Immagini della pagina
PDF
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

' ses trois chants sur l'Art

nombre d'hommes déterminés. Il envoya ensuite des émissaires en Syrie, en Perse, en Egypte et en Turquie, chargés d'annoncer aux peuples qu'il n'existait qu'un seul Dieu , dont Abdul était le prophète; de s'elever contre l'inégalité des richesses, contre les droits de toute espèce, à l'exception de la dîme , et de défendre le vin et les excès dans tous les genres.Le nombre de ses prosélytes s'augmenta jusqu'au nombre de 2oo,ooo , et il menaçait de renverser l'empire turc , lorsqu'il fut tué en 18o3 par un Musulman de la secte d'Ali. OVIDE (Publius Ovidius Naso), chevalier romain, naquit à Sulmone, l'an # avant J. C. Ayant fixé son séjour à ome, il fut honoré à la cour d'Auguste ; mais, tourmenté par le démon de la † et par celui de l'amour, il chanta 'objet de ses flammes, et voulut réduire en système l'Art d'aimer. Il publia un ème sous ce titre.Auguste, irrité contre 'auteur, prit le prétexte de cet ouvrage † le reléguer, à l'âge de 5o ans . à omcs (aujourd'hui I'ouuis ou Tomiwar) sur le Pont-Euxin. On ignore le véritable crime d'Ovide. Quoi qu'il en soit de la causé des malheurs d'Ovide, il les sentit vivement. Il demanda en vain grace à Auguste et à Tibère. Il m. dans son exil, l'an 17 de J. C. Les ouv. qui nous restent de ce poète sont : Les tamorphoses , dont on a un grand nombre de traductions tant en prose qu'en vers, et d'éditions faites avec luxe ; Ses Fastes, en 6 livres. M. Bayeux a donné une trad. franç. de cet ouv., Paris, 1783, 4 vol. in-8°, fig. ; et de Saintange les a trad. en vers, Paris, 18o4, 2 vol. in-8°, Les Tristes et des Elégies pleines de graces touchantes. Le P. Kervillars, jésuite, a trad. les Tristes et les Fastes en 3 vol. in-12. Les Héroïdes, pleines d'esprit , de poésie et de volupté. Boisgelin de Cicé les a trad. en 1784 , 1 vol. in-8° ; l'Art d'aimer, poéme en 3 chants ; les livres des Amours, qu'on peut joindre à aimer; Ibis, poëme satirique; des Fragmens de quelques autres ouvrages. OVIÉDO († Madrid vers l'an 1478, page de Ferdinand, roi d'Aragon, fut envoyé par ce prince à l'île de Haïti, en qualité d'intend. et d'inspect. gén. du commerce dans le Nouveau Monde. A son retour en Espagne, il publia : La Historia general y natural de las Indias Occidentales, Salamanque, 1535, etTolède, 1536, in-fol.,

'trad en ital. et ensuite en franç., Paris,

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

, OWAIN-CIVEILOG, prince guerrier et poète, m. en 1197, la guerre à # cadvys n, et à Rhys-ab-Gruy (l . OWAIN-GLANDWR, vulgairement appelé Owen Glendower, né en 1348 , m. en 1415, dernier rejeton des princes de Galles. Henri IV confisqua ses terres, et les donna au lord Grey. Owain brûla la tour de Ruthyn, et fit Grey prisonnier. En 14o2 , Owain défit Edouard Mortimer et le fit prisonnier. Il soumit ensuite le comté de Glamorgan.En 14o4, le † obtint Pappui de la France. Ses affaires déclinèrent ; il fut réduit à se cacher. OWEN (Jean ), Andoénus , né à Armon, dans le comté de Caërnarvon en Angleterre, m. à Londres en 1622, On a de lui un grand nombre d'Epi# latines, Elzévir, 1625, in-16 ; aris, 1794, 2 vol. in-12, papier vélin. Lebrun a fait un choix des meill. épigrammes de cet aut., et les a trad. en vers francais, Paris, 17o9, in-12 , sous le titre de Pensées ingénieuses, Bruxelles, 171o, m-12. OVVEN ( Jean ), ministre dans le † des non conformistes, prêcha avec tireur contre les évéques, fes cérémonies, etc. Sur la fin de 1649, il fitl'apologie des meurtriers du roi Charles Ier, # contre Charles II et contre tous es royalistes. Il m en 1683, à 67 ans, à Eling, près d'Acton. On a de lui : Exposition des livres des Hébreux , 4 vol. in-fol. ; Discours sur le Saint-Esl prit, in-fol. ; différens Traités et Sermons, 1 vol. in-fol. OWEN (Henri), docteur, né dans le comté de Montmouth, m. sur la fin de 1795, à 8o ans. Il a laissé un Traite de trigonométrie; des Observations sur les

miracles de l'Ecriture ; Remarques sur la version des Septante, une Introduction à la critique hébraique. OXENBRIDGE (Jean), ministre à Boston, né en 16o9 en Angleterre, et m. en 1674, a publié : Le Double mot du uet, 1661 ; Proposition de propager par le moyen des colonies chrétiennes dans le continent de la Guianne, 1671 ; Recherches raisonnables sur Dieu. OXENSTIERN (Axel), grand-chancelier de Suède, et premier ministre d'état de Gustave Adolphe, né en 1583, m. en 1654, eut une carrière difficile à parcourir. A la mort du roi, tué à la bataille de Lutzen en 1632, tout le fardeau des affaires tomba sur lui. Investi d'une espèce de dictature par le sénat , il sut contenir le parti qui soutenait les prétentions de Ladislas, roi de Pologne, au trône de Suède; il rétablit la bonne intelligence avec la Russie , le Danemarck , la France et l'Angleterre. Il ne fut pas entièrement heureux en Allemagne : ce ne fut que par des concescessions d'argent qu'on put gagner les princes allemands, et acheter l'attachement du duc de Weimar. La défaite de Nordlinghen semblait devoir porter un coup mortel aux armes suédoises; Oxenstiern perdit ses alliés en Allemagne, Les rotestans, qui avaient appelé les Sué† ne regardaient la guerre que comme utile à Oxenstiern et à Richelieu. Le traité d'Espagne, en réunissant tous les artis sous l'autorité impériale, devait § toutes leurs forces contre la Suède. Le ministre habile parvint à surmonter tous les obstacles en 1635, et obtint enfin une paix honorable. Oxenstiern fut un des cinq tuteurs de la fameuse Christine. Il cultivait les lettres, et on lui attribue le 2° volume de l'Histoire de Suède en allemand. OZANAM (Jacq.), né à Bouligneux eu Bresse, près de Villars, en 164o, s'appliqua aux mathématiques, qu'il enseigna à Lyon. Il vint ensuite à Paris, où il m. en 1717. Ses principauxsouv. sont : Dictionnaire des mathémaiiques , ou Idée générale des mathématiques, 16)1, in-4°; un Cours de mathématiq., 1693, 5 vol. in-8°; Récréations # et physiques , réimpr. en 1724, 4 vol. #, #. § d'algèbre, in-4° ; Géométrie pratique , in-12. OZAROWSKI (Pierre d'Alcantara), grand-général de la couronne de Pologne, partisan zélé de la Russie, eut part à la confédération de Tragowitz , qui pro

duisit la constitution de 1792. Lors de 7: : -- -17.------ A l'insurrection d'avril 1794, à Varsovie ,

[ocr errors]

et lui emprisonné. Le 3 mai, on se traduisit devant le tribunal provisoire, qui le condamna à être pendu.

P. PACAREAU (Pierre ), chanoine de

l'église métropol. de Bordeaux , a publié · divers Mémoires sur les droits de son chapitre; des Considérations surl'usure ; des Réflexions sur le serment exigé du clergé, qu'il prêta ;et d'autres ouvrages. Nommé évêque constit. à Bordeaux en 1791 , il m. en 1797, à 86 ans. PACATIEN ( Titus Julius Marinus Pacatianus), se souleva dans le midi des Gaules , sur la fin du règne de l'empereur Philippe ; mais il fut défait et mis à mort l'an 249, par les troupes qui avaient élevé Dèce à l'empire.

médecine au commenc. du 1o s., et m. sous le règne de Tibère. Il a donné le livre de Scribonius Largus De compositione medicamentorum contre la douleur de côté avec fièvre ou sans fièvre. PACCLAN1 (Fulvio), de Modène , jurisc. , m. à Ferrare en 1613. On a de lui : Tractatus de probationibus , Venetiis, 1594; Francofurti, 1695 ; Tractatus de judiciis causarum civilium , criminalium et haereticarum, ibid. , 1618, in-fol. : Tractatus de appellationibus , 1663; Dell'arte di ben governare i popoli, Siena , 16o7. PACE (Richard), né à Winchester, fut employé par Henri VIII dans les négociations les plus importantes. Ayant pris les ordres en 1514 , il fut nommé , † teInS "# , doyen de St.-Paul e Londres et d'Exeter. En 152 1, à la mort de Léon X, envoyé à Rome pour solliciter le trône pontifical en faveur du

cesseur était nommé. La violence du ressentiment de Wolsey le poursuivitjusqu'à sa mort, arrivée à Ste ney en 1532. Il a laissé des Lettres; De fructu qui ex doctrinâpercipitur, Basileae, 1517, in-4°; De lapsu hebraïcorum interpretum ;une Traduct.lat. du traité de Plutarque, De commodo ex inimicis capiendo, etc. PACHACAMAC (mythol.), nom que les Péruviens donnaient au souverain Etre , qu'ils adoraient avec le soleil. PACHECO (Jean de) , marquis de Villena , favori de Henri IV, roi de Cas1 tille, abusa de sa faveur pour trahir son

[ocr errors]

card. Wolsey, il arriva lorsque son sucmaître, et compromettre ses intérêts. Henri IV lui en fit des reproches, qui ne l'arrêtèrent point dans ses desseins. Malgré les preuves de sa trahison , ce favori acquit plus d'ascendant que jamais sur son souverain , et se fit remettre par rnse ou par force des châteaux et d'autres places. Il m. en 1473.

PACHYMÈRE (George), né à Nicée, parvint aux premières dignités de l'église et de l'état , et m. vers 131o. On a de lui une Histoire d'Orient, qui commence à l'an 13o8. L'historien a été témoin des affaires dont il parle. Le P Poussines , jés., la publia en 1666 et 1669, à Rome, 2 vol. in-fol., avec une trad. latine. Le présid. Cousin l'a aussi trad. en fr.

PACIAUDI (Paul-Marie), théatin, bibliothécaire de don Philippe, duc de Parme, né à Turin en 171o, m. en 1785, a donné des Monumenta Peloponnesiaca , Rome, 1761, 2 vol. in-4° ; Commentariolum in athletarum, Rome, 1756, in-4° ; De libris eroticis antiquorum , Léipsick, 18o3 , in-8° ; Memorie de' gran maestri dell'militare ordine Gerosolimitano , Parma , 178o , 2 vol. in-4°, etc. PACICHELLI (l'abbé J.-Bapt.), de Pistoie, publia, en 1691 : Memorie novelle de" viaggi per l'Europa, comprese in varie lettere; Schediasma de iis quae nullomodo possunt injus vocari, Romae, 1669 ; Schediasma de larvis, capillamentis , et chirotechis, Neapoli, 16g3 ; De jure hospitalitatis universo, etc. Ii m. au commenc. du 18° s. PACIEN (St.), év. de Barcelone, m. vers l'an 39o ;il reste de lui : trois Lettres au donatiste Sempronien ; une Exhortation à la pénitence, etc. Ses ouvr. ont été mis au jour à Paris, en 1538.in-4°; Don Vicenti Noguera a donné une nouvelle édition de ses uvres , avec la traduct. espagnole en regard, Valence , 178o, 1 vol. in-4°. PACIFICUS, archidiacre de Vérone dans le 6° s. , a été, dit-on, l'inventeur des horloges à roues et à ressorts, divisant le jour en vingt-quatre parties égales. Avant Iui on ne connaissait que les horloges de sable ou d'eau.

[ocr errors]

naire de Milan, m. à Padoue en 156o. On a de lui : De tenuis tumoris febrem facientis ante purgationem per artem incrassatione , etc. , Venetiis, 1558 et 1559. PACIUS (Fabius), méd., né à Vicence, dans les états de Venise, en 1547, où il m. en 1614, a laissé : Commentarius in sex priores Galeni libros methodi medendi, Vicentiae, 1598, in-f. ; Commentarius in septimum Galeni librum methodi medendi, quœstionibus physicis et medicis refertus, Vicentiae , 16o8, 161o , in-fol. PACIUS (Jules), chev. de St.-Marc, né à Vicence en 155o , comp. un Traité d'arithmétique dès l'âge de 13 ans. Après avoir professé le droit en Suisse, en Allemagne, en Hongrie, il vint en France. Il m. à Vicence en 1635. Ses principaux ouvrages sont : De contractibus , Lyon , 16o6 ,.in-fol. i Synopsis juris, ibid. , 1616, in-fol. ; be jure maris Adriatici, Francfort, 1669, in-8°; Corpus juris civilis, Genève, 158o, in-fol.; Aristotelis organum, Francfort, 1597, 2 vol. in-8o. PACOME , né dans la Haute - Thébaïde, chef du monastère de Tabène sur le bord du Nil. Ses austérités et ses lumières se répandirent au loin. La HauteThébaïde fut bientôt peuplée de monastères , qui reconnurent ce solitaire pour leur fondateur. Il m. en 348. On a de lui une Règle qu'on trouve dans sa Vie, dV6C OI)ZC LetlreS, | PACORUS, fils d'Orodes , roi des Parthes , tailla l'armée de Crassus en ièces, l'an 53 av. J. C., prit le parti de #§ et se déclara pour les meurtriers de César. Vintidius marcha contre lui , et lui ôta la victoire et la vie, l'an 39 av. J. C. — Il ne faut pas le confondre avee Pacorus , roi des Parthes, es ami de Décédale, roi des Daces, mort l'an 1o7 avant J. C. PACQUOTTE(Charles-Guillaume), médecin, flor. au dernier siècle, a laissé : Dissertation sur les eaux minérales de Pont-à-Mousson, Nancy, 1719 , in-12 ; Dissertation sur la maladie épidémique qui règne dans le pays Messin , Pontà-Mousson , in-8°. PACUVIUS ( Marcus ), fils d'une soeur du poète Ennius, né à Brindes, et m. à Tarente , à plus de ans , l'an 154 av. J. C., publia des Satires et diverses pièces de théâtre. Il ne reste de lui que quelques fragmens, qu'on trouvedans le Corpus Poëtarum latinorum de

| Maittaire

PADILLA (Marie), demoiselle espa

uole, aussi belle qu'artificieuse, captiva † roi de Castille, en 155o, qui en eut bientôt une fille. Des intérêts politiques ayant exigé que ce prince épousât Blanche de § , les nôces royales furent suivies du plus grand dégoût. Trois jours après, le roi alla rejoindre sa maîtresse. Quelque tems après Jeanne de Castro toucha le cœur du monarque, qui l'épousa, après avoir fait casser son mariage avec Blanche de Bouron; mais au bout de deux jours seulement, Padilla reprit son premier empire. Cette favorite termina sa carrière peu de tems après. PADIOLEAU ( Albert ) , avocat à Rennes, m. à la fin du 17° s., a publié Antiquité, fondation,s ioni , ruine et état présent de la # de Jérusalem, Nantes, 1635 ou 1686, in-4°. PADOVANI(Elideo), de Forli, mé. decin, m. à Bologne en 1576. Ses ouvr. sont : Curationes et consilia in curandis particularibus morbis, Lipsiae, 16o7 : De febribus libellus ; De superfluo jlttru ; De variis morborum · generibus , etc. PAETZ ou PAATz (Adrien de), Pacœus , Hollandais, fonda l'école de Roterdam en favenr de Jurieu et de Bayle. ll m. en 1685, à 55 ans. Il a écrit une Lettre en 1685 , sur les derniers troubles d'Angleterre. On en trouve aussi plusieurs dans le Recueil intitulé Prestantium ac eruditorum Epistolœ, Amsterdam , 17o4 , in-fol. PAEZ ( François-Alvar), théol. portugais, cordelier en 13o4, et pénitencier du pape Jean XXII, a laissé : De planctu Ecclesiœ ; l'Apologie de Jean XXII , non impr. Il m. à Séville en 1352. PAGAN (Pierre), prof. de poésie et d'histoire à Marpurg, m. à Wanfrid en 1576. On a de lui : plusieurs Pièces de Poésies ; Praxis metrica ; l'Histoire des Horaces et des Curiaces , en vers lat. PAGAN (Blaise-François, comte de), cél. mathématic., né à Remies , près de Marseille , en 16o4. Après s'être signalé dans les guerres d'Italie et de Portugal, m. à Paris en 1665. On a de lui : Traité des fortifications , # ; Théorémes géométriques , 1651 ; Théorie des planètes , 1657 ; Tables astronomiques , A{elation historique et curieuse de la · rivière des Amazones. PAGANELLI-FRIGNANI (Barthélemi ), poète latin , m. à Modène en • 493. Ses principaux ouvr. sont : De vitá quietd , Rhegii , 1487, in-4° ; Elegiarum libri tres, Mutinae , 1489, in-4° ;

De imperio cupidinis libri tres , MutInae , I492. PAGANI (Virgile), de Mondovi, qui vivait dans le 16° s., a écrit l'Histoire de la guerre du Montferrat, entreprise par le duc de Savoie , pour la délivrance de la princesse Marie , sa nièce. AGANO (Francesco - Mario), jurisconsulte à Naples, embrassa le parti des Français en 1799 Une partie de la ville de Naples était dejà au pouvoir du cardinal Ruffo , lorsqu'on délibéra sur les moyens de faire parvenir des signaux d'attaque aux patriotes réfugiés au château de l'(Euf. Pagano sollicita l'honneur d'un emploi si périlleux, et remplit sa mission au milieu des plus grands dangers. Compris dans la capitulation , il se retira chez lui ; mais il ne tarda pas à y être arrêté et envoyé au supplice. AGE (Guill.), théologien , né dans le Middlesex, m. en 1669, a laissé : Genuflexionis ad nomen Jesu defensio, Oxford, 1631 ; Traduction, en angl. , de l'Imitation de J. C. de Thomas à Kempis , etc. #ÉA§ (Margarit), poète franç., né à Vendôme, fit imprimer à Paris, en 16oo. 1 vol. in-12, intit. OEuvres poétiques, contenant deux tragédies en cinq actes , en vers, avec des chœurs- . PAGELLO (Guillaume), † de Vicence, secrét. du pape Paul II, a écrit : audatio in funere illustris Bartholomei Colei exercitus Venetorum imperatoris, Vicentiae, 1477; Bergame, 1732 ; des Discours et des Opuscules. PAGENSTECHER (Alexandre-Arnold), natif de Brême, m. vers 173o, ublia De jure ventris, et auquel il joignit deux Dissertations De cornibus et De cornutis , Brême, 1714 ou 1737 , 1 vol. in-12. "'# # Pagenstecher , son parent , a écrit : De Barbá liber singularis, Lemgoviae, 1715, in-8°, 5° édition. PAGES (Fr.-Xavier), né à Aurillac en 1745, capitaine de vaisseaux, chev. de St. Louis, et correspondant de l'acad. des scienc. de Paris, où il m. en 18o4, publ. en 1784 la Relation de ses Voyages autour du monde pendant les annees 1767 à 1776, 3 vol. in-8°. Il a composé les Discours de la Collection des Tableaux hist. de la révol.franç. , Paris, 179o , 1791 , 2 v. in-fol. ; La France républicaine , poème en 1o chants ; Cours d'étude encyclopédique, 6 v. in-8° , et atlas de 64 pl. in-4°; Wouveaux dialogues des moris"enire les plus fam. personnages de la révol.franç., in 8° et in-12; IVou

[ocr errors]
« IndietroContinua »