Immagini della pagina
PDF
[merged small][ocr errors][merged small]

THUILERIES ( Claude DE MoU1 INET, abbé des) , né à Séès, m. à Paris en 1728. Ontre plus. Mémoires sur différens sujets, et une Histoire du diocèse de Séez en m.ss., il a laissé : Dissertation sur la mouvance de Bretagne par rapport à la IVormandie, etc., Paris, 1711, in-12; Examen de la charge de connétable de Wormandie ; des Dissertations dans le Mercure de France et dans le Journal de Trévoux.

THUILLERIE ( Jean JUvENoN de la), comédien comme son père au 17e s., mort en 1688 à 35 ans, a donné quatre poces dramat. : Crispim précepteur et Crispin bel esprit , coméd. La dern. est de l'abbé Abeille ;. et peut-être 2 trag., Soliman et Hercule, attribuées à l'abbé Abeille, et réunies en 1 vol. in-12.

[ocr errors]

THUILLIER (Pierre), cnré de Givrysur-Aisne, né à Reims en 1683 , m. à Givry en 1768, a pub. : Concorde de la géographie des différens âges , ouv. osthume de Pluche, avec un Eloge de l'auteur, par Robert Estienne, libraire, Paris, 1765, in-12. THUILLIUS (Jean), sav. littér. , né vers 1591 à Marciperg, près de Bolgiano, fut correcteur à Venise en 1617, profess. de b. lett. à Padoue, où il # une imprimerie. Il pnb. et enrichit de notes div. ouv. d'excellens aut. Il m. en 163I. On a de lui : Oratio in funere Fabricii , Padoue , 1619 ; In funera Adriani Spigelli medici, Padoue, 1625; In laudem # Contareni, Padoue , 1623; _Compendium facis historiœ ex Justi Lipsii operibus, concinnatum, etc. 1628, in-12. THUNBERG (Ch.-P.), cél. botanista suédois, fut élève de Linnée et marcha sur les traces de ce maître habile. Après avoir séjourné quelque tems en France . il alla au Japon, où il recueillit un grand nombre de plantes rares. Il se rendit à Ceylan , où il herborisa encore avec fruit. A son retour en Europe il eut la place de profess. de botanique à l'univ. † et m. à la fin du 18° s. Les Mémoires de l'acad. d'Upsal en renferment plus. de lui très curieux. Thunberg est principal. connu par la Flora

[ocr errors]

THURANT (Jean-Baptiste), méd., m. en 1771 , a écrit plus. Mémoires sur l'inoculation, et quelq. dissertations lat. sur des objets relatifs à son art.

THURLOE (Jean ), secrét. d'état sous les deux protectoratsd'Olivier et de Richard Cromwel, naq. en 1616 à Abbots Roding, dans le comté d'Essex. Il fut mis en prison à la restauration, et fut bientôt relâché; il m. en 1668. Il a donné la Collection précieuse des papiers d'stat, en 7 vol. in-fol.

[ocr errors]

successivement cette dernière à Douai,

à Louvain, à Leyde et à Franeker. Il a laissé : De nobilitate et disciplind militari veter. Frisiorum ; des Traductions en latin de plusieurs morceaux de littér. grecque, etc.

[ocr errors]

I. TIBÈRE(Claudius Tiberius Nero), emper. romain, descendait en ligne directe d'Appius Claudius, censeur à Rome. Sa mère était la fameuse Livie qu'Auguste épousa lorsqu'elle était enceinte de Drusus. Tibère était déjà né l'an 42 av. J. C. Il fut élevé dans l'étude des langues grecque èt latine qu'il cultiva toute sa vie avec soin. Il fut adopté par Auguste, d'après les intrigues de Livie, et §da à ce prince le 19 août de l'an 14 de J. C. Le commenc. de son règne fut assez doux, mais il devint, peu de tems après, une suite continuelle de cruautés inouies ; Tibère fit m. Julie sa femme, Germanicus, Agrippine, Drusus, Néron, Séjan, etc. Il mena une vie infâme et monstrueuse dans l'île de Caprée, et choisit, pour son successeur, Calignla, fils de Germanicus. Il m. le

16 mars de l'an 37 de J. C.

TIBERE CONSTANT IN, né en Thrace, se distingua, par son esprit et par sa valeur, et s'éleva par son mérite aux prem. charges de l'empire. Justin le jeune le choisit pour son collègue, et le créa César en 574. Il devint seul maître de l'empire à la mort de Justin en 578; il défit les Perses, et m. près de Constantinople le 14 août 542, après un règne glorieux de 4 ans. L'empereur Maurice, son gendre, lui succéda.

TIBERE, fameux imposteur, prit ce nom en 726, et voulut faire croire qu'il était de la famille des empereurs, afin de monter sur le trône. Quelques peuples de la Toscane l'avaient § Auguste, lorsque l'exarque, secouru des Romains, l'assiégea dans un château où il s'était retiré, et lui fit trancher la tête.

TIBÈRE (Antiochus k grand cultivateur des sciences occultes, a pubI. un ouvrage curieux sur la chiromancie, la pyromancie, la physiognomie, etc.

TIBERGE ( Louis), abbé d'Andres, direct. du séminaire des missions étrangères à Paris, où il m. en 173o, a beaucoup travaillé avec Brisacier, supér. du même seminaire, sur l'a faire de la Chine

entre les jésuites et les autres missonn,

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

ata grand noubre de maladies qui pas

[ocr errors]
[ocr errors]

saient pour incurables. Il cultiva encore les b.-lett., sur-tout la poésie. Ses envieux l'ayant desservi auprès de Christiern, roi de Danemarck, il fut privé de ses pensions. Il quitta son pays pour aller en Hollande; mais sur les vives instances de l'emper. Rodolphe II, il se retira à Prague, où il m. en 16o1. Ses princip. ouvr. sont : Progymnasmata astronomiae instauratœ , 1598, in - folio; De Mundi aetherei recentioribus phœnomenis, 1589, in-4°; Epistolarum astronomicarum liber, 1596, in-4°. Jessenius a donné sa Vie, Hambourg , 16o1 , in-8°, et Gassendi, la Haye, 1655, in-4°. Sophie BRAHÉ , sa sœur, cultivait la poésie; et l'on a d'elle une Héroïde en vers latins, impr. dans les Inscriptiones Hafnienses de Pierre Resenius, 1668, in-4°, pag. 41o-429'I'ICHONIUS, écriv. donatiste sous # de Théodose-le-Grand.Il a laissé le Traité des sept règles pour expliquer l'Ecriture-sainte, qui se trouve dans la Biblioth. des Pères, et dont St.-Augustin a fait l'abrégé dans son livre 3° de la doctrine chrétienne.

TICKELL (Thomas), poète anglais, né à Bridekirk en Cumberland en 1686, m. à Bath en 174o. Son ami Addison le chargea, par son testament, de la publication de ses OEuvres. Tickell publ. sa Traduction du 1er livre de l'Iliade en vers anglais à l'époque où venait de paraître celle de Pope. Cependant de forts soupçons se sont élevés depuis qu'Addison avait déguisé son propre travail sous le nom de son ami.

TICKELL (Richard), poète anglais, m. en 1793, a donné quelques pièces au théâtre de son pays. Les deux plus remarquables sont : # Berger et le Carnaval de Venise. Il est encore aut. de 2 ouvr. intit. : Le Projet et l'Anticipation. Il périt en tombant de la fenêtre de son appartem. à Hamptoncourts

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

·Un Essai sur l'origine des langues , impr. en 1772 ; # stème de la philosophie stoïcienne; Des Recherches sur l'homme, les premiers philosophes de la Grèce; un ouvr. en 6 vol. sur l'Esprit de la philosophie spéculative; un ouvr. complet de # et la Traduction du Voyage de Denon dans la Haute et Basse-Egypte, traduction qu'il a enrichie de notes importantes.

TIEPOLO (Bajamonte), de Venise : ayant formé le dessein d'opprimer son # il s'unit, en 131o, à un gr. nombre

e mécontens, et conspira la mort du doge et des sénateurs. Les rebelles furent défaits et mis en fuite. Baiamont se retira avec ses compagnons à Trévise, mais il en fut chassé en 1315, et m. en Dalmatie. Cette conjurationaétélesujetd'un poème intitulé : Bajamonte Tiepolo.

TIESSENTHALER ( (Jos. ),jés. et missionn. apostol., né à Bolzano dans le comté de Tyrol, se transporta du Por'tugal dans l'Inde dès l'an 1743, et vivait encore à Egra en 1786. On lui doit , la Géographie de l'Indoustan ; Une Histoire naturelle de l'Inde; Un ouvr. sur la Religion des Brahmes; Trois Cartes du cours du Gange et du Gangra; Sa Description historique et géographique de l'Inde, etc., a paru augmentée de remarques et d'additions par les soins de Jean Bernoulli, Berlin, in-4°.

TIFERNAS ou THIPHERNAs (Grég), natif de Tiferno en Italie, prof. le prem. le grec à Paris, où il m. à 5o ans en 1479. On a de lui : Des Poésies latines à # suite d'un Ausone, etc., Venise, 1472, in-fol., etc., et séparément, in-49; J a Traduction des 7 dern.livres de Strabon, dont les ro premiers sont de Guarino, Lyon, 1559, 2 vol. in-16.

TIGNY ( G. de), naturaliste franç., m: dans ces dernières années, est principalement connu par une Histoire naturelle des Insectes, publiée à Paris en 18o2 en ro vol. in-8°. Le Discours préliminaire de son histoire des Insectes est de Brongniart.

TIGRANE, roi d'Arménie, ajouta la Syrie à son empire. Les Syriens, lassés des diverses révolutions qui désolaient leur pays , s'étaient donnés à lui l'an 85 avant J. C. Il soutint la guerre contre les Romains en faveur de Mithridate son gendre; mais ayant été vaincu par Lucullus et par Pompée, il céda aux vainueurs une partie de ses états, et s'en fit es protecteurs. Il vécut ensuite dans une profonde paix jusqu'à sa mort.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

cLAës, comte de ), fameux gén. , d'une ill. maison de Bruxelles, porta d'abord l'habit de jés., qu'il quitta pour prendre les armes. Aprèsavoir signaléson courage en Hongrie contre les Turcs, il eut le commandement des troupes de Bavière sous le duc Maximilien, et se distingua à la bataille de Prague le 8 nov. 162o. Il montra des talens supérieurs par ses nombreuses actions dans les guerres d'Allemagne, et ne se distingua pas moins par son humanité. Il fut à la fin défait par Gustave Adolphe, roi de Suède, et recut une blessure mortelle en défendant le passage du Lech, à Ingolstadt en 1632.

TILLI †) prof. de botan. à Pise, et membre de la société royale de Londres, né à Castro dans le Florentin, en 1653, m. en 174o. On a de lui, en latin, le Catalogue des Plantes du jardin de Pise, Florence, 1723, in-fol., avec 5o fig., ouvrage estimé.

T'ILLIÈRES (N. LE VENEUR de), s'honora par une généreuse opposition aux ordres barbares de Charles # à la funeste époque de 1572. « Je croyais, dit-il, avoir combattu les huguenots avec assez de réputation et d'honneur , toutes les fois qu'ils se sont armés, pour qu'on ne me choisît pas pourêtre leur assassin. »

TILLOTSON (Jean), cél. archevêq. de Cantorbéry, né dans le comté d'York, a donné : Un Traité de la Règle de la Foi, contre les athées et les incrédules ; Un vol. in-fol. de Sermons. Barbeyrac et Beausobre les traduisirent d'angl. en franç., en 7 vol. in-8°; Des Sermons posthumes, en 14 vol. in-8°.

TILLY (Henride), seign.de FontaineHenri près de Caen dans le 14° s., unit à la profession des armes des lumières supérieures à celIes de ses contemporains. Il chercha à créer le commerce dans sa province et sur-tout à y améliorer l'agriculture. Le croissement des races et le perfectionnement des lainages devinrent les objets de ses soins. Il légua à l'abbaye d'Ardenne les brebis et les chèvres qu'il avait fait venir de Séville en Espagne, ( Oves et Capras de Sevilla.) · TILLY, agent diplomat. français, fut employé dans les relations extérieures, notamment à Gênes, en 1793 et 1794Il suivit constamment le parti révolut. de St.-Cloud. Il se retira près St.-Germain, où il m. en 18oo. Il publ , eu 1799, plus. Pamphlets politiques, sous le titre de Lettres anonymes, dans l'une desquelles il attaquait l'abbé Siéyès.

[ocr errors]
« IndietroContinua »