Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

VORSTIUS (Conrad), né à Cologne en 1569, d'un teinturier, fut prof. dans 1'université de Leyde, en 161o; mais les ministres anti-arminiens employèrent le crédit de Jacques I°o, roi d'Angleterre, et demandèrent son exclusion à la républ. Vorstius se retira à Gouda ou Tergow, où il demeura depuis 1612 jusqu'en 1619. Il m. à Holstein en 1622. Ses ouvr. les plus recherchés, sont : De Deo, Steinfort, 161o, in 4°, que le roi Jacques fit brûler par la main du bourreau ; ct son Amica collatio cum J. Piscatore, Gouda, 3613 , in-4°. — VoRsTIUs (GuillaumeHenri ), son fils, ministre des arminiens à VVarmond dans la Hollande , a donné mune Traduction latine de la Chronologie de David Ganz, celle du Pirke Avoth, du rabbin Fli zer, 1644, in-4° ; celle du Jivre de Maimonides, des Fondemens de la foi, 1638, in-8°. VORSTIUS(AElius-Fverhard), méd., mé à Ruremonde en 1565, m. en 1624 à Leyde, où il était prof de médecine.Ses principaux ouvr. sont : un Commentaire 2de Annulorum origine,, 1599 , in-4° ; Voyage historique ct physique de la rande Grèce, etc ; Des poissons de la Hollande ; des Remarques latines sur le livre De re medicá, de Celse. —VoRsTIUs ( Adolphe ), son fils, professeur en medecine à Leyde , où il m. en 1663, à 65 ans. Il a donné un Catalogue des plantes du jardin botanique de Leyde et de celles qui naissent aux en irons de cette ville , Leyde, 1633, in-4°. VORSTIUS (Jean), né dans le Dithmarsen, embrassa le calvinisme, fut bibliothécaire de l'élect de Brandeboug,

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

VOSSIUS ( Gérard ) , d'iine famille considérable des Pays-Bas, dont le nom est Vos, prévôt de Tongres, habile dans le grec et le latin, demeura plusieurs années à Rome. Il profita de ce séjour pour fouiller dans les bibliothèques ital ; il fut le premier qui en tira et traduisit en latin plusieurs anciens monumens des PP. grecs. Il mourut à Liège, sa patrie, en 16o9.

VOSSIUS (Gérard-Jean ), parent du précédent , néon 1577 dans le Palatinat, auprès d'Heidelberg, habile dans les b.lett., dans l'histoire et dans l'antiquité sacrée et profane. Il fut prof. d'éloquence et de chronologie à Leyde, et d'histoire à Amsterd., où il m. en 1649. Tous ces écrits ont été imprimés à Amst. , 1695 à 17o1, 6 vol. in-f. — Denis Voss1Us, son fils, m en 1633, fut un prodige d'érudition. Il a laissé des notes savantes sur le livre de l'idolâtrie du rabbin Moyse BenMaimon-FrançoisVossIUs , son frère, m. en 1645, a publié un Poème sur une victoire navale remportée par l'amiral T'romp. — Voss1Us Gérad, 3° frère, m. en 164o, a donné une édit. de Velleius Paterculus, avec des notes Leyde, 1639, in-16. —Vos s1Us Matthieu, 4o frère, m. en 16 6, a donné une Chronique de Hollande et de Zélande , en latin, Amst., 168o, in-49.—Voss IUs Isaac, le dernier des frères, né à Leyde en 1618, passa en Angleterre , où il devint chanoine de Windsor, où il m. en 1689. Ses ouvr. géographiques sont : Catullus et in eum Is. Vossii ohservationes, Londres, 1684, in-4°; des Ecrits contre Richard Simon; De Poématum cantu et viribus rythmi, Oxford, 1675, in-8° ; De motu morium et ventorum, La Haye, 1663, in-4°; De antiqua urbis Romae magnitudine, dans le tome 4° du Trésor des Antiquités romaines de Graevius ; De 7 riremium et Liburnicarum constructione , dans la collection de Graevius , tome 12 ; De Septuaginta interpretibus eorumque translatione et chronologiá , Londres»

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

VOYER DE PAULMY (René de), chev., , seigneur d'Argenson , né en 1596, était fils de Pierre de Voyer. Quand la Catalogne se donna à la France, Voyer fut mis à la tête de cette nouvelle province : devenu veuf il cmbrassa l'état ecclésiast., "mais le dessin que la cour forma de ménager la paix du Turc avec Venise, le fit · mommer ambassadeur extraordinaire vers cette république. A peine était-il arrivé à Venise en † qu'il fût pris, en disant la messe, d'une fièvre violente dont il m. On a de lui : un Traité de la sagesse chrétienne, Paris, 165 I, in-8". VOYER DE PAULMY (René de), fils du précéd., chev., seigneur d'Argenson, comte de Rouffiac, conseiller au parl. de Rouen, puis maître des requêtes, cons. d'état, succéda à son père dans la qualité d'ambassadeur, qu'il † jusqu'en 1655, et m. en 17oo, âgé de 7o ans. Le sénat de Venise lui accorda, et à ses # «endans, la permission d'ajouter sur tour de ses armes celles de la république, avec le lion de St.-Marc pour cimier.

[ocr errors]

de), chev. et marquis d'Argenson, vicomte de Mouzé, etc., fils précéd. , né à Venise en 1652. La république, qui voulut être sa marraine, le fit chevalier de Saint-Marc et lui donna le nom de cet apôtre. Il fut maître des requêtes, puis lieutenant-général de police de Paris : il se distingua dans cette dernière place, et devint garde des sceaux en 1718, ensuite président du conseil des finances, puis ministre d'état en 172o. Il m. en 1721 , membre de l'académie française. Voyer disait à ses amis : « Je ne sors pas de mon cabinet ; depuis que je suis ministre je n'ai pas usé une paire de souliers.— Je † crois bien, lui répondit une femme d'esprit, chacun vous porte sur ses épaules. » ll eût trop d'espions pour la police ; il sit arrêter'arbitrairement trop de citoyens. Le peuple le redoutait et me l'appelait

tle † amné, le Rhadamante, le Juge es enfers.

VOYER DE PAULMY ( Marc-Pierre), comte d'Argenson, fils du précéd., né à Paris en 1696. Il fut lieuten.-général de police, et chef du conseil du duc d'Orléans régent. L'administration de la librairie lui fut confiée, et dans cette place il travailla en même tems à sa propre gloire et à celle des lettres ; puis ministre de la guerre et surintendant des postes. Disgracié en 1757, il se retira à sa terre des Ormes, où il m. en 1764. VOYER ( René-Louis le), marquis d'Argenson, frère du précéd., ministre des affaires étrangères, m, en 1756, bon politique. Il a laissé : Considérations sur le gouvernement, 1764, in 8° et in-12, 2° édit. 1784 ; les Loisirs d'un ministre ou Essais dans le gout de Montaigne , 1787, in-8°. VOYER ( Marc-Ant. le), marquis de Paulumy , fils du marquis d'Argensen, neveu du garde des sceaux, né en 1722 à Valenciennes, fut ministre d'état, memb. de l'acad. française des b-lettres , ambassad. en Suisse, en Pologne et à VeniseNé avec le goût des lettres qu'il ne cessa jamais de cultiver malgré la multitude de ses occupations, il travailla au Catalogue de sa bibliothèque, qui est devenu un livre précieux pour les bibliographes. La littérature doit beaucoup à la protection qu'il accordait aux gens ui se distinguaient dans cette carrière. # en employait beaucoup à faire des extraits, qui ont enfin produit un livra estimé, sous le titre de Mélanges d'une grande bibliothèque, Paris, 1779, et années suiv., 62 vol. in-89. On attribue à Paulmy les Loisirs d'un ministre, ou Essais dans le gout de ceux de Mon ( les frères Adrien et Pierre de ), més à

taigne. Cet ouv. est de son père; mais le fils y avait eu part. Enfin, c'est lui qui a formé le plan de la Bibliothèque des Romans, dont il fut un des principaux collaborateurs.

VRAC DU BUIssoN (Jean ), archit., né à Paris en 17o4, où il m. en 1762, d'une famille originaire d'Alsace. Il fut chargé de la conduite du Puits de Bicêtre et de différentes constructions dans la capitale qui lui font honneur. VRIEMOET (Emo-Lucius), ministre protest., né à Embden, dans la Frise, en # 699, fut prof. des langues orientales et des antiquités hébraïques à Franeker, où il m. en 1764. Ses princip. product. sont un Recueil d'Observations philosophiques et théologiques, en latin, Leewarde, 174o, in-4°; Arabismus exhibens grammaticam arabicam ; accessere monumenta arabica, etc., Franeker, 1733 , in-4°; Tyrocinium hebraismi, Franeker, 1742, in-12 ; Athenarum Frisiacarum libri duo, Leewarde, 1758, in-4°; un grand nombre de Dissertations sur les antiquités judaïques , etc. VULCAIN ou MULCIBER (Mythol.), dieu du feu, fils de Jupiter et de Junon. VULCANIUS ( Bonaventure), né à Bruges, m. en #! à 77 ans, à Leyde, où il était prof. de grec. Ses principaux ouvr. sont : une Version médiocre de Callimaque, de Moschus et de Bion, in-12; une édit. d'Arien, connue sous le mom de Variorum; une édit. d'Agathias le scolastique, sur le règne et la vie de Justinien, avec un Commentaire, impr. au Louvre en 166o, in-fol.; une # »menclature des anciens grammairiens latins, Bâle, 1577, in-fol. VULSON ( Marc de ), sieur de la Colombière, de la religion réformée et gentilh. de la chambre du roi, m. en · 1658. Il a laissé la Science héroïque, traitant de la /Voblesse, de l'origine des Armes, etc., Paris, 1644, in-fol. ; réimpr. en 1669; Recueil de plusieurs pièces et figures d'armoiries, Paris, 1689, in-fol.; le Théâtre d'honneur et de chevalerie, etc., Paris, 1648, 2 vol. in-fol. ; Portraits des hommes illustres français, dépeints dans la galerie du palais cardinalde Richelieu, Paris, 165o, in-fol., et 166o, in-12; De l'office des rois d'armes, etc., Paris, 1645, in-4° ; les Oracles divertissans, avec un Traité des couleurs aux armoiries, livrées, etc., Paris, 1652, in-8°. VULTURNE (mythol.),Vent qu'on croit être le même qu'Eurus,

[ocr errors]

WACE ou WAICE (Robert), ancien poète franç., de l'île de Jersey, fut clerc de la chapelle de Henri II, roi d'Anglet., et chan. de Baïeux. II vivait vers le milieu du 12° s. Il est auteur du roman de Rhou et des ducs de IVormandie , écrit en vers français.

WACHTER ( N. ), sav. antiquaire allemand , a publié un Glossaire de sa langue dans le moyen âge, ouvr. estimé, Léipsick, 1737, in-fol. Il m. en 1758. " WADING (Luc de), cordelier irland., m. à Rome, en 1655, est auteur des Annales de son ordre, dont la meilleure édit. est celle de Rome, 1731 et années suiv. , 17 vol in-fol. ; de la Bibliothèque des écrivains qui ont été cordeliers, 165o, in-fol. Le père Castel, a donné un Abrégé des Annales, en 4 v.

WADSTROM (Charles-Bernes), né à Stockholm en 1746, m, à Paris en 1799, fut ingénieur du roi de Suède. Ses connaissances en mécanique lui firent confier, en 1767 et 1768, les travaux entrepris our rendre navigable la cataracte de Trollhaetta. En 1769 il fut employé en de minéralogiste à l'exploitation es mines de cuivre d'Atrédaberg. Peu

de tems après il entreprit un voyage en .

Afrique, dont le but était l'affranchissement et la civilisation des nègres.A son retour il passa en Angleterre, y publia 1 vol. in-4°, rensermant le résultat de ses observations sur l'Afrique, etc. ; une Correspondance sur la colonie de Sierra Léone, insérée dans le Magasin encyclopédique. WADSWORTH (Benjamin), né en 1669 aux Etats-Unis d'Amérique, ministre de l'église de Boston, m. en 1737. Il a publié en 17oo un choix de Sermons; en 17o2, les Exhortations à la piété dès la jeunesse. WAGENAAR (Luc Janszen), pilote de la ville d'Enckhuisen, a écrit un des † en langue holland. sur l'art de a navigation et du pilotage. Il publ. des Cartes représentant le port et la rade d'Enckhuisen; et en 1592, son Trésor du navigateur, ou Itinéraire pour toutes les mers, avec les cartes y relatives, Leyde, in-4°; il est estimé. WAGENAAR (Jean), créé historiog. d'Amst. en 1758, où il naquit en 17o9, et y m. en 1773. Ses princip. ouv. sont : Histoire de Hollande depuis les tems les plus reculés jusqu'en † , 21 v. in-8°,

[ocr errors][merged small]

WAGNER ( J.-J.), méd. suisse, né en 1641, fut bibliothéc. de la ville de Zurich, et memb. de l'acad. des Curieux de la Nature, m. en 1695, après avoir publié Historia naturalis Helvetiae cu , riosa, Zurich, 168o, in-12. WAILLY (Noël-Francois de), né à Amiens en 1724, memb. de l'institut de France, m. à Paris en 18o1. On lui doit une Grammaire, ou Principes généraux et particuliers de la langue française , 1754, in-12, souvent réimpr.; il en publ. ensuite l'Abrégé; Principes de la langue latine, 1749, in-12 ; de l'Orthographe, ou Moyens simples-et raisonnés de diminuer ses imperfections dans la langue française, 1775, in-12. Il a publié une nouv. édit. du Dictionnaire de la langue franc. de Richelet, et l'Art de peindre à l'esprit , de Sensaric, etc. VVAILLY (Charles de), archit. du roi, membre de l'institut de France, né à Paris en 1729, où il m. en 1798. Il construisit, conjointement avec M. J. Peyre, la belle § de la Comédie française, appelée depuis l'Odéon, et beaucoup d'autres monumens qui lui font honneur. Voyez Notice historique sur Charles de VVailly, architecte, par Joseph Lavallée, Paris, 1798. WAKE ( Isaac), anteur de Mélanges, mé au comté de Northampton en Anglet., m.en 1632, orateur public de l'université · d'Oxford. Il a laissé : Rex Platonicus ; JDiscours sur les treize cantons de la

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

otterdam de parens catholiques. Leur mérite les fit appeler à Cologne.Adrien, l'aîné des deux, fut nommé chanoine métropolitain, puis év. d'Andrinople. Pierre, après avoir été le compagnon de son frère Adrien, le quitta pour aller à Mayence, où il fut fait chan. et suffra

ant de cette ville, sous le titre d'évêque # Mysie ; mais il retourna à Cologne, où AE m. en 166 , après avoir mis en ordre le premier vol. de leur ouvr. Pierre en acheva l'édit., Cologne, 167o, 2 vol. in-fol. ll se disposait à donner cinq autres Traités lorqu'il m. en 1675. Ses deux frères fondèrent six bourses à Cologne pour de jeunes Hollandais.

WALES Guillaume), mathémat. et astronome, m. en 1799 , fit le voyage autour du monde avec le capitaine Cook. Il a publié en un vol. in-4° un Journal des observ. astronomiques ; Remarques sur la narration du voyage de Cook, par M. Forster ; recherches sur la population de l'Angleterre et du pays de Galles ; une édit. des Elémens de navigation de Roberson, avec des améliorations, etc.

WALKER ( Clément ), écrivain anglais, né à Cliffe au comté de Dorset , m. en 1651. Il se déclara contre Cromwell et contre tout le parti des indépendans ; il fut envoyé à la Tour, où il m. On a de lui ; _L'Histoire des Indépendans , in -4° ; La haute cour de Justice , ou La cour d'Assassinats de Cromwell, in-4° ; et d'autres Ouvrages.

WALKER (Edouard), historien anglais , né au comté de Sommerset, m. en 1676, fut nommé secrétaire au dé

artement de la guerre ; chev. et roi † , de l'ordre de la jarretière, enfin un des secrétaires du conseil privé. Il a laissé des Discours sur l'Histoire, infol. : Conduite des Chevaliers de l'ordre de la Jarretière dans les guerres civiles , etc.

VVALKER (Guillaume), gramm. et théol. anglais, né en 1623, m. en 1684 , l'un des maîtres d'Isaac Newton , a publié plus. Livres sur la gramm., la logique et la réthorique ; et un Traité des particules de la langue anglaise, in-8°.

WALKER (Obadiah), théol. angl. , mé au comté d'York, m. en 1698. Après avoir embrassé la religion catholique romaine, il publia contre les protestans, un Livre virulent contre la personne de Luther.

WALKER ( Guillaume ), grav. de

Salisbury, né en 1725, a gravé Balthazar Gerbier et sa jamille, d'après Van Dyck ; Diane et Calisto, d'après Francois Le Moine. — Antoine WALKER, son neveu, a laissé Marcus Curius refusant les dons des Samnites, P. de Cortone, l'Ange disparaissant devant Tobie, d'après Rembrandt, etc.

WALL (Martin), sav. méd. angl., né en 17o8 à Powick, au comté de Worcester, où il exerça la médecine et y m. en 1776. Il est auteur de quelques Traités # matières médicales, et d'un ouv. sur les vertus médicinales des eaux de

Bath. VVALLENBOURG (Jacob de), con

seiller près la chancellerie intime aulique et d'état, né à Vienne en Autriche, en 1763 , et où il m. en 18o6. Il fut l'un des coopérateurs du Dictionnaire de Mennenski.

I. WALLER (Edmond), né en 16o5, à Coleshill , province de Hereferd. Les talens que la nature lui avait donnés pour la poésie l'ayant fait connaître à la cour, Charles 1°r lui fit un accueil favorable. Il s'attacha à ce prince, et entra en 1643 dans le dessein de réduire la ville et la tour de Londres en son pouvoir ; mais ce dessein ayant cté découvert, il fut mis en prison et condamné à une forte amende. Dès qu'il eut obtenu sa liberté, il passa en France , où, dans le sein des Muses il coula des jours heureux pendant plusieurs années. De retour en Anglet., il flatta le protecteur, et en fut accueilli. Cet Anacréon de l'Angleterre m. en 1687. Ses poésies, ses discours et ses lettres, ont été recueillis avec des notes de Fanton en 173o, in-4°.

VVALLERIUS ( Joan. Got. ), cél. minéralog. suédois, chevalier de l'ordre de Vasa, fut prof. de chimie à Upsal, où il m. en 1785 dans un âge avancé. Il a publié, Systema mineralogicum, Holmiae, 1772-75, 2 vol. in-8°; Elementa metallurgiae, speciatim chimicae, Holmiae , 1768, in-8°, fig. i Disputationum academicarum fasciculi, Holmiae , 178o et 1781, 2 vol. in-8° ; Brevis introductio in historiam litterariam mineralogicam, Holmiae, 1779, in-8°. WALLES (Uke), sectaire anabaptiste, Frison de naissance, dont les partisans ont été nommés d'anrès lui Ukewallistes , entreprit en 1637 , de concert avec un nommé Jean Leus, de réandre une opinion singulière touchans † salut de Judas et des autres meurtriers

[ocr errors]
« IndietroContinua »