Immagini della pagina
PDF

devint esclave à Rome, où le fils de SyIla l'affranchit à cause de ses talens. Il gagna ensuite les bonnes grâces de Jules-César, mais il ne sut pas les conserver. Timaène, piqué, brûla l'histoire qu'il avait faite de ce héros. TIMANNUS (Jean), pasteur luthérien, né à Amsterd., passa la plus grande partie de sa vie à Brème. Il s'est fait connaître par nn ouvr. sur l'Eucharistie, publ. en 1555, et réfuté par Albert Hardenberg, past. de la cathéd. de Brème. TIMLANTHE, atheléte grec, s'était fait une réputat. par le nombre et l'éclat de ses victoires aux jeux olympiques. TIMANTHE, peintre de Sycione, et

selon d'autres, de Cythne l'une des Cy

clades, contemporain de Pamphile, viv. sous le règne de Philippe, père d'Alexandre-le-Grand. Ce peintre avait le talent de l'invention. C'est lui qui est l'aut. de ce fameux tableau d'Iphigénie regardé eomme un chef-d'œuvre de l'art. TIMARETTE, jeune Grecque, fille de Micon; c'est la première de son sexe qui ait peint avec succès. · TIMÉE DE LocREs, cél. philos., né à Locres en Italie, eut Pythagore pour maître. Il reste de lui un petit Traité de la IVature et de l'âme du monde, écrit en dialecte dorique. On le trouve dans les CEuvres de Platon, auquel ce traité donna l'idée de son Timée. Boyer d'Argens l'a trad. en franç. avec des notes, 17o3, in-12. On avait encore de lui : l'His toire de la Vie de Pythagore, dont parle Suidas. TIMÉE, rhéteur de 'l'auromine en Sicile, 285 ans avant J. C., fut chassé de la Sicile par le tyran Agathocles. Il se fit un nom cél. par son Histoire égénérale de Sicile, et par son Histoire particulière de la guerre de PrrrhusTIMÉE, sophiste, laissa un Lexicon vocumplatonicarum,Leyde, 1754, in-8°. , TIMÉE (Balthasar), seigneur allem., premier méd. de l'élect. de Brandebourg, né à Franstadt en 16oo , et m. en 1667. Tous ses ouv. ont été recueillis en un vol., imprimé à Léipsick sous ce titre : Opera medico-practica, 1677 , in-4°. - TIMOCRÉON, poète eomique rhodien, vers l'an 476 av. J. C. On trouve de lui quelques fragmens dans le Corps des poètes grecs, Genève, 16o6 et 1614, 2 vol. in-folio. · TIMOLÉON, cél. capitaine corinthien, fils de Timodème. Son frère Timophane ayant voulu usurper le pouvoir souverain, Timoléon lui fit arra

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

conquérant, qui voulut toujours l'avoir rès de sa personne. En employant sur # flûte le mode ortyen, dont la modulation était rapide, iI animait Alexandre, et entretenait son humeur guerrière. On lui attribue des livres sur la musique, qui ne sont point venus jusqu'à nous. TIMOTHEE (Philippe), jés., né à Rome en 1726, exerça le minist. apost. à Frascati et dans d'autres lieux. Après la suppression de son ordre, il se retira dans Je couvent de Jésus, et y m. en 1794. Il avait comp. un ouvr., intit. De jurisconsulto libri III, Rome, 179o.

TINDALL (Mathieu), célèbre écriv. angl. , né dans la prov. de Devonshire en 1655, prit le parti des armes dans les troupes du roi § et embrassa la relig. cathol. rom. ; mais il entra quelque tems après dans la communion de l'égl. anglic, Après l'abdication du roi Jacques, Tindall publia un gr. nombre d'ouvr. en faveur du gouvernem., et m. à Londres en 1733. On a de lui, outre ses écrits en faveur du gouvernement, un livre, intit. : Le Christianisme aussi ancien que le monde, in-4° et in-8°. Jean Conybeare, Jacques Foster et Jean Leland, ont écrit fortement contre cet ouvrage. Pope a encore plus maltraité l'aut. dans sa Dunciade. On a encore de Tindall 2 v. in-4° de remarques sav. sur l'Histoire d'Angl. par Rapin Thoiras.

TINDALL (Nicolas), neveu du préc., m: en 1774 , recteur de Calbourn dans l'île de {# puis chapel. de l'hôpital de Greenwich, a donné une Traduction de l'Histoire d'Angleterre de Rapin, avec la continuation; un Abrége du Polymetis de Spence, 1 vol. in-12.

[ocr errors]

que son père était teinturier. Ses parens le mirent sous la discipline du Titien. Il y fit en peu de tems de si grands progrès, que cet hab. maître en devint jaloux et le renvoya, Le Tintoret se proposa dans ses études de suivre Miches-Ange pour le dessin, et Titien pour le coloris : il disegno di MichelAngelo, il colorito di Titiano. Le Tintoret réussit en l'un et en l'autre, et fit un nombre prodigieux de tableaux qui lui acquirent une gr, réputation dans toute l'Europe Le Musée ftancais possède plus. ouv. du Tintoret, entr'autres, saint Marc délivrant un esclaoe, et sainte Thérèse ressuscitant le fils d'un préfet de Rome. Il m. en 1594. On a gravé d'après lui. Ridolfi a écrit sa vie. - Son fils, Dominique Tintoret, m. à Venise à 75 ans, réussissait dans le portrait, ainsi que sa fille Marie Tintoret, morte en 159o à 59 ans.

TIPHAIGNE DE LA RocHE (N.), médecin, né à Montebourg près de Coutances, m. en 1774, a écrit : L'Amqur déooile ou le Système des Sympathistes, 1751, in-12; Amilec, 1754, in-12 ; Bigarrures philosophiques, 1759, 2 vol. in-12; Essai sur l'histoire # des mers occidentales de France, 176o, in-8°; Giphantie, 176o, in-8°, # CIl angl. ;Observations physiques surl'agriculture, les plantes, les minéraux et &étaux, Paris, 1765, in-12 ; L'Empire des Zaziris sur les humains, ou la Zazirocratie, et une édit. du Dictionnaire de Furetière.

TIPHAINE (Claude), jés., né à Paris en 1571, m. à Sens en 1641. Il fut recteur des coll. de Reims, de Metz, de La Flèche, de Pont-à-Mousson, et provincial de la province de Champagne. Il a donné : Avertissement aux hérétiques de Metz, Pont - à- Mousson , 1634, in-4°; Un Traité : De ordine , seu de priori et posteriori, 164o, in-4°.

, TIPHYS ( Myth.), fils de Phorbas

et d'Hymane, fut le pilote du vaisseau appelé Argo , qui conduisit les † nautes à la conquête de la Toison d'or en Colchide. Tous les poètes ont chanté son habileté.

[blocks in formation]
[merged small][ocr errors]

, TIRAQUEAU (André), lieut. civil de Fontenai-le-Comte sa patrie, m. en 1558, dans un âge avancé , devint conseiller au parlem. de Bordeaux, puis au

arlem. de Paris. Ses ouvrages, en 5 vol. in-fol. , 1574, contiennent entre autres : un Traité des prérogatives de la noblesse; un autre du retrait lignager; des Commentaires sur Alexander ab Alexandro, Leyde; un Traité des lois du mariage, et plusieurs autres livres, dont le chancel. de l'Hôpital faisait cas.

TIRÉSIAS ( †) , fameux devin de la ville de Thèbes, fils d'Evère et de la nymphe Chariclo, vivait avant le siége de Troie.

TIRIDATE, roi d'Arménie, se révolta ,

contre Phraate et s'empara du royaume des Parthes. Mais craignant l'armée formidable que Phraate leva contre lui, il implora la protection d'Auguste et se réfugia auprès de cet empereur. TIRIN (Jacques), cél.jés. d'Anvers, m. en 1636, dans un âge avancé, est principalement connu par un Commentaire lat. sur toute la Bible, 2 vol. in-fol. TIRON (Tullius Tiro), affranchi de Cicéron, inventa chez les Latins la manière d'écrire en abrégé. Il passe pour le remier auteur de ces caractères que les omains appelaient notae, par le moyen desquels on écrivait aussivite qu'on parlait.Ceux qui écrivaient de cette manière s'appelaient notarii, d'où nous est venu le nom de notaires. Tiron avait aussi composé la Vie de Çicéron et plusieurs

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

† à Venise fit l'honneur au I'itien e l'aller voir. Entre un nombre infini d'ouvrages de ee grand homme, distribués dans les plus belles galeries de l'Europe, on remarque une Représentation de Saint-Pierre, martyr: on voit ce tableau au Musée du Louvre. TITIUS (Gérard), théol. luthér., né à Quelimbourg en 162o, prof. à Helmstadt, où il m. en 1681. On a de lui,: un Traité des conciles, Helmstadt, 1656, in-4° ; un autre de # de la religion purement naturelle, et de la nécessité de la révélation, 1667, in-4°. TITON ou T1THoN (Mythol. ), fils de Laomédon, roi de Phrygie, fut ravi> par l'Aurore et changé en cigale. TITON DU TILLET ( Evrard), né à Paris en 1677, d'un secrét. du roi , m. en 1762, fut capit. de dragons; réformé après la paix de Ryswick, il fut maîtred'hôtel de la dauphine, mère de Louis XV, et ensuite commissaire provincial des guerres. Son admiration pour les hommes de génie lui inspirèrent, dès 17o8, l'idée d'élever un Parnasse en bronze, à la gloire de LouisXIV et des poètes et musiciens qui avaient illustré son règne. Ce beau monument fut achevé en 1718. En 1727 il en donna la Description, avec l'extrait de la Vie et le catalogue des Ouvr. des poètes qu'il y avait placés, 1 v. in-12, réimp. en 1732, in-f.

Depuis cette époque, il donnait des supplémens tous les dix ans, qui vont jusqu'en 176o. On a encore de lui un Essai sur les honneurs accordés aux savans, in-12. TITYUS (mythol.), géant énorme, fils de Jupiter et d'Elara, fille d'Orchomène, passa pour le fils de la Terre. Apollon et Diane le tuèrent à coup de flèches, pour avoir voulu faire violence à Latone leur mère. TIVILLE (Louis DE BoULLE - MER de), né à Alençon en 1727, m. en 1773, a publié un Traité sur les blés, Alençen, 1772. TLÉPOLÈME(mythol), fils d'Hercnle et d'Astyocle, partit de Rhodes où il régnait, avec neuf vaisseaux pour la guerre de Troie. Il fut tué par Sarpédon fils de Jupiter. TOALDO (Joseph ), né en 1719, dans un petit village près de Marotisca, docteur en théologie ; il présida à la réimpr. des CEuvres de Galilée ; composa une préface, ajouta des notes, augmenta l'édition de beaucoup de fragmens inédits : il introd. dans son école le calcul infinitésimal ; fut membre de l'acad. des scienc., arts et b.-lett. de Padoue , introduisit dans cette ville les horloges framc., et m. en 1798. Le premier ouvr. qu'il publia fut une IVotice très-étendue sur la vie de l'abbé Conti; en 1769, un Abrégé de Trigonométrie # et sphérique, etc., avec les tables de l2éparcieux , adopté pour les écoles d'Italie ; il fut suivi d'une traduction en français, de l'Essai météorologique ; plus: moires sur les conducteurs destinés à détourner la foudre ; un Mémoire sur les Thermomètres et les Baromètres, inséré dans le journal d'Agriculture. En 1777, une édition ital. des Tables astron. et de I'abrégé de Lalande ; il trad. aussi son Astronomie des Dames. En 1784, De methodo longitudinum et observatione transitus Lunœpermeridianum;en 1788, un Parallèle des saisons avec les princiaux produits de la campagne; en 1789, # T# de § et Schediasmata astronomica. *. , TOBIE, de la tribu de Nephtali, fut cmmené captif à Ninive par Salmanazar, I'an 721 av. J. C. Il donna des exemples admirables de vertu et de charité durant sa captivité, et eut un fils nommé comme lui Tobie. Il l'envoya à Ragès pour se faire payer d'une somme que lui devait Gabellus, et m. l'an 663 av. J. C. , à 1o2 ans. Nous avons un livre canonique, sous le mom de Tobie, On croit que ce

livre a été écrit en Chaldéen par les deux Tobies. Saint-Jérôme l'a trad. en latin , et l'on a depuis mis cette histoire en hébreu; nous l'avons aussi en grec.

TOBIESEN-DUBY (Pierre-Auger), né en 1721 à Housseau, canton de Soleure, m. à Paris en 1782, servit d'abord dans la colonelle générale des Suisses ; ayant eu une cuisse emportée à la bat. de Fontenoy, il se consacra aux lettres et à la recherche des anciennes monnaies de France; il a laissé : Recueil général des Pièces obsidionales et de nécessité, gravées dans l'ordre chronologique des événemens, aeec l'explication, # , grand in-4°, publié par le savant numismate d'Ennery; Traité des Monnaies des barons, prélats, villes et seigneurs de France, Paris, 179o, 2 vol. in-4°, fig.

TOD (André), né à Dieppe, prêtre de l'Oratoire, m. en 163o, est connu par la traduction des Annaies de Baronius, dont le prem. vol. parut à Paris en 1614, in-fol. ; il n'a donné que ce vol.

TODD ( Hugues), histor. angl., né à Cumberland en 166o, m. vers 171o, a publié : Vie de Phocion ; Description de la Suède; Histoire du diocèse de Carlisle, etc.

TOFINO (don Vicente), sav.mathémat. et astronome espagnol, direct. des compagnies des gardes royales de la marine, brigadier de l'armée navale espag., membre de l'acad. d'hist. de Madrid et de celle des sciences de Paris et de Palme, m. à Madrid en 18o6. On a de lui : Routier des côtes d'Espagne sur la Méditerranée, et de son correspondant d'Asrique, Madrid, 1797, in 4°; Traité de géométrie élémentaire rectiligne, enrichi d'un Traité du sinus et de la tangente, ctc.

TOICT (Nicolas. du ), jés., natif de Lille en Flandre, supérieur des missionnaires dans le Paraguai, et m. vers l'an 168o. On a de lui l'Histoire des Missions dans le Paraguai, l' Uraguai, etc. , Liége, 1673, in-fol., en latin.

[blocks in formation]
« IndietroContinua »