Immagini della pagina
PDF

De sancto Ignatio concio sacra , ibid., 1623 , in-8o. PALUDANUS (Bernard ), prof. de philosophie à Leyde, mort vers 1634, a donné un Recueil de notes dont il a enrichi les Voyages maritimes de Linschot, Amst., 16io, in-fol. PAMELE (Jacques de) Pamelius, chan. de Bruges, où il naquit en 1536, fut nommé par Philippe II, év. de St.Omer, et m. en 1587, en allant prendre ssession de son évêché. Ses écrits sont : iturgica latinorum, Cologne, 1571 ; 2 vol. in-4° , Micrologus de ecclesiasticis observationibus ; Catalogus commentariorum veterum selectorum in universam bibliam, Anvers, 1566, in-8°; Conciliorum Paralipomena, etc. PAMPHILE, peintre macédonien, qui flor. sous le roi Philippe, fut le premier peintre qui appliqua les mathématiques à son art. Apelles fut disciple de cet illustre maître.

PAMPHILE - MAURILIEN , nom sous lequel a été donné, par un auteur inconnu, vers le milieu du 15e s. , le roman, en vers lat., de Pamphile et de Galatée, réimp. avec la trad. en vers fr., Paris, 1494, in-fol., sous ce titre : Le livre d'amour, auquel est relaté le grant amour, et façon par laquelle Pamphile peut jouir de Galatée , et le moyen qu'en fit la macq....., réimp. en 1545, im-18. PAN (mytholog.), fils de Mercure, dieu des campagnes, et particulièrement des bergers. PANACÉE (mythol.), fille d'Esculape, présidait à la guérison de toutes sortes de maladies. PANAGIOTI, premier interprète du grand-seigneur, né dans l'île de Chio, m. en 1673, a publié : Confession orthodoxe de l'Eglise catholique et apostolique d'Orient, 1662. PANARD (Charles - François), surnommé le La Fontaine du vaudeville , né à Courville, près de Chartres, m. à Paris en 1765, à 74 ans. Le total de ses pièces, représentées tant à l'opéra-comique qu'au spectacle pantomime, s'élève à plus de 8o. On a impr. ses ouvr. sous le titre de Théâtre et OEuvres de Panard, Paris, 1763 , 4 vol. in-12. Ses CEuvres choisies, 3 vol. in-18. PANAROLI (Dominique), médecin et philosophe, m. à Rome sa patrie, en 1657. On connaît de lui : In camaleonte essaminato, Rome, 1645, in-4° ; Polycarponia , seu , variorum fractuum la

[ocr errors]

#o#s Gui), né à Reggio en 1523, prof. des Institutes à Padoue. On a imprimé à Venise, en 1584, sous le titre de Tractatus universi juris, les œuvres de ce savant, 28 vol. in-fol. — Panciroli (Hercule), son neveu , doct. en dr. en 1583, a publié les deux ouvr. suivans de son oncle : Thesaurus variarum lectionum utriusque juris ; l'Histoire de la ville de Reggio, en latin, Venise , 161 I. PANCKOUCKE (André-Joseph ) , libraire de Lille , né en 17oo, mort à Paris en 1753. Ses ouvr. sont : Etudes convenables aux demoiselles , Paris , 1749 , 2 vol. in-12 ; Abrégé chronologique de l'Histoire des comtes de Flandre, 1762, in-8°; l'Art de désopiler la rate, 1773, 2 vol. in-12 ; Dictionnaire des proverbes français , Paris, 1758, in-8°; Manuel philosophique, LiIle , 2 vol. in-12 ; Elémens de géographie et d'ustronomie, 174o, in-13 ; Essai sur les philosophes, Amst., 1743, in-12.

PANCKOUCKE (# ) , fils du p† , né à Lille en 1736, libraire à aris, où il m. en 1799. On lui doit les édit. de l'Encyclopédie, des OEuvres de Buffon, des Mémoires de l'acad. des sc. et de l'acad. des b.-lett., du Répertoire universel de jurisprudence, du Mercure de France, etc...... Ses ouvr. sont : Des Mémoires mathématiques, des Traductions de Lucrèce, Amsterd. , 1768, 2 vol. in-12; de la Jérusalem liorée, en 5 vol. , et du Roland le furieux, en 1o vol. in-12 ; le plan de l'En# méthodique; le Journal du Moniteur , etc. PANDA (mythologie), déesse en grande vénération chez les Romains , parce qu'elle ouvrait le chemin à toutes les entreprises. PANDARE (mythol. ), fils de Lycaon, vint au secours des Troyens contre les Grecs, et fut tué par Diomède. — Il y eut un autre Pandare qui suivit Enée, et fut tué par Turnus. PANDION (mythologie),5° roi d'Athènes, vers l'an i463 av. J. C.

PANDORE (mythol. ), statue que

Vulcain fit, et que Minerve anima. Jupiter envoya Pandore sur la terre , avec une boîte où tous les maux étaient renfermés. EDiméthée eut l'indiscrétion de l'ouvrir. C'est de cette boîte que sortirent tous les maux dont la terre fut inondée. PANEL (Alexandre-Xavier), jésuite, né en Franche-Comté en 1699, devint précepteur des infans et garde du cabinet du roi de toutes les Espagnes ; il m. dans cette place en 1777, après avoir publié un grand nombre d' Opuscules sur les antiquités et la numismatique. — Panel, son frère, né à Noseroy sur la fin du 18° s., a publié 1 vol. de ses poésies latines, sans énoncer le lieu d'impression. . PANETIUS, philosophe stoïcien, de l'île de Rhodes, flor. environ 15o ans av. J. C. Etant allé à Rome, il y devint l'ami des Laelius et des Scipion, et publia le Traité des devoirs de l'Homme, que Cicéron a fondu dans le sien. PANIGAROLA (François), évêque d'Asti en Piémont, en 1587, né à Milan en 1548, avait prêché les massacres de la St.-Barthélemi à la cour de Charles IX, et il prêcha depuis les fureurs de la Ligue. Envoyé en 159o, par le, pape Grégoire XIV, pour y soutenir le parti de la Ligue contre Henri IV, il employa toute son éloquence pour exciter les Parisiens à n'écouter que les instructions des Guise. Il m. à Asti en 1594.Ses Sermons furent imprimés a Rome en 1596, in-4°. On a

[ocr errors]

autres : Il Predicatore , Venise, 16o9 , in-4°. PANIN (Nikita Ivanowitz comte de), né en 1718, d'un lieutenant général des armées du Czar Pierre I, envoyé et ministre plénipotentiaire auprès des cours de Danemarck et de Suède , fut choisi pour gouverneur du grand-duc Paul Petrowitz, et devint enfin premier ministre de Catherine II : ce ministre, qui avait des vues judicieuses, donnait nonchalamment les vrais moyens d'arriver à tous les succès ; il m. en 1783. PANINI (Francois), de Modène, qui vivait dans le 16° s., a écrit une Chronique de sa patrie vers l'an 1567, depuis i5o7 jusqu'en 1567, et quelques Epigrammes latines. PANNARTZ ( Arnauld ) , sortit de l'atelier typographique de Mayence avec Ulric-Han de Vienne et Conrad-Sweyuheim , pour porter l'imprimerie en Italie au commenc. du pontificat de Paul II. Ils s'établirent au monastère de Sublac, où ils donnèrent le Donat sans date , le

Lactance de 1465, et la Cité de Dieu de 1467.A cette époque, Pannartz fut appelé à Rome. C'est là qu'il publia , en 1467, les Epîtres familières de Cicéron et les Lettres de saint Jérôme, 2 vol. in-fol., et la 1r° édit. du Speculum vitœ humanae. PANNEELS (Guillaume), né à Anvers en 16oo, grava d'après Rubens, à l'eau forte, beaucoup de petites planches : Esther devant Assuerus; la IVativité; l'Adoration des mages; la Magdeleine chez le pharisien, deux tableaux de la Sainte-Famille, etc. PANNIER (Jacques), sieur D'ORcEvILLE, né à Lyon en 168o, intendant des îles françaises en Amérique, procura l'entrée du café des Américains en France. II m. à St.-Domingue en 1739. PANNINI (Jean-Paul), né à Plaisance en 1691. Presqu'aucun peintre ne l'a surpassé daus la perspective, par la grace et la vérité qu'il mettait dans ses aysages , et par l'expression naturelle # ## N§ impérial possède plusieurs tableaux de ce maître, m. à Rome en 1797. PANNIUS, Romain, alla s'établir cn Egypte, où il fut connu par sa fabrique de papier ou papyrus, auquel il donna le nom de #. On sait que le papyrus était une espèce de jonc qui croissait sur les bords du Nil. SUlE cette matière que sont tracés les plus anC1CI1S IIl .. SS. PANNON (Janus Pannonius), ou Jean le Hongrois, évêque de la ville de Cinq-Eglises, dans la Basse-Hongrie , né en 1434, m. en 1472. On a de lui des Poèmes , des Elégies et des Epirammes , Venise , 1553, vol. in-8o. dern édit. de ses OEuvres , 2 vol. in-8°, a paru à Utrecht en 1784. PANOENUS, frère de Phidias, contribua comme lui à embellir le temple de Jupiter-Olympien. Il y peignit Atlas supportant le ciel et la terre, et soulagé de ce fardeau par Hercule. Il représenta dans Athènes la bataille de Marathon. Il peignit encore en Elide le combat des Athéniens contre les Amazones.

[ocr errors][ocr errors]

fit la guerre contre Antoine. Pansa fut blessé dans un combat livré vers Bologne, et m. de sa blessure. PANSFRON (Pierre ) , architecte, mé près de Provins, a publié plusieurs volumes de planches pour jardins anglais, et autres qu'il a lui-même composées et gravées. · PANTALEON, martyr de Nicomédie, que l'on croit avoir souffert la m. vers 3o5, sous l'empire de Galère. PANTALEON, diacre de l'eglise de Constantinople dans le 13° s. , est auteur d'un Traité contre les erreurs des Grecs. r PANTALEON ( Henri), né à Bâle en 1522 , exerça la médecine dans sa pa trie, où il m. en 1595. On remarque parmi les ouv. qu'il a publiés : Prosopographia heroum et illustrium virorum Germaniae, Basileae , 1565, in-f. ; Militaris ordinis Johannitarum Rhodiorum , aut Melitensium equitum, etc., Historia libris XII comprehensa, Basileae, 1581 , in-fol. pANTÉNUs, philosophe stoïcien , né en Sicile, flor. sous l'empereur Commode, et vivait encore en 2 16 ; il enseigna dans la cél. école d'Alexandrie. Il avait composé sur la Bible des Commentaires, qui ne nous sont pas parvenus. PANTEO (Jean - Antoine), de Véronne, médecin du 15° s., a publié : Confabulationes ex thermis Chalderianis , quae in Veronensi agro sunt, etc. , Vicentiae,.1488, in-fol. PANTEO (Jean-Augustin ), de Vemise, qui vivait dans le 16° s., a donné : Ars et Theoria transmutationis metallicae, etc,, Venetiis, 1551. PANTERA (Pantero), gentilhomme de Cosme, capitaine de galères, au service de Clément VIII, signala sa valeur contre les corsaires en 1598, et publia en 1614 , L'armata navale. PANTHOT (Louis), chirurgien, né à Lyon, fut l'un des premiers qui accrédita l'opération césarienne. — Son fils Horace excella dans la lithotomie. –Son autre fils Jean-Louis Panthot, mort en 17o7, doyen du collége des médecins de Lyon, publia un Traité sur la Baguette divinatoire; un autre sur les Eaux minérales d'Aix en Savoie; un autre sur les vertus du Mercure; et enfin un Traité sur les dragons et les escarboucles , Lyon , 1691, in-12. PANTIN ( Guillaume ), médecin à Bruges, m. en 1583, laissa un Commentaire sur le Traité de Celse, De re medicá, Bâle, 1552, vol. in-fol.

PANTIN ( Pierre ), de Thie en Flandre, doyen de Sainte-Gudule à Bruxelles, où il m. en 161 1 , à 56 ans. On a de lui des Traductions de plusieurs auteurs grecs, un Traité De dignitatibus et officiis regni ac domus regice Gothorum.

PANVINI (Onuphre), Panvinius , relig. august., né à Véronne, m. à Palerme en 1568, a donné les Vies des papes, 1567, in-4°; De antiquis Romauorum nominibus, in-fol. ; De ritu sepeliendi mortuos apud veteres christianos, et de caemeteriis eorumdem, in-8°, trad. en frane., in-8° ; De Principibus Romanis, in-fol.; De republicd Romaná, Paris, 1588, in-8o ; Fastorum libri V, Venise, 1557, in - fol. ; Topographia Romae, Francfort, 3 vol. in-fol. ; De triumpho et ludis circensibus, Patavii, 1681 , in-fol. ; Chronicon ecclesiasticum, in-fol. ; De episcopatibus, titulis et diaconis cardinalium. PANZACHIA (Marie-Hélène), née en 1668 à Bologne, montra du talent pour la † Son genre était le paysage ; elle a aussi traité quelques sujets d'histoire. PANZANI (Grégoire), ecclésiastique italien, envoyé en 1634 en Angleterre † le pape Urbain VIII, † concilier es différens entre les catholiques de cette île , laissa des Mémoires contenant le récit de sa mission, qui n'ont jamais été imprimés en cette langue.Joseph Barrington, curé catholique anglais, a publié en 1794, en sa langue, une traduction de ces Mémoires, avec des notes et un supplément sous ce titre : The Memoirs of Gregorio Panzani, giving an account , etc., Birmingham , in-8°. | | PANZER (George-Wolfgang.Francois ), pasteur de I'église cathédrale de Saint-Sebald à Nuremberg , né à Sulzbach dans le Haut-Palatinat, en 1729, et m. à Nuremberg en 18o5, est auteur des Annales typographici, ab artis ineentae origine a l annum M D, etc. , Norimbergae, 1793 et 1794 , 2 vol.in-4°. Il a publié en allemand : Annales de l'ancienne littérature al'emande , etc., ibid. , 1788, grand in-4°; Histoire de l'imprimerie dans les premiers tems à ZVuremberg, etc. , ib., 1789 , in.4o. PAOLI (Sébastien), né près de Lucues en 1684, clerc régulier de la Mère e Dieu, m. en 1751 , a enrichi les journaux d'Italie d'un grand nombre de Dissertations sur les antiquités, l'histoire , la critique sacrée , la physique , dont plusieurs ont été imprimées à Lucques et

à Venise en 1748 et 175o, et des Vies de
plus. hommes illustres.
PAOLI ( Hyacinthe), de Corse, fut
élu l'un des chefs qui la gouvernèrent en
1735. Il commandait lorsque le maréchal
de Maillebois en fit la conquête en 1739.
Les diverses révolutions qu'éprouva sa
patrie l'obligèrent de se retirer à Naples,
où il mourut.
PAOLI (Pascal) , fils du précéd., né
à Vostino en Corse, fut élevé au collége
militaire de Naples. En 1755, il fut re-
connu ponr commandant général de la
Corse. § parvint, presque sans moyens,
à soutenir la guerre contre ses compa-
triotes attachés au parti génois, et contre
le gouvernement de Gênes lui - même.
Après avoir appaisé les guerres civiles,
il marcha contre les Génois, qu'il forca
de se concentrer dans les principales villes
marit. de la Corse. En 1763 2 †
de l'ile de Caprara. LesGénois, battus de
toutes parts. eurent recours à la France,
qui, en 1764, envoya 6,ooo hommes de
troupes auxiliaires; et en 1768, les Gé-
nois furent obligés de céder cette île à
la France , qui s'y maintint par les nou-
velles forces † y envoya. Paoli se
réfugia à Londres et m. aux environs de
cette ville en 18o7.
PAOLINI (Fabio), d'Udine, méd.,
Tun des fondateurs d'une seconde acad.
de Venise, en 1593 , a laissé : De vipe-
ris in trochiscorum apparatu pro the-
riacá adhibendis , disputatio, Venetiis,

16o4 ; Praelectiones Marciae, sive com- '

mentaria in Thucydidis historiam, etc.,
Venetiis, 16o3 ; Fabulœ ex antiquis
scriptoribus excerptae, etc., Venetiis,
1587. -
PAOLINI (Pétronille), née à Taglia-
eozzo en 1663, connue par ses talens en
musique et en poésie, m. en 1726. La
† de ses ouvrages se trouvent dans
es recueils de son tems, à l'exception de
cinq Oratorio en musique, et de deux
drames, intit. : Il tradimento vendicato,
ovvero la Dona illustre, et la Tomiri.
PAPA (Joseph del ), médecin , né à
Empoli, petite ville de Toscane, en 1649,
m. en 1735 , a laissé : Lettere intorno
alla natura del caldo et del freddo,
Florence , 1674, in-8° ; Lettera nelle
quale si discorre se il fuoco e la luee
sieno una cosa medesima, Flor., 1675,
in-8°; Exercitatio de prœeipuis humori-
bus qui in humano corpore reperiuntur,
etc., Florentiæ , 1733, in-4° ; Venetiis,
1735, in-8°; Leidae, 1736, in-8°; Trat-
tati vari fatti in diverse occasioni, Flo-
rence , 1734, in-4°.

[ocr errors][ocr errors]

uot prœsbyterorum ultrajectensium , alines, 1729 , in-4° ; Analecta Belgica, la Haye, 1743 , 6 vol.in-4°. PAPHNUCE, év. de la haute Thébaïde, confesseur de J. C. durant la persécution de Galère et de Maximin, eut le jarret gauche coupé, l'oeil droit arraché , et fut condamné aux mines. ll assista dans la suite au concile de Nicée en 325. PAPHUS (mythol.), fils de Pygmalion et d'Eburnce. · PAPIAS , év. d'Hiéraples , ville de Phrygie, composa Explications des discours du Seigneur. Il ne reste que des fragmens de cet ouvrage...Il fut auteur de l'opinion des millenaires. PAPIAS, grammairien vers l'an 1o53, est auteur d'un Vocabularium Latinum, Milan, 1476, in-fol. ; Venise , 1491 et 1596, in-fol. I. PAPILLON (Almaque), poète fr., né à Dijon en 1487, a donné le Vouvel amour; la Victoire et triomphe d'argent · contre le dieu d'amour, Lyon , 1537 ; les Ordonnances d'argent ; la Victoire et triomphe d'honneur et d'amour contre argent. Il m à Dijon en 1559 . PAPILLON (Thomas), neveu du précéd., avocat au parl. de Paris, né à Dijon en 1514 , m. à Paris en 1596. On a de lui : Libellus de jure accrescendi, Paris, 1571, in-8o ; De directis Haeredum substitutionibus, Paris, 1616, in-8o ; Commentarii in quatuor priores titulos libri primi Digestorum, Paris, 1624, in-12. PAPILLON (Philibert), né à Dijon en 1666, doct. de Sorb. en 1694, m. dans sa ville natale en 1738, a donné : Bibliothèque des auteurs de Bourgogne, 1742, 2 vol. in-fol. ; Vie de Pierre Abailard ct celle de Jacques Aniyot, év. d'Auxerre, 17o2. Il a fourni aussi à divers savans des Mémoires et des Observations intéressantes sur la Bourgogne. PAPILLON (Jean), grav., né à St.† en 1661 , faisait des dessins pleins de grace et de goût; il fut sur-tout employé par les libraires. Il m. à Paris en 1744. PAPILLON (Jean-Michel ), fils du précéd., grav. en bois, né à Paris en 1698 , où il m. en 1776, est auteur d'un Traité historique et pratique de la gravure en bois, Paris, 1766, 2 vol. in-8°. Son OEuvre forme 2 vol. in-fol. PAPILLON (Marc), gentilh, tourangeau, plus connu sous le nom de Capitaine ou de sieur de Lasphrise, m. à Paris en 1599. On a de lui les premières

œuPrespoétiques du capitaine Lasphrise, avéc la /Wouvelle tragi-comique , pièce en cinq actes, en vers, sans distinction de scènes. Il a encore laissé un Recueil de sonnets. PAPiLLON DU RIvET (Nicolas-Gabriel ) , jes., ne à Paris en 1717, m. à Tournay en 1782, a traduit plusieurs discours latins du P. La Sante ; des poèmes latins, Templum assèntationis , et Mundus physicus , effigies mundi moralis , des Sermons , I'ournay, 177o, 4 vol. in-12. <7 PAPILLON DE LA FERTÉ ( DenysPierre-Jean ) , né à Châlons-sur-Marne , commissaire des menus plaisirs du roi , décapité à Paris en 1794 , âgé de 67

| ans. On a de lui : Extraits de differens

ouvrages publiés sur la vie des peintres, Paris, 1776, 2 vol. in-8° ; Elémens d'architecture, de fortificaiions et de navigation, Paris , 1787 , in-8° ; Elémens de géographie, Paris, 1783, in-8° ; Leçons élémentaires de mathématiques, Paris, 1784, 2 vol. in-8°. PAPIN (Nicolas), méd., auteur d'un Traité sur la salure , le flux et le reflux de la mer , l'origine des sources , 1 vol. in-12 ; et de Disserlations latines sur la poudre sympathique , etc. PAPIN ( Isaac ), théol., né à Blois en 1657, neveu du précéd. , eut des discussions très-vives avec le fameuxJurieu, qui le forcèrent de passer en Angleterre, et de là en Allemagne. Il revint ensuite en France, où il abjura le calvinisme en 169o, et m. à Paris en 17o9. Le Recueil de ses œuvres a été publié à Paris en 1723, 3 vol. in-12. PAPIN ( Denys), mécanic. et doct. en méd. , de la société royale de Londres, né à Blois vers le milieu du 17e s., fut l'inventeur de plus. machines, entr'autres de celle pour élever les eaux, et la machine dite de Papin, ou le Digesteur , pour faire du bouillon avec des os ; ii publia sur cette découverte un ouvrage en anglais, intit. IVew Digester, or engine, etc., London , 1681 , in-4°. PAPINI-CORTÈSE (Léonard), de Bagna-Cavallo dans la Romagne, né en 169o , m. en 1765, a publié : De maris œstu reciproco, Faventiœ , 1749 ; De origine fontium et de Magneie , Faventiae, 1751 ; De modo reperiendi meridianum, ibid. , 1751. · PAPINIEN, cél. jurisc. du 3e siècle, avocat du fisc, puis préfet du prétoire, sous l'emp. s§ fut décapité en 212 par ordre de Caracalla. Il y a plusieurs lois de ce cél. jurisc. dans le Di

« IndietroContinua »