Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Il présenta en 166o sa traduction en vers de l'Iliade, magnifiquement imprimée, à Charles II, qui le nomma son imprimeur géog. et cosmograph. Ce fut à ces derniers travaux qu'on dut l'Atlas, en plus. vol. in-fol., qui porte son nom, etc. OGIVE, reine de France, sille d'Edouard Io, roi d'Angl., épousa Charlesle-Simple, dont elle eut en 92o Louis, surn. d'Outremer. Lorsque son époux eut été fait priso»uier par le comte de Vermandois, qui le retint en captivité pendant sept ans, Ogive chercha une retraite à la cour d'Adelstan, son scère, et y éleva son fils. OGLETHORPE (Jacques), général angl., né en 1688 à Westminster, m. en 1785, devint aide-de-camp et secrét.

[ocr errors]

mé membre du parlement ; en 1732 il alla en Amérique régler les aofaires de la «olonie angl. de Géorgie, ct fit bâtir la ville de Savannah ; en 1745 , fut majorgén., et envoyé contre les rebelles. OGNA-SANCHA, comtesse de Castille, vivait vers l'an 99o. Etant veuve, elle devint amoureuse ! 'un prince nsaure. Pour l'épouser, elle forma le dessein d'empoisonner son sile Sanche Garcias, comte de Castille. Garcias, averti, était à table lorsqu'on lui † du vin empoisonné. Il dissimula ce qu'il savait, et par civilité la pria de boire la première. Ogna voyant son crime découvert, but le vin qui était dans la coupe, et m. peu de tems après. OGYGÈS ( mythol.), fils de Neptune et d'Alitra, régna dans la Grèce, où il fonda plusieurs villes. OIHENART (Arnauld), avocat au † de Navarre au 17° s., né à Maueon, a donné : /Votitia utriusque Vasconiœ , Paris, 1638 ou 1656, in-4° ; Déclaration historique de l'injuste usurpation et rétention de la Wavarre par les Espagnols, impr. en 1625. OISEL ou OUzEL (Jacques), né à Dantzick en 1631 , m. en 1686, à 55 ans, a publié : Des Correetions et des IVotes sur divers auteurs; Thesaurus selectoI'll/7Z numismatumz antiquorum CEl'e e3cpressorum, Amst. , 1677, in-4°; Catalogue de sa bibliothèque, 1686. OKOLSKI (François-Simon), jaco . bin polonais, aut. d'une Histoire de sa nation, sous ce titre : Orbis Polonus, Cracovie, 1641, 3 vol. in-fol. Il mourut vers 176o. o# (Stanislas), Orichovus, gentilhomme polonais, chan. de Prémislaw, •u il était né, embrassa les opinions de

Luther, qu'il abjura bientôt pour rentrer dans le sein de § cathol. Depuis ce tems, il publia un gr. nombre de livres de controverse contre les protestans, 1563, in-8° ; les Annales du règne de Sigismond Auguste, in-12, en latin.

OLAGARRAY ( Pierre ) , ministre † a publié : Histoire de Foix,

éarn et Navarre, 16o9, in-fol.

OLA HUS (Nicolas), né à Hermanstadt en 1493, d'une famille qui descendait des princes de la Moldavie, chanc. du royaume de Hongrie , et placé ensuite sur le siége d'Agrie en 1548, par Ferdinand, frère de Charles- Quint , et roi de Hongrie , qui le nomma ensuite à l'archev. de Strigonie , en 1553. Olahus tint deux conciles nationaux à Tyrnau , dont les actes ont été imprimés à {†: en 156o, in-4°. En 1562, il fut fait palatin du royaume, et m. à Tyrnau en 1568. On a de ce prélat : une Chronique de son tems ; une Histoire d'Attila , Presbourg , 1538 ; une Description de la Hongrie , Presbourg , 1735. On trouve sa Vie dans l'Histoire des Palatins de Hongrie , Tyrnau , 1752, in-fol.

OLAVIDÈS ( don Pablo), comte de Pilo, né à Lima, cap. du Pérou, vint à Madrid. Charles III le créa comte et le nomma intend, de Séville. Là, il conçut plus. † grands et utiles, et sur-tous celui de défricher la Sierra-Morena ou Montagne-Noire. Olavidès y appela des colonies de toutes les nations. Des villes s'élevèrent sous les ordres de l'intendant, qui voulut y établir des manufactures de Lyon , et fit venir des fabricans et des dessinateurs de cette ville. Pour récom pense de services si importans, Olivadès fut jeté dans un cachot et emprisonné pendant trois ans. Il m. en Andalousie en 18o3, à 63 ans. On lui attribue El Euangelio en triunfo, Triomphe de l'Evangile, ou Mémoires d'un philosophe converti, trad. en français, Lyon , 18o5 , 4 vol. in-8°.

OLDCASTLE (sir John), appelé le bon lord Cobham , maq. sous § III, et obtint la pairie en épousant l'héritière de ce # Cobham, qui se distingua par son patriotisme sous Richard II. Il s'éleva avec force contre la corruption qui régnait alors dans le clergé, et la dénonca à la chambre des communes. Sous Henri V, il fut accusé d'hérésie ; loin de se justifier , Cobham offensa le roi par ses invectives contre le pape qu'il traita d'antechrist. Henri le livra aux censures ecclésiastiques ; il fut excommunié et transféré à la tour, Echappé de sa prison, il alla se réfugier dans le pays de Galles. On mit sa tête à prix ; il fut conduit à Londres et traîné au lieu de son supplice, où il fut brûlé. Cobham a laissé Douze conclusions présentees au parlement d'Angleterre, à la suite desquelles se trouvent quelq. poésies lat. OLDECORN, plus connu en Angleterre sous le nom de Hall , né en 1561 , entra dans la société de Jésus. Ses supérieurs l'envoyèrent , en 1588, en Angleterre, en qualité de missionnaire. Il en remplissait les fonctions depuis 17 ans, lorsque la conjuration des poudres éclata. Accusé d'avoir été l'approbateur de cet affreux complot, il fut pendu à VVorcester le 17 avril 16o6. OLDENBURG (Henri) , gentilh.allemand , secrétaire de la société royale de Londres, mort à Charlton , dans la rovince de Kent en 1678, a publié les #§ philosophiques des 4 premières années, en 4 tomes. OLDENBURGER ou OLDENBURcERUs (Philippe-André ), professeur de droit et d'histoire à Genève , où il m. en 1678, a publié : Thesaurus rerum publicarum totius orbis, 4 vol.in-8° ; Limnaeus enucleatus, in-fol. , etc. OLDENDORP ou OLDENDoRPIUs Jean ), natif de Hambourg , prof. de roit à Marpurg, où il m. l'an 1561 , a donné divers écrits de jurisprudence, entr'autres un Traité De Praescriptionibus, Cologne , 1568, in-8° , et des Traductions en anglais, dont la Vie de la duchesse Mazarin, in-8°. OLDÉRIC , ORDÉRic ou ORDRIC VITAL , né en Angl. en 1o75, fut amené en Norm., se fit relig. à l'abb. d'Ouche, connue depuis sous le nom de SaintEvroul, m. en 1141. Il a donné une Histoire ecclesiastique, en 13 livres , depuis le commencement de l'ère vulgaire jusqu'en 1 141. OLDERMAN ( Jean), écriv.Saxon et astron., né en 1G86, m. en 1723. On a de lui : De Phraate fluvio ; De mari Algoro ; De Ophir , De festivitate Encaemiorum ; De specularibus , eterum ; De origine natalitiorum Jesu Christi.

OLDHAM (Jean), né à Shipton près de Thedbury en 1653 , d'un ministre non-conformiste, cultiva la poésie et les b.-lett. Il m. à Londres en 1683. Il a laissé : Des Poésies et des Satires, Londres, 1722, 2 vol. in-12; Des Traductions des diversaut Sa vie a été publ. en 3 vol. in-12, par le capit. Thomson.

OLDISWORTH (Villiam), écriv.

[ocr errors]

OLDMIXON (Jean), écriv. partial, né dans le comté de Somerset, mort 6 Il '# s'attacha à peindre la famille des Stuart sous les couleurs les plus odieuses. Indépendamment de son Histoire des Stuart, in-fol., et de la part † a eue dans l'Hist. critique d'Angl., il publia : Des Réflexions sur la langue anglaise, 1712, in-8° ; Un vol. de Poésies, en 1714 ; La Vie d'Arthur Maynvvaring, dont il a publié les ouvrages posthumes en 1715 ; La Vie de la reine Anne, etc. , etc.

OLDOINI(Augustin), jés. génois au 17° s., continua l'Histoire des papes et des cardinaux , écrite dans le 15° s. par Ciaconio, et a publ. la Bibliothèque des écrivains génois et l'Athénée auguste.

OLDYS (William), héraut-d'armes d'Angl., né en 1687, et m. en 1761 , eut, avec Dryden, part à la Traduction anglaise des Vies de Plutarque, 1683, 5vol. in-8°. Il a fourni à Langbaine beaucoup de remarques et de renseignemens, et un grand nombre d'articles à la Biographie britannique.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

OLÉASTER ou OLÉAsTRo(Jérôme), dominicain portugais , natif du bourg d'Azambuja, m. en 1563, assista au concile de Trente. A son retour, il fut inquisiteur de la foi. On a de lui des Commentaires latins sur le Pentateuque , Lisbonne, 1536-1558, 5 part. en un vol. in-fol. ; des Commentaires sur Isaïe , Paris , 1628, in-fol.

OLEG, prince russe, tuteur du jeune Igor , fils de Rourick, garda pendant 34 ans la régence des états de son pupille. Il soumit les Drewliens, et conquit la ville de Smolensko.Ayant armé une flotte de deux mille bateaux , il alla , en 9o4 , ranconner Constantinople, sous le règne de Léon-le-Philosophe.

OLEN, poète grec de Lycie , composa des Hymnes qu'on chantait dans l'île de Delos aux jours solennels, et sur-tout en l'honneur de Lucine, qu'il disait être la mère de Cupidon. OLESNIKI (Sbignée), issu d'une noble et ancienne famille de Pologne , secrétaire du roi Ladislas Jagellon, suivit, en cette qualité, le monarque dans ses expéditions militaires. Il embrassa ensuite l'état ecclésiastique , et obtint l'évêché de Cracovie et le chapeau de cardinal. Ladislas l'employa dans les ambassades et dans les affaires les plus im† Après la mort de ce prince, il t élire à Posnanie, en 1434, le jeune Ladislas, son fils aîné , qui fut depuis roi de Hongrie, et qui périt à la bataille de Varmes en 1444 ; il fit ensuite élire Casimir , frère de Ladislas.Ce prélat m. à Sandomir en 1455, à 66 ans. OLÉVANO (Jean-Bapt.), qui vivait dans le 16° s. , a laissé un Traité, del modo di ridurre a pace ogni V† inimicizia per cagion d'onore, Venise , 16o3 , 16o5 ; Milan, 162o, in-8°. OLIER (Jean-Jacques), instituteur, fondateur du séminaire de Saint-Sul

Tom. III,

† à Paris, né en 16o8, m. en 1657. n a de lui quelques ouvrages de spiritualité, entr'autres des Lettres publiées à Paris, 1647, in-12. Le P. Giry a donné un court abregé de sa Vie. OLIER DE NoINTEL, ambassadeur de France à Constantinople , entreprit le voyage de l'Archipel, en 1673 , avec un cortége de 8o personnes, parmi lesquelles il y avait deux dessinateurs , et trois ou quatre macons , munis des instrumens ropres à détacher et enlever les pierres inscrites Il fit transporter à Constantinople, et de là à Paris, les marbres inscrits qu'il avait recueillis en route. Ce fut à l'acad. des inscript. que Baudelot, qui en avait fait l'acquisition, laissa par testament , en 1722 , ses marbres inscrits, qui sont aujourd'hui dans le dépôt des monumens français. | OLIMPIA (Maldachini), née à Rome vers l'an 1593 , fut mariée à un jeune homme de la maison de Pamphile. Après quelques années de mariage, elle négligea son mari pour s'attacher entièrement à son beau - frère, Jean-Baptiste Pam phile, engagé dans l'ordre de la prêtrise, qu'elle parvint , après la mort de son mari , à faire élever à la prélature, puis à lui faire obtenir le chapeau de card. en 1629. Le pape Urbain VIII étant mort en 1644, le champ de l'intrigue sut ouvert à tous les partis. Olimpia, malgré tous les obstacles, fit élire pape son beau-frère, le 15 sept. # sous le nom d'Innocent X. A l'ombre de ce nom, elle régna en souveraine au Vatican , et gouverna le pape et l'église romaine ; rien ne se faisait sans elle à la cour de Rome ; tout se faisait par elle. Cette femme , travaillée par la domination et l'amour des richesses, faisait argent de tout : tout était à l'enchère à la cour de Rome. Le pape sentit enfin qu'il était un objet d'indignation et de mépris; il intima l'ordre à Olimpia de ne plus se mêler des affaires de l'état , et de ne plus paraître à la cour; ces ordres furent bientôt éludés. Le pape étant mort en 1655 , Alexandre V† succéda. Ce dernier fit faire le, procès à Olimpia; mais elle m. à Orviette en 1656, avant qu'il fût achevé. Sa Vie , écrite par l'abbé Gualdi , fut traduite en franç. , Leyde , 1666, in-12. OLIMPO DE SAxo-FERRATo (Balthasar), poète ital. du 16° s., dont on a Pegasea in stanze amorose, Venetiis , 1525, in-8° ; La gloria d'amore, 153o, in-8°. Le rec. de ses OEuvres, 1538 et 1539, en 8 parties , 2 vol. in-89. OLINA (Jean-Pierre), naturaliste de

[ocr errors]
[ocr errors]

OLIVARÈS (Gaspard DE GUzMAN, · comte d'), § , d'une illust. maison d'Espagne, né à Rome : s'étant présenté à la cour de Madrid, il acquit une grande faveur auprès de Philippe IV. Après avoir été son favori, il devint son remier ministre à la place du duc d'Uzéda. Il signala le commencement de son ministère par des réglemens utiles.Mais au lieu de maintenir ces lois et de faire · fleurir le royaume par le commerce, il ne s'occupa que des moyens d'en tirer de l'argent pour soutenir la guerre avec les puissances voisines.Sa dureté inflexible fut cause que la Catalogne se révolta. · Les Portugais secouèrent aussi le joug de cette cruelle domination, et reconnurent our roi, l'an 164o, le duc de Bragance. l§ sentit toute l'étendue de la perte qu'il faisait; la guerre eut lieu : les Por- tugais se défendirent avec courage, Les Espagnols, battus sur terre par les Français et sur mer par les Hollandais, s'en prirent à la négligence du ministre. On ut obligé de renvoyer Olivarès l'an 1643. Le roi le confina à Toro, où il m. en 1643. On a la Relation de sa disgrace, trad. de l'italien, 165o, in-8°, et l'His

[ocr errors]

toire de son ministère, trad. de l'espag., 1673, in-12. , OLIVE (Pierre-Jean), cordelier de Sérignan, dans le diocèse de Béziers, m. au couvent des franciscains de Narbonne en 1297, est aut, d'un Traité de la pauvreté, et d'un Commentaire sur l'Apocalypse, qui lui attira des persécutions de la part des relig. de son ordre. OLIVE (N. d'), conseiller au parl. de Toulouse. On a de lui un recueil d'arrêts et de ses plaidoyers, intitulé Actions Forenses, in-4°. OLIVE (Jean), jés. de Cahors, m. en 1636 à Bordeaux, à 5o ans. Il a trad. le livre de l'Amour divin de Charles Scribanius, et a fait quelques odes lat. et françaises. OLIVER (Guillaume), méd. anglais, m. en 1764, a écrit sur les vertus des eaux de Bath,, et un Traité de celles de l'eau de goudron.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic]
« IndietroContinua »