de lui des Odes, et d'autres Poésies, Venise, 1656, 2 vol. in-12. TESTI (Louis ), méd., né à Carpi en 164o, exerca sa prof à Venise, où il m, en 1797, Il a écrit : De la Terre Vierge, Lyon, 168o ;, Raisonnemens physiques sur la Salubrité de l'air à Venise, Col., 1694 ;_De novo Saccharo , lactis inventore, etc.,Venise, 17oo. TESTU (Jacq.), poète français, aumônier et prédic. du roi, mémbre de l'acad. franc., m. en 17o6. Il a mis en vers les plus beaux endroits de l'Ecriture et des p§ sous le titre de Stances chrétiennes, 17o3, in-12, et diverses autres Poésies chrétiennes. TESTZEL (Jean ), relig. dominic., et inquisit. de la foi, né à Pirne sur · l'Elbe, prêcha les indulgences pour les chevaliers Teutoniques, puis celles du pape Léon X en 1517. Il opposa aux propositions affichées par Luther, 1o6 autres propositions, et fit brûler les thè

ses de cet hérésiarque ; mais ayant mar

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

· Tétricus. Les deux armées se rencontrent

dans les plaines de Châlons-sur-Marne. Dès le commencem. de la bat , Tétricus et son fils abandonnent les leurs et passent du côté d'Aurélien; ses légions , se voyant sans chefs, sont contraintes de mettre bas les armes. On fixe l'époque de ces événemens à l'an 274 de J. C. , le 5° de l'empire de Tétricus. Le superbe Aurélien réserva les deux Tétricus et Zénobie pour son entrée à Rome; son triomphe est un des plus éclatans dont l'histoire fasse mention. Aurélien rendit aux deux Tétricus la dignité de sénateur, et donna an père le gouvern. de la Leucanie. Tétricus m. dans un âge avancé. TETTI (Charles), napolit. , m. à Padoue vers la fin du 16° s., se distingua dans les math., et composa un Traité de fortifications, Rome , 1569, Vicence, 1617, in-fol. TETTI (Scipion ), napolit., hist. et littér., vivait dans le 16° s. ; il fit de

longs voyages, examina les meill. bi

blioth. et composa le Catalogue des livres inédits qu'il avait rencontrés, et que le père Labbe a inséré dans son Specimen antiquarum lectionum. Tetti a ajouté à la traduction de la bibliothèque d'Apollodore, une Dissertation de Apollodoris. Le père Labbe lui attribue Bibliotheca scholastica, latinè, grcecè, italicè, gallicè , hispanicè , anglicè , Londres, 1618, De Thou, qui a écrit sa

« IndietroContinua »